Navigation – Plan du site

Dernier numéro en ligne
6 | 2014
La Révolution ou l'invention de la femme et de l'homme nouveaux

Sous la direction de Stéphanie Roza et Pierre Serna

Revenir sur la Révolution et l’invention d’un Homme nouveau n’est pas anodin un quart de siècle après le bicentenaire. La question de l’homme nouveau avait été, à partir de la remise en cause systématique des régimes communistes issus des révolutions du XXe siècle, largement empoisonnée par les utopies socialistes, se transformant en régimes liberticides. L’homme nouveau était au mieux un citoyen socialiste soumis dans un grand Est, au pire un robot humain ennemi de l’Ouest… Dans ces conditions, oser reposer la pertinence de l’invention d’un être-citoyen nouveau à partir de 1789, revenait à se confronter à la question détournée et mal posée de la matrice française des régimes socialistes du XXe siècle. Il faudrait faire référence à certains des travaux du Bicentenaire qui, déjà, avaient« reposé » la question, à commencer par le colloque de Rouen dirigé en 1989 par Claude Mazauric. Depuis le Bicentenaire, cette question est largement reposée dans des termes nouveaux – La Révolution est vue comme un laboratoire d’innovations, d’expérimentations…