Navigation – Plan du site

Les massacres au temps des Révolutions

Pierre Serna

Texte intégral

1Le numéro 3 de La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’Histoire de la Révolution française est désormais en ligne. Il réunit les communication tenues en Sorbonne au printemps 2010. Le projet de la journée d’études de l’IHRF organisée le 12 mars 2010, « Les massacres au temps des Révolutions. Les violences extrêmes entre conflits militaires, guerres civiles et construction des citoyennetés dans l’espace atlantique de 1750 à 1840 »,s’inscrit dans cette perspective délibérément ancrée dans la seconde moitié du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Il s’agissait dès l’abord d’éviter un piège quelque peu grossier, en cantonnant une journée organisée par l’Institut d’Histoire de la Révolution Française dans le seul domaine de la Révolution Française. La superposition entre les deux termes Révolution/Massacre aurait pu suffire à une journée mais elle aurait considérablement appauvri la thématique et, pire, aurait dangereusement laissé imaginer un rapport obscur entre les deux notions. Il n’en est rien. Il convenait davantage de réfléchir bien en amont aux origines lointaines et plus proches des massacres et poursuivre la réflexion bien au-delà des guerres napoléoniennes, lorsque la France de la monarchie constitutionnelle et libérale commence la sauvage conquête de l’Algérie.

2Les articles sur l’Atlantique, l’Espagne, l’Algérie, l’Italie, la Colombie et les Antilles prouvent cette volonté d’ouverture géopolitique au cœur des nouveaux chantiers de l’IHRF et ce désir d’intégrer la Révolution dans une réflexion chronologique en amont et en aval de la fin du XVIIIe siècle. C’est la raison pour laquelle cette journée se voit encadrée par la double autorité intellectuelle de David El Kenz, dont les travaux ont profondément renouvelé la connaissance universitaire sur les massacres des guerres de religion, et du général André Bach, dont les recherches font autorité dans le domaine de l’histoire des violences militaires de l’époque contemporaine.

3Entre les deux moments, du XVIe siècle au début du XIXe siècle, que se passe-t-il qui transforme durablement les formes de l’affrontement militaire/militaire, militaire/civil, civil/civil qui fait plonger le monde contemporain dans une nouvelle histoire de violence dépassant des seuils de tolérance sans cesse repoussés ? Modestement, ce numéro espère porter quelques éléments de réflexion et de méthode historiques à un débat qui dépasse le cadre réducteur et répété des livres noirs en tout genre, choisissant d’isoler la violence de son contexte pour régler des comptes idéologiques du temps présent. Il s’agit au contraire ici de se donner les moyens de penser l’impensable du passage à l’acte, vers le crime de masse, dans les contextes culturel, politique, religieux, géographique et large de l’époque moderne à l’époque contemporaine, au travers d’un moment particuiler : les guerres, les révolutions et les phénomènes coloniaux, de la seconde moitié du XVIIIe siècle au début du XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Serna, « Les massacres au temps des Révolutions », La Révolution française [En ligne], Editoriaux, mis en ligne le 14 janvier 2011, Consulté le 25 mai 2017. URL : http://lrf.revues.org/250

Haut de page

Auteur

Pierre Serna

Professeur d’histoire moderne
Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne
Ea127/IHRF/Ums 622

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© La Révolution française

Haut de page