Navegación – Mapa del sitio

3 | 2012
Les comités des assemblées révolutionnaires : des laboratoires de la loi

Bajo la dirección de Maria Betlem Castellà i Pujols y Guillaume Mazeau
Comités-Couverture
Vínculo adjunto
Créditos : Bibliothèque nationale de France

A la fin du XVIIIe siècle, dans une France en Révolution, les députés des Assemblées successives ont tenté de changer le monde, un monde dorénavant transformé ni par la volonté du prince ni par la seule administration monarchique, mais par la volonté générale, s’exprimant sous la forme d’un texte : la loi. Soucieux de remonter aux sources de ce résultat matériel, les historiens se sont souvent focalisés sur l’aval du travail législatif. Les séances et enceintes successives de l’Assemblée sont ainsi devenues des lieux privilégiés pour étudier l’apprentissage de la politique : les discours et débats parlementaires forment encore souvent, jusqu’à l’excès, la matière première de l’histoire politique de la Révolution française. Pourtant, la fabrique de la loi, et à plus forte raison son application et sa réception, ne peuvent se réduire au moment du débat ni du vote. Pour saisir la vie prosaïque du politique dans toutes ses dimensions législatives, exécutives, administratives, juridiques et politiques, il faut renoncer aux séductions du spectacle donné quotidiennement aux Tuileries. Car ce qui se joue dans les salles du Manège et des Machines n’est que la partie visible d’un bien plus vaste appareil institutionnel, dont les comités sont les rouages essentiels.