Navigation – Plan du site

Révolutions : l’art de la rupture ?

Antoine Broussy

Texte intégral

1Associer les notions de rupture et de révolution peut passer pour un lieu commun tant il est d’usage de considérer de nos jours que l’essence même de tout phénomène révolutionnaire est d’abord de rompre avec le passé. N’est-ce pas ainsi, en effet, qu’est employé toujours plus fréquemment le mot « révolution », récupéré aujourd’hui à l’envi par les spécialistes du marketing et de la communication politique ? Chargé de positivité, le mot contient la promesse d’un changement radical, celle d’un passage vers une nouvelle modernité, c’est-à-dire d’une rupture avec un système présenté comme suranné. En somme, il permet aux individus de se projeter dans un avenir que l’on espère et que l’on présente comme meilleur. Du moins est-ce là l’interprétation de ceux qui mènent la révolution ou aspirent à la déclencher. Envisagée sous cet angle, la notion de « révolution » semble alors posséder les capacités à susciter un puissant engouement. L’expérience montre néanmoins, comme chacun sait, que la répulsion qu’elle peut provoquer est tout aussi forte.

2A ce titre, les antagonismes qui surgissent en révolution ne coagulent-ils pas sur la notion de rupture dont l’interprétation détermine la valeur du phénomène ? La rupture peut ainsi receler un contenu positif dès lors que l’on considère qu’elle prépare l’avènement d’une ère nouvelle de libération de l’homme. Elle peut être, à l’inverse, interprétée de manière négative en étant avant tout perçue comme une période de déstabilisation politique, sociale et religieuse profonde et violente. Autant d’exégèses susceptibles, par ailleurs, de varier selon les enjeux idéologiques et politiques qui animent les acteurs... Mais, quel que soit le côté vers lequel penche ce balancier interprétatif, la rupture suscite une interrogation unanime, celle, en tout premier lieu, de son surgissement. La réflexion sur la rupture révolutionnaire finit dès lors souvent par se confondre avec celle des origines : s’interroger sur les facteurs d’une rupture révolutionnaire revient en effet presque immanquablement à s’interroger sur les causes de la révolution.

3Ce n’est pourtant pas l’objet que s’étaient assignées les deux journées d’études internationales dont les actes sont proposés dans ce numéro 5 de La Révolution française. Tandis que la notion de rupture renvoie d’abord naturellement au temps court, à l’instant où tout bascule et où la durée tranquille du temps se rompt, le pari était ici d’envisager la rupture dans le temps long. En effet, celle-ci peut être saisie dans une perspective de continuité dès lors que, dans la plupart des cas, des acteurs prennent prétexte de la rupture pour tenter d’en gommer la radicalité et proposer une réintégration du phénomène révolutionnaire dans la longue durée d’une histoire nationale. Plus globalement, il s’agit de réfléchir à la manière dont la notion de rupture est l’objet d’un usage politique, à travers des pratiques et des discours, visant à légitimer ou délégitimer le sens de chaque révolution. Gérer la rupture, c’est en quelque sorte trouver les moyens de rendre la révolution acceptable. C’est aussi trouver les ressorts qui permettront qu’elle serve tel ou tel projet politique ou idéologique. A ce jeu, la rupture a souvent servi de focale, soit qu’on en bannisse les excès, soit qu’on veuille en préserver les acquis. C’est ce dualisme irréductible, qui découvre des stratégies qu’il est possible de suivre dans la longue durée, voire même de comparer, que s’efforcent d’interroger les communications présentes dans ce numéro.

4Ainsi, le succès d’une révolution tient-il peut-être moins dans sa capacité à rompre avec son passé que dans la réussite de ses acteurs à l’intégrer dans une histoire longue – souvent nationale. La Révolution française, devenue référence commune seulement sous la IIIe République, en est un bon exemple. Mais la factualité historique des révolutions demeurant, c’est bien à propos de la valeur à donner à la rupture que s’affrontent les partis et que s’opposent les mémoires. De ce point de vue, s’il est possible d’identifier des mécanismes communs à plusieurs événements révolutionnaires, il apparaît que les choix des acteurs, inscrits toujours dans un contexte précis, donnent une identité très spécifique à chaque révolution. A ce titre, il semble douteux qu’il soit possible d’établir une sorte de typologie des révolutions à partir de critères structurels communs. A l’heure où se déroulent des transformations politiques majeures sur la rive sud de la Méditerranée, ne peut-on espérer qu’une plus grande attention portée à la manière dont les acteurs gèrent la rupture révolutionnaire ne contribuerait pas à mieux apprécier les rapports de force à l’œuvre en évitant ainsi les analyses parfois hâtives ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Broussy, « Révolutions : l’art de la rupture ? », La Révolution française [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://lrf.revues.org/360

Haut de page

Auteur

Antoine Broussy

Doctorant en histoire, agrégé
Université de Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (Ea127/IHRF/Ums622)
Université de Fribourg (Switzerland)
antoine.broussy[at]malix.univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© La Révolution française

Haut de page