Navigation – Plan du site

Témoignage

Claude Mazauric

Texte intégral

1Rien ne m’a plus réjoui que l’annonce d’une journée organisée par l’IHRF, consacrée à étudier l’œuvre et l’action de Georges Lefebvre sous l’éclairage de ce bel intitulé : Georges Lefebvre au travail ; le travail de Georges Lefebvre. Outre la nouveauté radicale de cette rétrospection critique qui met au centre de l’interrogation la notion de « travail », le simple fait de s’intéresser aux travaux de Lefebvre et à son action de direction des études dites « révolutionnaires », tranche avec les préjugés et médisances véhiculées à son propos par beaucoup d’essayistes de bonne (en est-il ?) ou de mauvaise foi. Songez à ce qu’on peut lire depuis 1988 dans le Dictionnaire critique de la Révolution française sous la plume de Furet : « Grand spécialiste, grand érudit, Georges Lefebvre reste un historien étroit, imbattable sur un cote d’archives mais étranger aux grands textes qui balisaient son domaine de recherches (N.B. Quand on pense que c’est Lefebvre qui a réédité Tocqueville chez Gallimard, Buonarroti aux Éditions sociales, et à l’originalité pour l’époque, de son cours d’historiographie préfacé par Braudel et Soboul, publié en 1971 chez Flammarion, on reste confondu devant de telles affirmations !). Et d’ajouter : «  De ce fait beaucoup de questions fondamentales posées par la Révolution française lui ont échappé (…) En lui, l’histoire universitaire de la Révolution a trouvé la meilleure illustration des questions qu’elle a ouvertes et de celles qu’elle a perdues » (Cf. « Histoire universitaire de la Révolution -Interprètes et historiens »). Je veux donc exprimer ma gratitude à Pierre Serna pour sa lucide et courageuse initiative qui sera à l’évidence féconde. Beaucoup le savent, peut-être parce que j’ai évoqué ce fait dans mes « Entretiens avec Julien Louvrier » : je suis assurément l’un des rares historiens encore vivants qui puisse encore rappeler qu’il a pu bénéficier des conseils de Georges Lefebvre. Avant de présenter l’agrégation, je devais comme tout un chacun, achever mes études à la Sorbonne par la préparation d’un mémoire. Le mien était consacré à l’endettement des paysans du Gard dans le premier dix-neuvième siècle ; Lefebvre me reçut longuement à deux reprises chez lui, exerçant sur moi la même fascination que d’autres avaient antérieurement éprouvée, avant de rendre compte de ma bien modeste recherche devant la Société d’histoire moderne et contemporaine en 1956 ! Depuis, évidemment, je n’ai cessé de lire et de méditer  l’œuvre de Lefebvre dont Albert Soboul disait que l’essentiel de l’apprentissage d’un historien de la Révolution, consistait à s’en inspirer tant du point de vue de la méthode critique et de l’exigence d’érudition, que des vertus morales et intellectuelles que cela supposait. 

2Dans cette brève notule, je voudrais insister sur trois caractéristiques du « travail » de Georges Lefebvre, étant entendu qu’au regard d’une carrière complexe d’historien universitaire qui s’est étendue de la fin du XIXe siècle à 1959, il y aurait lieu de distinguer bien des étapes de vie et des conjonctures de fait mais pour une fois, je m’abstiendrai de pratiquer ce distinguo. En premier lieu, je soulignerai qu’en Georges Lefebvre, s’est incarné l’homme qui a réussi dès son élection en 1932 à la tête de la Société des études robespierristes, donc à la direction de la revue (AHRF), à rassembler les énergies et à imposer, sans blesser personne, l’unification des deux grands courants républicains entre lesquels se partageait le monde des historiens français spécialistes de l’histoire de la Révolution : pour simplifier, entre le courant des fidèles d’Alphonse Aulard dont Lefebvre a toujours reconnu le magistère initiatique et l’action décisive, et celui des disciples d’Albert Mathiez dont, en 1937, il saluait l’œuvre comme un moment stratégiquement marquant de l’historiographie révolutionnaire. Il sut aussi ouvrir résolument la Société, et plus tard l’IHRF qu’il avait fondé, à la collaboration suivie d’historiens venus du monde entier. Après 1945, poursuivant son entreprise unificatrice, Lefebvre obtint encore que la convergence entre tous, l’emportât majoritairement sur la dispersion que les gravissimes fractures de l’histoire contemporaine auraient pu entraîner. Ce résultat, il l’obtint en sachant à la fois favoriser la recherche et l’échange libre entre tenants de positions historiographiques différentes, tout en ne transigeant jamais sur le fait collectif de reconnaître dans le mouvement de la Révolution française et dans l’idée d’émancipation humaine qui sourd du message robespierriste, une étape fondamentale dans le processus général d’invention de la démocratie politique et de son articulation avec les exigences d’une transformation sociale qui puissent s’incarner dans le choix d’une politique populaire. En ce sens, il a contribué magistralement à faire en sorte que la Société des études robespierristes, dont il avait obtenu avant guerre qu’elle fût reconnue d’utilité publique par l’État, soit ce qu’elle est : une compagnie ouverte d’historiens savants et érudits dignes de ce nom, de Robert Palmer à Walter Markov, de Franco Venturi et Galante Garrone à Richard Cobb, et qu’elle ne cesse de demeurer tout à la fois, ainsi que la caractérisa plus tard notre regretté François Hincker, une « société de pensée »  attentive à ne rien oublier des exigences de démocratie étendue, à quoi se reconnaît l’inspiration radicalement républicaine qui a marqué son origine. Et comment ne pas associer à la réussite de l’orientation de Lefebvre, ceux qui en furent les associés puis les continuateurs, et parmi eux, les disparus, Camille-Ernest Labrousse, Albert Soboul, Jacques Godechot, ou les vivants qui se sont retrouvés unis au temps du bicentenaire derrière Michel Vovelle ?

3Comme nous le savons, si Georges Lefebvre était animé de fortes convictions, il ne fut en rien un « homme de parti », n’ayant jamais adhéré qu’un temps bref au parti socialiste unifié antérieur à 1914. Mais, lui qui, avant 1900, avait lu Marx en allemand (y compris le Livre 1 du Capital !) – en connaissez-vous beaucoup, hors Jean Jaurès, Deville et quelques autres, de qui on puisse le dire dans la France de ce temps ?- n’a jamais caché son intérêt pour l’interprétation marxienne de l’histoire, notamment de l’histoire de la Révolution. En témoigne la conclusion de son manuel de la Collection « Peuples et Civilisations », dirigée par Halphen et Sagnac, plusieurs fois réédité. Peut-être est-ce d’ailleurs, du moins est-il légitime de se le demander,  en raison de cette singularité, celle de faire figure d’un adepte déclaré du « matérialisme historique », qu’il fut associé au lancement des Annales par Lucien Febvre et Marc Bloch, collègues auxquels il était lié depuis le temps de leur professorat commun à l’Université de Strasbourg ! Mais ce constat ne permet pas de transformer en « historien marxiste », un savant qui fut principalement formé aux rudes exigences techniques et professionnelles de l’ « histoire méthodique » avant d’être en mesure d’entrevoir la fécondité d’une rencontre organique entre l’histoire, comme discipline, et les vastes chantiers que dégageait le développement des autres sciences humaines : la sociologie de Durkheim, la psychologie, l’anthropologie à l’étude de laquelle il consacrait avec passion les dernières années de sa vie. Quand on se réfère à la suite des travaux de Lefebvre, de ses études premières sur les subsistances dans la Flandre wallonne, à la Grande Peur, en passant par les paysans du Nord, les urbains de Cherbourg et d’Orléans, les petits maîtres à penser de la Picardie de Babeuf, son Quatre-Vingt-Neuf, et cela jusqu’au recueil, au sommaire composé par lui,  paru aux Presses universitaires de France, des Études révolutionnaires, recueil qu’il considérait dans sa facture d’ensemble –j’en livre le témoignage personnel !- comme son « testament historiographique », on mesure ce que fut son ouverture permanente, quoique critique, à toutes les entreprises de recherche faisant appel au renouvellement des champs conceptuels et à l’innovation documentaire. Rien donc qui permettrait de tenir le grand historien qu’il fut, pour un pisse-froid obstinément figé dans la maniaquerie pointilliste de l’érudit « positiviste » d’autrefois !

4Un mot encore : malgré son âge (66 ans en 1940) Georges Lefebvre fut un résistant pendant l’Occupation de la France de 1940 à 1944 ; non pas évidemment comme on l’entend souvent, à la manière d’un combattant clandestin, tel que le fut son frère cadet Théodore, martyrisé par les nazis, mais comme celui qui a maintenu dans son enseignement prolongé en Sorbonne à sa demande, à la barbe de l’Occupant et de ses complices français,  le contenu national, républicain, progressiste, de l’histoire qu’il enseignait : ses cours polycopiés du CDU, édités ensuite pour une part, en portent témoignage sans équivoque ! Il fut aussi un admirable « passeur », en ce sens qu’il consacra une part considérable de son temps à rendre compte des travaux des autres, les plus éminents comme les plus modestes : les notes qu’il a laissées, le témoignage de ses disciples (Rudé, Cobb, Bouloiseau, etc.) que cela impressionnait, nous le montre lecteur méticuleux, attentif, respectueux, accumulant de sa minuscule écriture, des notes précises de lecture, établissant ensuite le canevas manuscrit de son compte rendu, rédigeant enfin d’une traite, de forts commentaires qui soulignaient aussi bien l’apport (ou la vanité) des données incluses dans le livre dont il faisait lecture critique, que ce que ces données  lui inspiraient au regard de ses propres connaissances et conceptions de l’objet traité. À la lecture des livraisons successives des AHRF. que nous poursuivonsdepuis tant d’années, on mesure à quel point, celui que Dautry, Soboul, Cobb ou Rudé, appelaient dans les années cinquante du siècle dernier, d’un qualificatif affectueux, « le vieux », a fait école : Georges Lefebvre pédagogue ? Un demi-siècle après sa disparition, son exemple nous inspire encore. Ce constat lui aurait plu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Mazauric, « Témoignage », La Révolution française [En ligne], Georges Lefebvre, mis en ligne le 17 juin 2010, Consulté le 29 mars 2017. URL : http://lrf.revues.org/166

Haut de page

Auteur

Claude Mazauric

Professeur émérite des universités

Haut de page

Droits d'auteur

© La Révolution française

Haut de page