Navigation – Plan du site
Dossier

Former la « femme nouvelle »

Les débats à la Convention sur l’éducation publique des filles (septembre 1792-décembre 1793)
Caroline Fayolle

Résumés

Après la fondation de la République, les députés, qui aspirent à refonder le système d’instruction publique, s’emparent de la question de l’éducation des filles. Contrairement à la majorité des législateurs des précédentes assemblées, les conventionnels s’accordent sur la nécessité et l’avantage d’ouvrir aux filles les écoles primaires publiques. Reconnaissant aux femmes une influence cruciale sur les mœurs, ils estiment en effet que l’avènement de l’« homme nouveau » dépend de celui d’une « femme nouvelle. » L’école de filles a pour mission, non pas d’émanciper politiquement les femmes, mais de créer des mères républicaines capables d’engendrer des hommes libres. Pour autant, les plans d’éducation des conventionnels témoignent de divergences sur les moyens pédagogiques à mettre en œuvre pour régénérer les femmes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Né à Bordeaux, Jean-François Ducos (1765-1793), député de la Gironde à la Législative, est réélu à (...)
  • 2 Jean-François Ducos, « Sur l’instruction publique et spécialement sur les écoles primaires » (décem (...)
  • 3 Sur la notion de régénération, voir notamment : Mona Ozouf, L’homme régénéré, Essai sur la Révoluti (...)
  • 4 Sur les débats relatifs à l’instruction publique à la Convention, voir notamment : Dominique Julia, (...)
  • 5 Sur les débats sur l’éducation des filles à l’époque des Lumières, voir notamment : Martine Sonnet, (...)

1En décembre 1792, le député de la Gironde, Ducos1, déclare à la Convention : « je ne sais quel degré d’importance on attache à l’établissement des écoles primaires ; je pense, pour moi, que nous leur devrons notre véritable régénération, l’accord des mœurs et des lois, sans lequel il n’y a point de liberté2. » Après l’abolition de la monarchie le 21 septembre 1792, les députés conçoivent la mise en place de l’école républicaine comme un impératif politique lié à l’urgence de la régénération du peuple3. L’espoir de voir rapidement s’établir une éducation nouvelle capable de former des citoyens anime alors l’ensemble de la société. Des militants de sociétés populaires, des pédagogues et des savants aspirent à participer à la refonte du système d’instruction publique en envoyant à l’Assemblée des pétitions, des projets pédagogiques ou encore des manuels élémentaires. Dans ce contexte, les législateurs décident le 21 janvier 1793 de mettre l’instruction continuellement à l’ordre du jour. Jusqu’au 29 frimaire an II (19 décembre 1793), date du vote de la loi Bouquier sur l’instruction publique, différents plans d’éducation vont s’affronter à la Convention4. La question de l’accès des filles à l’école publique occupe une place non négligeable dans les discussions. Alors que la reconnaissance des droits civils des femmes et du droit au divorce (septembre 1792) induit de nouveaux rapports entre les sexes, les conventionnels s’emparent du débat sur l’éducation féminine initié à l’époque des Lumières5. Ils tentent d’inventer pour les femmes une éducation républicaine capable de les régénérer.

  • 6 Nicole Edelman, « Discours médical et construction des catégories homme/femme, masculin/féminin », (...)
  • 7 Alyssa Goldstein Sepinwall, The Abbé Grégoire and the French Revolution. The Making of Modern Unive (...)
  • 8 Dominique Julia, Les trois couleurs du tableau noir…, op. cit., p. 310-331 (Chapitre IX : « Les Lum (...)
  • 9 Daunou et Delacroix ont le plus témoigné de leurs réticences et de leurs hésitations sur la nécessi (...)

2La régénération des femmes par l’éducation, loin de s’imposer comme une évidence, suscite des controverses durant les premières années de la Révolution. Si les femmes sont déterminées par la nature et par leur organe reproducteur comme le pensent des médecins de la fin du XVIIIe siècle6, peuvent-elles être perfectionnées et assimilées au corps de la Nation ? L’abbé Grégoire, théoricien de la régénération des groupes particuliers, comme les juifs ou les noirs, répond négativement. L’éducation, qu’il conçoit comme un moyen pour effacer les différences artificielles entre les hommes, trouve sa limite dans la différence sexuelle. Cette différence, qui est inscrite dans l’ordre naturel et qui ne peut donc être effacée, justifie pour lui l’impossible régénération des femmes7. De même, des législateurs comme Mirabeau, Daunou ou Talleyrand, estimant que les femmes sont destinées par la « nature » à un rôle purement domestique, préconisent pour les filles une éducation dans le cadre du foyer8. Condorcet en revanche défend sur cette question une opinion alors très minoritaire : il revendique en effet, dans son Rapport présenté devant l’Assemblée législative les 20 et 21 avril 1792, le droit des femmes à s’instruire et à se perfectionner au sein de l’école publique. Après l’instauration de la République, le point de vue défendu par Condorcet tend à l’emporter à l’assemblée. La majorité des conventionnels, qu’ils soient catégorisés comme Girondins ou Montagnards, s’accordent en effet, à quelques exceptions près9, sur la nécessité et l’avantage d’ouvrir aux filles les écoles primaires publiques. Comment expliquer ce changement de perspective ?

  • 10 Jacques-Marie Rouzet (1743-1820), député de la Haute-Garonne, évoque l’accès des femmes aux droits (...)
  • 11 Je m’appuie sur la définition du genre proposée par l’historienne américaine Joan Scott, à savoir : (...)
  • 12 J’ai répertorié, sur l’ensemble des plans d’éducation publiés par des députés à cette période, ving (...)

3Cet article défend la thèse selon laquelle ce changement est lié à la reconnaissance par les conventionnels du rôle fondamental des femmes dans l’entreprise de régénération de la société. Dans un contexte où la guerre et la menace contre-révolutionnaire rendent nécessaire l’union de toutes les forces de la Nation, s’impose aux députés l’idée que l’avènement de l’« homme nouveau » dépend de celui d’une « femme nouvelle. » Pour autant, leurs plans d’éducation témoignent de divergences sur les moyens pédagogiques à mettre en œuvre pour opérer une régénération des femmes par l’école. La figure de la « femme nouvelle » permet d’interroger à la fois l’élaboration des normes républicaines de féminité et les rapports de pouvoir entre les sexes qui traversent la notion de régénération. Si cette dernière désigne pour les hommes un processus transformant l’« esclave » en homme libre, elle n’implique pas pour les femmes une émancipation politique. À l’exception des conventionnels girondins Jacques-Marie Rouzet et Pierre Guyomar qui, à la suite de Condorcet, revendiquent en 1793 l’accès des femmes au droit de suffrage10, les législateurs entendent en effet transformer et perfectionner les femmes tout en les maintenant dans le statut de citoyennes passives. Pour interroger les enjeux spécifiques de la régénération des femmes, il s’agira d’analyser avec le concept du genre11 l’ensemble des discours des conventionnels qui évoquent l’éducation des filles lors des débats de préparation de la première loi scolaire révolutionnaire12. Dans un premier temps, seront étudiés les arguments qui fondent le projet des conventionnels d’intégrer les filles dans l’école publique. On verra que leur objectif est de contrôler l’influence des femmes sur les mœurs et de faire advenir un nouveau modèle de féminité républicaine. Dans un second temps, seront analysés les enjeux du maintien d’une différence des sexes au sein de l’école pourtant conçue comme un creuset visant à homogénéiser le corps social.

1. Régénérer les femmes par l’école républicaine

4Dans les plans d’éducation étudiés, la volonté des conventionnels d’ouvrir aux filles l’école républicaine se fonde sur deux principaux arguments qui sont inextricablement liés. Le premier est la reconnaissance de l’influence essentielle des femmes sur les mœurs et sur les hommes. Le second renvoie à la nécessité de forger un nouveau modèle de féminité propre à consolider la République naissante.

L’influence des femmes

  • 13 Charles-Gilbert Romme (1750-1795), député du Puy-de-Dôme à la Législative puis à la Convention, mem (...)
  • 14 Charles-Gilbert Romme, « Rapport sur l’instruction publique, considéré dans son ensemble, suivi d’u (...)

5Dans son Rapport sur l’instruction publique (20 décembre 1792), le Montagnard Romme13 entreprend de défendre face à la Convention l’accès des filles à l’école républicaine. S’appuyant sur des arguments élaborés par Condorcet dans le Cinquième mémoire sur l’instruction publique (1791) et dans son Rapport d’avril 1792, il affirme que les femmes doivent être éduquées « pour elles-mêmes14. » Alors que l’éducation des femmes est généralement pensée par les députés en fonction des hommes et de leurs intérêts, Romme replace ainsi les femmes au centre du débat. Romme insiste aussi sur l’influence essentielle que détiendraient les femmes sur les hommes :

  • 15 Ibid. C’est moi qui souligne.

Elles ne doivent pas être étrangères aux vertus sociales, puisque, outre qu’elles en ont besoin pour elles-mêmes, elles peuvent les développer ou les fortifier dans le cœur de l’homme. Si dans l’ordre naturel et social, l’homme est appelé à exécuter et agir, la femme, par une influence impérieuse et nécessaire, est appelée à imprimer à la volonté une impulsion plus forte et plus véhémente15.

  • 16 Anne Verjus, Le bon mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnair (...)
  • 17 Ibid.
  • 18 Jean-Marie Calès (1757-1834) est médecin de profession. D’abord nommé colonel de la garde nationale (...)
  • 19 Jean-Marie Calès, De l’Éducation nationale (1793), dans Célestin Hippeau, L’instruction en France p (...)
  • 20 Ibid.

6Comme le remarque Anne Verjus, l’influence des femmes est posée dès 1793 comme « inaccessible au changement. » Les gouvernants se voient en conséquence contraints de la prendre en compte « sous peine de s’aliéner la moitié de la nation et d’aller vers sa propre défaite16. » Pour Romme il s’agit, en effet, non pas seulement de prendre en compte cette influence mais de l’instrumentaliser au profit de la République naissante, de faire en sorte qu’elle acquière « un caractère vraiment social et utile17. » Le contrôle de l’« empire des femmes » devenant un impératif politique, il importe aux révolutionnaires que la République s’empare de l’éducation des femmes. C’est aussi l’avis du député de la Haute-Garonne Calès18, alors proche de la Montagne, qui est convaincu de l’importance cruciale de l’influence des femmes : « il est […] certain qu’enfants, adolescents, hommes formés, vieillards, nous sommes entraînés, maîtrisés par les penchants des femmes ; il est certain qu’elles influent sur nos vies et sur nos vertus19. » Calès prévient en conséquence des dangers qui pèseraient sur la Révolution si les conventionnels ne prenaient pas en compte cette influence : « quelles craintes, dis-je, ne doit pas concevoir le législateur qui veut réformer les mœurs, si n’ayant pas songé à l’éducation des femmes, il s’aperçoit qu’elles peuvent rendre inutile l’instruction donnée aux hommes20 ? » Mais Calès précise que pour mettre l’influence des femmes au profit de la République, il importe dans un premier temps d’effacer en elles les traces de l’Ancien Régime et de les émanciper de la tutelle du clergé :

  • 21 Ibid., p. 400. C’est moi qui souligne.

L’intérêt qu’inspirent les femmes par elles-mêmes, leur influence sur les penchants des hommes, la nécessité et la facilité de détruire en elles les préjugés que leurs parents, leurs sociétés et, dans ce temps surtout, les conseils perfides et pernicieux que les prêtres leur ont donnés, doivent engager le législateur à s’occuper sérieusement de cette partie de l’instruction publique21.

  • 22 Joseph Lakanal (1762-1845), député de l’Ariège, s’est beaucoup impliqué dans la mise en œuvre du pr (...)

7Le clergé profiterait en effet de l’ignorance des femmes et de leur sensibilité exacerbée, qui serait naturellement encline à la superstition, pour étendre sur elles son emprise. Cette idée est partagée par le député montagnard Lakanal22. Le 26 juin 1793, il présente à la Convention, au nom du Comité d’instruction publique alors dominé par Sieyès, le Projet de décret pour l’établissement de l’instruction nationale qui prévoit lui aussi que « chaque école nationale [sera] divisée en deux sections, une pour les garçons, l’autre pour les filles » (article 5). Pour justifier cette proposition, Lakanal dans son Discours préliminaire lu le même jour devant l’Assemblée, déclare :

  • 23 Joseph Lakanal, « Discours préliminaire lu à la Convention le 26 juin 1793 », dans James Guillaume, (...)

Si les femmes avaient été éclairées, le fanatisme sacerdotal n’aurait pas écrit la Révolution en caractères de sang dans tant de cités infortunées, les bourreaux en étole eussent menacé la liberté d’un courroux impuissant. Rendons à cette intéressante portion de l’espèce humaine tous les droits à la gloire23.

  • 24 Jean-Baptiste Leclerc, « Discours sur l’instruction publique », 18 décembre 1792, dans James Guilla (...)
  • 25 « Décret du 3 octobre 1793 », dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 564.

8Lakanal entend ainsi alarmer les autres conventionnels sur les risques qui découleraient pour la République de l’exclusion des femmes de l’école publique qui est alors conçue comme le moyen de lutte le plus efficace contre le « virus aristocratique et sacerdotal24. » Cette idée suppose aussi le combat contre les écoles particulières tenues par des religieuses réfractaires qui tendent à se multiplier notamment depuis le décret du 18 août 1792 supprimant toutes les congrégations enseignantes séculières. C’est d’ailleurs sur la proposition de Lakanal que la Convention décrète le 3 octobre 1793 que « les filles attachées à de ci-devant congrégations de leur sexe, et employées au service des pauvres, au soin des malades, à l’éducation ou à l’instruction, qui n’ont pas prêté dans le temps le serment déterminé par la loi, sont dès cet instant déchues de toutes fonctions relatives à ces objets25. » Le décret précise que « les corps administratifs sont tenus, sous leur responsabilité, de faire remplacer de suite lesdites filles par des citoyennes connues par leur attachement à la Révolution. »

9Pour user de leur influence en faveur de la République, les femmes ne doivent pas seulement être libérées de l’emprise de l’Église contre-révolutionnaire. Elles doivent aussi être elles-mêmes régénérées pour accomplir leur mission politique. Les débats sur l’école publique sont ainsi l’occasion pour les conventionnels de définir des normes de la féminité nouvelle.

La mère républicaine ou la matrice des citoyens

  • 26 Sur la figure de la « mère républicaine », voir notamment : Dominique Godineau, « Fonction maternel (...)
  • 27 Sur la figure de la mauvaise mère, voir : Lynn Hunt, Le roman familial…, op. cit., p. 107-139 ; Jen (...)
  • 28 Ibid., p. 105.
  • 29 Cité dans Dominique Godineau, « Fonction maternelle et engagement révolutionnaire féminin », dans M (...)
  • 30 Jean-François Baraillon (1743-1816), médecin de profession, est député de la Creuse à la Convention (...)
  • 31 Jean-François Baraillon, « Intervention à la Convention, le 25 brumaire an II », citée dans Bronisl (...)
  • 32 Joseph Serre (1762-1831), soldat avant la Révolution, devient en 1791 capitaine au 2e bataillon des (...)
  • 33 Joseph Serre, « Quelques réflexions sur l’instruction publique » (décembre 1792 ?), dans James Guil (...)
  • 34 Jennifer J. Popiel, Rousseau’s Daughters…, op. cit., p. 53.
  • 35 Louis Michel Le Peletier de Saint-Fargeau (1760-1793), juriste de profession, est élu député de la (...)

10Dès le début de la Révolution, les femmes de l’aristocratie sont accusées d’avoir profondément dénaturé la féminité et diffusé dans le corps social des habitudes vicieuses. Les conventionnels aspirent en conséquence à soigner les femmes, à les régénérer, c’est-à-dire ici à leur réapprendre leur nature oubliée ou corrompue par les siècles de « tyrannie. » Dans leurs plans d’éducation, la figure de la « femme régénérée » se confond avec celle de la « mère républicaine26 » construite contre la figure stéréotypée de la « mauvaise mère » aristocrate27, dont elle est l’antithèse. Alors que la mauvaise mère aristocrate est vicieuse, égoïste et artificielle, la mère républicaine est vertueuse, modeste et naturelle28. L’enjeu pour les députés est tout d’abord de façonner par l’éducation un corps maternel robuste capable, selon l’expression utilisée le 10 août 1793 par le président de la Convention Hérault de Séchelles « d’enfanter un peuple de héros29. » Pour Baraillon30, l’éducation a pour objectif de rendre les Françaises « plus fécondes que les Chinoises » et de leur permettre d’enfanter la « race républicaine », des citoyens ayant la force de « nos ancêtres, les Gaulois31. » Parce qu’ils dénatureraient le corps des femmes et auraient de mauvaises conséquences sur leur fertilité, Joseph Serre32, député des Hautes-Alpes, proche de la nébuleuse girondine, condamne les artifices vestimentaires issus de la mode de l’Ancien Régime. Dans son plan d’éducation, il estime par exemple qu’il est nécessaire « d’accoutumer les filles à mépriser de bonne heure les préjugés meurtriers qui dégradent l’espèce humaine et intervertissent l’ordre établi par la nature. » Il préconise en conséquence l’interdiction des corsets, « l’usage du maillot et les corps à baleine33. » La mode « régénérée », suivant les théories de Rousseau, implique le port de vêtements jugés plus naturels car laissant plus d’aisance et de liberté aux mouvements du corps34. L’usage des nourrices, symbole de la corruption des femmes de l’Ancien Régime, est aussi clairement dénoncé par les conventionnels qui entendent éduquer les femmes à la pratique de l’allaitement et au soin des nourrissons. En témoigne le plan d’éducation du Montagnard Le Peletier de Saint-Fargeau présenté à l’Assemblée le 13 juillet 1793, jour de la mort de Marat35. Défendu par Robespierre, qui s’exprime alors au nom de la Commission d’instruction publique, ce plan précise :

  • 36 Louis Michel Le Peletier de Saint-Fargeau, Plan d’éducation nationale présenté à la Convention nati (...)

Voici dans quelles bornes je crois qu’il faut renfermer [l’] action [de la loi]. Donner aux mères encouragements, secours, instructions ; les intéresser efficacement à allaiter leurs enfants, les éclairer sur les erreurs et les négligences nuisibles, sur les soins et les attentions salutaires ; rendre pour elles la naissance et la conservation de leurs enfants, non plus une charge pénible, mais au contraire une source d’aisance et l’objet d’une espérance progressive36.

  • 37 Sur Léonard Bourdon et son « école des jeunes Français » établie à Paris au printemps 1792, voir : (...)
  • 38 Léonard Bourdon, « Projet de décret sur l’éducation nationale » (27 juillet 1793), dans James Guill (...)

11Comme l’allaitement, l’art de l’accouchement attire l’attention des conventionnels. Léonard Bourdon, député montagnard du Loiret et pédagogue37, préconise dans son plan d’éducation que « nulle personne ne sera admise à être instituteur, qu’il n’ait acquis des connaissances dans l’art de la chirurgie ; et à être institutrice, qu’elle ne soit instruite dans l’art des accouchements38. »

  • 39 Elsa Dorlin, La matrice de la race : généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris (...)
  • 40 Léonard Bourdon, « Projet de décret sur l’éducation nationale », dans James Guillaume, op. cit., to (...)
  • 41 Charles François Marie Duval (1750-1829). Fils d’un conseiller du roi, il est nommé en 1791 juge au (...)

12La mère républicaine se définit aussi par son rôle pédagogique et politique. Élaborée sur le modèle rousseauiste, elle apparaît au cœur du nouveau dispositif conçu par les conventionnels pour garantir la régénération du peuple. Les mères républicaines n’engendrent plus des sujets mais des frères égaux39. Elles sont censées permettre l’avènement d’un peuple nouveau « chez lequel la liberté et l’égalité seront devenues une seconde nature40. » Dans le contexte révolutionnaire où l’ensemble des domaines de la société est objet de politisation, il n’y a donc pas d’étanchéité entre le privé et le public, la famille et la Cité. La mère républicaine, depuis son foyer, doit fabriquer le citoyen. Dans son plan d’éducation, le conventionnel Duval41 rappelle aux femmes ce devoir :

  • 42 Charles Duval, « Sur l’éducation publique » (juin 1793), dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. (...)

Que la mère s’attache donc à fortifier le physique de son enfant ; qu’elle le prépare, par les mouvements du corps, aux exercices de la pensée, aux efforts du génie. Garde-toi, mère follement attentive, de bercer ton fils sur des fleurs, la mollesse est un attentat contre la nature : fais en sorte que Patrie soit le premier mot qu’il articule, et qu’amour de la loi soit la première syntaxe de son langage42.

  • 43 Anne Verjus, Jennifer Heuer, « Les mères de la patrie révolutionnaire… », art. cit., p. 257.
  • 44 Charles Duval, « Sur le projet d’éducation du Comité d’instruction publique », dans James Guillaume(...)
  • 45 Ibid.
  • 46 Joseph Serre, « Quelques réflexions sur l’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., t (...)
  • 47 Charles Delacroix (1741-1805), avocat au Parlement sous l’Ancien Régime, devient à la Révolution dé (...)
  • 48 Charles Delacroix, « Projet de loi sur l’éducation commune », dans James Guillaume, op. cit., tome  (...)
  • 49 Projet de décret pour l’établissement de l’instruction nationale, proposé à l’Assemblée par le Comi (...)

13Afin de former des mères vertueuses, capables non pas seulement d’inspirer aux hommes les principes révolutionnaires mais aussi de les inciter à combattre pour la Nation43, des conventionnels envisagent de former politiquement les filles au sein de l’école publique. Duval propose que soient enseignées aux petites filles comme aux petits garçons « des notions claires, mais succinctes, des administrations et autres institutions civiles et politiques établies dans la République44 », mais aussi qu’il leur soit expliqué « d’une manière lumineuse, les droits de l’homme et du citoyen, tous les points de la constitution, toutes les lois fondamentales de la République45. » C’est aussi l’avis de Serre qui souligne la nécessité de leur transmettre « la connaissance des droits et des devoirs de l’homme46. » Delacroix47 préconise quant à lui que « les institutrices enseigneront à leurs élèves les hymnes à la liberté48. » Le Projet de décret pour l’établissement de l’instruction nationale proposé par le Comité d’instruction publique va même jusqu’à recommander que les écoles de filles, comme celles des garçons, soient organisées « à peu près sur le plan de la grande société politique et républicaine49. » L’école permettrait ainsi de former politiquement les filles en leur faisant expérimenter les rouages de la vie républicaine.

  • 50 Louis Michel Le Peletier de Saint-Fargeau, « Plan d’éducation nationale », dans James Guillaume, op (...)

14Dans les plans d’éducation étudiés, la régénération spécifique des femmes par l’institution scolaire se compose ainsi en deux mouvements : le premier est négatif, il s’agit d’effacer en elles les traces du passé monarchique, de les défaire de l’influence du clergé ; le second est positif et vise à leur inculquer la vertu et les normes républicaines de féminité. L’intégration des filles dans le « moule républicain50 » de l’école, censé aplanir les différences artificielles entre les enfants et homogénéiser la société, ne vise pas pour autant pour les conventionnels à effacer la différence sexuelle. Bien au contraire, la fabrique de l’« homme nouveau » et de la « femme nouvelle » implique une naturalisation des identités sexuées, un retour à un ordre « naturel » fondé sur une partition sexuée des rôles sociaux et politiques.

2. Régénération et naturalisation de la différence des sexes

15Trois points permettent de mieux saisir comment la grande majorité des conventionnels entendent maintenir dans le creuset scolaire la différence entre les sexes : l’organisation par l’école publique de la division sexuée des travaux, l’inégalité face à l’instruction entre garçons et filles et enfin le refus de la mixité. Ces points suscitent pour autant des débats qui témoignent alors d’une pluralité de voies possibles et qui transcendent le clivage entre Girondins et Montagnard.

Maintenir la division sexuée des travaux

  • 51 Voir Paule-Marie Duhet (éd.), Cahiers de doléances des femmes en 1789 et autres textes, Paris, Édit (...)
  • 52 Pierre Charles François Dupont (1740-1793), professeur au collège de Pau, est élu député du tiers é (...)
  • 53 Pierre Charles François, Dupont, « Bases de l’éducation publique, ou l’art de former des hommes », (...)
  • 54 Léonard Bourdon, « Projet de décret sur l’éducation nationale », dans James Guillaume, op. cit., to (...)
  • 55 Ibid., p. 122.
  • 56 Louis Michel Le Peletier de Saint-Fargeau, « Plan d’éducation nationale », dans James Guillaume, op (...)
  • 57 Ibid., p. 57.
  • 58 Soit environ 15 jours après sa lecture du plan Le Peletier de Saint-Fargeau devant la Convention.

16Le maintien de la division sexuée des professions, qui a été contestée par des citoyennes et des citoyens au début de la Révolution51, constitue un objectif de l’école publique pour le député des Hautes-Pyrénées Dupont52. Dans ses Bases de l’éducation publique, il affirme : « l’éducation devant prendre la nature pour modèle, il sera fait une distinction des arts et métiers qui devraient être exercés par les femmes, et de ceux à exercer par les hommes (art. 8)53. » Léonard Bourdon, qui préconise que l’école soit organisée comme une petite république, la conçoit aussi comme une petite société structurée par la division sexuée des activités économiques. Il prévoit l’établissement d’écoles communales pour garçons qui y recevraient « des leçons élémentaires sur la théorie de l’agriculture, des métiers les plus nécessaires, et de l’art de la guerre », et pour filles qui « s’exercent aux différents ouvrages qui conviennent à leur sexe54. » De même, il imagine des maisons communes d’éducation fonctionnant en mode autarcique : « les maisons de filles sont en correspondance avec celles destinées aux garçons ; elles font les habits, le linge de ceux-ci, qui en échange leur fournissent des denrées de leur récolte, des livres55. » L’école devient ainsi le microcosme d’une société « naturelle » puisque fonctionnant sur la répartition sexuée du travail. Filles et garçons y feraient l’apprentissage d’une mutuelle dépendance fondée sur l’échange de biens. Alors que Le Peletier de Saint-Fargeau défend l’idée selon laquelle l’école primaire ne doit pas former à « une industrie particulière » mais doit divulguer le goût du travail en général56, il précise lui aussi que les filles doivent en priorité apprendre « à filer, à coudre, à blanchir57. » Robespierre , dans son Projet de décret sur l’éducation publique, qui reproduit en grande partie le plan de Le Peletier de Saint-Fargeau et qu’il présente à la Convention le 29 juillet 179358, reprend à son compte cette division des apprentissages entre les sexes :

  • 59 Maximilien Marie Isidore Robespierre, Projet de décret sur l’éducation publique, lu dans la séance (...)

Les garçons seront employés à des travaux analogues à leur âge, soit dans les ateliers des manufactures qui se trouveraient à portée des maisons d’éducation nationale, soit à des ouvrages qui pourront s’exécuter dans l’intérieur même de la maison : tous sont exercés à travailler la terre. Les filles apprendront à filer, à coudre, à blanchir […]59.

  • 60 Nicolas Hentz (1768-1830) est élu député de la Moselle à la Convention en septembre 1792. Proche de (...)
  • 61 Nicolas Hentz, « Sur l’instruction publique » (14 juillet 1793), dans James Guillaume, op. cit., to (...)

17Ainsi Le Peletier de Saint-Fargeau, dont le plan constitue une référence pour penser la fabrique de l’égalité républicaine pour une partie de la Montagne, et Robespierre , qui conçoit le principe d’égalité politique et sociale comme le premier fondement de la République, ont tous deux imaginé une école qui vise à reproduire une division du travail entre les sexes qui est inégalitaire puisqu’elle cantonne les femmes dans des métiers peu diversifiés et socialement peu valorisés. Par ailleurs, l’enseignement manuel des filles relève non pas seulement de l’éducation professionnelle, mais aussi de la formation aux travaux domestiques. L’école publique est envisagée par la très grande majorité des conventionnels comme le lieu où les filles peuvent apprendre les travaux domestiques. Nicolas Hentz60, député de la Moselle , prévoit par exemple que les institutrices « enseignent séparément à leurs jeunes élèves les occupations domestiques. » Elles les « exercent à la filature, à la couture, au tricot » et « leur expliquent les devoirs d’épouses et de mère61. »

Une instruction égale entre les sexes ?

  • 62 Charles Delacroix, « Projet de loi sur l’éducation commune », dans James Guillaume, op. cit., tome  (...)
  • 63 Ibid.
  • 64 Ibid.
  • 65 Maximilien Marie Isidore Robespierre, Projet de décret sur l’éducation publique, lu dans la séance (...)
  • 66 Ibid.
  • 67 Annie Bruter, « L’histoire enseignée a-t-elle un genre ? Filles et garçons devant l’enseignement hi (...)
  • 68 Joseph Serre, « Quelques réflexions sur l’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., t (...)
  • 69 Ibid., p. 288.
  • 70 Projet de décret pour l’établissement de l’instruction nationale, proposé à l’Assemblée par le Comi (...)

18Si la majorité des députés s’accordent sur la nécessité de reproduire une division sexuée des rôles sociaux par l’école, leurs avis divergent sur la question de l’instruction intellectuelle des filles. Delacroix précise que, si l’instruction des filles doit concerner, comme celle des garçons, plusieurs enseignements relatifs aux droits de l’homme, à l’apprentissage de la langue, à la « science des nombres » à celle de la nature62, le contenu des enseignements des filles est cependant restreint « aux premiers éléments63. » De plus, elles n’ont pas accès, contrairement aux garçons, aux savoirs relatifs aux « premières notions sur les forces motrices et leur direction » et à la « connaissance des principales substances terrestres, des métaux, des minéraux64. » Le Peletier de Saint-Fargeau, tout comme Robespierre, mettent en place aussi de légères différences entre l’instruction intellectuelle des deux sexes. Comme les garçons, les filles apprennent à lire, écrire, compter, à développer leur mémoire en apprenant des chants civiques et à acquérir quelques notions de morale et d’économie domestique et rurale. Cependant, à la différence des garçons, elles n’acquièrent pas la connaissance relative à « la constitution de leur pays65. » De plus, elles exercent leur mémoire, non pas comme les garçons en apprenant « les traits les plus frappants de l’histoire des peuples libres et de celle de la Révolution française », mais les « quelques traits de l’histoire, propres à développer les vertus de leur sexe66. » L’enseignement de l’histoire, instrumentalisé au profit de l’enseignement patriotique, vise ainsi moins l’instruction des petites filles que leur éducation morale67. Cependant, plusieurs plans d’éducation primaires n’estiment pas nécessaire de différencier l’instruction intellectuelle des deux sexes. Le projet de Joseph Serre est un des plus clairs sur ce point. Pour le député, « ce qu’il faut que l’homme sache, la femme doit le connaître68. » Filles et garçons apprendraient « à lire, à écrire, les règles de l’arithmétique » ; « la connaissance des droits et des devoirs de l’homme » ; « les principes de la morale ou religion naturelle ; les moyens simples de conserver, de rétablir leur santé ; ceux de subsister ; les principes de la langue française ; l’abrégé de l’histoire, de la géographie ; les principes et les avantages de l’agriculture, du commerce, des métiers et des professions de première nécessité69. » Le plan du Comité d’instruction publique souligne aussi que l’instruction doit être similaire pour les filles et les garçons. Il précise les enseignements donnés dans « l’une et l’autre section de chaque école nationale » : « on achève de perfectionner les enfants dans la lecture et l’écriture ; on enseigne les règles de l’arithmétique ; l’art de se servir des dictionnaires ; on donne les premières connaissances de géométrie, de physique, de géographie, de morale et d’ordre social70. »

  • 71 Charles-Gilbert Romme, « Rapport sur l’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., tome (...)
  • 72 Extrait de la Gazette nationale ou le Moniteur universel, 29 brumaire an II (19 novembre 1793), cit (...)
  • 73 Marie Joseph Lequinio (1755-1814), juge au tribunal de Vannes en 1790, est élu député du Morbihan à (...)
  • 74 Marie Joseph Lequinio, « Éducation nationale : plan proposé à la Convention nationale dans la séanc (...)
  • 75 Olympe de Gouges, « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne », postambule, dans Paule (...)

19Si on conçoit que les savoirs élémentaires soient divulgués aux filles dans les écoles primaires, aucun conventionnel ne prévoit de les intégrer dans les niveaux supérieurs de l’instruction publique. Romme l’explicite clairement et considère « que les écoles secondaires dont il est question ne sont pas pour les deux sexes71. » La « femme savante » reste une figure répulsive, construite en opposition avec celle de la « femme nouvelle ». N’a-t-il pas été reproché à Madame Roland « le désir d’être savante » qui « la conduisit à l’oubli des vertus de son sexe72 » ? Pourtant les conventionnels insistent sur l’idée que seul le mérite fonde l’accès au niveau secondaire de l’instruction publique. Lequinio73 déclare ainsi : « les écoles nationales secondaires ont pour objet de procurer gratuitement un développement plus considérable de connaissances mathématiques, physiques et mécaniques, qui puissent ouvrir la carrière des sciences et des arts à ceux que la nature y a destinés74. » L’école aurait donc pour fonction de distinguer ceux que la nature a dotés de capacités les destinant à des professions intellectuelles. En théorie, elle garantirait ainsi la possibilité d’une forme de mobilité sociale. Cependant l’exclusion des femmes des établissements du secondaire révèle la limite de cette méritocratie « naturelle ». Autant l’argument de la nature, en se substituant à l’arbitraire du privilège, implique plus d’égalité entre les hommes, autant il prédestine les femmes à une fonction déterminée. Cantonnées au niveau de l’instruction primaire, les femmes ne peuvent, même si elles font preuve de capacités intellectuelles, avoir accès à un savoir élaboré et espérer une ascension sociale par l’école. Comme l’écrit Olympe de Gouges dès 1791 : « celle qui est née d’une famille pauvre, avec du mérite et des vertus, quel est son lot ? La pauvreté et l’opprobre. Si elle n’excelle pas précisément en musique ni en peinture, elle ne peut être admise à aucune fonction publique, quand elle en aurait toute la capacité75. »

Les dangers de la mixité scolaire

  • 76 Figure du radicalisme anglais, Mary Wollstonecraft (1759-1797) est présente à Paris lors des événem (...)
  • 77 Joseph Serre, « Quelques réflexions sur l’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., t (...)

20Enfin, la volonté de maintenir la différence des sexes dans le processus de régénération de la société s’exprime lors des débats sur la mixité scolaire. Si la pratique de la mixité a été défendue notamment par Condorcet et Mary Wollstonecraft76 au début de la Révolution, peu de conventionnels partagent la position de ces voix isolées. On trouve parmi eux Joseph Serre. Réclamant une instruction égale entre les deux sexes, il poursuit sa logique en déclarant : « j’insiste sur la nécessité de l’instruction commune aux deux sexes77. » Pour le justifier, Serre fait appel à l’expérience de la mixité qu’on peut observer dans les petites écoles des campagnes :

  • 78 Ibid.

L’expérience nous apprend que dans les petits villages, où l’instruction y est donnée en commun, les femmes n’en sont ni moins vertueuses, ni moins bonnes épouses, ni moins bonnes mères que dans les villes, où la manie des distinctions était devenue la vertu à la mode78.

  • 79 Charles Duval, « Sur le projet d’éducation du Comité d’instruction publique », dans James Guillaume(...)
  • 80 Nicolas Hentz, « Sur l’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 110.
  • 81 Projet de décret pour l’établissement de l’instruction nationale, proposé à l’Assemblée par le Comi (...)
  • 82 Annie Bruter, « L’histoire enseignée a-t-elle un genre ? … », art. cit., p. 229.
  • 83 Michelle Zancarini-Fournel, « La mixité scolaire : une confusion des genres ? », dans Luc Capdevill (...)
  • 84 Claude Louis Masuyer (1752-1794) est avocat puis juge au tribunal de Louhans en 1790. Député de la (...)
  • 85 Claude Louis Masuyer, « Discours sur l’organisation de l’instruction publique et de l’éducation nat (...)
  • 86 Antoine de Baecque, Le Corps de l’Histoire. Métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lév (...)

21Serre est rejoint par le député Charles Duval qui préconise que « les enfants des deux sexes seront enseignés simultanément » mais seulement si les leçons sont publiques, « la pudeur publique étant la plus sûre sauvegarde des mœurs79. » S’observent aussi des tentatives de compromis. Nicolas Hentz estime que si le travail manuel et les exercices physiques nécessitent de séparer les enfants, « l’instruction et les promenades sont communes aux enfants des deux sexes80. » De même, des propositions préconisent la non-mixité mais seulement à partir d’un certain niveau d’instruction ou d’un certain âge. Le projet de décret du Comité d’instruction publique précise ainsi que, si « chaque école nationale est divisée en deux sections, une pour les garçons, l’autre pour les filles », il est prévu que « les premières leçons de lecture et d’écriture sont données par l’institutrice aux petits enfants de l’un ou l’autre sexe » et qu’« après ce premier enseignement, les garçons passent entre les mains de l’instituteur81. » Cependant, la grande majorité des députés se positionnent contre la mixité. Cela peut s’expliquer d’une part par l’envoi de nombreuses lettres au Comité d’instruction publique en 1793, montrant que la population serait majoritairement hostile au mélange des sexes en raison des mœurs82. D’autre part, on peut faire l’hypothèse que la mixité est associée à la menace d’une confusion des sexes83. Dans son plan d’éducation, le girondin Masuyer84, député de la Saône-et-Loire, affirme que l’école doit être différente pour les deux sexes afin d’éviter qu’advienne une « femme-homme », un « monstre en politique et en morale85. » Cette figure « contre-nature » évoquée par Masuyer fait écho aux allégories politiques monstrueuses conçues par l’imaginaire révolutionnaire qui, visant notamment Marie-Antoinette mais aussi des femmes militantes révolutionnaires, assimile l’hybridité à la dégénérescence86. Face à la « dégénérescence » de la confusion des sexes, le refus de la mixité et la volonté de sauvegarder à l’école une différence entre les sexes peuvent être lus comme des instruments visant à régénérer la société, ce qui implique une reconsolidation d’un ordre sexué conçu comme « naturel ».

Conclusion

  • 87  Décret du 5 brumaire an II (26 octobre 1793), article 5.
  • 88 Ibid.

22Ces débats à la Convention aboutissent au vote de plusieurs décrets et d’une loi scolaires. Si des articles de loi sont discutés dès décembre 1792 et mai 1793, les premiers décrets d’importance qui instaurent des écoles primaires pour les deux sexes datent de brumaire an II (octobre 1793). L’article V du décret du 5 brumaire stipule que « les filles s’occupent des mêmes objets d’enseignement, et reçoivent la même éducation que les garçons87. » Cependant, il est ajouté : « autant que leur sexe leur permet », laissant présager une restriction de certains enseignements. De plus, il est précisé que les filles « s’exercent plus particulièrement à la filature, à la couture et aux travaux domestiques qui conviennent à leur sexe88. » Ces décrets sont remplacés deux mois plus tard par la loi Bouquier du 29 frimaire an II (19 décembre 1793) qui crée aussi des écoles publiques de filles. Ses dispositions stipulent que « l’enseignement est libre » (art. 1), tant que l’esprit patriotique est respecté. Comme la loi ne précise pas le contenu des enseignements, elle ne mentionne aucune différence entre les sexes au sujet du contenu de l’instruction primaire, laissant ainsi en suspens les débats sur ce sujet.

  • 89 Sur ce point, je me permets de renvoyer à mon article dans un précédent numéro de La Révolution fra (...)

23Les filles accèdent ainsi pour la première fois à l’école primaire publique. Cette décision découle de la volonté des législateurs de détourner les femmes de la tutelle du clergé, de mettre au profit de la République leur influence essentielle sur les mœurs et de façonner par l’école publique une « femme nouvelle » instruites des vertus de son sexe et des principes républicains. Alors qu’est voté le 9 brumaire an II (30 octobre 1793) le décret Amar qui interdit les clubs féminins, l’école n’a pas pour mission de donner aux femmes l’instruction nécessaire pour exercer les droits politiques. Elle a en revanche celle de faire advenir des mères républicaines capables d’engendrer des citoyens. Autrement dit il s’agit, pour la majorité des conventionnels, d’opérer une régénération des femmes non pas tant pour elles-mêmes mais pour rendre possible celle des hommes. Pour autant, la conception de la régénération des femmes que les législateurs tentent d’imposer à l’ensemble de la société, reste en l’an II questionnée notamment par des militantes révolutionnaires. Ainsi des modèles concurrents de la « femme nouvelle » sont promus, tant dans des discours que dans des pratiques pédagogiques menées dans les écoles publiques de filles par des institutrices engagées dans la vie de la Cité89.

Haut de page

Notes

1 Né à Bordeaux, Jean-François Ducos (1765-1793), député de la Gironde à la Législative, est réélu à la Convention. Il siège du côté droit de l’Assemblée, mais se rapproche parfois de la Montagne et vote pour la mort du roi. Il est membre du Comité des pétitions et des correspondances.

2 Jean-François Ducos, « Sur l’instruction publique et spécialement sur les écoles primaires » (décembre 1792), dans James Guillaume, Procès-verbaux du Comité d’instruction publique de la Convention nationale, tome 1, Paris, Imprimerie nationale, 1891, p. 190.

3 Sur la notion de régénération, voir notamment : Mona Ozouf, L’homme régénéré, Essai sur la Révolution française, Paris, Gallimard NRF, 1989 ; Antoine de Baecque, « L’homme nouveau est arrivé. La « régénération » du français en 1789 », Dix-huitième siècle, n° 20, 1988, p. 193-208 ; Jean-Luc Chappey, « Révolution, régénération, civilisation. Enjeux culturels des dynamiques politiques », dans Jean-Luc Chappey, Bernard Gainot, Guillaume Mazeau, Frédéric Régent, Pierre Serna (dir.), Pour quoi faire la Révolution, Marseille, Agone, 2012, p. 115-148.

4 Sur les débats relatifs à l’instruction publique à la Convention, voir notamment : Dominique Julia, La Révolution : les trois couleurs du tableau noir, Paris, Belin, 1981 ; Bronislaw Baczko, Une éducation pour la démocratie, Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Paris, Éditions Garnier Frères, 1982 ; Robert R. Palmer, The Improvement of Humanity. Education and the French Revolution, Princeton, Princeton University Press, 1985 ; René Grevet, L’avènement de l’école contemporaine en France (1789-1835), Laïcisation et confessionnalisation de la culture scolaire, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2001, p. 28-41.

5 Sur les débats sur l’éducation des filles à l’époque des Lumières, voir notamment : Martine Sonnet, L’éducation des filles au temps des Lumières, Paris, Cerf, 1987 ; Jean-Clément Martin, La révolte brisée. Femmes dans la Révolution française et l’Empire, Paris, Armand Colin, 2008, p. 46-51.

6 Nicole Edelman, « Discours médical et construction des catégories homme/femme, masculin/féminin », Sens Public, 2001, en ligne sur : http://www.sens-public.org/spip.php?article9, consulté le 20 avril 2014.

7 Alyssa Goldstein Sepinwall, The Abbé Grégoire and the French Revolution. The Making of Modern Universalism, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 2005, p. 97.

8 Dominique Julia, Les trois couleurs du tableau noir…, op. cit., p. 310-331 (Chapitre IX : « Les Lumières sont-elles féministes ? »).

9 Daunou et Delacroix ont le plus témoigné de leurs réticences et de leurs hésitations sur la nécessité de mettre en place l’éducation publique des filles.

10 Jacques-Marie Rouzet (1743-1820), député de la Haute-Garonne, évoque l’accès des femmes aux droits politiques dans son projet de constitution daté du 18 avril 1793. Jacques-Marie Rouzet, Projet de constitution française, Paris, Imprimerie nationale, 1793, p. 3-4. Plus radical encore, Pierre Guyomar (1757-1826), député des Côtes-du-Nord, dénonce l’exclusion politique des femmes dans la brochure suivante : Le partisan de l’égalité politique entre les individus, ou Problème très important de l’égalité en droits et de l’inégalité en fait, Paris, Imprimerie nationale, 1793. Sur le parcours politique de Guyomar, voir Bernard Gainot, « Pierre Guyomar et la revendication démocratique dans les débats autour de la Constitution de l’an III », dans Roger Dupuy, Marcel Morabito (dir.), 1795, pour une république sans révolution, actes du colloque de Rennes, Rennes, PUR, 1996, p. 261- 273.

11 Je m’appuie sur la définition du genre proposée par l’historienne américaine Joan Scott, à savoir : « un élément constitutif des relations sociales fondées sur les différences perçues entre les sexes » et « un mode fondamental de signifier les rapports de pouvoir ». Joan Scott, « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Cahiers du GRIF, n° 37-38, Paris, 1988, p. 141.

12 J’ai répertorié, sur l’ensemble des plans d’éducation publiés par des députés à cette période, vingt-deux discours de conventionnels qui évoquent la question de l’éducation des femmes.

13 Charles-Gilbert Romme (1750-1795), député du Puy-de-Dôme à la Législative puis à la Convention, membre très actif du Comité d’instruction publique, joue un rôle essentiel dans les débats sur l’éducation à l’Assemblée. Voir Jean Ehrard (dir.), Gilbert Romme. Actes du colloque de Riom, 19-20 mai 1995, organisé par la Société des amis du Centre de recherches révolutionnaires et romantiques, Paris, Société des Études Robespierristes, 1996.

14 Charles-Gilbert Romme, « Rapport sur l’instruction publique, considéré dans son ensemble, suivi d’un projet de décret sur les principales bases du plan général, prononcé devant la Convention le 20 décembre 1792 », dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 214.

15 Ibid. C’est moi qui souligne.

16 Anne Verjus, Le bon mari. Une histoire politique des hommes et des femmes à l’époque révolutionnaire, Paris, Fayard, 2010, p. 149.

17 Ibid.

18 Jean-Marie Calès (1757-1834) est médecin de profession. D’abord nommé colonel de la garde nationale de Saint-Béat, il est ensuite élu député de la Haute-Garonne en septembre 1792 et vote la mort du roi. Il est envoyé en mission près de l’armée des Ardennes le 15 juin 1793.

19 Jean-Marie Calès, De l’Éducation nationale (1793), dans Célestin Hippeau, L’instruction en France pendant la Révolution. Discours et rapports de Mirabeau, Talleyrand-Périgord, Condorcet, Lanthenas, Romme, Le Peletier, Calès, Lakanal, Daunou et Fourcroy, Paris, Didier et Cie libraires-éditeurs, 1881, p. 399.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 400. C’est moi qui souligne.

22 Joseph Lakanal (1762-1845), député de l’Ariège, s’est beaucoup impliqué dans la mise en œuvre du projet pédagogique de la Convention en tant que représentant en mission et surtout membre actif du Comité d’instruction publique.

23 Joseph Lakanal, « Discours préliminaire lu à la Convention le 26 juin 1793 », dans James Guillaume, op. cit., tome 5 (appendice), p. 663.

24 Jean-Baptiste Leclerc, « Discours sur l’instruction publique », 18 décembre 1792, dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 197.

25 « Décret du 3 octobre 1793 », dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 564.

26 Sur la figure de la « mère républicaine », voir notamment : Dominique Godineau, « Fonction maternelle et engagement révolutionnaire féminin », dans Marie-Françoise Lévy (dir.), L’enfant, la famille et la Révolution française, Paris, Olivier Orban, 1990, p. 85-95 ; Lynn Hunt, Le roman familial de la Révolution française, Paris, Armand Colin, 1995 ; Anne Verjus, Jennifer Heuer, « Les mères de la patrie révolutionnaire. Entre représentation et incarnation du politique (1792-1801) », Les Cahiers de la MRSH, n° 45, 2006, p. 259-270.

27 Sur la figure de la mauvaise mère, voir : Lynn Hunt, Le roman familial…, op. cit., p. 107-139 ; Jennifer J. Popiel, Rousseau’s Daughters. Domesticity, Education and Autonomy in Modern France, Durham, N.H University of Hampshire Press, Hanover, University Press of New England, 2008, p. 105-108.

28 Ibid., p. 105.

29 Cité dans Dominique Godineau, « Fonction maternelle et engagement révolutionnaire féminin », dans Marie-Françoise Lévy (dir.), L’enfant, la famille et la …, p. 89.

30 Jean-François Baraillon (1743-1816), médecin de profession, est député de la Creuse à la Convention. Modéré, il vote, lors du procès du roi, en faveur de l’appel au peuple et de la détention.

31 Jean-François Baraillon, « Intervention à la Convention, le 25 brumaire an II », citée dans Bronislaw Baczko (dir.), Une éducation pour la démocratie. Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Paris, Garnier, 1982, p. 29.

32 Joseph Serre (1762-1831), soldat avant la Révolution, devient en 1791 capitaine au 2e bataillon des volontaires des Hautes-Alpes. Il est élu député de ce département à la Convention. Lors du procès du roi, il vote pour l’appel au peuple, pour la détention et le bannissement à la paix et pour le sursis. Il est membre du Comité de la marine et de celui des colonies. Signataire de la protestation contre les journées des 31 mai et 2 juin, il est décrété d’arrestation le 30 octobre, s’enfuit et rentre à la Convention le 8 décembre 1794.

33 Joseph Serre, « Quelques réflexions sur l’instruction publique » (décembre 1792 ?), dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 286.

34 Jennifer J. Popiel, Rousseau’s Daughters…, op. cit., p. 53.

35 Louis Michel Le Peletier de Saint-Fargeau (1760-1793), juriste de profession, est élu député de la noblesse de Paris aux États généraux. Le 21 juin 1790, il devient président de l’Assemblée constituante. Élu député du département de l’Yonne à la Convention, il siège sur les bancs de la Montagne. Assassiné le 20 janvier 1793 pour avoir voté la mort du roi, Le Peletier est alors élevé au rang de martyr de la République. Écrit peu avant sa mort et présenté devant la Convention dans le contexte du mouvement fédéraliste et de la révolte vendéenne, son plan d’éducation préconise une éducation primaire commune gratuite, laïque et obligatoire pour les deux sexes. Dominique Julia souligne « la charge sacrale qui accompagne la publication d’une œuvre qui apparaît comme son testament politique ». Dominique Julia, Les trois couleurs du tableau noir…, op. cit., p. 92.

36 Louis Michel Le Peletier de Saint-Fargeau, Plan d’éducation nationale présenté à la Convention nationale par Maximilien Robespierre, au nom de la Commission d’instruction publique le 13 juillet 1793, Paris, Imprimerie nationale, 1793, dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 38.

37 Sur Léonard Bourdon et son « école des jeunes Français » établie à Paris au printemps 1792, voir : Michael J. Sydenham, Leonard Bourdon. The Career of a Revolutionary. 1754-1807, Waterloo Ontario, Wilfrid Laurier University Press, 1999 ; Raymonde Monnier, L’espace public démocratique. Essai sur l’opinion à Paris de la Révolution au Directoire, Paris, Kimé, 1994, p. 148-154.

38 Léonard Bourdon, « Projet de décret sur l’éducation nationale » (27 juillet 1793), dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 120.

39 Elsa Dorlin, La matrice de la race : généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La Découverte, 2006, p. 207.

40 Léonard Bourdon, « Projet de décret sur l’éducation nationale », dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 116.

41 Charles François Marie Duval (1750-1829). Fils d’un conseiller du roi, il est nommé en 1791 juge au tribunal du district de Vitré. Élu de l’Ille-et-Villaine à la Législative, il est réélu à la Convention. Proche de la Montagne, il vote pour la mort du roi. Il fonde le 2 novembre 1792 le Journal des hommes libres de tous les pays. Le 1er brumaire an II (22 octobre 1793), il est nommé secrétaire de la Convention, et le 29 nivôse an II (18 janvier 1794) secrétaire des Jacobins.

42 Charles Duval, « Sur l’éducation publique » (juin 1793), dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 634.

43 Anne Verjus, Jennifer Heuer, « Les mères de la patrie révolutionnaire… », art. cit., p. 257.

44 Charles Duval, « Sur le projet d’éducation du Comité d’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 561.

45 Ibid.

46 Joseph Serre, « Quelques réflexions sur l’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 286.

47 Charles Delacroix (1741-1805), avocat au Parlement sous l’Ancien Régime, devient à la Révolution député de la Marne à la Convention et siège sur les bancs de la Montagne. Il vote pour la mort du roi. Du 13 juin au 11 juillet 1793 il est secrétaire de la Convention. Il est envoyé plusieurs fois en mission notamment dans les Ardennes et la Meuse.

48 Charles Delacroix, « Projet de loi sur l’éducation commune », dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 101.

49 Projet de décret pour l’établissement de l’instruction nationale, proposé à l’Assemblée par le Comité d’instruction publique, 26 juin 1793, dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 511.

50 Louis Michel Le Peletier de Saint-Fargeau, « Plan d’éducation nationale », dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 52.

51 Voir Paule-Marie Duhet (éd.), Cahiers de doléances des femmes en 1789 et autres textes, Paris, Édition des femmes, 1981.

52 Pierre Charles François Dupont (1740-1793), professeur au collège de Pau, est élu député du tiers état par la sénéchaussée de Bigorre aux Etats généraux. Il est député des Hautes-Pyrénées à la Convention. Lors du procès du roi, il vote pour la réclusion puis pour la mort. Il est membre du Comité des finances.

53 Pierre Charles François, Dupont, « Bases de l’éducation publique, ou l’art de former des hommes », dans James Guillaume, op. cit., p. 674.

54 Léonard Bourdon, « Projet de décret sur l’éducation nationale », dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 120.

55 Ibid., p. 122.

56 Louis Michel Le Peletier de Saint-Fargeau, « Plan d’éducation nationale », dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 42.

57 Ibid., p. 57.

58 Soit environ 15 jours après sa lecture du plan Le Peletier de Saint-Fargeau devant la Convention.

59 Maximilien Marie Isidore Robespierre, Projet de décret sur l’éducation publique, lu dans la séance du 29 juillet 1793, Paris, Imprimerie nationale, 1793, p. 7.

60 Nicolas Hentz (1768-1830) est élu député de la Moselle à la Convention en septembre 1792. Proche de la Montagne, il vote pour la mort du roi. Il est envoyé plusieurs fois en mission auprès des armées notamment en Vendée.

61 Nicolas Hentz, « Sur l’instruction publique » (14 juillet 1793), dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 110.

62 Charles Delacroix, « Projet de loi sur l’éducation commune », dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 101.

63 Ibid.

64 Ibid.

65 Maximilien Marie Isidore Robespierre, Projet de décret sur l’éducation publique, lu dans la séance du 29 juillet 1793, op. cit., p. 6 ; Louis Michel Le Peletier de Saint-Fargeau, « Plan d’éducation nationale », dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 57.

66 Ibid.

67 Annie Bruter, « L’histoire enseignée a-t-elle un genre ? Filles et garçons devant l’enseignement historique à l’école primaire selon les textes officiels du XIXe siècle (1793-1914) », dans Nicole Pellegrin (dir.), Histoires d’historiennes, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006, p. 227.

68 Joseph Serre, « Quelques réflexions sur l’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 286.

69 Ibid., p. 288.

70 Projet de décret pour l’établissement de l’instruction nationale, proposé à l’Assemblée par le Comité d’instruction publique, 26 juin 1793, dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 510.

71 Charles-Gilbert Romme, « Rapport sur l’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 210.

72 Extrait de la Gazette nationale ou le Moniteur universel, 29 brumaire an II (19 novembre 1793), cité dans Élisabeth Badinter (dir.), Paroles d’hommes (1790-1793), Paris, P.O.L., 1989, p. 185.

73 Marie Joseph Lequinio (1755-1814), juge au tribunal de Vannes en 1790, est élu député du Morbihan à l’Assemblée législative en 1791, puis réélu à la Convention où il rejoint les Montagnards.

74 Marie Joseph Lequinio, « Éducation nationale : plan proposé à la Convention nationale dans la séance du 2 juillet 1793 », dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 549. C’est moi qui souligne.

75 Olympe de Gouges, « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne », postambule, dans Paule-Marie Duhet (éd.), 1789. Cahiers de doléances des femmes et autres textes, Paris, Éd. des femmes, 1989, p. 216.

76 Figure du radicalisme anglais, Mary Wollstonecraft (1759-1797) est présente à Paris lors des événements révolutionnaires. Dans son ouvrage Défense des droits des hommes (1790), elle défend la Révolution contre les attaques de son compatriote Edmund Burke. Dans la Défense des Droits de la femme (1792), Mary Wollstonecraft propose une réflexion originale sur l’instruction des femmes et défend l’égalité politique entre les sexes.

77 Joseph Serre, « Quelques réflexions sur l’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 286.

78 Ibid.

79 Charles Duval, « Sur le projet d’éducation du Comité d’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 562.

80 Nicolas Hentz, « Sur l’instruction publique », dans James Guillaume, op. cit., tome 2, p. 110.

81 Projet de décret pour l’établissement de l’instruction nationale, proposé à l’Assemblée par le Comité d’instruction publique, 26 juin 1793, dans James Guillaume, op. cit., tome 1, p. 510.

82 Annie Bruter, « L’histoire enseignée a-t-elle un genre ? … », art. cit., p. 229.

83 Michelle Zancarini-Fournel, « La mixité scolaire : une confusion des genres ? », dans Luc Capdevilla, Sophie Cassagnes, Martine Cocaud, Dominique Godineau, François Bouquet et Jacqueline Sainclivier (dir.), Le genre face aux mutations. Masculin et féminin du Moyen-Âge à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, p. 31- 41.

84 Claude Louis Masuyer (1752-1794) est avocat puis juge au tribunal de Louhans en 1790. Député de la Saône-et-Loire à la Législative, puis à la Convention, ce proche des Girondins est membre du Comité des finances. Lors du procès du roi, il vote le bannissement à vie.

85 Claude Louis Masuyer, « Discours sur l’organisation de l’instruction publique et de l’éducation nationale en France. Examen et réfutation d’un système proposé successivement par les citoyens Condorcet et G. Romme, au nom du Comité d’instruction publique de l’Assemblée législative et de la Convention nationale », dans James Guillaume, op. cit. tome 1, p. 147. Ce dernier affirme en conséquence : « qu’au sortir de l’enfance, la jeune fille cesse de fréquenter les écoles publiques comme écolière ; que si cependant elle veut encore profiter des leçons, elle les suive, sous la conduite de sa mère, dans la tribune destinée au public et séparée de la classe. » Il ajoute « on trompe les femmes lorsqu’on leur fait croire qu’elles doivent rivaliser avec les hommes. »

86 Antoine de Baecque, Le Corps de l’Histoire. Métaphores et politique (1770-1800), Paris, Calmann-Lévy, 1993, p. 209-210.

87  Décret du 5 brumaire an II (26 octobre 1793), article 5.

88 Ibid.

89 Sur ce point, je me permets de renvoyer à mon article dans un précédent numéro de La Révolution française : « Des petites républiques de filles. Projets et expérimentations pédagogiques révolutionnaires (1793-1794) », La Révolution française, n° 4, 2013, mis en ligne le 05 juin 2013, consulté le 16 août 2013. URL : http://lrf.revues.org/803. Sur les pratiques éducatives dans les écoles révolutionnaires de filles, voir aussi ma thèse : « Genre, savoir et citoyenneté. Les enjeux politiques de l’éducation des filles (de 1789 aux années 1820) », sous la direction de Michèle Riot-Sarcey, Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Fayolle, « Former la « femme nouvelle » », La Révolution française [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 14 juillet 2014, Consulté le 20 septembre 2017. URL : http://lrf.revues.org/1071

Haut de page

Auteur

Caroline Fayolle

Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis
Centre de recherches historiques - EA 1571 /CEFEG

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© La Révolution française

Haut de page