Navigation – Plan du site
Compte rendu de lecture

Melvin Edelstein, La Révolution française et la naissance de la démocratie électorale

Presses universitaires de Rennes, 2014. 531 pages
Bernard Gainot
Référence(s) :

Melvin Edelstein, La Révolution française et la naissance de la démocratie électorale. Presses universitaires de Rennes, 2014. 531 pages, + sources et bibliographie (30 pages) et annexes + index (23 pages). 26 euros, ISBN 978-2-7535-2851-2.

Texte intégral

1On peut affirmer, sans grand risque, que le travail de Melvin Edelstein, fruit de très nombreuses années d’études, de séjours prolongés dans les dépôts d’archives, et de lectures approfondies, fera date. Comme l’annonce d’emblée le titre, c’est une défense et illustration de l’apprentissage de la démocratie par la pratique électorale. Enonciation veut prise de position ; Edelstein envisage la décennie révolutionnaire comme une création continue, un apprentissage des formes, des pratiques, mais aussi des limites de la légitimation du pouvoir politique par le suffrage. Ce faisant, il récuse les interprétations jumelles de la Révolution française comme matrice des totalitarismes du siècle passé, ou comme un état anomique de violence incontrôlée qui rendrait vaine toute tentative ultérieure de déchiffrage.

  • 1 Albert Mathiez, La Révolution française, Paris, Armand Colin, 1963, tome III, p. 192.
  • 2 Alphonse Aulard, Histoire politique de la Révolution française. Origines et développement de la dém (...)
  • 3 Jean-René Suratteau ; « Heurs et malheurs de la sociologie électorale sous la Révolution Française  (...)

2Donc, il y eut bien un héritage démocratique foisonnant, exubérant, mais de plus en plus fragile et contesté : le vote en assemblée est au cœur de cet héritage, en lien avec d’autres pratiques comme le journalisme d’opinion, ou les sociétés de pensée. Encore faut-il s’entendre sur l’usage du terme « démocratie », et sur l’étendue du champ auquel il renvoie. Nous sommes confrontés, une fois de plus, à l’historiographie classique de la Révolution française, et au débat Mathiez / Aulard. Lorsque le premier mentionne que « Le 9 thermidor a été fatal à l’affermissement de la démocratie à l’intérieur1 », il pense à la « démocratie sociale », à la législation sur la protection sociale, aux décrets de ventôse, à l’extension de la petite propriété ; le second, dans son Histoire politique de la Révolution française2 avait davantage en tête la grande question du suffrage et de son élargissement, c’est-à-dire la « démocratie politique ». Il répondait alors aux conservateurs, pour lesquels il était de bon ton de ne voir dans ces dizianes de milliers de procès-verbaux d’élection produits au cours de la période révolutionnaire que fraude, manipulation, trafics d’influence et corruption. Le plus écouté de ces historiens qui dénigrèrent la légitimation par les urnes au moment du centenaire était Augustin Cochin. Par la grâce de François Furet, l’écrivain catholique de droite était redevenu l’oracle des turpitudes révolutionnaires à l’heure du bicentenaire de la Révolution. Le positionnement de Furet est d’ailleurs paradoxal, puisque s’il dénie d’une part toute valeur aux résultats électoraux de la Révolution française, il promeut d’autre part une histoire politique, qui va inciter son élève Patrice Gueniffey à dépouiller un échantillon de procès-verbaux d’élections. Aussi est-ce une version actualisée de la confrontation Aulard / Cochin que nous suivons à travers la lecture constamment critique à laquelle se livre Edelstein vis-à-vis de l’ouvrage de Guéniffey, mais aussi profondément renouvellée par les apports de la sociologie électorale. Jean-René Suratteau, fin connaisseur en la matière, avait relevé les difficultés et les impasses de la quantification statistique des résultats électoraux, dans son article de mai 1968 qui en découragea plus d’un3 ; Melvin Edelstein relève vaillamment, et brillamment, le défi.

  • 4 Serge Aberdam, Serge Bianchi, Robert De Meude, Emile Ducoudray, Berrnard Gainot, Maurice Genty, Cla (...)

3L’auteur s’inscrit donc pleinement dans le renouveau des études sur les élections révolutionnaires qui a marqué l’après-bicentenaire. Il rappelle comment, après l’époque des grands monographies régionales (Paul Bois, Roland Marx, Marcel Reinhard), les chantiers sur les élections pendant la Révolution se sont multipliés au cours des années 1990, illustrés notamment par les ouvrages de Patrice Gueniffey, de Malcolm Crook, par le guide de recherches élaboré par une équipe qui travaillait initialement dans le cadre de l’Institut d’histoire de la Révolution française4. Les auteurs de ce guide, tous interlocuteurs amicaux de Melvin Edelstein lors de ses multiples séjours français, pensaient alors ouvrir des pistes pour de jeunes chercheurs qui seraient tentés par l’abondant matériel produit par les assemblées élisantes. Force est de constater qu’après une phase d’engouement qui a inspiré quelques belles thèses, l’enthousiasme est retombé, et que les études révolutionnaires se sont bien trop souvent détournées des pratiques pour emprunter le chemin moins austère des représentations. L’histoire culturelle a ravi la vedette à l’histoire politique et sociale. La synthèse proposée ici par Melvin Edelstein est l’occasion de revenir sur ces acquis de la recherche historique, et de lancer des balises pour rééquilibrer les perspectives de la recherche.

4Edelstein nous propose une véritable somme de 531 pages. Historien de terrain, il nous rappelle avant tout que la spécificité du métier est un rapport privilégié à l’archive. De fait, le dépouillement des fonds d’archives, qui nous est minutieusement restitué au fil des notes infra-paginales, est impressionnant. Le bilan en forme de synthèse ne l’est pas moins ; une vingtaine de consultations nationales en dix ans (deux par an en moyenne) permettent de mesurer à quel point les révolutionnaires avaient pris au sérieux la consultation du nouveau souverain, le Peuple, au sens du Corps politique régénéré. Des tableaux de synthèse, des cartes, ponctuent et illustrent les conclusions d’ensemble. Le plan chronologique en douze chapitres permet de mesurer les changements d’une consultation à l’autre, et de mieux analyser les contours et les variations de ce Corps politique. Mais aussi de le mettre en perspective, puisque l’auteur a le souci de comparer son objet à ces deux autres laboratoires du libéralisme politique de l’époque, le Royaume-Uni et la jeune République des Etats-Unis d’Amérique. La comparaison tourne généralement à l’avantage de la France, en matière de démocratie, ce qui est une autre façon de se démarquer de l’école furetienne, qui ne plaçait pas le curseur au niveau des pratiques, mais au niveau des discours.

5La partie qui se rapporte à la mise en route de la machine électorale tient la plus grande place. La moitié de l’ouvrage environ porte sur les années 1789 et 1790. Ce qui peut se justifier dans la mesure où ces premières élections furent effectivement fondatrices des pratiques ultérieures. La réduction au scrutin de la quasi-totalité des fonctions (il est question des fonctions administratives et judiciaires, aussi bien que de la représentation politique, mais il faudrait encore tenir compte des fonctions ecclésiastiques, ou des grades dans la garde nationale, voire dans l’armée) accompagne la régénération de la Nation. C’est ainsi plus d’un million d’emplois qui est offert au choix des citoyens, comme réponse globale aux blocages de la société d’Ancien Régime. Toutes les questions qui se posent au cours de ces premières assemblées, les rituels qui s’y déroulent, ne connaîtront que peu d’évolutions par la suite.

6Les rituels du vote en assemblée viennent surtout des élections ecclésiastiques, pour la mise en œuvre des mécanismes du scrutin. Il est exact que ce n’est pas la seule origine, Edelstein met plutôt l’accent sur les élections laïques, corporatives et municipales, de l’Ancien Régime.

7On y retrouve les mêmes rituels spécifiques, à l’exception toutefois du tirage au sort, pourtant supposé plus démocratique, mais ce sont les tours de scrutin qui s’imposent (scrutin de liste, scrutin majoritaire individuel à deux tours, à trois tours) pour sélectionner les meilleurs, selon une alchimie révisée par le calcul des probabilités (Condorcet).

8L’élection du bureau qui va présider au dépouillement du scrutin est capitale : la présidence du bureau est un poste stratégique pour le contrôle des opérations ; mais ce n’est pas forcément une tour de contrôle des résultats. Plusieurs analystes des séquences électorales révolutionnaires, dont Patrick Gueniffey, y ont vu une prédétermination systématique des résultats, la fonction de président étant secondée par celle des scrutateurs (préposés au dépouillement) qui transcrivent discrètement le choix des citoyens qui ne savent pas écrire – et on sait que les analphabètes étaient nombreux à cette époque. Après l’élection du bureau, notent ces analystes, l’assistance décroît, comme si les jeux étaient faits. Edelstein, tout comme Crook d’ailleurs, refait les comptes de façon très minutieuse, pour arriver à des conclusions bien plus nuancées ; l’assistance est très fluctuante, les citoyens ayant la possibilité de rejoindre ou de quitter l’assemblée à tout moment, et le rôle du président est plus honorifique (il indique une tendance, il consacre une réputation) que manipulateur.

9L’expression du suffrage, au long de la décennie, est diversifiée ; si le vote individuel à bulletins secrets est généralement la règle, d’autres modes d’expression le concurrencent jusqu’aux élections du Directoire, où ils sont prohibés : vote par acclamations (1792, 1793), vote à main levée , vote par assis et levés, vote au lancer de chapeaux....

10Ces rituels font sens et demandent une interprétation. La question récurrente est celle de la part de « modernité » ou d’ « archaïsme » qui imprégnait ces séquences électorales révolutionnaires. La moindre attention portée pendant longtemps au champ des études électorales par les historiens de la Révolution, a tenu au fait que celui-ci était dominé par les politistes. Pour ces derniers, l’entrée dans la modernité ne se fait qu’en 1913 avec l’isoloir. Pour eux, alors, et alors seulement, se produit l’entrée des consultations électorales dans l’âge de la modernité, la période qui précède n’étant qu’une ébauche imparfaite d’une pratique individualisée du vote. Pour tous les analystes sérieux du fait électoral dans les formations politiques issues des révolutions modernes du monde occidental, dont Edelstein, la rupture est complète, et assumée, avec cette perspective téléologique ; le vote en assemblée est une pratique absolument novatrice, qui introduit l’universalité de la citoyenneté dans le processus de légitimation des Etats contemporains. Cette affirmation ne gomme pas, toutefois, les spécificités de cette pratique.

11Gueniffey a déplacé vers d’autres observations la question de la modernité. Il met notamment l’accent sur l’absence de candidatures déclarées, et même sur leur interdiction (à l’exception notable des élections de 1797). Cela signifie, selon lui, que l’offre électorale n’était pas libre, car elle n’était pas plurielle. Edelstein rétorque qu’il s’agit là d’une vue totalement anachronique. Il souligne, après d’autres, que ce rejet de la candidature préalable, est inscrite dans la culture politique du temps. La liberté était justement mesurée à l’aune de l’indifférenciation du corps politique, du détachement du citoyen envers toute forme de structure collective préalable, qui était le gage de son indépendance. Ainsi se détachait le « candidat idéal » qui était une pure fiction, mais qui marquait toutefois la conception que les contemporains avaient de l’individuation politique. Il fallait isoler le corps politique de toutes formes de pressions sociales, et des hiérarchies de l’Ancien Régime (nobiliaires ou cléricales), assimilées à des « brigues » ou des « cabales ». Il fallait aussi, selon Quatremère de Quincy, qui va rejeter le système des candidatures déclarées en 1797, que le choix se porte sur des hommes éduqués et raisonnables, détachés des passions et de l’emballement, qui sont le propre des temps de troubles. Ce faisant, cette sélection parfaite des meilleurs, selon une alchimie complexe, est une utopie. Le choix était soumis à des pressions diverses, et c’est en cela, selon Gueniffey, qu’il est à la fois un signe d’archaïsme, mais aussi de manipulations. Archaïsme parce qu’en refusant l’organisation de l’offre électorale selon les mécanismes en vigueur dans toute démocratie libérale (essentiellement les partis politiques), on laisse libre cours aux rapports de force traditionnels, l’esprit de localité, l’influence des réseaux clientélaires, qui sont l’expression d’un vide politique. Ce vide politique est alors aisément rempli par des forces occultes qui vont d’autant plus facilement maîtriser les choix électoraux que leurs adversaires ne peuvent les combattre à visage découvert. On en revient au pré-supposé d’Augustin Cochin, en désignant cette fois les clubs jacobins comme les nouveaux « faiseurs de rois ». Melvin Edelstein réfute cette analyse comme empreinte de préjugés idéologiques, et il conduit cette réfutation par un dépouillement systématique des milliers de procès-verbaux d’assemblées primaires (premier degré) et d’assemblées électorales (second degré). Il ne relève aucune corrélation systématique entre le réseau de clubs jacobins et le niveau de fréquentation des assemblées. Par exemple, pour les élections de 1792 à la Convention nationale, élections que l’on présente souvent comme « jacobines », des taux de participation plus élevés peuvent être relevés en Charente, dans l’Yonne ou le Loir-et-Cher, qui ne sont pas des pôles de forte implantation clubiste, tandis qu’il y eut une faible participation en Seine-Inférieure ou le Var, où le réseau jacobin était plus structuré.

12Une deuxième divergence entre Gueniffey et Edelstein vient de l’interprétation même de la politisation. Pour le premier, l’absence de partis, de candidats, et d’enjeux nationaux est la marque de l’infra-politique. L’auteur estime au contraire, mais il n’est pas le seul (Jeff Horn, les auteurs du Guide de recherches, Ted Margadant) que les enjeux locaux sont aussi des enjeux politiques. Les rivalités autour des chefs-lieux, par exemple, portent également des enjeux démocratiques, par la volonté de rééquilibrage des centres administratifs sur le territoire, par la recherche de la proximité des lieux de décision. L’exemple du Gard, ou de l’Héraut, montrent que, derrière les rivalités inter-communales, se déroulent des affrontements religieux et sociaux. L’extrême attention portée par ce fin connaisseur de la France révolutionnaire profonde aux élections communales, l’amène à mettre en lumière un modèle communautaire de mise en représentation des conflits par la compétition électorale, là où d’autres auteurs (Lynn Hunt) étaient plus sensibles à un modèle de « mobilisation » qui liait politisation et individualisation, privilégiant les villes, où les réseaux de communication et l’intégration sociale étaient plus développés.

13La question de la démocratie est liée à celle de la citoyenneté à travers l’analyse de la composition et des limites du nouveau corps politique, celui des ADV (ayants droit de vote). La mise au point sur les questions de religion, de race et de sexe (p. 95) est utile, même si ce n’est pas la Constituante qui « accorda des droits politiques aux gens de couleur libres » (le décret du 15 mai 1791 n’accordait la citoyenneté qu’à une infime partie des gens de couleur, les « nés libres », et il fut d’ailleurs supprimé le 28 septembre 1791), mais la Législative par la loi du 4 avril 1792.

14Les limites du corps électoral sont fluctuantes : 4 300 000 citoyens actifs pour 6 000 000 d’électeurs potentiels (70 % avaient le droit de vote) en 1791, autour de 7 000 000 en 1793, pour 5 000 000 environ sous le Directoire. Edelstein récuse, à juste titre, les oppositions convenues entre « suffrage censitaire » et « suffrage universel » ; le passage d’un régime électoral à un autre n’est pas brutal, il se fait de manière progressive, au gré des priorités et des forces des administrations locales, dans un système qui reste constamment décentralisé. Il est beaucoup plus exact de parler de phases d’élargissement et de rétrécissement du suffrage. Il faut aussi tenir compte de l’espace / temps ; les directives parisiennes pour l’élargissement du suffrage en août 1792 parviennent aux assemblées primaires après que les opérations électorales ont commencé, et les administrateurs se référent toujours aux listes établies en 1791 pour un suffrage restreint. A l’inverse en 1795, alors que la nouvelle Constitution restreignait légèrement l’ouverture du corps électoral, les citoyens qui choisissent leurs représentants et leurs administrateurs dans les nouvelles institutions le font sur la base du suffrage élargi. Ce rappel aux réalités locales peut faire varier de quelques points les taux de participation, là n’est pas l’essentiel. L’auteur rappelle que les conditions de la citoyenneté sont surtout déterminées par une culture politique dont les critères sont encore ceux de l’Ancien régime, et plus encore de la physiocratie, qui jouent de l’identification du citoyen idéal et du propriétaire indépendant. Cette exploration méthodique de la culture politique de ce temps conduit fort justement l’auteur à raisonner en termes de limitation fluctuante, et non d’exclusion consciente et délibérée, à l’instar de ceux qui, comme Olivier Lecour Grandmaison assènent sans s’embarrasser de nuances « que l’exclusion fut la pierre angulaire de la pensée constituante et que les lois électorales créèrent une aristocratie de l’argent. » (p. 125)

15Cette mise en garde constante contre l’anachronisme est assortie d’une perspective comparatiste : « l’électorat anglais et gallois entre 1754 et 1790 était de 338 000 individus soit 17,2 % des hommes adultes âgés d’au moins 21 ans » (p. 130), les taux de participation aux élections législatives, et pour les postes de gouverneur, aux Etats-Unis dans les années 1790 n’ont pratiquement jamais dépassé 40 %. Pour les élections présidentielles de 1824, le taux de participation était de 27 %. Dans le New-Jersey, 27 % des hommes blancs adultes ont voté pour les élections au Congrès de 1790 et 26 % aux élections présidentielles de 1796. Dans le Connecticut, c’est entre 2 % et 14 % des hommes adultes qui ont voté aux élections au Congrès entre 1790 et 1800 (note p. 451).

16La comparaison des contours du corps électoral et des taux de participation tourne quasi-systématiquement à l’avantage de la Révolution française ; ce que Jaurès avait d’ailleurs souligné, lui aussi. Mais, en ces temps où les références à l’ « exception française » font ricaner dans le tout petit monde des sciences sociales, nous savons gré à notre collègue américain de revenir à quelques vérités élémentaires.

17Au reste, comme l’avaient également remarqué Malcolm Crook, ou les auteurs du Guide de recherches, les taux de participation sont fluctuants : de 57 % pour les premières élections municipales en 1790, on passe à 50-55 % pour les premières élections cantonales la même année. Puis la participation baissa de moitié en 1791, et à partir de là, s’amorce un mouvement, plus ou moins marqué, de renversement de la différenciation villes / campagnes ; alors que la participation moyenne tourne autour de 23-24 %, les citoyens des villes vont participer davantage que les citoyens des champs, alors que c’était l’inverse dans la période initiale de la Révolution.

18Les élections à la Convention eurent un taux de participation assez faible (17 %) ; ce n’en furent pas moins des élections libres, avec un renouvellement important du personnel politique. Ce constat est en opposition avec l’idée que la baisse du taux de participation restreindrait de plus en plus la vie politique à une oligarchie. C’est l’hypothèse du « circuit fermé », avancée par Gueniffey. Melvin Edelstein remarque, tout au contraire, que ce ne sont pas les mêmes électeurs qui votent d’un scrutin sur l’autre, que les citoyens des campagnes s’en remettent bien souvent à des personnes de confiance auxquelles ils confèrent le droit de faire les choix à leur place, ce qui leur évite en outre un déplacement long et onéreux (constat que j’ai pu faire également dans le cadre limité du département de Saône-et-Loire). Les conclusions de l’auteur, dans le sens d’un renouvellement constant de l’électorat, et d’une classe politique très large, vont plutôt dans le sens de Lynn Hunt, celui de la formation d’une classe politique ouverte et tout à fait inclusive.

19Le vote sur le plébiscite constitutionnel de 1793, première consultation de cette nature, et originalité du laboratoire constitutionnel français, voit un sursaut, avec un taux de participation de 35 %, au minimum, puisqu’il faudrait également prendre en compte les votes des 560 000 militaires.

20Il y eut persistance des élections pendant le gouvernement révolutionnaire, mais elles furent tout à fait limitées (comités de surveillance, assemblées de sections). La période du gouvernement révolutionnaire reste quand même une parenthèse, même si le terme de « dictature » employé par l’auteur peut être discuté, il ne faut pas surestimer ces votes. En septembre 1795, le deuxième vote populaire sur la Constitution voit un recul de la participation incontestable, mais le contexte est nettement moins porteur qu’en 1793, après deux années de restrictions et de contraintes, alors que bien des régions comme l’Ouest et le Midi sont ravagées par la guerre civile, alors que des bandes de terroristes blancs empêchent la tenue des assemblées primaires. Malgré tous ces obstacles, le taux de participation reste tout de même de 24 % ; pour les élections aux nouveaux Conseils, et pour l’installation des administrations, il fut moins élevé, de l’ordre de 17 % en moyenne. Il est ensuite fluctuant ; 24 % en 1797, 21 % en 1798, 14 % en 1799. Il n’y a absolument pas là de quoi corroborer la vision crépusculaire d’un déclin inéluctable de la participation, et d’une lassitude universelle de la masse des citoyens français après dix ans de Révolution, vision entretenue jusqu’à aujourd’hui par tous ceux – et ils sont nombreux- qui ne voient dans l’apprentissage des pratiques démocratiques qu’un désordre établi.

21La « démocratisation » n’est pas qu’une affaire de pratiques, et de mobilisation. Elle se mesure également par la diversité des catégories sociales mobilisées. Edelstein trace les contours de groupes (hommes de lois, rentiers, gens d’affaires, artisans, cultivateurs...) dont on ne manquera pas de contester la consistance et la pertinence. Il s’agit là d’un débat ancien, dans lequel nous n’entrerons pas, puisque l’objectif de l’auteur n’est pas une analyse stratigraphique de la société française, mais la recherche de marqueurs qui rendent compte de l’évolution d’une « classe politique ». De ce point de vue, fixer quelques catégories, et les dérouler au fil des consultations de la décennie révolutionnaire, est une méthode acceptable. La représentativité est variable selon les degrés ; par exemple, en 1791, si les hommes de loi sont encore prépondérants aux élections nationales, les agriculteurs, les gens d’affaires et les rentiers les dépassent pour l’occupation des postes dans l’administration locale. Les anciennes catégories privilégiées s’effacent lentement, de façon marquée pour la noblesse, de manière un peu plus contrastée pour les ecclésiastiques. A propos de la noblesse, nous pouvons incidemment relever une erreur p. 77 : « les députés de la noblesse étaient surtout formés au métier des armes et n’avaient pas reçu d’éducation scolaire », jugement rapide en totale contradiction avec le fait que la méritocratie, dans laquelle pouvait se retrouver une grande partie de la noblesse libérale, était fondée sur l’instruction de haut niveau dispensée dans les écoles militaires, bien plus que sur la bravoure individuelle.

22Mais la tendance est bien celle d’une authentique démocratisation, que ce soit dans les communes rurales pour les élections municipales de 1792, avec l’investissement massif des petits propriétaires, voire des journaliers et des artisans des bourgs – comme l’avait bien noté Serge Bianchi pour le sud de l’Ile-de-France – ou que ce soit à Paris même, avec la présence majoritaire des marchands, des petits entrepreneurs, des boutiquiers – ce qui confirme les recherches d’Emile Ducoudray.

23Le Directoire marque en ce domaine un coup d’arrêt incontestable, mais qu’il faut nuancer. Si la présence des artisans et des marchands ne se maintient plus qu’en quelques centres épars, celle des petits propriétaires ruraux s’efface, tandis que les hommes de loi opèrent un retour en force. Mais le décalage est surtout très accentué entre le premier degré (celui des assemblées primaires), et le second degré (les électeurs qui choisissent les représentants au Corps Législatif, les administrateurs et les juges) : on trouve en moyenne un électeur pour 200 citoyens. Mais c’est une question de revenus et de notoriété, car aucune condition fiscale n’était exigée pour exercer une responsabilité publique, y compris en tant que représentant. Parler de « République censitaire » reste donc bien un contresens.

24Quant à la fermeture de la classe politique que ce coup d’arrêt à la démocratisation pourrait provoquer, elle est contrebalancée par la rotation obligatoire des titulaires. Nul ne pouvait se présenter plus d’une fois aux mêmes fonctions.

25Certes, les quatre années du régime du Directoire sont insérées dans l’ouvrage comme un épilogue de la séquence révolutionnaire, dont les temps forts seraient les années 1790-1793, alors même que Melvin Edelstein a bien perçu l’importance et la signification de cette période pour l’apprentissage de la politisation contemporaine. Il reprend à son compte l’appréciation de Robert Palmer (p. 480), selon qui le Directoire était « le premier gouvernement républicain constitutionnel de France et même d’Europe qui fût basé sur des principes modernes. » On peut donc regretter cette ellipse, mais, d’une part, l’auteur fonde essentiellement ses analyses à partir d’une étude de terrain, qui est déjà tout à fait considérable, et ensuite, les caractéristiques majeures qui sont les temps forts de la séquence électorale directoriale ne sont pas occultées.

26Le Directoire boucle la tendance à l’uniformisation croissante des consultations électorales en concentrant la tenue de toutes les assemblées, primaires, électorales, et communales, sur le seul mois de germinal (20 mars – 20 avril). Il expérimente l’organisation de l’offre électorale autour de la confection de listes de candidats. Cette expérience est limitée à une seule consultation, celle de 1797. Gueniffey les considérait comme les plus libres et les plus modernes de la période ; sans nier l’audace de l’expérimentation, inédite dans le monde occidental, Edelstein rappelle que ces élections ont été « faites » par la droite crypto-royaliste, structurée autour du Club de Clichy et des instituts philanthropiques, ce qui est attesté par plusieurs travaux de recherches. Par la suite, le régime expérimente, aux élections de 1798 et 1799, les candidatures officielles, provoquant un nombre élevé de scissions d’assemblées, là où le mécanisme s’était auparavant manifesté surtout pour des questions de rivalités locales. De façon quasi mécanique, la démocratie électorale conditionne l’évolution vers une structuration de l’offre autour des partis politiques, ce qui esquisse un de sortie de la culture politique moniste, toujours exclusive dans les grands pays occidentaux, pour aller vers le pluralisme et la reconnaissance des droits de la minorité, ainsi qu’ils apparaissent dans le Code des élections de Duplantier en 1799, comme un point d’orgue de la décennie révolutionnaire, bientôt étouffé par les manipulations et la préférence plébiscitaire du Consulat. Pour autant, rappelle l’auteur, la période napoléonienne ne peut se réduire à une « farce » (Jean-Yves Coppolani), et les multiples bricolages du pouvoir n’ont pas dissuadé une bonne partie des Français de s’exprimer par la voie du suffrage.

  • 5 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, La d (...)

27Cet ouvrage peut être utilisé de différentes manières. Le chercheur y trouvera un nombre considérable de données, synthétisées de différentes manières. Les cartes peuvent être recoupées avec le matériel présenté par Michel Vovelle, qui est par ailleurs le préfacier du livre, dans la découverte de la politique5. On peut se reporter aux multiples tableaux chiffrés, soit pour avoir une vue globale de la séquence électorale, soit pour suivre l’évolution des résultats sur un espace précis. Mais l’auteur ne s’en tient pas à un commentaire des dépouillements, ce qui serait déjà un apport précieux. Il a soin de toujours confronter les résultats obtenus avec une bibliographie quasi-exhaustive sur la question, que ce soit pour interpréter une événement marquant, pour éclairer la diversité des comportements dans une France qui se voit encore comme un Empire, bien plus que comme un espace national unifié, ou pour souligner le poids et les limites de l’exception française, en la comparant avec l’Angleterre et les Etats-Unis. Ainsi, l’amateur éclairé, au fait des débats historiographiques récents, peut entamer constamment un dialogue avec l’auteur sur une métainterprétaion de la Révolution française. Par exemple, lorsque Melvin Edelstein affirme que ce ne sont pas les défauts de la Constitution de 1791, ou bien les failles du système électoral, ou encore le fanatisme jacobin qui provoquèrent les dérapages et la violence, mais le « refus de Louis XVI et de Marie-Antoinette d’accepter la Révolution et d’adhérer avec sincérité à la Constitution » (p. 410).

28Le tableau stimulant que nous offre Melvin Edelstein de la rencontre d’une France en Révolution, et des principes et des pratiques d’une démocratie électorale en instance d’universalisation, est bienvenu car il condamne la réduction de l’histoire politique de la décennie à des luttes « politiciennes », adjectif bien dans l’air du temps, mais que l’on ne rencontre jamais sous sa plume. En recentrant la citoyenneté autour des élections, il rend ses lettres de noblesse à la démocratie représentative, système imparfait, mais infiniment perfectible.

Haut de page

Notes

1 Albert Mathiez, La Révolution française, Paris, Armand Colin, 1963, tome III, p. 192.

2 Alphonse Aulard, Histoire politique de la Révolution française. Origines et développement de la démocratie et de la République (1789-1804). Paris, Librairie Armand Colin, 1901.

3 Jean-René Suratteau ; « Heurs et malheurs de la sociologie électorale sous la Révolution Française », Annales ESC, 1968, p. 556-580.

4 Serge Aberdam, Serge Bianchi, Robert De Meude, Emile Ducoudray, Berrnard Gainot, Maurice Genty, Claudine Wolikow, Voter, élire pendant la Révolution Française (1789-1799), Guide pour la recherche, Paris, CTHS 2006 (1ere édition, 1999).

5 Michel Vovelle, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, La découverte, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Gainot, « Melvin Edelstein, La Révolution française et la naissance de la démocratie électorale », La Révolution française [En ligne], 7 | 2014, mis en ligne le 31 janvier 2015, Consulté le 25 mars 2017. URL : http://lrf.revues.org/1233

Haut de page

Auteur

Bernard Gainot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© La Révolution française

Haut de page