Navigation – Plan du site

Les Catéchismes républicains en Italie (1796-1799)

Luciano Guerci

Texte intégral

  • 1  Seules figurent dans ce texte les notes essentielles. Pour de plus amples renseignements au sujet (...)
  • 2 Saggio storico sulla rivoluzione di Napoli. La seconde édition du Saggio storico de Cuoco (1806) fu (...)
  • 3 Dell’educazione democratica da darsi al popolo italiano, Milano, 1792.

1Entre 1796 et 1799 – pendant la période appelée Triennio – plusieurs républiques fleurirent en Italie suite à l’intervention des armées de la Grande nation1. Ce fut la première expérience constitutionnelle de l’Italie et, malgré son extrême brièveté et ses graves limites, ce fut une expérience d’une nouveauté et d’une importance extraordinaires. Les républicains italiens savaient qu’ils étaient peu nombreux et isolés au milieu de masses dans la plupart des cas hostiles, méfiantes, indifférentes, ou, tout au plus, retranchées dans une attente cauteleuse. Et ils savaient – comme le démontrent les nombreuses déclarations qu’on peut repérer tout le long de la Péninsule – que le « nouvel ordre des choses » état fragile, puisqu’il était le fruit d’une « révolution passive » (« rivoluzione passiva »), c’est-à-dire d’une révolution dont les auteurs étaient les Français, et non d’un soulèvement populaire vaste et autonome. « Révolution passive » est une expression qui devint célèbre grâce à l’Essai historique sur la révolution de Naples de Vincenzo Cuoco2, publié à Milan en 1801, mais elle avait déjà fait son à apparition avant cette date, et à côte d’elle était apparue la locution « révolution reflétée » (« rivoluzione riflessa »), que l’on trouve dans De l’éducation démocratique à donner au peuple italien de Girolamo Bocalosi3. Il faut remarquer aussi qu’entre 1796 et 1799 l’idée de « révolution passive » se manifesta souvent sans la locution correspondante.

2Ce fut justement la conscience dramatique du caractère que la révolution avait pris en Italie qui fit naître une foisonnante littérature visant à raffermir le régime républicain (ou, comme on disait couramment, le « gouvernement démocratique ») à travers la diffusion des principes révolutionnaires. Il fallait « éduquer le peuple » ; et pour l’éducation du peuple on attribua un rôle essentiel aux catéchismes en tant qu’instruments pédagogiques particulièrement efficaces. On prêta une grande attention aussi aux dialogues. Si le schéma pour ainsi dire classique du catéchisme était celui des questions-réponses, le dialogue se fondait sur l’alternance d’opinions différentes. Comme ils évitaient la monotonie du discours sans articulations, catéchismes et dialogues furent largement employés par les républicains, qui en vantèrent les vertus à maintes reprises.

  • 4  Istruzione di un cittadino a’ suoi fratelli meno istrutti, Padova, 1797. L’Instruction parut sous (...)

3Il me semble utile d’exposer les critères auxquels je me suis tenu pour circonscrire le genre du « catéchisme » au sein de la littérature politique du Triennio. Je considère comme catéchismes les écrits qui, quels que soient les procédés d’exposition adoptés, portent le titre de « catéchisme » aussi bien que ceux qui suivent le schéma des questions-réponses. J’inclus ainsi dans les catéchismes à la fois les textes où le mot « catéchisme » figure dans le titre, mais qui peuvent ne pas présenter la structure questions-réponses, et les textes qui présentent cette structure, mais qui peuvent ne pas inclure le terme « catéchisme » dans le titre. J’ai dérogé à ces critères de classification dans un seul cas, celui de l’Instruction d’un citoyen à ses frères moins instruits de Melchiorre Cesarotti4. C’est non seulement parce que l’Instruction (qui ne porte pas le titre de « catéchisme », ni ne présente les questions-réponses) a été transcrite sous forme de catéchisme à questions-réponses par Girolamo Rostagni (Milan, an VI), mais aussi parce qu’elle fut utilisée par différents auteurs de catéchismes. Pour indiquer les catéchismes qui feront l’objet de cette communication je vais employer l’expression « catéchismes républicains », qui remonte au Triennio.

  • 5  Catechismo al popolo bolognese, Bologna, 1796.
  • 6  Catechismo repubblicano in sei trattenimenti a forma di dialoghi, Napoli, 1799.

4Certains textes qu’il faut inclure parmi les catéchismes pour leur structure à questions-réponses portent le titre de Dialogue ou Dialogues. Pendant le Triennio, en effet, le terme « dialogue » fut employé pour désigner des textes caractérisés par la présence des interlocuteurs, indépendamment de l’épaisseur attribuée à ces derniers. Dans cette perspective il pouvait arriver aussi que le terme « catéchisme » et celui de « dialogue » s’alternent en tant que synonymes. Le Catéchisme au peuple de Bologne de Ferdinando Marescalchi5, par exemple, est appelé « dialogue » à la page 4 ; le catéchisme de Francesco Astore porte le titre de Catéchisme républicain en six entretiens en forme de dialogues6. Ajoutons qu’il y a des catéchismes qui tendent au dialogue, c’est-à-dire qui ne respectent pas strictement le schéma des questions-réponses, mais qui présentent des personnages doués d’une autonomie plus ou moins marquée : c’est le cas d’un catéchisme où le sage Lorenzo sermonne le fougueux Francesco.

  • 7 I diritti dell’uomo. Catechismo cattolico-democratico, Reggio Emilia, 1797.
  • 8 Catechismo repubblicano ad uso de’lavoratori ed artigiani liberi d’Italia, Milano, anno VI repubbli (...)
  • 9  Catechismo civile ad istruzione del popolo di campagna e quello della città, s.n.t. [Milano, 1796]
  • 10  Milano s.d. [1798]. Les péripéties de l’édition de ce texte sont assez compliquées. Je me permets (...)
  • 11  Catechismo al popolo in occasione che venne proclamata la libertà del Piemonte, Mondovì, 1799.

5Dans l’ensemble de catéchismes que j’ai délimité, les originaux, ou archétypes, sont au nombre de 50 (ou, si l’on veut être moins tranchant, une cinquantaine), chiffre qui inclut les traductions italiennes des catéchismes français et le catéchisme de Poisson de La Chabeaussière, le seul qui fut réédité en français dans la Péninsule. Il est clair que si l’on veut étudier les articulations et les ramifications des stratégies adoptées en vue de l’« instruction publique », il faut tenir compte non seulement des originaux, mais aussi des nombreuses réimpressions. Les uns et les autres se disposent sur une ligne dont les extrêmes se situent à Conegliano au Nord-Est et à Naples au Sud. Sous le nom de « catéchisme » on comprend des textes de longueurs différentes. Le plus long est celui de Ricardo Bartoli (Les droits de l’homme. Catéchisme catholico-démocratique)7, qui, avec ses 197 pages, a l’épaisseur d’un livre et se présente comme un véritable traité. Suit, avec 146 pages, le catéchisme où Girolamo Rostagni transcrivait sous forme de questions-réponses l’Instruction de Cesarotti, mais il faut préciser que, au-delà du texte de l’Instruction (44 pages plus deux de Table des matières), il y a deux appendices8. Par ordre de longueur décroissante on trouve un catéchisme de 136 pages et un autre de 114 pages. Deux catéchismes – l’un de Bologne, l’autre de Mondovì – comptent respectivement 94 et 86 pages. En passant par des textes de plus en plus courts, on arrive à des catéchismes de seize, treize, huit pages, et enfin au Catéchisme civil pour l’instruction du peuple de la campagne et de la ville9, qui se compose de six pages et est le plus bref que je connaisse. Ce catéchisme est le seul en Italie qui ait été rédigé par une femme, la comtesse, ou ci-devant comtesse, Carlotta Ercolina Saxy Visconti. Il faut pourtant rappeler que c’est une femme – la citoyenne Desmarest, sur qui je ne suis pas en mesure de donner des renseignements – qui écrivit un catéchisme français traduit en italien sans nom d’auteur et avec le titre de Primi elementi dell’istruzione repubblicana per uso de’giovanetti cisalpini10. Comme on peut bien s’y attendre, les catéchismes les plus longs sont aussi ceux qui présentent une plus grande ampleur thématique et une plus grande complexité de discours, dépassant ainsi de fait le but de divulgation qui les animait à la base : le catéchisme de Bartoli présuppose un « lecteur implicite » très aguerri au niveau culturel, et le Catéchisme au peuple de Sicardi11 foisonne de références aux auteurs anciens et modernes. Rien à voir avec le mince Catéchisme civil mentionné plus haut. Sans doute faut-il appliquer aussi aux catéchismes républicains la distinction, constamment pratiquée par l’Église catholique, entre grands catéchismes (pour un public déjà dégrossi) et petits catéchismes (pour un public auquel il fallait fournir les premiers rudiments). Il est toutefois certain que bon nombre d’auteurs républicains semblaient s’adresser, plutôt qu’au peuple, à la communauté de savants à laquelle ils appartenaient.

  • 12  Elementi d’istruzione democratica sviluppati in un catechismo analogo alla costituzione cisalpina (...)
  • 13  Catechismo nazionale pel popolo per uso de’parochi, Napoli, 1799.
  • 14  Giornale delle Guardie nazionali e Municipalità piemontesi, Torino, 1799.

6Grâce aux titres des catéchismes on peut identifier deux catégories principales de destinataires : d’un côté le « peuple » (que dans beaucoup de textes de 1796-1799 on nommait le « bas peuple »), de l’autre les « jeunes » (ou « jouvenceaux », ou « enfants »), sans pour autant exclure que ce qui était écrit pour le peuple puisse profiter aussi aux jeunes. À propos des destinataires, quelques précisions me semblent essentielles. Prenons un catéchisme anonyme de Bologne, les Eléments d’instruction démocratique développés en forme de catéchisme analogue à la constitution cisalpine de l’an VI, adapté aux enfants notamment de le campagne12. Si le titre désignait comme destinataires « les enfants », la préface de la brochure s’adressait Aux précepteurs des écoles et notamment aux curés de campagne, invités à former de bons citoyens à l’aide du catéchisme. Le catéchisme était donc écrit pour les maîtres d’école et les curés, auxquels on confiait la tâche d’expliquer le catéchisme aux enfants. On remarquera aussi le titre significatif du catéchisme napolitain de Stefano Pistoia : Catéchisme national pour le peuple à l’usage des curés13. Il est intéressant de souligner que dans beaucoup de textes du Triennio où l’on examinait les techniques à employer pour diffuser le message républicain on prévoyait de recourir à des médiateurs cultivés, capables d’expliquer oralement le contenu des catéchismes et des autres ouvrages politiques de divulgation (Avis, Instructions, Leçons, Maximes, Principes, etc.). Tout à fait conscients que l’analphabétisme empêchait les classes inférieures de lire les œuvres qui leur étaient destinées, les républicains – nullement prisonniers, en cela, de cette tendance à l’abstraction qu’on leur a souvent reprochée – mirent l’accent sur le binôme médiateur-oralité, sans oublier de recommander l’emploi du dialecte. L’auteur anonyme de l’Introduction au Journal des Gardes nationaux et des Municipalités piémontaises14, s’interrogeant sur les « canaux » qu’il fallait activer pour faire parvenir la « vérité » aux paysans, dénombrait une série de médiateurs ecclésiastiques et laïques : curés et médecins, maîtres d’école et moines, avocats et négociants. Il leur adressait l’exhortation suivante : « Prêchez, enseignez, instruisez, expliquez les lois, interprétez-les avec clarté, avec simplicité, en dialecte piémontais pour vous faire entendre ». À Milan, en 1797, un membre de la Société d’instruction publique proposa de rédiger « en langue milanaise » le journal qui représentait l’émanation de la Société elle-même. La proposition ne fut pas acceptée, mais les membres qui prirent part à la discussion insistèrent de concert sur la nécessité de faire expliquer par les maîtres d’école aussi bien les édits que les journaux. Le terme « expliquer » renvoyait à la sphère de l’oralité, où même le dialecte pouvait trouver sa place. À Naples, dans les colonnes du Monitore napoletano, Eleonora Fonseca Pimentel encouragea à plusieurs reprises l’utilisation du dialecte pour gagner le consensus du « menu peuple ». Toujours à Naples, le frère Michelangelo Cicconi, qui allait mourir sur l’échafaud en 1799, haranguait en dialecte les lazzaroni.

  • 15  Norma per le istruzioni religioso-politiche de’Missionari nazionali della Liguria, Genova, 1797.
  • 16 Catechismo repubblicano per uso delle scuole minori, Bergamo, s.d.

7De tout ce qui a été dit il résulte que les œuvres de divulgation du Triennioin primis les catéchismes – ne devaient pas atteindre le peuple et les jeunes directement, mais plutôt à travers des intermédiaires préposés. Il y avait donc un public n. 1 et un public n. 2 : le premier était celui des médiateurs cultivés (ou du moins alphabétisés), le deuxième était composé par le peuple et les jeunes. Au public n. 1 s’adressait explicitement le Journal des Gardes nationaux et des Municipalités piémontaises qu’on vient de citer. Tout aussi explicitement l’Introduction incitait ce même public à jouer le rôle de médiateur auprès du public n. 2 : « Aux curés, aux membres des municipalités, aux gardes nationaux […] nous adressons notre feuille périodique, dans l’espoir qu’ils la liront et l’expliqueront au peuple avec un profit non négligeable ». Dans ce cadre les textes représentaient, pour les médiateurs, un répertoire de thèmes et d’argumentations qu’il fallait retravailler et transmettre oralement en tenant compte de l’auditoire et des circonstances. Il y avait donc – ou il aurait dû exister – un écart (impossible à saisir et à mesurer) entre le discours sous sa forme écrite et le discours qui parvenait au peuple. Il fallait apporter au texte écrit les changements nécessaires. D’une grande clarté à ce propos est la préface – signée par Eustachio Degola, Stefano de’Gregorj et Paolo Sconnio – au catéchisme qui devait guider le comportement des Missionnaires nationaux de la Ligurie : « Nous vous présentons […] un catéchisme très court où vous trouverez tous les principes les plus solides et les plus importants, que vous saurez après développer et introduire dans les esprits, même les plus grossiers »15. Voici de quelle manière s’exprimait Pietro Poli à propos de la façon d’envisager les textes composés pour les enfants : « Bien que ce catéchisme ait été écrit pour les enfants, je suis toutefois persuadé que ceux-ci n’en pourront faire aucun usage sans la vive voix d’un maître. La vive voix d’un maître est absolument nécessaire non seulement pour rendre les enfants capables d’en entendre le langage, et notamment certains termes jusqu’ici peu communs, mais encore plus pour inspirer aussi dans leurs esprits le vrai patriotisme »16.

8On ne sait pas jusqu’où a pu s’étendre l’œuvre des médiateurs, ni en quelle mesure ils ont remanié à l’oral, ou traduit en dialecte, les textes écrits. Il faut ajouter que, comme il s’agissait d’une explication orale, une grande partie de son efficacité pouvait dépendre des artifices rhétoriques adoptés par l’orateur, y compris le ton de la voix et les gestes. Ces artifices nous échappent, ainsi que l’ampleur de l’auditoire et les différents aspects de la réception par le peuple des discours qui lui étaient adressés. Cela signifie que les catéchismes donnent une précieuse documentation sur les idées des auteurs, et donc sur les idées politiques qui circulaient dans le camp républicain, mais qu’ils ne disent rien sur la pénétration de ces mêmes idées dans un public plus vaste. Le problème de la communication politique reste irrésolu : on connaît les instruments, mais on ne connaît pas les modalités concrètes de leur action. Si l’on considère la haine anti-révolutionnaire et anti-française dont firent preuve les masses populaires, et notamment les paysans, au cours des insurrections de 1799, il faut conclure que l’engagement pédagogique des républicains ne parvint pas à obtenir la « démocratisation » si vivement souhaitée. Dans un cas au moins on sait quel sort fut réservé à un catéchisme : dans le soulèvement populaire qui eut lieu à Mondovì, dans le Piémont, le catéchisme de Sicardi fut brûlé.

9Une fois fixées les limites de notre recherche, continuons l’étude des catéchismes. Les indications de lecture qu’on peut en tirer sont rares. Du reste, ces indications nous permettent de saisir non pas la manière dont le texte était effectivement lu, mais celle dont les auteurs auraient voulu qu’on le lise. Les catéchismes sont des textes pauvres du point de vue typographique : ils n’ont pas d’images, à part les emblèmes qui apparaissent – et seulement quelquefois – sur le frontispice ; ils ne présentent pas de mots disposés en figurations complexes, et rarement présentent des phrases ou de mots écrits en capitales ou en italique pour attirer l’attention. Le seul catéchisme où l’italique est abondamment employé est celui de Ricardo Bartoli, où sont en italique les définitions données par l’auteur. Si en général il y avait des avis où l’on exprimait l’intention de s’en tenir à une écriture simple et claire, souvent ces bonnes intentions demeuraient sans suite. A Naples, Stefano Pistoia invita Onofrio Tataranni à rivaliser avec lui en matière de simplicité et de clarté ; mais ni l’un ni l’autre ne renoncèrent dans cette compétition à faire étalage d’une érudition que le « bas peuple » n’était pas prêt à apprécier.

  • 17  Catechismo nazionale pe’l cittadino, Napoli, 1799.
  • 18 Catechismo repubblicano ai giovani della Repubblica cisalpina, Bologna, s.d.

10Le texte des catéchismes présente dans beaucoup de cas des divisions en parties, en chapitres, en paragraphes dans le seul but de permettre aux lecteurs d’identifier plus facilement les sujets traités. Le catéchisme de Bartoli est divisé en quatre « conférences », celui de Sicardi en dix « leçons », celui d’Astore en six « entretiens ». Si les catéchismes plus courts se passent de divisions, les plus longs d’habitude les adoptent. Une exception de taille est représentée par le Catéchisme national de Tataranni17, qui, bien que très long, n’a aucune division et résulte donc plus pénible à lire. A l’opposé on trouve le choix de l’auteur anonyme d’un autre catéchisme de longueur considérable : le Catéchisme républicain pour les jeunes gens de la République cisalpine18. Non seulement il se subdivise en sept chapitres, mais chaque couple formé d’une question et d’une réponse y est numéroté de 1 à 121. Bartoli procédait de la même manière : dans son catéchisme une numérotation de 1 à 100 désigne autant de couples de questions-réponses (seuls les couples qui apparaissent dans l’Introduction ne sont pas numérotés). Certains catéchismes contiennent, en plus du texte du catéchisme proprement dit, des appendices de nature variable (discours, vers, lettres, maximes, documents) qui ont la fonction de souligner, préciser, résumer (ou développer) les idées exposées précédemment. Dans quelques cas les appendices introduisent des éléments qui s’éloignent de ces mêmes idées d’une manière plus ou moins remarquable. L’offre pédagogique dont les catéchismes étaient porteurs trouvait ainsi le moyen de s’articuler et de se différencier dans le but de gagner en force de persuasion. Les notes étaient très rares, et leur caractère était purement explicatif. Seules les quatre notes insérées par Bartoli dans son catéchisme visaient à discuter et approfondir des points spécifiques.

  • 19 Piano generale di pubblica istruzione.
  • 20  Piano di direzione, disciplina ed economia delle pubbliche scuole elementari di Padova.
  • 21 Catechismo repubblicano per uso delle scuole.
  • 22 Catechismo repubblicano per l’istruzione del popolo e la rovina dei tiranni.

11Les catéchismes furent employés – ou on pensa les employer – comme manuels scolaires. Le cinquième point des directives prescrites par la commission qui fut chargée, dans la République cisalpine, d’étudier le problème de la réforme de l’instruction de tout niveau, était formulé en ces termes : « Projet d’un catéchisme républicain pour les écoles primaires ». Le Plan général de l’instruction publique19 que la commission présenta au Grand Conseil le 6 thermidor de l’an VI (24 juillet 1798) proposait pour les écoles primaires l’adoption de deux catéchismes : « On enseigne à lire avec deux catéchismes : l’un civique et l’autre agraire. Le civique contient les devoirs de l’homme et du citoyen ; l’agraire les premiers rudiments de l’agriculture ». Dans le Plan de la direction, de la discipline et de l’économie des écoles primaires publiques de Padoue20, approuvé par le Gouvernement central de Padoue, du Polesine, de Rovigo et d’Adria le 6 vendémiaire de l’an VI (27 septembre 1797), le programme d’enseignement pour l’« école primaire » prévoyait que l’après-midi, « pendant la deuxième heure », aient lieu des « répétitions de géographie et de catéchisme républicain ». Toujours à Padoue, sous le titre de Catéchisme républicain à l’usage des écoles21 fut réimprimé en 1797 le Catéchisme républicain pour l’instruction du peuple et la ruine des tyrans22, dont je dirai quelques mots plus loin. Le 8 pluviôse de l’an VII (27 janvier 1799) le Gouvernement provisoire piémontais décréta que l’Instruction de Cesarotti, rééditée à Turin par Giovanni Antonio Ranza, l’un des personnages les plus célèbres du Triennio, devait être adoptée « dans toutes les écoles du Piémont depuis la quatrième jusqu’en classe de Philosophie incluse », c’est-à-dire dans les écoles secondaires. Dans l’édition de Cesena de l’Instruction de Cesarotti avait été ajoutée une lettre de la Municipalité au Comité de santé et d’instruction publique (22 novembre 1797) où figuraient les instructions suivantes sur l’emploi de l’œuvre à des fins didactiques : « Comme elle peut être comprise par tout le monde, et qu’il est important que dès le plus jeune âge les citoyens soient bien instruits sur des sujets si importants, vous prescrirez aux maîtres qu’ils la fassent lire aux enfants dans les écoles publiques, et traduire par ceux qui s’adonnent à l’étude des langues ».

  • 23 Progetto di costituzione della Repubblica napoletana.

12On évoquera aussi d’autres initiatives des gouvernements à propos des catéchismes. Le 25 fructidor de l’an V (11 septembre 1797) la Municipalité provisoire de Venise décréta que le Catéchisme républicain d’Antonio Zalivani devait être employé par les curés. À Naples, la commission de six ecclésiastiques nommée le 26 pluviôse an VII (14 février 1799) par le Gouvernement provisoire comptait parmi ses tâches celle de « composer dans les meilleurs délais un catéchisme de morale qui puisse être compris par le peuple tout entier ». Un tel catéchisme ne vit jamais le jour, mais le 14 ventôse de l’an VII (4 mars 1799) le Comité d’administration intérieure du Gouvernement provisoire attribua un prix (« prix littéraire distribué par le gouvernement ») au chanoine Onofrio Tataranni pour son Catéchisme national. Il sera utile de rappeler que l’usage des catéchismes était prévu par la constitution de la République cisalpine de 1797 (art. 294) et par le Projet de constitution de la République napolitaine23 (1799) rédigé par Francesco Mario Pagano (articles 13, 298, 301). Un mot sur les auteurs des catéchismes. Quinze catéchismes, parmi ceux qu’on a défini comme originaux ou archétypes, sont anonymes ; souvent sont également anonymes les personnages qui s’occupèrent des réimpressions et des remaniements. Melchiorre Cesarotti et quelques autres mis à part, les auteurs des catéchismes ne sont pas des hommes de lettres, ni des penseurs de premier plan. C’est la raison pour laquelle les informations qu’on possède sur eux sont si fragmentaires. Dix-huit des trente-cinq auteurs que l’on connaît sont des ecclésiastiques, séculiers et réguliers. Si l’on tient compte aussi des traducteurs et de ceux qui se chargèrent des réimpressions, il faut ajouter trois autres ecclésiastiques. Cette présence massive du clergé parmi les auteurs des catéchismes dépend probablement de la familiarité que les ecclésiastiques avaient avec le genre du catéchisme. De plus elle renvoie à la considérable participation du clergé à l’expérience du Triennio, même si le microcosme des auteurs ne reflète pas les proportions qui existent entre clergé et laïques dans le macrocosme républicain (dans le microcosme des auteurs le premier est surdimensionné par rapport aux seconds). Deux auteurs seulement viennent des rangs de la noblesse : le comte Ferdinando Marescalchi et la comtesse Carlotta Ercolina Saxy Visconti.

13J’évoquerai à présent quelques antécédents des catéchismes républicains.

  • 1) Les catéchismes de l’église catholique. Les républicains se penchaient sur ce modèle avec une grande attention, persuadés que, pour diffuser les nouveaux principes, il fallait s’inspirer de ce qu’avaient fait les « les très rusés prêtres du passé », comme le dit Girolamo Bocalosi.

    • 24  M. Simonetto, I lumi nelle campagne. Accademie e agricoltura nella Repubblica di Venezia 1768-1797(...)

    2) Les catéchismes agraires, composés par des auteurs italiens ou traduits en italien. On n’a pas d’études satisfaisantes sur ces catéchismes, excepté le livre de Michele Simonetto qui a travaillé, dans le cadre d’une recherche plus vaste, sur les catéchismes agraires da la Vénétie24.

    • 25  Catechismo nautico, o vero de’particolari doveri della gente marittima, tratti principalmente dall (...)

    3) les catéchismes des devoirs, ou catéchismes moraux. Parmi les catéchismes moraux il faut compter le Catéchisme nautique de Marcello Eusebio Scotti25, un ecclésiastique que je cite ici parce qu’il se rallia à la République napolitaine et fut condamné à mort en 1799. Scotti expliquait que le titre de Catéchisme nautique faisait allusion non à « un traité de nautique ou de tactique de marine », mais à l’exposition des « devoirs civils, moraux et religieux » auxquels devaient se tenir les hommes de mer.

    • 26  Conjuration contre la religion catholique et les souverains, Paris, 1792.

    4) Les catéchismes maçonniques. Les lecteurs italiens des années 1790 pouvaient en trouver reproduits quelques-uns dans I liberi muratori schiacciati (Assisi 1793), traduction d’une œuvre hostile aux francs-maçons parue en 1747 sous le titre de Les francs-maçons écrasés, et dans Congiura contro la religione cattolica ed i sovrani (Roma 1794), traduction d’un ouvrage du même genre publié en 1792 par l’abbé Lefranc26, qui allait perdre la vie la même année dans la massacres de septembre.

  • 5) Les catéchismes composés par Voltaire, auxquels se référait explicitement Francesco Astore dans la dédicace à Francesco Mario Pagano de son Catéchisme républicain : « M. de Voltaire, dans son Dictionnaire philosophique, écrivit le catéchisme du chinois, du japonais, et même celui du jardinier ».

    • 27  Principi di filosofia morale repubblicana, Roma, 1798.

    6) Les modèles les plus directs des catéchismes républicains du Triennio furent les catéchismes français de l’époque révolutionnaire, qui en 1796 étaient désormais très nombreux et appartenaient à une tradition bien établie. Certains catéchismes français furent traduits en italien. Signalons les versions de La Loi naturelle de Volney, de l’Instruction élémentaire sur la morale religieuse de Jean-Baptiste Chemin, du Catéchisme sur la constitution civile du clergé de l’évêque constitutionnel de Tarbes, Jean-Guillaume Molinier, des Élémens d’instruction républicaine de la citoyenne Desmarest. L’un des catéchismes qui circulèrent le plus largement en Italie fut justement un catéchisme français, celui de Poisson de La Chabeaussière. Publié pour la première fois en 1794, mais devenu célèbre dans sa nouvelle version de 1795, le Catéchisme français de Poisson de La Chabeaussière fut souvent traduit et remanié en Italie, où on en imprima aussi deux éditions en langue originale (à Ferrare et à Rimini). Je me borne ici à évoquer le remaniement dont témoignent les Principes de philosophie morale républicaine27, qui éliminaient aussi bien le nom de La Chabeaussière que la référence à l’œuvre originale. La volonté d’adapter le catéchisme à la situation locale était évidente, surtout dans l’apparence chrétienne que l’on donnait au déisme dont La Chabeaussière se faisait le porte-parole. Le Catéchisme français était en vers, et en vers se firent les traductions italiennes à l’exception de deux. Parmi les catéchismes italiens il n’y en a pas d’autres en vers.

  • 28  Catechismo repubblicano, Bologna, 1796.

14Dans le corpus des catéchismes il y avait de grandes différences de positions politiques. Si tous les tenants du « nouvel ordre des choses » se disaient « démocrates », il s’agissait là d’une dénomination générale sous laquelle se cachaient de profonds contrastes. Et si tous avaient comme référence commune la constitution de 1795, ils n’étaient pas tous des admirateurs enthousiastes de cette constitution, critiquée aussi bien par la droite que par la gauche. Les républicains étaient divisés sur la démocratie, sur l’égalité, sur la religion, sur le rôle des ci-devant nobles, sur la tournure même que devait prendre le « nouvel ordre des choses », et souvent ils se combattaient avec acharnement, sans craindre d’échanger de violentes accusations. Les catéchismes offrent un panorama de toutes les nuances politiques de la coalition républicaine, mais pour la plupart ils reflètent une attitude modérée (attitude qui comprenait elle-même une grande variété de nuances). Pour offrir un exemple de la différence d’orientations politiques que les catéchismes pouvaient exprimer, je choisirai deux catéchismes parus dans la même ville, Bologne. L’auteur du Catéchisme républicain28 se montrait très ferme dans le traitement d’un sujet d’une grande importance comme celui de l’organisation économique et sociale. Le problème – et il s’agissait d’un problème capital – était la manière d’entendre l’égalité. Si un petit nombre de républicains allèrent jusqu’à réclamer les lois agraires et l’« égalité de fait » (expression qui fut employée pendant le Triennio), les républicains radicaux ne se contentaient pas de l’égalité devant la loi, et ils se déclaraient favorables à des mesures capables de réparer l’« inégalité excessive ». Ce qui suffisait aux modérés pour les accuser d’un extrémisme dangereux.

15Panégyriste de la constitution de l’an III, qui avait établi « l’utile, la vraie, la possible égalité civile entre les citoyens », l’auteur du Catéchisme républicain portait une vive attaque contre les « philosophes qui nivellent le genre humain » (italique de l’auteur), les « fous furieux » qui réclamaient « les lois agraires et la distribution égale des terres ». Tout de suite après il parlait d’« insensés » (et pour mieux faire ressortir son indignation il employait une tournure exclamative : « Qu’ils sont insensés ! ») ; un peu plus loin il qualifiait de « système fou » l’égalité des biens, « dont les conséquences ont toujours été et seront toujours la discorde, l’anarchie, la fureur et les massacres ». Il renchérissait encore, employant à nouveau l’expression « système fou » et s’en prenant aux « fanatiques » et aux « désespérés » qui auraient voulu introduire un tel système. Ainsi les lois agraires et ses partisans étant relégués dans le monde obscur de la tératologie, à l’opposé de laquelle rayonnait « une constitution républicaine qui assure l’égalité de tout le monde devant la loi, qui veille à la sécurité publique et privée, qui garantisse la propriété ». Tout le catéchisme visait à calmer l’esprit fougueux du jeune Francesco, que Lorenzo, homme mûr et sage, invitait à la pondération et à l’équilibre. Dans les premières pages Lorenzo, frappé par le titre de « citoyen » que lui donnait son ardent disciple, mettait en garde ce dernier contre l’« enthousiasme » et la superficialité. « Pour se croire républicains il suffit à certains d’arranger pêle-mêle quelques mots, d’afficher la haine des tyrans et l’horreur de l’aristocratie, de se dire démocrates, de s’habiller de manière grotesque ». Les positions extrémistes étaient fermement rejetées, et l’on ne négligeait pas de signaler les dangers liés à une fausse interprétation du terme « liberté ». S’arrêtant sur celui-ci, Lorenzo renouvelait sa condamnation d’un « enthousiasme » qui manque d’à-propos : « Liberté ! Liberté ! Ce mot vous a tellement enthousiasmé que la moindre ombre d’une juste subordination vous apparaît comme un sacrilège et un attentat contre la liberté. Je me rends bien compte que dans votre enthousiasme vous avez oublié ce qu’est la liberté ». Une attitude de républicain modéré, donc, affirmée avec cohérence et qui n’épargne pas non plus les ennemis du nouvel ordre, auxquels étaient réservés de mots très durs (« esclaves flattés par le despotisme », « âmes avares et vénales qui burent longtemps les fortunes et le sang le plus vif de la société », « misérables »). L’auteur, pourtant, n’invoquait pas de mesures répressives : « Tout honnête homme doit se rallier à la patrie, et en se montrant ferme, grave, courageux et en même temps tranquille, il doit réduire ces gens au silence et les ramener aux devoirs du citoyen par l’exemple de ses propres vertus ».

  • 29  Catechismo repubblicano ai giovani della Repubblica cisalpina, Bologna, s.d.

16Très différent du catéchisme qu’on vient d’examiner était l’anonyme Catéchisme républicain pour les jeunes gens de la République cisalpine29. L’égalité y était définie comme égalité devant la loi, mais elle n’était pas entièrement comprise dans cette définition. Faisant preuve de juger insuffisante une égalité purement formelle, l’auteur rappelait le devoir pour la République d’assurer à tout le monde « une subsistance aisée ». À peine plus loin il écrivait : « L’état social n’est avantageux pour les hommes que si tout le monde a quelque chose, et si personne n’a rien de trop ». Une fois admise comme « indispensable » « l’inégalité des fortunes », l’auteur poursuivait ainsi :

Q. Néanmoins faut-il prévenir l’inégalité excessive dans les fortunes ?

R. Oui. Et pour cela il faudrait faire en sorte que les richesses ne se concentrent pas dans les mains de peu de gens, que les moyens de s’enrichir ne se rassemblent pas chez les uns, tandis que les autres en manquent ; et, en un mot, que les richesses de la République soient distribuées d’une manière équitable entre tous ses membres. Deux genres de personnes lui nuisent trop gravement : ceux qui sont très riches et ceux qui sont très pauvres : les uns sont trop enclins à vendre, les autres à acheter la liberté de la patrie.

17La « distribution équitable des richesses » était placée parmi les moyens propres à « procurer […] à la République l’affection des citoyens », mais c’était le problème spécifique de la « division des biens » qui stimulait les réflexions les plus articulées, au sein desquelles on déplorait « le désordre » qui faisait que « les richesses s’assemblent entre les mains d’un petit nombre de gens, tandis qu’un nombre infiniment plus grand en manque ». L’auteur comprenait bien qu’une telle situation (déséquilibre entre demande et offre de main d’œuvre) conduisait à une baisse du niveau salarial, « et donc – observait-il – ceux qui devraient nourrir aussi une femme et des enfants manquent de ce qui est nécessaire pour eux-mêmes ». Il fallait donc trouver un remède à des maux qui n’étaient plus tolérables :

Il faudrait faire en sorte que ce qui est entre les mains de peu de monde soit entre les mains de beaucoup de gens ; qu’il n’y ait pas des propriétaires qui s’emparent de tout seulement pour jouir du superflu, mais des propriétaires qui, ayant les moyens de se procurer l’aisance et même un certain degré d’opulence, y laissent accéder aussi les autres ; que, comme on ne peut pas éviter qu’il y ait des propriétaires et de non-propriétaires, il y ait toutefois entre la classe des uns et celle des autres un tel équilibre que ainsi que les premiers tirent une subsistance aisée de leurs propriétés, les deuxièmes la tirent de leurs œuvres.

18Toutefois, comme on peut souvent le remarquer dans les textes du Triennio, la force de la dénonciation et la clarté des objectifs ne trouvaient pas de contrepartie dans l’indication d’un programme cohérent de politique économique et sociale : l’auteur se bornait à placer sa confiance – de manière expéditive et optimiste – dans les effets de l’abolition, décrétée avec une « immense sagesse » par les autorités républicaines, des « folles institutions » de la féodalité, « qui sacrifiaient le bonheur de la Nation à celui d’une élite ». La particularité du catéchisme que l’on considère ici réside dans le fait que dans bon nombre de ses pages il transcrivait sous forme de questions-réponses le Contrat social de Rousseau (« le suprême philosophe Jean-Jacques Rousseau »), tantôt en recourant à des citations textuelles, tantôt en résumant et en paraphrasant. Ce qui ne signifie pas que l’auteur anonyme renonçait à insérer ses propres idées, ni à citer, à côté de Rousseau, d’autres penseurs, parmi lesquels Montesquieu et d’Alembert. Il s’éloignait de Rousseau – ce qui n’étonnera pas – lorsqu’il acceptait le régime représentatif dessiné par la constitution de l’an III et par la constitution de la République cisalpine qui était modelée sur celle-ci. Comme il parlait d’un côté de souveraineté du peuple, et de l’autre des représentants auxquels revenait l’exercice du pouvoir législatif, l’auteur aurait pu utiliser – même si ce n’est pas le cas – l’expression « démocratie représentative », qui naquit et se développa en Italie justement pendant le Triennio. Il établissait une distinction entre les deux démocraties qui firent couler beaucoup d’encre entre 1796 et 1799 : la démocratie des anciens (qu’on peut appeler – avec une expression anachronique – démocratie directe) et la démocratie des modernes (démocratie représentative). Autrefois le peuple avait exercé lui-même le pouvoir législatif, comme le prouvent les « exemples lumineux » de la Grèce et de Rome ; « mais – précisait-on – vu les maximes et les mœurs présents, comment peut-on obtenir cela ? Il faut donc que le peuple l’exerce [le pouvoir législatif] à travers des représentants, c’est-à-dire à travers un corps d’individus élus dans les formes prescrites par la constitution et par la Nation tout entière, afin qu’il tienne lieu de la Nation elle-même, et que, de quelque manière, il soit la Nation ». La période républicaine de la Grèce et de Rome accédait à une valeur paradigmatique, tandis que la démocratie des modernes se réduisait à un pis-aller imposé par la détérioration de la situation. Si notre auteur n’était pas seul à penser de cette manière, de l’avis de la plupart des autres la démocratie représentative était de loin supérieure à la démocratie directe en vigueur chez les anciens, puisqu’elle évitait troubles et injustices. Il est important de souligner que la préférence accordée à la démocratie représentative entraînait irrémédiablement la crise du modèle politique gréco-romain (souvent critiqué aussi à cause de la présence de l’esclavage), si bien que l’attitude des républicains à l’égard de l’antiquité apparaît bien plus complexe et problématique que l’admiration inconditionnelle et acritique à laquelle la réduirait un stéréotype courant.

19Le catéchisme qu’on est en train d’examiner parlait de beaucoup de choses, souvent en creusant des détails (par exemple lorsqu’il s’arrêtait sur les lois et sur les impôts). L’auteur prônait des thèses populationnistes, accordait la primauté à l’agriculture (non sans rappeler l’exemple de la Chine, topos courant au XVIIIe siècle), recommandait la clôture des terres, adhérait aux idées libéristes. Il se montrait méfiant à l’égard du commerce extérieur et du luxe. Dans le dernier chapitre (ch. VII, Des caractères du citoyen), en s’occupant de la « norme » qui devait inspirer la conduite du citoyen – norme identifiée dans la « raison sociale » –, l’auteur anonyme citait un long passage introduit par ces mots : « Écoutez comment un athée qui – comme l’atteste l’histoire de sa vie – était le plus humain et le meilleur des citoyens, fait parler la nature, qui n’est que la grande raison sociale dont on parle ». L’évocation élogieuse d’un athée représente un cas unique dans le corpus des catéchismes. Ce n’est pas tout. Qui était cet athée vertueux ? Rien de moins que d’Holbach, car le passage cité aux pp. 87-89 était tiré du dernier chapitre du Système de la nature. Certes, dans ce passage il n’y avait aucune profession d’athéisme, mais louer un athée, même sans nommer d’Holbach, et recourir, même sans en indiquer le titre, au texte le plus célèbre de l’athéisme et du matérialisme du XVIIIe siècle ne laisse pas de doutes sur l’orientation de l’auteur du catéchisme, qui évitait prudemment d’affronter le problème religieux.

  • 30  Catechismo repubblicano per l’istruzione del popolo e la rovina dei tiranni.
  • 31  Annali politico-ecclesiastici.

20Le petit Catéchisme républicain pour l’instruction du peuple et la ruine des tyrans30 mérite une attention spéciale, et cela pour deux raisons principales : parce qu’il fut parmi les catéchismes qui eurent le plus de fortune dans l’Italie du Triennio et parce qu’il a été généralement attribué (et certains le lui attribuent encore) à l’évêque de Vico Equense, Michele Natale, qui l’aurait composé en 1799, du temps de la République napolitaine. À ce propos il faut dire que le catéchisme en question avait beaucoup voyagé tout le long de la péninsule avant d’atteindre Naples, ville où Michele Natale, qui allait tomber victime de la réaction bourbonienne, se borna à le faire réimprimer. Où fut-il imprimé pour la première fois et en quelle année ? Il existe un catéchisme anonyme intitulé Catéchisme républicain pour l’instruction du peuple et la ruine des tyrans qui porte l’indication « Italie, l’an premier de la liberté italienne ». Si, selon toute probabilité, pour « Italie » il faut lire « Venise », l’an premier de la liberté italienne ne peut être que 1797, puisque l’aventure éphémère de la municipalité provisoire vénitienne se situe justement entre mai et décembre 1797. Il existe pourtant un catéchisme milanais sans date, au texte identique, qui pourrait être antérieur à l’édition « Italie ». Il s’agit du Catéchisme républicain (Milan, chez Carlo Civati imprimerie Villetard). Le titre est vague, mais à la p. 2 (non numérotée) on trouve l’épigraphe « L’instruction du peuple est la ruine des tyrans », de manière analogue à ce qu’on trouve aussi dans les éditions parues dans d’autres villes. De Venise et de Milan, ce catéchisme, qu’on désignera ici comme Catéchisme pour l’instruction du peuple, parvint dans beaucoup de localités. La fortune qui fut la sienne n’est pas facile à expliquer, car la brochure ne me paraît pas dotée d’une clarté particulière, ni d’une particulière efficacité pédagogique. Peut-être – mais l’hypothèse est entièrement à vérifier – sa diffusion profita-t-elle des circuits maçonniques. Ce qu’on sait avec certitude, c’est que l’évêque Michele Natale appartenait à la franc-maçonnerie. Deux points fondamentaux du Catéchisme pour l’instruction du peuple semblent inspirés d’une orientation de type franc-maçon : la conception cyclique de l’histoire, avec une démocratie sujette à des éclipses et des retours, en sorte que la révolution actuelle se présentait comme le recouvrement d’une condition de bonheur qui remontait aux « premiers enfants d’Adam » ; et le rappel à une religiosité qui, quoique reposant sur la « loi du Christ », renvoyait à quelque chose de très proche du déisme. Il faut souligner un trait essentiel : l’auteur parlait de représentants seulement par rapport au pouvoir exécutif, tandis qu’il semblait attribuer le pouvoir législatif au peuple tout entier, songeant sans doute aux éléments de démocratie directe insérés dans la constitution française de 1793. À l’occasion de la réimpression de Gênes (1797), les Annales politico-ecclésiastiques31, organe des jansénistes liguriens ralliés au régime républicain, reconnurent et condamnèrent justement dans la brochure une attitude favorable à la constitution de 1793 :

La constitution acceptée par le peuple ligurien remet le mandat de faire la loi aux représentants de ce même peuple. Donc le catéchisme est contraire à la constitution sur ce point si essentiel. Ajoutons que l’une des constitutions françaises passées [celle de 1793] établissant, entre autre, que seul le peuple, non ses représentants, puisse faire les lois, fut pour cela aussi jugée propre à introduire et perpétuer l’anarchie dans une Nation ; et donc fut rejetée. Comme le catéchisme s’accorde avec elle sur ce point, il devra sûrement être jugé et rejeté tout comme elle.

21Dans le Catéchisme pour l’instruction du peuple les observations sur l’égalité retiennent l’attention. L’auteur anonyme évoquait « la communauté des biens parfaite, c’est-à-dire le gouvernement démocratique le plus pur » en vigueur auprès des « premiers disciples du Christ », mais ce n’était qu’une allusion fugace et sans développements. Modèle suranné et désormais impossible à réaliser : il valait mieux, donc, proposer des solutions adaptées aux temps présents, quoique moins radicales. Ainsi l’auteur associait démocratie et délivrance de l’exploitation : « Le peuple, lorsqu’il il se gouverne lui-même, ne se laisse pas opprimer par les droits d’octroi, ne se laisse pas fixer des impôts sur le pain selon l’arbitre de ceux qui s’enrichissent de son travail. En un mot le peuple quand il se gouverne lui-même ne peut être qu’heureux ». Dans les lignes de conclusion on assiste à un repli qui pourtant n’oublie pas complètement les affirmations précédentes : « L’égalité des biens serait contraire à la véritable égalité, puisque l’homme actif et laborieux devrait partager le fruit de ses labeurs avec l’homme oisif et dépensier. Dans le système de l’égalité il faut donc respecter la propriété de chaque individu, mais il ne faut pas tolérer que le riche opprime le pauvre ». Notons qu’on ne s’adressait pas aux riches pour les exhorter à la générosité, mais au peuple, promu au rôle de protagoniste (« le peuple, lorsqu’il il se gouverne lui-même » etc.). C’était une alternance de hardiesse et de prudence qui se prêtait à des lectures différemment orientées, et qui, de toute manière, ne renonçait pas à des affirmations extrêmement désagréables pour les modérés.

22Si dans certaines localités le Catéchisme pour l’instruction du peuple fut réimprimé tel quel, ou avec de légères retouches, ailleurs on y apporta des changements significatifs, ou bien on le remania si profondément qu’il finit par donner lieu à des catéchismes qu’il faut considérer dans leur spécificité et dans leur autonomie. Michele Natale modifia le catéchisme en supprimant la phrase « [le peuple] ne se laisse pas opprimer par les droits d’octroi ». Il ne fit pas d’autres interventions, et garda intact même le passage qui concernait l’exercice du pouvoir législatif de la part du peuple. D’autres auteurs, en revanche, se préoccupèrent de corriger ce même passage, inversant ainsi la signification de l’original. Par exemple, dans la réécriture faite à Padoue, était loué « l’heureux système des représentants », dont le mérite consistait à « donner à un corps de citoyens choisis librement et avec le plus grand nombre de voix l’autorité de faire les lois et d’établir les impôts ». Le Catéchisme pour l’instruction du peuple fut réimprimé ou remanié à Venise même, à Padoue, à Vérone, à Conegliano, à Brescia, à Turin, à Gênes, à Bologne, à Naples. On peut trouver dans les bibliothèques italiennes beaucoup de réimpressions sans indications de lieu ni de date. L’absence de notes typographiques ne permet pas de vérifier le lieu où ces réimpressions ont été réalisées, car la présence du catéchisme dans les bibliothèques de certaines villes ne prouve pas nécessairement qu’il ait vu le jour dans ces villes mêmes. Ce qui toutefois ne fait pas de doute c’est la très large diffusion du Catéchisme pour l’instruction du peuple.

  • 32  Voir plus haut, § 3.

23Dans le panorama des catéchismes italiens le catéchisme publié a Naples par le chanoine Onofrio Tataranni32 se distingue par une singularité qui mérite d’être évoquée. Si tous les autres catéchismes se consacraient uniquement à l’illustration des principes républicains, la brochure de Tataranni joignait à l’illustration de ces principes une partie consacrée aux techniques agricoles, se référant à la réalité méridionale. Aux pages 50-78 l’auteur soutenait passionnément l’utilité d’appliquer « les sciences physiques et chimiques » à l’agriculture ; il insistait sur la nécessité de développer l’élevage du bétail pour rompre la monoculture des céréales, et invitait à prêter attention aux caractères particuliers des différentes zones du Midi, alternant les détails techniques et les jugements ou suggestions en matière de politique agricole. Quant aux problèmes qui concernaient l’ordre économique et social, Tataranni défendait le status quo, se cantonnant dans des positions proches de celles qu’on peut repérer dans beaucoup de catéchismes. Il rejetait l’idée que « l’inégalité des fortunes [fût] une injustice » et prêchait le respect le plus scrupuleux de la propriété et des propriétaires. Il n’était pas non plus permis de punir les accapareurs : on ne devait pas considérer comme « criminel selon la loi » « l’homme qui rassemble beaucoup de blé » et qui refuse de le vendre. Un tel homme – continuait l’auteur – « mérite le mépris, la haine de ses semblables, mais ceux-ci ne doivent pas pour autant porter atteinte à sa propriété ». Aux salariés Tataranni recommandait à plusieurs reprises l’épargne comme moyen infaillible pour améliorer leur sort et arriver même à devenir propriétaires (on ne comprend d’ailleurs pas très bien de quelle manière ils auraient pu réaliser cette épargne alors qu’ils avaient du mal même à survivre). Cette attitude intransigeante s’atténuait parfois, et l’auteur était capable de trouver des paroles incisives lorsqu’il observait que « les devoirs de la société par rapport à l’homme » consistaient à « lui faciliter les moyens de faire prospérer son activité et son commerce », « le défendre contre l’oppression », « lui fournir du pain lorsque le travail lui manque », « lui assurer du secours lorsqu’il est malade ». Cela fait penser à l’article 21 de la Déclaration des droits de 1793, mais il est plus probable que l’ecclésiastique Tataranni ait eu à l’esprit les instances de charité et d’assistance de la pensée chrétienne. Encore plus nette était la sollicitude pour les classes inférieures dans la polémique contre le libérisme des physiocrates (qui étaient qualifiés sans trop de compliments de « sots économistes ») et contre « l’exportation sans limites des blés » pour laquelle ils se battaient. La politique économique des physiocrates visait à favoriser les grands propriétaires, tandis que l’auteur avait surtout à cœur qu’on intervienne pour protéger les plus démunis. Avec lucidité et en même temps avec émotion il énonçait une sorte de « droit de subsistance » et il expliquait que « liberté » était un mot sans aucun sens pour des gens qui languissaient dans la misère : « La subsistance est plus chère à l’homme que sa propre vie ; parce que l’homme ressent la faim, mais ne ressent ni la vie ni la mort. Cette subsistance est bien plus chère à l’homme que la liberté : il faut donc éloigner de la République les horribles images de la pénurie ». Tataranni souhaitait que le nouveau gouvernement se batte contre les monopoles et interdise de « vendre à l’avenir notre blé à l’étranger ». C’était donc sur les lois concernant les blés que, se souvenant du Galiani des Dialogues sur le commerce des blés, il fondait ses espoirs. Le problème épineux de la redistribution de la propriété n’était pas envisagé.

24La thématique religieuse prenait une importance particulière surtout dans le long appendice du catéchisme proprement dit (pp. 80-133). Une perspective universaliste de type maçonnique (nous savons que Tataranni était lui-même franc-maçon) se mêlait à l’inspiration chrétienne et semblait la mettre au second plan. Dans le premier et dans le troisième chapitre l’accent était posé sur la « sociabilité » et sur la nécessité de promouvoir « le bonheur général de l’humanité ». Le discours tenu au chapitre II portait sur les « sociétés particulières » et accordait une grande place à l’utilité sociale de la religion. L’auteur faisait allusion d’abord à « une religion » en général, mais il se servait ensuite d’expressions telles que « notre religion », « religion chrétienne », « morale chrétienne », « vérité de l’Évangile ». Il était également question du « législateur des chrétiens », du « législateur de notre religion », et, au début du catéchisme, Tataranni avait exalté Dieu, « le premier et le souverain de tous les êtres ». Ce Dieu – qui état défini dans l’appendice comme un « Être Suprême […] qui […] console de l’insensibilité des hommes, comme un rémunérateur » – était semblable au Dieu des déistes. Il faut remarquer aussi que Tataranni n’employait jamais le terme « catholique », ne mentionnait jamais la Révélation, ne citait aucun passage des Écritures, gardait un silence total sur les dogmes. Difficile donc de reconnaître dans sa brochure des thèmes proprement catholiques. Même le christianisme auquel Tataranni se référait finissait par s’estomper dans une forme de religiosité qui dépassait les confessions chrétiennes.

  • 33  Primi elementi dell’istruzione repubblicana per uso dei giovani Cisalpini. Ce catéchisme, qui avai (...)

25Pour conclure cet examen rapide des catéchismes italiens je signalerai une absence. Les années 1796-1799 furent des années où, la France servant de modèle, s’insinua dans l’élite républicaine l’idée de l’unité de l’Italie. D’un côté il y avait les partisans d’une république une et indivisible à la française, de l’autre ceux d’une république fédérale considérée dans une perspective unitaire. Or, le problème de l’unité de l’Italie est, à ma connaissance, absent des catéchismes. Le seul qui y fit allusion fut Giovanni Antonio Ranza dans son fameux ouvrage intitulé « Premiers éléments de l’instruction républicaine à l’usage des jeunes Cisalpins »33 :

Q. L’Italie ne devrait-elle pas former une seule société, gouvernée par les mêmes lois, et donc être l’unique patrie de tous ses habitants ?
R. C’est cela ; puisqu’il en était ainsi autrefois, c’est-à-dire avant que les tyrans étrangers ne la partagent. Et aussi puisque la nature l’a entourée de montagnes et de mers qui la séparent et la distinguent des autres nations.
Q. Donc nous ne serions pas cisalpins, mais italiens ?
R. Exactement. Et tant que nous ne le serons pas, notre société et les autres du reste de l’Italie ne seront que faibles, et redevables aux autres de leur existence même.

Haut de page

Notes

1  Seules figurent dans ce texte les notes essentielles. Pour de plus amples renseignements au sujet des personnages, des textes et des problèmes évoqués, je me permets de renvoyer le lecteur à mon livre Istruire nelle verità repubblicane. La letteratura politica per il popolo nell’Italia in rivoluzione (1796-1799), Bologna, il Mulino, 1999. Autres ouvrages de référence: V. Criscuolo, Albori di democrazia nell’Italia in rivoluzione (1792-1802), Milano, Franco Angeli, 2006; Catechismi repubblicani. Napoli 1799, éd. par P. Matarazzo, préface d’E. Chiosi, Napoli, Vivarium, 1799; L. Guerci, I catechismi repubblicani a Napoli nel 1799, dans Napoli 1799 fra storia e storiografia, Atti del convegno internazionale (Napoli, 21-24 gennaio 1999), éd. par A. M. Rao, Napoli, Vivarium, 2002, pp. 431-460; L. Guerci, Per una riflessione sul dibattito politico nell’Italia in rivoluzione, dans Universalismo e nazionalismo nell’esperienza del giacobinismo italiano, éd. par L. Lotti et R. Villari, Roma-Bari, Laterza, 2002, pp. 305-321.

2 Saggio storico sulla rivoluzione di Napoli. La seconde édition du Saggio storico de Cuoco (1806) fut traduite en français par Bertrand Barère et publiée en 1807 sous le titre d’Histoire de la révolution de Naples.

3 Dell’educazione democratica da darsi al popolo italiano, Milano, 1792.

4  Istruzione di un cittadino a’ suoi fratelli meno istrutti, Padova, 1797. L’Instruction parut sous l’anonymat.

5  Catechismo al popolo bolognese, Bologna, 1796.

6  Catechismo repubblicano in sei trattenimenti a forma di dialoghi, Napoli, 1799.

7 I diritti dell’uomo. Catechismo cattolico-democratico, Reggio Emilia, 1797.

8 Catechismo repubblicano ad uso de’lavoratori ed artigiani liberi d’Italia, Milano, anno VI repubblicano.

9  Catechismo civile ad istruzione del popolo di campagna e quello della città, s.n.t. [Milano, 1796].

10  Milano s.d. [1798]. Les péripéties de l’édition de ce texte sont assez compliquées. Je me permets à ce sujet de renvoyer le lecteur à mon ouvrage Istruire nelle verità repubblicane cit., p. 123 et suiv. L’original était intitulé Éléments d’instruction républicaine, par la citoyenne Desmarêts (sic), Paris, l’an II de la République française. Il existe une édition de la même année et qui a pour titre Premiers éléments de l’instruction républicaine.

11  Catechismo al popolo in occasione che venne proclamata la libertà del Piemonte, Mondovì, 1799.

12  Elementi d’istruzione democratica sviluppati in un catechismo analogo alla costituzione cisalpina dell’anno VI, adattato ai fanciulli specialmente della campagna, Bologna, s.d.

13  Catechismo nazionale pel popolo per uso de’parochi, Napoli, 1799.

14  Giornale delle Guardie nazionali e Municipalità piemontesi, Torino, 1799.

15  Norma per le istruzioni religioso-politiche de’Missionari nazionali della Liguria, Genova, 1797.

16 Catechismo repubblicano per uso delle scuole minori, Bergamo, s.d.

17  Catechismo nazionale pe’l cittadino, Napoli, 1799.

18 Catechismo repubblicano ai giovani della Repubblica cisalpina, Bologna, s.d.

19 Piano generale di pubblica istruzione.

20  Piano di direzione, disciplina ed economia delle pubbliche scuole elementari di Padova.

21 Catechismo repubblicano per uso delle scuole.

22 Catechismo repubblicano per l’istruzione del popolo e la rovina dei tiranni.

23 Progetto di costituzione della Repubblica napoletana.

24  M. Simonetto, I lumi nelle campagne. Accademie e agricoltura nella Repubblica di Venezia 1768-1797, Treviso, 2001.

25  Catechismo nautico, o vero de’particolari doveri della gente marittima, tratti principalmente dalla S. Bibbia, e dalle nozioni fondamentali della religione, Napoli, 1788.

26  Conjuration contre la religion catholique et les souverains, Paris, 1792.

27  Principi di filosofia morale repubblicana, Roma, 1798.

28  Catechismo repubblicano, Bologna, 1796.

29  Catechismo repubblicano ai giovani della Repubblica cisalpina, Bologna, s.d.

30  Catechismo repubblicano per l’istruzione del popolo e la rovina dei tiranni.

31  Annali politico-ecclesiastici.

32  Voir plus haut, § 3.

33  Primi elementi dell’istruzione repubblicana per uso dei giovani Cisalpini. Ce catéchisme, qui avait son point de départ dans les Éléments d’instruction républicaine de la citoyenne Desmarest (voir plus haut, § 3), fut publié à Milan dans le journal de Ranza, L’amico del popolo. Varietà istruttive, termidoro 1798 (italique de l’auteur).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luciano Guerci, « Les Catéchismes républicains en Italie (1796-1799) », La Révolution française [En ligne], Les catéchismes républicains, mis en ligne le 16 novembre 2009, Consulté le 23 juillet 2017. URL : http://lrf.revues.org/126

Haut de page

Auteur

Luciano Guerci

Università di Torino

Haut de page

Droits d'auteur

© La Révolution française

Haut de page