Navigation – Plan du site

De la parentèle à la famille : Perspectives prussiennes sur l’Europe des dynasties à l’époque de la Révolution Française

Daniel Schönpflug

Résumé

L’idée d’Europe au XIXème siècle rencontre de fait l´Europe des monarchies, que Victor Hugo avait déjà appelé « L’Europe des rois ». Afin d’ouvrir un nouvel horizon de la recherche, il est pourtant nécessaire de déplacer la perspective d’une « Europe des monarchies » vers une « Europe des dynasties ». Les liens entre familles royales et princières ont permis de créer des réseaux et d’établir des communications au-delà des frontières. Leur sentiment de partage, de communion s’étendant à l’échelle continentale explique que les dynasties ont constitué un facteur paradoxal mais bien réel du processus d’européanisation. Dans cette perspective, il convient de penser d’où « sort » ce XIXe siècle des dynasties et de le rattacher au-delà du traumatisme vécu de la Révolution, à une idée de l’« Europe », bien présente au XVIIIème siècle dans une réalité, dépassant la simple projection nobiliaire. L’Europe était un réseau aux dimensions sociale, culturelle et politique des plus vifs, sinon comment comprendre que l’idée royale, malgré le choc révolutionnaire ait pu résister à une telle puissance désorganisatrice et inventive à la fois consécutive à 1789.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Spyros Pappas, Brussels and the European Identity, in: Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deut (...)
  • 2  Sur ce débat voir Wolfgang Schmale, Literaturbericht Europäische Geschichte, parties I - V, in : G (...)

1L’écriture d’une histoire de l’Europe est un projet dont l’impulsion première provient des débats politiques actuels. C’est en ce sens qu’un des directeurs généraux de la Commission européenne, Spyros Pappas, a écrit en 1999 : « History has not found its right place as a factor of European cohesion. »1. Les historiens ont rattrapé avec empressement la balle que la politique avait envoyée dans leur camp. Certains ont succombé à la tentation de livrer une histoire de l’Europe beaucoup trop adaptée à des besoins politiques. Cependant, la majorité des historiens a su renvoyer cette balle avec un effet difficile à prévoir. Ils n’ont pas considéré l’histoire de l’Europe comme quelque chose de donné qui aurait conduit, au terme de nombreuses métamorphoses, au résultat actuel, l’Union européenne. Plus nous connaissons avec précision l’histoire de l’européanisation, moins il apparaît pertinent de la comprendre comme un processus continu, homogène et orienté. Si l’on veut éviter l’écueil d’une vision téléologique de l’histoire, il importe de présenter les idées, les initiatives et structures de l’intégration européenne dans leur diversité et leurs contradictions, de montrer leur caractère discontinu, incomplet et fragmentaire et de se pencher aussi bien sur leurs tendances propres que sur des évolutions qui leur sont alternatives ou contraires.2

  • 3  Dieter Langewiesche, Das Europa der Nationen 1830-1832, Bonn 2007, p. 6sq.
  • 4  Peter Burke, Did Europe exist before 1700?, in : History of European Ideas 1 (1980), p. 21-29 ; Ch (...)
  • 5  Wolfgang Schmale, Geschichte Europas, Vienne / Cologne 2001, p. 84-114 ; Klaus Bußmann / Elke Anna (...)
  • 6  Richard Bonney, The European Dynastic State 1494-1660, Oxford 1991 ; Paul Schroeder, The Transform (...)

2Si l’on part ainsi à la recherche de cette « Europe » en allant au-delà du XIXème siècle, il est inévitable de rencontrer un phénomène que Victor Hugo avait déjà appelé « L’Europe des rois » et que Dieter Langewiesche a récemment désigné par les expressions « Europe du pouvoir » et « Europe de l’action ».3 Il existe déjà des études riches et variées sur le rôle qu’a joué la monarchie dans le processus d’européanisation. L’histoire des idées et des concepts s’est aussi bien intéressée aux conceptions d’une monarchie universelle européenne qu’aux théories et aux pratiques relatives à la paix et à l’équilibre européens.4 L’histoire des symboles a étudié l’imagerie européenne au début de l’époque moderne ainsi que les contextes dans lesquels elle est souvent apparue, à savoir la Cour.5 L’histoire des relations internationales s’est intéressée aux structures, aux idées, aux institutions et aux modalités de la coopération dans l’ensemble de l’Europe, en particulier autour de la Paix de Westphalie et du Congrès de Vienne.6 Au terme de plusieurs décennies de recherche, il ne fait plus aucun doute que les dimensions mentale et culturelle ainsi que la dimension politique des monarchies ont eu une grande importance dans le processus d’européanisation.

3Déplacer la perspective d’une « Europe des monarchies » vers une « Europe des dynasties » ouvre un nouvel horizon de recherche. D’une part, la question se pose de savoir si la dynastie princière peut être considérée comme une spécificité européenne. Mais d’autre part, les dynasties constituent un objet dont l’étude s’avère féconde si l’on veut écrire une histoire de l’Europe : en ce qu’elles ont permis de tisser des liens étroits et d’établir des communications au-delà des frontières, ce qu’un sentiment d’appartenance reposant sur des liens de parenté et s’étendant à l’échelle continentale peut notamment expliquer, les dynasties ont été un facteur du processus d’européanisation. Dans cette perspective, l’« Europe » était déjà au XVIIIème siècle bien plus qu’une simple idée ; elle était un réseau aux dimensions sociale, culturelle et politique.

  • 7  Heinz Gollwitzer, Europabild und Europagedanke: Beiträge zur deutschen Geistesgeschichte des 18. u (...)
  • 8  Heinz Duchhardt, Was heißt und zu welchem Ende betreibt man – europäische Geschichte?, in : Heinz (...)
  • 9  Hermann Weber, Die Bedeutung der Dynastien für die europäische Geschichte in der frühen Neuzeit, i (...)

4Heinz Gollwitzer faisait déjà référence dans son ouvrage pionnier sur le sujet, Europabild und Europagedanke, aux « maisons souveraines, qui étaient inscrites par les liens de parenté dans une communauté naturelle et supranationale ». D’après lui, les « visites officielles » et les « voyages nuptiaux » ont renforcé cette communauté et la « solidarité entre les trônes » se serait aussi maintenue à l’époque de l’égoïsme d’Etat et des Etats-Nations.7 Heinz Durchhardt parvient à des conclusions similaires dans son essai souvent cité Was heißt und zu welchem Ende betreibt man – europäische Geschichte?8 De même, Hermann Weber faisait référence au rôle des dynasties pour l´histoire de l´éuropéanisation lorsqu’il écrivait avec une certaine emphase qu´il « revient justement à une histoire de l’Europe de ne pas oublier que, parmi les facteurs qui ont contribué à l’unification de la diversité européenne, les dynasties occupent une place de premier plan. »9

  • 10  Pierre Lamaison, Atlas de la civilisation occidentale : généalogie de l´Europe, Paris, 1995.
  • 11  Lucien Bély, La société des princes XVI. – XVIII. siècle, Paris 1999, p. 15.

5Bien que l’on se soit accordé de nombreuses fois sur l’importance que revêt ce thème, la mise en œuvre d’un tel projet, qui considère les dynasties comme un facteur de l’histoire de l’européanisation, n’en est qu’à ses balbutiements. Même l’ouvrage de Pierre Lamaison, portant le titre si prometteur de Généalogie de l’Europe, ne se consacre pas de manière systématique au phénomène d’interdépendance dynastique.10 Seule l’étude de Lucien Bély sur la « société des princes » aborde l’histoire des dynasties avec l’ambition de les étudier en tant qu’« écheveau européen », avec en toile de fond les questions posées actuellement par la construction européenne.11

  • 12 Ibid., p. 8.

„L`Europe contemporaine se construit en se dégageant (...) de l´affrontement des nations. Nous pouvons donc regarder d´un oeil nouveau ce réseau de relations qui unissaient les princes autant qu´elles les séparaient. En fait, les rois qui dialoguaient ou luttaient entre eux partageaient une même vision du monde et une même mission.“12

6Toutefois, le travail de Bély s’intéresse surtout à la culture commune de l’élite et l’étudie dans les domaines de l’éducation et des pratiques de Cour ainsi qu’à partir d’exemples isolés de politiques dynastiques. La complexité des structures des réseaux et l’ambivalence des interactions y sont aussi peu prises en compte que la transformation de ce réseau à l’époque moderne. Dans ce qui va suivre, j’aimerais tenter de faire l´esquisse d'un tableau plus nuancé et plus ambivalent de l’« Europe des dynasties » au XVIIIème siècle et de sa transformation pendant l´époque révolutionnaire. Cet article, qui marque le début d’un projet de recherche, ne prétend pas présenter des résultats définitifs, mais seulement proposer des pistes pour des recherches à venir. On présentera, dans un premier temps, la structure d’un réseau de la haute noblesse européenne, ses frontières internes et externes et, dans un deuxième temps, les interactions au sein de ce réseau, qui peuvent être de l’ordre de la coopération comme de la confrontation. Dans un troisième temps, on s’intéressera aux réactions directes à la Révolution Française, qui fit des Bourbons une dynastie sans trône. Enfin, on montrera dans une quatrième partie les transformations du réseau à l’époque de la Révolution Française, qui, de simple parentèle, devint une famille. L’exemple de la Prusse est ici central et sert de point de départ à l’examen des liens d’interdépendance qui unissent toute l’Europe.

I. Les réseaux dynastiques au XVIIIème siècle

  • 13  Andreas Kraus, Das Haus Wittelsbach und Europa: Ergebnisse und Ausblick, in : Zeitschrift für Baye (...)
  • 14  Lucien Bély, La société des princes XVIe-XVIIIe siècle, Paris 1999, p. 8.

7Dans la conclusion d’un volume portant sur les interdépendances entre la maison Wittelsbach et d’autres maisons européennes, Andreas Kraus écrit : « jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, il est possible de dire, en forçant un peu le trait, que l’Europe était dominée par une seule famille avec de nombreuses ramifications, la grande famille des dynasties européennes. »13 Dans le même sens, Lucien Bély déclare : « Les rois constituaient une ‘famille’ et se considéraient tous officiellement comme frères et sœurs. ».14

  • 15  Les sources et les méthodes utilisées pour rassembler ces données peuvent être trouvées dans : Dan (...)

8En effet, si l’on dispose de connaissances généalogiques suffisantes, on peut reconstruire les relations de parenté entre chacun des membres de la haute aristocratie. Mais cela ne doit pas nous induire en erreur. Les cercles matrimoniaux, ces « clusters » dans le tissu du réseau de parenté européen constitué par les grandes dynasties, n’étaient pas aussi vastes que ce que laisse entendre l’idée d’une grande famille européenne des dynasties.15 Au 18ème siècle, l’Europe comptait dix-huit couronnes. Celles-ci étaient partagées entre quinze familles. Si l’on se penche sur les comportements matrimoniaux des familles régnantes, c’est d’abord leur endogamie qui saute aux yeux. En règle générale, elles ne nouaient de liens de parenté directs qu’entre elles. Ainsi ces familles cherchaient-elles en moyenne deux tiers de leurs partenaires au sein de familles qui pouvaient tout comme elles apporter la preuve de leur ascendance royale. Seulement un tiers des mariages royaux ont été conclus avec des maisons n’ayant pas accédé à la dignité royale. Les valeurs moyennes que je viens de citer ne doivent pas empêcher de constater des différences notoires entre les dynasties selon la conscience qu’elles avaient de leur rang. Les mariages des familles royales du sud de l’Europe étaient beaucoup plus exclusifs que ceux des familles du nord.

9C’est avant tout le facteur religion qui était responsable de l’hétérogénéité du réseau formé par les maisons qui se situaient au sommet de la hiérarchie. La « famille européenne des dynasties » comportait d’un côté des zones particulièrement étanches et de l’autre des frontières internes qui étaient rarement transgressées. Les membres des trois grandes confessions – catholiques, protestants de diverses obédiences et orthodoxes – avaient l’habitude de s’éviter mutuellement lorsqu’il était question de mariage. Ce qui ne veut cependant pas dire qu’il n’y avait pas de mariages mixtes.

10Un trait significatif réside dans l’augmentation des mariages mixtes pendant la période étudiée. Au XVIIème siècle, les mariages entre des familles catholiques ou protestantes d’un côté et des familles orthodoxes de l’autre étaient encore impensables. C’est seulement avec l’orientation occidentale adoptée par le tsar russe Pierre le Grand à partir du début du XVIIIème siècle que des mariages mixtes sont devenus progressivement envisageables. Entre 1700 et 1800, il y avait en tout un peu moins de 10 % de mariages interconfessionnels, parmi lesquels on comptait environ deux tiers de mariages entre familles protestantes et orthodoxes. Après 1800, la proportion de mariages mixtes a augmenté pour atteindre 16 %. Mais même à ce moment-là, il y avait encore deux cercles matrimoniaux en Europe, un catholique et un protestant-orthodoxe.

11Comme les dynasties européennes étaient liées à leurs lieux de résidence et leurs territoires, leurs réseaux familiaux avaient aussi une dimension spatiale. Tandis que les mariages de la noblesse non régnante étaient plutôt conclus à l’échelle régionale, ceux de la haute noblesse avaient une dimension européenne. Cela ne veut cependant pas dire qu’il n’y ait eu aucune disparité entre les modalités selon lesquelles les familles de l’ensemble du continent se mariaient. En réalité, les familles royales obéissaient elles aussi en général à des logiques matrimoniales spécifiques et de dimension régionale. Ainsi l’approche spatiale des réseaux formés par les mariages attire-t-elle à son tour l’attention sur l’existence de frontières internes. Le voisinage était souvent une condition nécessaire à l’établissement de liens de parenté étroits et de ce fait, la plupart des cercles matrimoniaux formés par les dynasties européennes se signalaient par une certaine limitation dans l’espace.

12Parmi les familles qui régnèrent sur des territoires très étendus tout en évoluant elles-mêmes à l’intérieur de frontières régionales, l’exemple de la Maison des Bourbons est particulièrement significatif. A partir du début du XVIIIème siècle, les Bourbons ne régnaient pas seulement sur la France mais aussi sur l’Espagne et le Royaume de Naples. Mais cette saisissante extension spatiale allait à l’encontre de stratégies endogamiques particulièrement marquées. Si l’on se penche sur le cas des trois lignées royales rattachées à la Maison des Bourbons, on s’aperçoit qu’environ un tiers des mariages célébrés l’a été à l’intérieur même de la Maison des Bourbons. Un deuxième tiers de ces mariages a établi des liens entre les Bourbons et des maisons voisines, celles de Savoie et de Bragance, qui régnaient sur l’Italie et le Portugal et qui présentaient des réseaux d’interdépendance complexes.

13On le voit, les alliances matrimoniales ont conduit à la formation de frontières internes ; mais par ailleurs, les cercles matrimoniaux européens avaient aussi une frontière externe au-delà de laquelle les mariages étaient impossibles. A l’ouest, au nord et au sud de l’Europe, cette frontière était stable, fixée par l’Océan Atlantique et la Mer Méditerranée. En revanche, la frontière orientale était fluctuante. Comme je l’ai précédemment évoqué, le fait qu’à partir du début du XVIIIème siècle les dynasties chrétiennes d’Europe se mirent à considérer les Romanov comme de possibles partenaires de mariage a grandement contribué à repousser les frontières orientales des cercles matrimoniaux européens.  

II. Coopération et concurrence entre parents

14L’Europe des dynasties était au XVIIIème siècle bien plus qu’un simple réseau de liens généalogiques. Les liens de parenté posaient en fait les jalons d’un cadre interprétatif et d’un terrain d’action d’une grande importance politique. Sur un continent composé d’Etats dynastiques, être le proche parent du souverain était une condition sine qua non pour l’accession au trône. L’exclusivité des liens de parenté allait de pair avec le fait que l’accès au pouvoir était réservé à un cercle restreint et fermé.

15Malgré cet intérêt commun, l’idée d’une « grande famille des dynasties » était problématique, non seulement à cause des frontières internes et externes du réseau de liens de parenté européen, mais aussi à cause de l’idée de proximité et d’harmonie familiales qui l’accompagne.

  • 16  Alfred Kohler, „Tu felix Austria nube...“ Vom Klischee zur Neubewertung dynastischer Politik in de (...)

16Les formes d’interaction au sein des réseaux de la haute noblesse étaient très ambivalentes. Les travaux sur ce sujet ont souligné avec pertinence les liens étroits entre coopération et concurrence dans le cercle choisi des maisons royales au XVIIIème siècle.16

17Examinons d’abord les aspects harmonieux des relations entre familles princières au début de l’Epoque moderne : les liens de parenté exigeaient que l’on connaisse son parent, qui devait faire l’objet d’une attention particulière. Les acteurs des milieux dynastiques avaient des connaissances approfondies sur la généalogie européenne, qui leur étaient transmises dès leur enfance. De plus, les voyages lors de cérémonies officielles et de fêtes leur donnaient l’occasion de faire la connaissance des membres de cet arbre généalogique aux multiples ramifications.

  • 17  Klaus Oschema (Hg.), Freundschaft oder „amitié“? Ein politisch-soziales Konzept der Vormoderne im (...)

18Dans les Etats européens, qui trouvaient leur origine dans les propriétés foncières dont les grandes familles héritaient de génération en génération, liens de parenté et grande politique étaient inséparables. Les acteurs qui s’occupaient de préparer et de réaliser les mariages princiers étaient ainsi également responsables des affaires diplomatiques. L’interpénétration de la parenté et de la diplomatie était aussi visible dans l’usage de certains termes : « parenté », « amitié », « alliance », « lien de sang » étaient utilisés comme synonymes, ce qui indique que les liens personnels et politiques entre les familles princières ne pouvaient guère être distingués.17

  • 18  Brouillon d´une lettre de Frédéric-Guillaume à la cours d’Angleterre, non datée, Geheimes Staatsar (...)

19La correspondance diplomatique et les préambules aux contrats de mariage illustrent de plus que les liens de parenté et en particulier les cérémonies de mariage avaient pour but de sceller des alliances et de maintenir la paix. Pour ne citer qu’un exemple parmi bien d’autres : le roi de Prusse Frédéric Guillaume Ier, dans une demande de mariage de la cour d’Angleterre, souligne qu’il souhaite « voir les deux maisons royales continuer dans les anciennes unions de sang et d´intérêt, qui leur ont été depuis longtemps si glorieuses et si utiles tant par rapport au brillant qu´au solide »18.

  • 19  Johannes Kunisch, „La guerre c´est moi!“ Zum Problem der Staatenkonflikte im Zeitalter des Absolut (...)

20Si l’on en croit cette affirmation, ainsi que les milliers d’autres qui lui sont semblables, l’Europe du Moyen-Age et du début de l’Epoque moderne aurait été un havre de paix. Que cela n’ait pas été le cas s’explique aussi par le fait que les liens familiaux n’étaient pas seulement harmonieux, mais aussi riches en conflits. Car, dans la politique extérieure, la parenté ne servait pas uniquement à consolider des traités de paix et des alliances, mais elle allait de pair avec des prétentions à la succession. Ce que l’on appelait les « praetensiones » étaient des éléments essentiels de la politique extérieure européenne. Ces « praetensiones », souvent acquises grâce au mariage avec une héritière de la couronne, étaient reconnues et servaient de légitimation à des projets d’expansion. Johannes Kunisch a raison de souligner qu’au XVIIIème siècle presque « toutes les guerres ont une cause commune : la succession d’une dynastie ».19

21La parenté était ainsi d’une part un moyen de maintenir la paix et de conclure des alliances, mais de l’autre elle pouvait être le terreau de conflits de grande envergure. Cette ambivalence faisait du mariage un outil imprévisible de la politique extérieure et de l’Europe des dynasties un ensemble hautement instable, qui s’est vu exposé jusqu’à la fin du XVIIIème siècle à des changements incessants et violents. Mais le réseau de parenté de la grande aristocratie, et les interactions qui en découlaient, resta jusqu’à la veille de la Révolution Française – malgré des contradictions internes – une structure socio-politique essentielle à l’Europe.

III. La Révolution et les limites de la solidarité dynastique

22L’on peut s’étonner du peu de conséquences immédiates qu’eut le bouleversement de 1789 dans le milieu princier. Au-delà des familles directement concernées par la Révolution, les habitudes des familles dirigeantes se poursuivirent après 1789, imperturbablement. Comme par le passé, elles soignaient également dans les années 1790 l’intensité de leurs échanges, se rendaient fréquemment des visites mutuelles, festoyaient ensemble et nouaient des liens de parenté. Pour ces familles, à la différence des révolutionnaires, 1789 n’inaugura pas immédiatement une ère nouvelle. La faiblesse de la Couronne française, qui s’annonçait déjà depuis un certain temps, était même plutôt un motif de satisfaction pour les dynasties concurrentes.

  • 20  Philip Mansel, Louis XVIII, Paris 2004 ; Klaus Malettke, Die Bourbonen, vol. 3 : Von Ludwig XVIII. (...)

23Les princes de Bourbon, qui avaient quitté la France, tentèrent aussi, autant que possible, de continuer de mener la vie qui était la-leur sous l’Ancien Régime, à Turin, à Coblence et dans d’autres villes. La cour française en exil et son armée étaient une provocation aux yeux de la France révolutionnaire et étaient considérées avec méfiance par les autres monarques, qui craignaient les conflits que la situation pourrait engendrer. Mais la solidarité dynastique existait bel et bien. L’histoire de la famille royale de France, de ses membres en France et en exil, a déjà été écrite dans ses grandes lignes. Elle se présente surtout comme une histoire de réseaux de parenté à l’intérieur de la noblesse : ainsi s’explique que le comte d’Artois eût d’abord trouvé asile chez son beau-père, le Roi de Sardaigne, à Turin, puis chez le prince Clemens Wentzeslaus, à Coblence dont la sœur était l’épouse de Louis Ferdinand de Bourbon, Dauphin de Viennois. Clemens Wentzeslaus était donc l’oncle de Louis XVI ainsi que des futurs rois Louis XVIII et Charles X.20

  • 21  Wilhelm Bringmann, Louis XVIII. von Frankreich im Exil. Blankenburg 1796 – 1798, Francfort/M. 1995

24Selon les époques, la solidarité pouvait aller bien au-delà des cercles de parenté les plus étroits. Le duc de Brunswick, qui offrit l’asile aux Bourbons à Blankenburg,21 le Tsar de Russie, qui les hébergea en Courlande, ou encore la Couronne d’Angleterre, qui les reçut à Londres et à Hartwell House, soutinrent les Bourbons, alors qu’ils n’avaient avec eux que de lointaines relations de parenté.

25Mais la solidarité avait aussi, comme l’on sait, des limites. Dans les archives de la Maison de Prusse à Berlin, on trouve de nombreuses lettres des Princes de Bourbon – exprimant diverses requêtes d’argent, d’armes ou d’asile –, qui restèrent sans suite. Si Frédéric Guillaume II participa à la guerre contre la France, ce n’était sûrement pas par compassion pour les Bourbons apatrides. Son intention était bien davantage, tout comme en 1787, de protéger les Pays-Bas où régnait son beau-frère Guillaume V, d’une expansion française. Aussi les relations entre le commandant en chef prussien, le duc de Braunschweig, et le Prince de Condé, Commandant de l’Armée des Princes, étaient-elles des plus froides.

  • 22  Daniel Schönpflug, Napoleon, die Napoleoniden und das Europa der Dynastien, in : Bénédicte Savoy ( (...)

26Il semble toutefois qu’à partir de 1792 la noblesse européenne de haut rang ait de moins en moins considéré les Bourbons, qui avaient perdu leur trône, comme leurs égaux. On n’abandonnait certes pas complètement l’ancienne famille royale française, qui avait également perdu au début du XIXème siècle leurs trônes italiens et espagnols. Mais ce n’était guère plus que de la charité princière que vivaient Louis XVIII et sa famille. Au début du XIXème siècle, la famille Bonaparte s’empara du trône des Bourbons et commença même, en concluant des mariages avec les maisons princières européennes, à jouer le rôle des Bourbons dans le réseau des dynasties.22

IV. De la parenté dynastique à la famille européenne

27Il semble judicieux de s’intéresser à la circulation et à la réception des informations relatives aux événements en France parmi les familles régnantes et aux jugements portés sur ces événementstrès probable, les maisons princières européennes, s en moins considéré les Bourbons, qui avait perdu leur tro. La source la plus importante à cet égard est la correspondance entre les familles princières. Je ne connais jusqu’à présent qu’un petit fragment de ces correspondances et ne vais donc pouvoir en livrer que quelques impressions. L’ambivalence du regard dynastique sur la Révolution est surprenante. Considérons quelques exemples tirés des correspondances entre Frédéric Guillaume, prince héritier et Roi de Prusse à partir de 1797, et son épouse, Louise de Mecklenburg Strelitz :

  • 23  Frédéric Guillaume à Louise, 5 Novembre 1793, in : Karl Griewank (ed.), Briefwechsel der Königin L (...)

28Tout d’abord, c’est l’attitude ambivalente à l’égard de la famille royale française qui est intéressante. L’exécution de la reine de France Marie Antoinette horrifia le couple prussien, comme la plupart des observateurs allemands. « Il n’y a rien de plus vil que ce « crachat » de la plèbe qui la condamna. Il est très probable qu’elle n’arrêtera pas avant d’avoir exterminé toute la famille de Bourbon. »23

  • 24  Max Lehmann, Ein Regierungsprogramm Friedrich Wilhelms III., in : Historische Zeitschrift 61 , Neu (...)

29Mais en même temps le dauphin, futur roi de la couronne de Prusse, exprimait également l’aversion que lui inspirait Louis XVI et sa lignée, qui avait cédé les commandes avec tant de légèreté et ainsi, portait préjudice à l’ensemble du monde dynastique : « La raison saine et pure, le jugement sûr et l’amour sévère de la justice sont bien les qualités essentielles d’un monarque. Et puisque ces qualités essentielles susnommées sont indispensables, il ne peut y avoir de bon gouvernement, si le souverain ne les possède pas voire même se rend méprisable par son inaction, sa dépravation et ses faiblesses. Un tel Seigneur ne mérite pas de gouverner, et il ne faut donc pas s’étonner, si finalement ses sujets opprimés, las d’un tel règne, s’assemblent pour s’en doter d’un meilleur. La Révolution française donne ici un exemple puissant et effroyable à tous les mauvais monarques, qui ne sont pas là, comme les bons princes, pour le bien de leur pays, mais aspirent celui-ci comme une sangsue et gaspillent l’argent de leurs sujets pour leurs seuls plaisirs de chair alors qu’ils devraient plutôt l’employer au Bien commun. »24 

  • 25  Frédéric Guillaume à Louise, 28 Mars 1793, in : Griewank, p 54.

30Le prince héritier et sa future fiancée partageaient la même appréciation politique des mouvements révolutionnaires. « Cette canaille française »25, comme ils la désignaient fréquemment, leur faisait horreur. La princesse Louise, qui vivait alors à Darmstadt, exprima également sa peur des « hordes de brigands » révolutionnaires, lorsqu’elles avancèrent jusqu’aux portes de Francfort. Le futur couple royal critiquait donc aussi bien la monarchie française que la Révolution Française, les erreurs de l’une ayant mené, à leurs yeux, à l’avènement de l’autre.

31Mais, dans la transformation de l’Europe des dynasties, on peut identifier un autre élément qui semble tout à fait primordial. Cet élément a changé les monarchies européennes bien au-delà des décennies révolutionnaires. Son principe était le suivant : Nous devons apprendre des erreurs des Bourbons. Confronté à leur terrible échec, beaucoup se promirent de renouveler la domination dynastique afin de ne donner aucune chance d’expansion à la Révolution. Toutefois, le sens de cet effort n’était pas de prévenir le changement politique par en bas en introduisant Constitutions et lois civiles. Mais, comme beaucoup d’acteurs dynastiques de l’époque le pensaient, le plus important était de rétablir le crédit moral de la monarchie. A cette fin, il semblait plus pertinent de modifier les modes de vie du roi et de son clan et ainsi d’anticiper la critique répandue de la dépravation de la Cour.

32En Prusse, le rapport entre la Révolution française et l’image que la dynastie voulait donner d’elle-même fut particulièrement perceptible. Le prince héritier Frédéric Guillaume et sa femme Louise jouèrent à cet égard un rôle décisif. Dès leur mariage, célébré en 1793, la famille royale mit en scène son harmonie avec les sujets. A l’occasion des festivités, les portes du palais furent ouvertes aux Berlinois. Le château était bondé – comme les témoignages le soulignent –, ce qui n’empêchait pas le roi de se sentir bien en présence de ses sujets. L’« amour » mutuel entre le roi et ses sujets fut mis en avant. Le contraste avec la tourmente des Tuileries, le 10 août 1792, n’était que trop manifeste.

33Après leur mariage et durant leur règne conjoint, Frédéric Guillaume et son épouse oeuvrèrent à une nouvelle image de la royauté. Ils n’avaient pas élu domicile au château berlinois mais dans une demeure plus « modeste ». Le train de la Cour fut réduit, des économies furent faites sur le cérémonial. Le roi et la reine se tutoyaient. Dans chacune de leurs lettres, ils proclamaient leur amour et paraissaient en public presque toujours ensemble. Il n’y avait ni maîtresses, ni liaisons extraconjugales. Mais au contraire un amour ostensible pour leurs enfants. Ceux-ci étaient autorisés à venir jouer le matin dans la chambre de leur mère. Ils prenaient part aux fêtes de la Cour et pouvaient sauter de sofas en montagnes de coussins – au grand dam de leurs précepteurs. La famille passait l’été dans l’étroit domaine de Paretz. Ainsi l’amour, l’harmonie et la droiture de la première famille devaient être érigés en modèle pour toutes les familles du royaume et servir de source à l’harmonie et la probité de toute une société.

  • 26 Linda Colley, The Apotheosis of George III.: Loyalty, Royalty and the British Nation, 1760-1820, in(...)

34Ces processus de transformation de l’image de la royauté n’étaient en aucun cas l’apanage de la Prusse. Ils s’inscrivaient dans un réseau européen de perception et de communication. Si l’image négative de la France a pu jouer un rôle dans la transformation de la monarchie de Prusse autour de 1800, le modèle positif de la maison royale anglaise, étudiée par Linda Colley de façon si impressionnante, n’en fut pas moins important. Les Hannovers avaient fait, sous George III, de cette saine vie de famille leur marque distinctive. George et Charlotte étaient intimement liés et fidèles. Ensemble, ils consacraient à leurs enfants beaucoup d’attention et se montraient souvent en public avec eux. A Kew, à mi-chemin entre le palais de Buckingham et le château de Windsor, ils firent bâtir une modeste propriété de campagne, qui fut, pour ainsi dire, le symbole d’une nouvelle culture de la simplicité.26

35Les contacts entre les familles royales anglaise et prussienne furent particulièrement étroits entre le milieu des années 1780 et le milieu des années 1790. Les succès de Frédéric le Grand suscitèrent une véritable « prussophilie » en Angleterre. Plusieurs princes anglais vinrent en Prusse pour y approfondir leur formation. L’un d’eux, Frédéric duc de York, se maria à Friederike, l’une des filles de Frédéric Guillaume II. Le père et l’oncle de la femme du prince héritier et future reine, Louise de Mecklenburg Strelitz, furent même gouverneurs au service de la Couronne d’Angleterre. Leur tante était justement la Reine Mère, Charlotte d’Angleterre, épouse de George III.

  • 27  Richard S. Wortman, Scenarios of Power. Myth and Ceremony in Russian Monarchy. From Peter the Grea (...)

36Si on laisse le regard errer sur la carte de l’Europe, le constat se confirme. La réception de ce nouveau type de famille royale fut particulièrement significative en Russie où Charlotte, la fille de la reine Louise, se maria en 1817. Richard Wortman a remarquablement décrit, dans son étude pionnière sur la famille du Tsar, ce « scénario de l’amour ». Charlotte et son époux Nicolas I, qui prit le pouvoir en 1820, devinrent également un couple régnant amoureux, moralement irréprochable, comme le furent avant eux George et Charlotte ou Frédéric Guillaume et Louise.27 En France aussi, Louis XVIII, qui se présentait aux Français comme un honnête homme assis sur le trône, fit d’une vie de famille intacte le signe caractéristique de sa politique. Ainsi apparut un nouvel horizon de valeurs communes à cette dynastie européenne, un nouveau sentiment d’appartenance, qui se répandit largement par les canaux de communication qui leur étaient familiers. Intégrité morale, valeurs familiales et relations harmonieuses avec les sujets étaient des éléments essentiels de la façon dont les dynasties se mettaient en scène au XIXème siècle.

  • 28  Daniel Schönpflug, Liebe und Politik : Die Heiraten der Hohenzollern und ihre Nachwirkungen, in : (...)

37L’Europe des dynasties prit ainsi un nouveau visage qui devait s’affirmer au cours du 19ème siècle. Les affaires de parenté stratégiques et politiques du XVIIIème siècle firent peu à peu place aux relations familiales « cordiales » au XIXème siècle. L’harmonie familiale ne se limitait plus ainsi à sa propre maison, mais s’élargissait à la parentèle. En particulier les mariages entre les dynasties princières étaient autant d’occasions de montrer ces liens affectifs à un vaste public. On pouvait présenter l’amour qui unissait un couple royal comme la cause de l’amour que se portaient deux peuples.28 Au XVIIIème siècle, la parenté avait été avant tout un fait avec des conséquences juridiques, voire relevant du droit public. La famille, par contre, était une communauté qui dépassait les frontières, unie par des liens affectifs. La grande famille des dynasties européennes était née.

38Participa de cette transformation le fait qu’après 1815, il n’était plus possible de justifier de possessions ni de droits grâce à des liens de parenté princiers. La politique européenne fonctionnait, depuis les impressionnantes guerres d’expansion menées par Napoléon, sans qu’il soit nécessaire de faire prévaloir ses prétentions en matière de succession. Le parvenu avait montré que l’expansion était possible sans avoir recours aux « preatensiones ». A la suite de ces changements, le système de parenté perdit l’un de ses aspects le plus à même de mener à un conflit : la concurrence relative aux successions. Il n’en devint que plus aisé de présenter comme harmonieuses les relations familiales dépassant les frontières.

39La nouvelle Europe des dynasties était donc, dans la pratique, bien moins métaphysique que dans la conception de Novalis de « la Chrétienté ou l’Europe » ; même si, en dehors aussi de la « Sainte Alliance », le respect des valeurs chrétiennes faisait partie intégrante de cette identité. Elle allait aussi largement au-delà d’un renouveau de l’idéologie de l’équilibre, bien plus ancienne. Même si Paul Schroeder a insisté avec raison dans son étude European Politics 1763-1848 sur le fait que la pensée d’équilibre – comme toujours en période de revendications hégémoniques – était particulièrement forte au moment de l’expansion française.

Conclusion

40L’Europe des dynasties au 18ème siècle était plus qu’une simple idée ou une grandeur symbolique. Elle représentait davantage un réseau véhiculant diverses fonctions sociales, culturelles et politiques, même s’il n’y avait pas de grande famille fermée à la tête de l’Europe, mais des cercles d’alliances fragmentés par des frontières internes et externes.

41Comme les relations personnelles et politiques entre familles ne pouvaient pas être pensées séparément au XVIIIème siècle, les liens de parenté étaient à cette époque essentiels d’un point de vue diplomatique. Cependant, même si les relations entre familles, les correspondances, les affaires d’héritage et les mariages étaient hautement importants pour l’Europe, leur effets étaient difficiles à prévoir et à maîtriser. Cela tenait au fait que les interactions au sein des cercles de parents de la grande noblesse étaient empreintes aussi bien de coopération que de conflits. L’ambivalence des affaires politiques et des relations entre parents déstabilisait la politique extérieure européenne, tout en participant du dynamisme et de l’importance de l’Europe des dynasties.

42A l’époque de la Révolution Française, les formes d’interaction à l’intérieur de cercles des familles régnantes n’évoluèrent qu’avec lenteur : L’Europe des dynasties ne crut d’abord pas à avoir à réagir à l’incident français et ne témoigna à sa parenté mise en danger en France qu’une solidarité très mesurée. Si les représentations de l’« équilibre européen » circulaient largement, la collaboration, en pratique, pour combattre les armées révolutionnaires se révéla particulièrement difficile ; les intérêts particuliers entravaient l’action commune.

43Pourtant l’Europe des dynasties réagit, à sa manière propre, à la Révolution, à mesure que la violence du bouleversement devint de plus en plus claire. L’important effort de communication mis en œuvre en témoigne. Dans un processus de discussion collective, une conception du Nouveau fut développée. Au cœur de cette interprétation, il y avait la conviction que de l’échec de la monarchie française devaient être tirées les bonnes leçons. Sur la base de cette analyse, un processus européen de réorientation des valeurs dynastiques eut lieu, processus qui joua un rôle central dans l’affirmation de la monarchie au 19ème siècle. Ce ne sont pas les mesures politiques, mais le renouvellement de la moralité royale qui préoccupait le plus. Il s’agissait d’un projet commun des dynasties liées entre elles, qui ne put s’épanouir que dans le cadre d’un mouvement européen. Il s’agissait surtout de renouveler les liens unissant monarchie et sujets, qui ne devaient plus en outre être ceux de la domination, mais ceux de l’estime réciproque, et même de l’« amour ». Grâce à cette stratégie, les maisons royales purent se distancer non seulement de la Révolution et de sa violence, mais aussi des rois déchus, les Bourbons, ainsi que, en fin de compte, de la famille des Bonaparte, une dynastie d’un genre nouveau, certes couronnée de succès, mais perçue de plus en plus comme une lignée de tyrans.

44On retrouvait ces liens affectifs non seulement au sein des dynasties européennes, mais aussi dans les relations qu’elles entretenaient entre elles. Parce que les querelles de succession perdirent durant cette période charnière leur importance politique, les effets des rapports de parenté apparurent clairement comme positifs. C’est à partir du réseau stratégique et politique des liens de parenté que se développa la « famille européenne », qui, en entretenant de bonnes relations, était censée transmettre ce goût de l’harmonie aux peuples qu’elle gouvernait.

  • 29  Philip Mansel : Napoleon the Kingmaker, in : History Today 48,3 (1998), p. 39-46

45Le choc de la Révolution s’avéra donc être suivi d’effets. Les monarchies européennes – comme l’a souligné en dernier lieu Philipp Mansel – sortirent changées, mais aussi renforcées de l’ère révolutionnaire.29 Elles avaient reçu de nouvelles impulsions, qui leur permirent de se maintenir encore un siècle au pouvoir. De plus, l’Europe vécut après 1815 la plus longue période de paix qu’avait connue le continent. Jusqu'à ce qu’éclate la guerre de Crimée en 1853, la « grande famille des dynasties européennes » sembla tenir parole.

Haut de page

Notes

1  Spyros Pappas, Brussels and the European Identity, in: Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland (éd.), The Culture of European History in the 21st Century, Berlin 1999, p. 44.

2  Sur ce débat voir Wolfgang Schmale, Literaturbericht Europäische Geschichte, parties I - V, in : Geschichte in Wissenschaft und Unterricht, partie I du tome 60 (2009), p. 517-530 ; partie II du tome 60 (2009), p. 594-603 ; partie III du tome 60 (2009), p. 660-683 ; partie IV du tome 60 (2009), p. 744-758 ; partie V du tome 61 (2010), p. 58-75.

3  Dieter Langewiesche, Das Europa der Nationen 1830-1832, Bonn 2007, p. 6sq.

4  Peter Burke, Did Europe exist before 1700?, in : History of European Ideas 1 (1980), p. 21-29 ; Christoph Kampmann, Universalismus und Staatenvielfalt: Zur europäischen Identität in der Frühen Neuzeit, in : Jörg A. Schlumberger / Peter Segl (ed.), Europa - aber was ist es?, Cologne. 1994, p. 45-76 ; Ina Ulrike Paul, Stichwort „Europa“: Enzyklopädien und Konversationslexika beschreiben den Kontinent (1700-1850), in : D. Albrecht / Karl Otto Freiherr von Aretin / Winfried Schulze (ed.), Europa im Umbruch 1750-1850, Munich 1995, p. 29-50.

5  Wolfgang Schmale, Geschichte Europas, Vienne / Cologne 2001, p. 84-114 ; Klaus Bußmann / Elke Anna Werner (ed.), Europa im 17. Jahrhundert. Ein politischer Mythos und seine Bilder, Stuttgart 1994.

6  Richard Bonney, The European Dynastic State 1494-1660, Oxford 1991 ; Paul Schroeder, The Transformation of European Politics 1763-1848, Oxford 1996, p. 517-582 ; Heinz Duchhardt, Gleichgewicht der Kräfte, Convenance, Europäisches Konzert. Friedenskongresse und Friedensschlüsse vom Zeitalter Ludwigs XIV. bis zum Wiener Kongreß, Darmstadt 1976.

7  Heinz Gollwitzer, Europabild und Europagedanke: Beiträge zur deutschen Geistesgeschichte des 18. und 19. Jahrhunderts, Munich 1964, p. 50.

8  Heinz Duchhardt, Was heißt und zu welchem Ende betreibt man – europäische Geschichte?, in : Heinz Durchhardt/ Andreas Kunz (ed.), Europäische Geschichte als historiographisches Problem, Mayence 1997, p. 197.

9  Hermann Weber, Die Bedeutung der Dynastien für die europäische Geschichte in der frühen Neuzeit, in : Zeitschrift für europäische Landesgeschichte 44 (1981), p. 31.

10  Pierre Lamaison, Atlas de la civilisation occidentale : généalogie de l´Europe, Paris, 1995.

11  Lucien Bély, La société des princes XVI. – XVIII. siècle, Paris 1999, p. 15.

12 Ibid., p. 8.

13  Andreas Kraus, Das Haus Wittelsbach und Europa: Ergebnisse und Ausblick, in : Zeitschrift für Bayerische Landesgeschichte 44/1 (1981), p. 426.

14  Lucien Bély, La société des princes XVIe-XVIIIe siècle, Paris 1999, p. 8.

15  Les sources et les méthodes utilisées pour rassembler ces données peuvent être trouvées dans : Daniel Schönpflug, Die Heiraten der Hohenzollern. Verwandtschaft, Ritual und Politik im europäischen Kontext, Habilitation ft FU Berlin 2009, p. 155-163 et p. 349-360 ; à paraître (Göttingen 2012).

16  Alfred Kohler, „Tu felix Austria nube...“ Vom Klischee zur Neubewertung dynastischer Politik in der neueren Geschichte, in : Zeitschrift für Historische Forschung 21 (1994), p. 461-482.

17  Klaus Oschema (Hg.), Freundschaft oder „amitié“? Ein politisch-soziales Konzept der Vormoderne im zwischensprachlichen Vergleich (15.-17. Jahrundert), Berlin 2007 ; Johannes F. K. Schmidt u.a. (Hg.), Freundschaft und Verwandtschaft. Zur Unterscheidung und Verflechtung zweier Beziehungssysteme, Konstanz 2007.

18  Brouillon d´une lettre de Frédéric-Guillaume à la cours d’Angleterre, non datée, Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz, Brandenburg-Preußisches Hausarchiv, Rep. 47, N. 1205 Bl. 85sq.

19  Johannes Kunisch, „La guerre c´est moi!“ Zum Problem der Staatenkonflikte im Zeitalter des Absolutismus, in Johannes Kunisch: Fürst, Gesellschaft, Krieg. Studien zur bellizistischen Disposition des absoluten Fürstenstaates, Köln 1992, p. 21 ; voir aussi Ernst-Otto Czempiel, Strukturen absolutistischer Außenpolitik, in : Zeitschrift für historische Forschung 7 (1980), p. 445-451.

20  Philip Mansel, Louis XVIII, Paris 2004 ; Klaus Malettke, Die Bourbonen, vol. 3 : Von Ludwig XVIII. bis zu den Grafen von Paris. (1814-1848), Stuttgart 2009 ; Christian Henke, Symbol für die Gegenrevolution. Die französische Emigration und Kurtrier 1789-1792 und die politische Diskussion des revolutionären Frankreichs (= Beihefte der Francia ; vol. 47), Stuttgart 2000.

21  Wilhelm Bringmann, Louis XVIII. von Frankreich im Exil. Blankenburg 1796 – 1798, Francfort/M. 1995.

22  Daniel Schönpflug, Napoleon, die Napoleoniden und das Europa der Dynastien, in : Bénédicte Savoy (ed.), Napoleon und Europa. Traum und Trauma, München 2010, p. XX-XX.

23  Frédéric Guillaume à Louise, 5 Novembre 1793, in : Karl Griewank (ed.), Briefwechsel der Königin Luise mit ihrem Gemahl Friedrich Wilhelm III., 1793-1810, Leipzig, p 133.

24  Max Lehmann, Ein Regierungsprogramm Friedrich Wilhelms III., in : Historische Zeitschrift 61 , Neue Folge 25 (1889), p. 441-460.

25  Frédéric Guillaume à Louise, 28 Mars 1793, in : Griewank, p 54.

26 Linda Colley, The Apotheosis of George III.: Loyalty, Royalty and the British Nation, 1760-1820, in : Past and Present 102 (1984), p. 94-129.

27  Richard S. Wortman, Scenarios of Power. Myth and Ceremony in Russian Monarchy. From Peter the Great to the Abdication of Nicolas II, Princeton 2006, p. 120-141.

28  Daniel Schönpflug, Liebe und Politik : Die Heiraten der Hohenzollern und ihre Nachwirkungen, in : Thomas Biskup / Martin Kohlrausch (ed.), Das Erbe der Monarchie. Nachwirkungen einer deutschen Institution seit 1918, Francfort/New York 2008, p. 77-95.

29  Philip Mansel : Napoleon the Kingmaker, in : History Today 48,3 (1998), p. 39-46

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Schönpflug, « De la parentèle à la famille : Perspectives prussiennes sur l’Europe des dynasties à l’époque de la Révolution Française », La Révolution française [En ligne], Dire et faire l’Europe à la fin du XVIIIe siècle, mis en ligne le 16 juin 2011, Consulté le 23 septembre 2017. URL : http://lrf.revues.org/296

Haut de page

Droits d'auteur

© La Révolution française

Haut de page