Navigation – Plan du site
Dossier d'articles

Les États-Unis de l’Inde : la différence indienne vue par la diplomatie française à la fin du dix-huitième siècle

Blake Smith

Résumé

La politique menée par la France en Asie du Sud entre la Guerre d’indépendance américaine (1777-1783) et la Paix d’Amiens (1802) marque une rupture dans l’histoire intellectuelle de la politique étrangère. Avant cet épisode, l’Inde est rarement perçu par des Français comme une zone divisée entre plusieurs États qui formeraient un « équilibre des puissances » en rivalités. La théorie et la pratique d’un tel équilibre est la base de la diplomatie en Europe au dix-huitième siècle, mais il n’était pas évident qu’ils s’appliqueraient au cas indien. Cet article explore un vif débat entre des envoyés, officiers et mémorialistes sur la possibilité d’un équilibre des puissances indiennes, qui briserait des stéréotypes orientalistes.

French policy in South Asia between the American Revolutionary War (1777-1783) and the Peace of Amiens (1802) marked a turning point in the intellectual history of foreign policy. Before this moment, India was rarely seen by the French as an area divided into several states whose rivalry formed a balance of power. The theory and practice of such a balance was the basis of eighteenth-century diplomacy in Europe, but it was not self-evident that they applied to the Indian case. This article explores the intense debate among envoys, officials, and memorialists over the possibility of a balance of Indian powers, which could challenge Orientalist stereotypes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Kate Marsh, India in the French Imagination, London, Pickering and Chatto, 2009 ; P. J. Marshall, T (...)
  • 2 Jonathan Dull, A Diplomatic History of the American Revolution, New Haven CT, Yale University Press (...)

1La guerre d’Indépendance américaine (1776-1783) marque le commencement de la fin de l’empire britannique ; c’est du moins ce que disent les observateurs français de l’époque1. Au ministère des Affaires Étrangères, on pense qu’après sa défaite en Amérique du Nord, la Grande-Bretagne ne peut rester une puissance de premier rang que grâce à ses colonies en Asie du Sud. C’est là que la France a l’opportunité d’organiser une coalition antibritannique des états indiens, sur le modèle de celle des treize colonies nord-américaine2. À la différence près que les treize colonies sont perçues comme ayant une identité nationale commune dont l’unité repose sur le patriotisme, ce qui en fait presque un État-Nation. A l’inverse, entre les états indiens, qui se font la guerre assez souvent, un tel accord fraternel semble exclu. Leur union devrait être produite par un mécanisme bien connu en politique étrangère : l’équilibre des puissances.

  • 3 Sudipta Das, Myths and Realities of French Imperialism in India, 1763-1783, New York, Peter Lang, 1 (...)
  • 4 Virginia Thompson, Dupleix and His Letters (1742-1754), New York, R.O. Ballow, 1933 ; Marc Vigié, D (...)

2Si la France peut se présenter aux colonies rebelles en Amérique du Nord comme un allié puissant et même nécessaire, il n’est pas évident qu’elle puisse être capable de s’imposer ainsi en Asie du Sud, où son pouvoir est radicalement affaibli par la défaite de la guerre de Sept Ans (1756-1763)3. La France a perdu par cette guerre le crypto-empire construit par Joseph François Dupleix lors de son mandat comme gouverneur-général de l’Inde française (1742-1754). Dupleix s’entoure d’un réseau d’alliés et de clients indiens, notamment le Nizam d’Hyderabad, qui était en principe le vice-roi de l’empereur moghol, mais dans les faits indépendant, comme Dupleix le sait bien. Dupleix affirme cependant toujours le contraire dans ses communications avec les directeurs de la Compagnie des Indes pour mieux présenter son propre réseau politique comme un pilier de l’autorité moghole4. Après 1763, la France ne peut plus diriger directement la politique des états indiens comme le nizamat, qui passe de l’influence française à la tutelle de l’East India Company britannique. Celle-ci augmente son pouvoir en affirmant son hégémonie au Bengale par les victoires de Plassey (1757) et Buxar (1763). La présence française en Inde, réduite aux cinq comptoirs et quelques « loges » sans valeur militaire, paraît subsister uniquement par la bonne volonté de la Compagnie britannique. Lors de son entrée dans la guerre d’Indépendance Américaine (1777), la France reste vulnérable en Inde ; elle ne peut pas défendre ses possessions, qui sont occupées par les britanniques dès le début de la guerre.

  • 5 Jean Tarrade, Le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Regime : l’évolution du régime (...)
  • 6 Claude Wanquet, « Pondichéry et/ou Port-Louis, ou les incertitudes de la stratégie française dans l (...)

3Malgré sa faiblesse sur le terrain indien, la France n’abandonne pas pour autant ses ambitions dans cette région. Si Vergennes, ministre des Affaires Étrangères, estime que le théâtre américain doit rester prioritaire, Castries, ministre de la Marine, estime que l’Inde est aussi importante que l’Amérique. Son prédécesseur, Antoine de Sartine (1774-1780), avait déjà envoyé des agents aux souverains de l’Asie du Sud pour chercher des soutiens en vue d’une éventuelle expédition militaire française, qui a lieu en Inde en 17825. De 1778 à 1782, la France cherche un nouveau partenaire indien, commençant par des marhates, qui sont déjà en guerre contre la Grande Bretagne (la première guerre Anglo-Marhate, 1775-1782). Les négociateurs français n’arrivent pas cependant à convaincre le premier ministre (peshva) marhate à Pune de continuer cette guerre avec l’appui de la France. Les Marhates préférant signer le Traité de Salbai (1782), qui leur promet vingt ans de paix avec la Compagnie britannique. La France s’oriente donc vers l’état de Mysore, qui reste son partenaire privilégié de 1782 jusqu’à sa défaite dans la quatrième Guerre Anglo-Mysoréenne en 1799. Mais les négociateurs n’envisagent pas de laisser la politique française dépendre d’un seul allié et cherchent à atteindre une ambition autrement plus difficile, celle d’unir contre les Britanniques tous les grands états indiens6. Cette politique commence à s’exprimer dès la fin de la guerre de l’Indépendance américaine et reste un élément important de la politique française en Inde jusqu’au début du dix-neuvième siècle.

4De 1783 à 1789, le gouvernement français cherche à la fois à maintenir ses liens avec Mysore comme base d’une éventuelle coalition indienne et à satisfaire les exigences du Traité de Paris signé en 1763 avec la Grande-Bretagne, selon lequel les deux puissances européennes s’obligent à ne plus avoir d’alliés indiens en temps de paix (cette exigence est confirmée par le Traité de Paris de 1783). Comme la Compagnie britannique possède un vaste territoire dans le sous-continent et la France ne possède plus que cinq petits comptoirs, cette abstention mutuelle ne tourne qu’au profit de ceux-là. La France reste quand même plus ou moins fidèle à ses obligations : elle refuse, par exemple, l’offre d’une alliance militaire faite par une ambassade de Mysore en 1788. Ceci permet donc à Tipu, Sultan souverain de Mysore, de mener sa propre politique, en déclarant la guerre à presque tous ses voisins, le Nizam et les Marhates aussi bien que la Compagnie britannique. Tipu ayant empoisonné ses relations avec les autres états indiens, il devient de moins en moins probable qu’une coalition indienne puisse se réaliser. La France reste incapable de restreindre ou de renforcer son partenaire mysoréen. Quand Tipu entame la troisième guerre Anglo-Mysoréenne (1789-1792), le nouveau gouvernement français ne lui vient ainsi pas en aide et Tipu subit alors une défaite catastrophique, qui lui fait perdre la moitié de son territoire. En revanche, l’affaiblissement de son principal partenaire en Inde ne permet pas à la France d’empêcher l’Angleterre de s’emparer de ses comptoirs en août 1793.

  • 7 AMAE, Mémoires et Documents, Asie 6, fol. 187-204v « Expédition dans l’Inde », an VIII, f. 192 v.

5Même après le refus de la monarchie de s’allier formellement à Mysore, les guerres entre les états indiens, la défaite de Tipu en 1792 ou l’occupation des comptoirs français en 1793, la France révolutionnaire ne renonce pourtant pas à ses ambitions de construire une coalition anti-britannique en Inde. L’esprit de la Révolution marque le discours dans lequel ses aspirations sont articulées. Un mémoire souhaitant une nouvelle « expédition dans l’Inde » en l’an VIII lie le désir de créer une coalition anti-britannique en Inde à la situation politique en Europe : « les britanniques ont coalisé l’Europe contre nous, coalisons l’Asie contr’eux, faisons les chasser de l’Inde7. » Les propositions pour une coalition anti-britannique indienne paraissent devenir après 1789 plus âpres et passionnées, en même temps que le discours politique en France se radicalise. Il est néanmoins remarquable que la Révolution change assez peu de choses pour la politique française en Inde, qui continue sur les lignes déjà tracées à la fin de l’Ancien Régime. Comme dans les années 1780, le gouvernement français souhaite affaiblir la Compagnie britannique en dirigeant contre elle une ligue indienne. La France manque cependant de moyens pour faire réussir cette politique, qui ne se réalise qu’au travers des gestes rares et infimes et les aspirations à renverser le pouvoir de la Grande-Bretagne en Asie du Sud ne semblent ni sincères ni efficaces. Elles sont plus intéressantes dans l’histoire intellectuelle de la politique étrangère, où elles représentent des étapes dans l’évolution du concept d’équilibre des puissances et d’intégration conceptuelle des régions extra-européennes dans le schéma mental qui organise la politique étrangère française en Europe.

  • 8 Gilles Havard, « ’Protection’ and ’Unequal Alliance’ : the French Conception of Sovereignty over In (...)
  • 9 Charles Henry Alexandrowicz, An Introduction to the History of the Law of Nations in the East Indie (...)

6Les négociateurs français du dix-huitième siècle n’estiment pas que les Etats, puissances et peuples non-européens soient nécessairement des acteurs politiques avec lesquels la France peut maintenir des relations semblables à celles qui caractérisent la diplomatie européenne. En Amérique du Nord, par exemple, le gouvernement colonial à Québec hésite à traiter les tribus amérindiennes comme des Etats (soit alliés, soit ennemis), mais les considère plutôt comme des sujets (soit loyaux, soit rebelles)8. En Asie du Sud, quoique les envoyés européens apprennent dès le seizième siècle à suivre les normes de protocole qui structurent les ambassades indiennes, ils ne sont pas prêts à représenter la politique étrangère en Inde comme un système analogue à la diplomatie de l’Europe9. Si la France est installée en Asie du Sud depuis déjà un siècle, ce n’est qu’à partir de 1782, à l’arrivée d’un corps expéditionnaire commandé par le chevalier de Bussy au sud de l’Inde, que des envoyés et mémorialistes commencent à parler d’un équilibre des puissances entre les états indiens. C’est cet équilibre, dit-on, qui assurerait l’existence éventuelle d’une coalition contre la Grande-Bretagne, qui menace l’équilibre indien par ses ambitions hégémoniques régionales. Tous les états du sous-continent auraient donc un intérêt commun à s’allier sous l’égide française pour restreindre le pouvoir britannique, et cet intérêt commun pourrait compenser le manque évident de fraternité entre les états principaux de l’Inde, dont le Mysore, le nizamat d’Hyderabad ou l’empire marhate.

  • 10 AN, COL/C/179, fol. 111-112, Cossigny à Calonne, 11 mars 1787.
  • 11 AMAE, M. D., Asie, 7, 335-336, « Mémoire sur la nécessité d’entretenir un ambassadeur à Delhy », s. (...)
  • 12 Jean-Luc Kieffer, Anquetil Duperron, l’Inde en France au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, (...)

7Cette volonté de créer ce que l’on appelle la « grande coalition » dans le sous-continent peut paraître une extension de la politique étrangère que Versailles a suivi en Europe au cours du dix-huitième siècle. Rien de plus naturel, peut-être, que d’imaginer « que Sa Majesté deviendra l’arbitre des Princes de l’Inde, comme elle l’est maintenant en Europe10. » Mais entre la vision « dupleixienne » de l’Inde comme un empire avec un seul souverain consacré à sa tête (dont la légitimité justifie la présence française) et d’autre part, la nouvelle vision de l’Inde comme un pays divisé entre plusieurs états tous également légitimes, il y a évidemment un énorme hiatus. Or, l’influence de Dupleix dans la conception que se font les Français de l’Inde ne disparaît pas rapidement. Un mémorialiste écrit encore en 1781 que « les alliances avec les princes particuliers sont utiles, mais elles ne pourront produire qu’un bien passager » tandis qu’à l’inverse, « le trône [moghol] est permanent11. » D’autres alternatives s’offrent à tous ceux qui cherchent alors à créer une grande alliance indienne. Ainsi, Abraham Hyacinthe Anquetil-Duperron, l’orientaliste français le plus célèbre de son époque, prophétise que la haine sectaire empêchera toute coopération entre les états indiens musulmans et hindous. Selon lui, la France doit donc soutenir les Mahrates hindous contre les princes musulmans autant que contre les Britanniques12. L’idée d’organiser une coalition des états hindous et musulmans en Inde n’a donc rien d’évident ; elle doit se défendre contre des alternatives posées par Dupleix et Anquetil-Duperron, et contre une tradition intellectuelle qui considère les Indiens comme des acteurs politiques radicalement différents des Européens. Les envoyés, mémorialistes et officiers qui envisagent la construction d’une coalition anti-britannique en Inde sont rares à confronter directement les politiques alternatives proposées par Anquetil-Duperron ou les héritiers de Dupleix. Ils emploient également la notion d’un équilibre des puissances pour assurer que le système des états indiens est capable de générer la coalition souhaitée, sans admettre que cet emploi est novateur.

  • 13 Hans Morgenthau, Politics Among Nations : The Struggle for Peace and Power, New York, Alfred A. Kno (...)
  • 14 Michael Sheehan, The Balance of Power : Theory and History, New York, Routledge, 1996, p. 31.

8Bien que la notion d’un équilibre des puissances soit aujourd’hui un élément clé du discours et de la pratique des relations internationales à l’échelle mondiale, ce n’est que par une lente évolution que cette notion peut s’étendre hors de son contexte originaire dans l’Italie du seizième siècle13. L’historien florentin Francesco Guicciardini (1483-1521) élabore le concept afin d’expliquer la jalousie mutuelle des principaux états italiens, qui se divisent la péninsule. Guicciardini affirme que dans une situation comme celle de l’Italie, où il y a plusieurs états plus ou moins égaux quant à leur puissance militaire, il serait presque impossible qu’un de ses états puisse dominer les autres. Aussitôt qu’un état, dirigé par un prince ambitieux, commencerait à accroitre son territoire, ses voisins se coaliseraient pour le contenir dans ses frontières14. Chacun de ces états suit son propre intérêt et se forme ainsi un équilibre qui exclut l’hégémonie. L’équilibre repose donc sur l’hypothèse que les gouvernements de tous les états faisant partie d’un même système soient capables de reconnaître et de suivre leurs propres intérêts rationnels.

  • 15 Orville Murphy, Charles Gravier, Comte de Vergennes : French Diplomacy in the Age of Revolution, 17 (...)
  • 16 Voir Marsh, op. cit., p. 16 et p. 125.

9Au cours des deux siècles suivants, nombreux diplomates et penseurs étendent la vision de Guicciardini, appliquant sa notion d’un équilibre des puissances à la politique européenne. Pendant le règne de Louis XIV (1661-1715) par exemple, la France est perçue à travers l’Europe comme un état ambitieux cherchant à dominer tout le continent. Contre elle se forme une coalition des autres états gérée par la Grande-Bretagne. Après la mort de Louis XIV se développe une conception plus pacifique de l’équilibre des puissances ; on imagine que dans une Europe où aucun état n’est capable seul de dominer les autres, les princes renonceront à leurs rêves de conquête, qui n’aboutiraient qu’à des coalitions mobilisées afin de contrarier leurs ambitions. La politique de Louis XVI et du comte de Vergennes s’inspire de cette idée, ce qui ne veut pas dire que la France renonce à faire la guerre. Son entrée dans la guerre de l’Indépendance américaine est perçue comme un moyen de restaurer l’équilibre des puissances que la victoire britannique en 1763 aurait déstabilisé15. La restauration de l’équilibre n’est pas à appliquer en Europe seule, mais aussi en Asie du Sud, où, comme l’observe Kate Marsh, des acteurs politiques français estiment que la France doit renforcer son pouvoir pour équilibrer l’empire britannique. Le Comte de Modave, un officier militaire, écrit en 1776 que le France devrait maintenir un équilibre face à la Grande-Bretagne en Inde comme en Europe ; l’économiste Pierre Joseph André Roubaud rapporte la même chose dans son livre Le Politique Indien (1768)16.

  • 17 AN, COL/C/2/165, fol. 17-137, 43 v., 1783.
  • 18 AN, COL/F/3/46, fol. 54-66: 55, 1784.
  • 19 AN, AE/B/III/459, fol. 8, 1797.

10Si dans les années 1760 et 1770, on peut estimer que la politique de la France en Asie du Sud cherche à équilibrer les rapports avec la seule Grande-Bretagne, ce n’est que dans les années 1780 que des envoyés français en Inde et des mémorialistes en métropole commencent à imaginer que les états indiens pourraient eux-mêmes être intéressés par le maintien de l’équilibre en Asie du Sud. A partir de 1783, des projets pour une ligue composée de la France et des grandes puissances indiennes, capable de restaurer l’équilibre dans le sous-continent, se multiplient. Un « Mémoire sur l’Inde » écrit en 1783 propose une ligue formée de Mysore, les Marhates, le Nizam et l’empereur Moghol17. L’année suivante, l’auteur d’une synthèse des rapports issus de l’Inde soutient plutôt que les membres de la coalition seront Mysore, les Marhates, et (assez improbable) le Bengale18. William Bolts, qui lui-même avait servi la Compagnie anglaise, trouve les bases d’une coalition dans l’Inde du Nord, excluant Mysore et le Nizam19. Mais la plupart des envoyés tenaient à une triple alliance entre ces deux Etats et les Marhates.

  • 20 AMAE M et D, 5, « Plan proposé à Monseigneur le Maréchal de Castries », fol. 325-329, 1786.
  • 21 AN, COL/2/240, f ol.19.

11L’idée d’une coalition indienne se traduit dans divers projets, qui s’accordent sur le point principal : qu’une coalition se formera parce que les puissances de l’Inde chercheront à rétablir l’équilibre du sous-continent, que menace la Grande-Bretagne. Le concept d’un équilibre indien commence également à s’exprimer en dehors des projets d’une coalition anti-britannique. L’auteur d’un mémoire envoyé au ministère de la Marine en 1786 craint que si la France réussit à organiser une ligue anti-britannique qui inclurait le Mysore, les Marhates, et le nizamat d’Hyderabad, cette coalition expulse tous les européens de l’Inde. La France devrait plutôt s’allier avec la Grande-Bretagne contre les états indiens ; cette alliance serait « utile aux deux nations dont la réunion pourra seule faire constamment la loi aux puissances asiatiques20. » Dans un autre cas, le chevalier de Fresne, gouverneur-général de l’Inde française, écrit au comte de la Luzerne, ministre de la Marine, en 1790 pour lui rendre compte des progrès de la guerre Anglo-Mysoréenne. De Fresne estime que le vainqueur de cette guerre serait capable de dominer l’Inde du Sud ; il attend donc que les Marhates l’attaquent pour rétablir « la balance qui existe dans le système politique de ce pays21. » Si avant les années 1780 on ne parlait que d’un équilibre entre les états européens en Inde, certains officiers français en sont maintenant arrivés à penser qu’il existe un équilibre entre les Etats indiens eux-mêmes et que l’Asie du Sud forme son propre système politique qui serait semblable à celui de l’Europe. Ils expriment cette idée d’une manière plutôt désinvolte et non pas dans des dissertations élaborées. Certains paraissent cependant reconnaître qu’appliquer en Inde l’idée d’équilibre des puissances développée pour l’Europe, c’est admettre une égalité (ou au moins une certaine ressemblance) entre l’Inde et l’Europe qu’avait niée une tradition intellectuelle découlant de Montesquieu.

  • 22 Frederick G. Whelan, « Oriental Despotism : Anquetil-Duperron’s Response to Montesquieu », History (...)
  • 23 Claude-Adrien Helvetius, De l’homme, de ses facultés et de son éducation (La Haye, 1773), p. 282.

12La théorie de l’équilibre suppose que les chefs d’Etat soient capables d’anticiper des menaces encore lointaines : s’ils ne comprennent pas qu’un voisin qui part à la conquête d’autres pays devient une menace pour eux-mêmes, ils n’ont aucune raison de rejoindre une ligue dirigée contre lui. Influencés par Montesquieu, les Français du dix-huitième siècle ont encore des doutes sur la capacité intellectuelle et affective des Indiens à agir suivant leurs propres intérêts politiques. L’Esprit des lois (1748), décrit l’Inde moghole comme un empire despotique. De ce régime politique si simple découle un grand nombre des conséquences intellectuelles, culturelles et psychologiques pour le despote et ses sujets. Ils sont censés être imprévoyants et irrationnels, les despotes manquant toute capacité à soumettre leurs caprices à la raison, leurs sujets, dépourvus mêmes de désirs, végétant dans une routine aveugle22. La théorie de Montesquieu sur les effets psychologiques du despotisme influence beaucoup d’écrivains français. Helvétius suit Montesquieu lorsqu’il remarque dans son De l’Homme (1773) que « dans les gouvernements arbitraires, on ne s’occupe que du moment présent... le despotisme ne prévoit rien » puisque le despote est incapable de penser à l’avenir en raison de la structure même de son régime politique23.

  • 24 AN, COL C2/172, f 183-186, Montigny to Souillac, 10 august 1786.

13Les représentants de la France en Inde ne sont pas tous des érudits, mais certains d’entre eux connaissent ces idées de Montesquieu et d’Helvétius. En 1786, le chevalier de Montigny, envoyé à la cour du peshva (premier ministre) Mahrate à Pune, se plaint de l’incapacité de ce peshva à percevoir les avantages d’une alliance générale contre la Grande-Bretagne. Ce n’est pas la faute de Montigny, bien sûr : « On trouvera à peu près la même façon de penser chez tous les Princes de l’Inde ; le despotisme ne prévoit rien, et ne calcule que sur les avantages présents24. »

  • 25 AMAE MEM et DOC Angleterre, « Mémoire sur une expédition projetée dans l’Inde », p74-87, 81v

14Ce qui signifie concrètement qu’en tant que despote, le peshva Mahrate n’envisage pas le danger éventuel de l’hégémonie britannique. Montigny exprime les mêmes sentiments empruntés d’Helvétius en 1800, quand il envisage la possibilité d’une nouvelle expédition en Inde (ce qui se fera en 1802). Il estime comme inutiles des négociations qu’on pourrait faire avec des Etats indiens avant le débarquement des forces militaires françaises. Les Indiens, dit-il, ne sont pas capables de construire une coalition sur des bases théoriques : « ils ne voient que par les yeux du corps, il faut déployer sur les yeux des forces majeures25. » Nourri par des citations et par ses propres préjugés, Montigny estime que la politique française en Inde doit différer de celle de l’Europe, s’accommodant de la faiblesse intellectuelle des Indiens.

  • 26 AN, COL/C/2/165, 17-137 v, « Mémoire sur l’Inde » [1783], 82 v.
  • 27 Anonyme, De l’Inde ou Réflexions sur les moyens que doit employer la France relativement à ses poss (...)

15Les Français qui estiment les Indiens suffisamment rationnels et sensibles pour former une coalition anti-britannique doivent faire face à de tels préjugés. Mais il est rare que des défenseurs du projet d’une coalition indienne anti-britannique admettent que ce projet implique l’hypothèse que les Indiens soient plus rationnels que Montesquieu ne l’ait dit. Ceux qui mettent en lumière cette hypothèse sont plutôt ceux qui critiquent le projet et considèrent comme évident que l’Inde et l’Europe forment deux systèmes politiques radicalement différents. L’auteur anonyme d’un Mémoire sur l’Inde (1783) se plaint ainsi du fait que trop de Français seraient trompés par l’illusion de trouver en Inde « un système … de politique ressemblant à celui de l’Europe. » La politique en Inde, selon l’auteur, ne se fonde pas sur l’intérêt rationnel, mais bel et bien sur « l’or et la crainte », des bases trop faibles pour créer « dans l’Inde un système général et courant de politique ressemblant à celui de l’Europe26. » L’auteur anonyme d’un livre De l’Inde ou Réflexions sur les moyens que doit employer la France relativement à ses possessions en Asie (1790) défend une thèse similaire, estimant que « la politique de l’Inde n’est pas comme celle qui maintient la balance de l’Europe ... elle varie suivant l’effet des événements, dont elle est toujours l’effet et jamais la cause27. » Si l’équilibre des puissances rend la politique de l’Europe stable et rationnelle, la politique de l’Inde, où cet équilibre est absent, se caractérise par la mutabilité.

  • 28 AN COL/C/2/165, f 138- 149v, Bussy, « Mémoire sur l’Etat Actuel de l’Empire Moghol, des Princes Ind (...)
  • 29 AMAE, M. D., Asie, 17, fol. 412-414, Bussy à Vergennes, 13 octobre 1783.
  • 30 AN COL/C/2/165, f. 153-158, « Observations sur Inde » [Janvier 1783], 156v.

16Entre la thèse de la ressemblance politique entre l’Inde et l’Europe et celle de leur différence absolue, se placent de nombreux acteurs politiques qui souhaitent que l’équilibre des puissances puisse s’appliquer en Inde, même s’ils sont encore nombreux à douter de la capacité des chefs indiens à agir à la façon des souverains européens. Le marquis de Bussy, qui dirige la force expéditionnaire française en Inde de 1782 à 1785, veut « donner à la politique dans l’Inde les mêmes règles, les mêmes principes sur lesquels on s’entend, on la fonde en Europe28. Il admet cependant que le système de normes rationnelles qui maintient l’équilibre des puissances en Europe n’existe pas en Inde : « Je n’entrerai dans aucun détail sur la politique des princes du pays. Elle est si versatile, si dépendante du moment, du caprice, des événements, et a si peu de principes, que tout ce que je pourrais vous dire ne seroit bon que pour l’instant même où je l’écrivois29. » Il considère cependant que les Indiens apprécieraient ces normes s’ils en étaient une fois exposés par les Français. L’auteur anonyme des « Observations sur l’Inde » (1783), moins optimiste, observe que la France doit maintenir « la balance politique » en Inde entre la Compagnie britannique et ses rivaux indiens « s’il est possible d’en établir. » L’équilibre des puissances indiennes, à son avis, n’existent pas déjà et doit être inventé par des Français30.

17Comme des écrivains qui s’opposent au projet d’une coalition indienne, Bussy et d’autres perçoivent l’Inde comme un domaine dépourvu de rationalité, où manquent la constance et l’ordre de la politique étrangère européenne. Ils tiennent cependant à l’idée qu’une coalition puisse se réaliser, et ils sont donc amenés à admettre la possibilité que la politique en Inde puisse être réformée pour ressembler mieux celle de l’Europe. Comme les critiques du projet d’une coalition indienne, ils sont conscients du fait que ce projet n’est pensable que dans la mesure où on accepte qu’un équilibre des puissances existe en Inde ; et accepter cette hypothèse, c’est reconnaître les Indiens comme possédant les qualités d’esprit nécessaires pour agir comme des acteurs politiques en Europe. Les auteurs défendant une coalition sont toutefois rares à élaborer une défense de la rationalité indienne ; ils paraissent postuler qu’un équilibre existe dans le sous-continent sans en tirer les conséquences. C’est aux opposants de souligner que le projet de coalition représente une véritable rupture intellectuelle, mais bien qu’ils aient raison, ils trouvent peu de réponse.

18Il n’y a pas donc de vrai débat sur le remplacement des clichés montesquiens par une nouvelle conception de la vie politique en Inde, et l’échec de la dernière mission militaire française en Inde (celle de Decaen, 1802-1803), met fin aux discussions sérieuses sur une coalition. L’effort français pour organiser une grande coalition en Inde s’étant soldé par un échec, il est rapidement oublié. Il n’a pas eu une grande influence sur la politique étrangère française au dix-neuvième siècle, ni sur le plan pratique, ni sur le plan intellectuel. On peut néanmoins observer que la petite digression de l’histoire intellectuelle de la politique étrangère que représente le projet de coalition indienne n’est pas sans écho en Europe.

  • 31 Marc Belissa, Repenser l’ordre européen (1795-1802). De la société des rois aux droits des nations, (...)

19Les travaux de Marc Belissa invitent à une conceptualisation plus complexe et nuancée de l’histoire diplomatique, en l’envisageant comme l’histoire de l’évolution des idées et des pratiques qui constituent « des modes de relations entre les Etats31. » Dans son étude sur l’ordre diplomatique européen entre 1795 et 1805, Belissa démontre que la différence politique radicale entre les pays républicains (la France et ses satellites) et les monarchies des coalitions marque la fin de la culture diplomatique du dix-huitième siècle fondée sur des valeurs dynastiques. Après la Révolution et même après la restauration de l’ordre international européen « n’est plus celui de 1789 ... une nouvelle culture politique se construit. » Cette nouvelle culture n’a pour base ni l’Ancien Régime des pactes de familles, ni l’idéal cosmopolite d’une fédération de nations, promue par les philosophes et les révolutionnaires ; elle se fonde encore sur l’idée de l’état solide, puissant, légitime et rationnel. Est-ce que cette conception de l’état serait valide uniquement pour l’Europe ?

20Envisager l’Inde comme le terrain des multiples états dont les souverains sont rationnels et capables de maintenir un équilibre politique, c’était émanciper la vision française de l’Inde des stéréotypes du despotisme asiatique figés par Montesquieu. C’était aussi reconnaître la politique étrangère en Asie du Sud comme un système gouverné par les mêmes normes que celui de l’Europe ; cela permettait donc de penser ces normes comme indépendantes de l’influence de la culture ou de la géographie. C’était considérer que les états, partout où ils existent et quelle que soit la forme de leur régime (despotique, monarchique, républicaine), sont plus semblables que différents. C’était donc une tentative vers la théorie et la pratique moderne de la politique étrangère.

Haut de page

Notes

1 Kate Marsh, India in the French Imagination, London, Pickering and Chatto, 2009 ; P. J. Marshall, The Making and Unmaking of Empires : Britain, India, and America, c. 1750-1783, Oxford, Oxford University Press, 2005. Pour des idées françaises sur l’Inde à cette époque : Jackie Assayag, L’Inde Fabuleuse. Le charme discret de l’exotisme français (XVIIe-XXe siècles), Paris, Editions Kimé, 1999 ; Kate Teltscher, India Inscribed : British and European Writing on India, 1600-1800, Delhi, Oxford University Press, 1999 ; Massimiliano Vaghi, « Entre le pittoresque et l’érudition. L’idée de l’Inde en France (1760-1830) », AHRF, n° 375 (I-2014), p. 49-68.

2 Jonathan Dull, A Diplomatic History of the American Revolution, New Haven CT, Yale University Press, 1985 ; William Stinchcombe, The American Revolution and the French Alliance, Syracuse NY, Syracuse University Press, 1969.

3 Sudipta Das, Myths and Realities of French Imperialism in India, 1763-1783, New York, Peter Lang, 1992 ; S. P. Sen, The French In India, Calcutta, K.L. Mukhopadhyay, 1958; V. G. Hattalkar, Relations between the French and the Marathas, 1668-1815, Bombay, T.V. Chidambaran, 1958.

4 Virginia Thompson, Dupleix and His Letters (1742-1754), New York, R.O. Ballow, 1933 ; Marc Vigié, Dupleix, Paris, Fayard, 1993. Pour le début de la carrière de Dupleix, voir : Massimiliano Vaghi, « Fear as a Political Instrument. J.F. Dupleix and Euro-Indian Relations in Bengal (1730-1740) », Governare la paura. Journal of interdisciplinary studies, jul. 2014, p. 87-112 (http://governarelapaura.unibo.it/article/view/4419/3906).

5 Jean Tarrade, Le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Regime : l’évolution du régime de l’Exclusif de 1763 à 1789, Paris, Presses Universitaires de la France, 1972, p. 484-485.

6 Claude Wanquet, « Pondichéry et/ou Port-Louis, ou les incertitudes de la stratégie française dans l’Océan Indien à la fin du XVIIIe siècle », dans Claude Wanquet (dir.), Relations entre la France et l’Inde : XVIIe-XXe siècles, Saint Denis de la Réunion, Association historique internationale de l’Océan Indien, 1987, p. 343-362.

7 AMAE, Mémoires et Documents, Asie 6, fol. 187-204v « Expédition dans l’Inde », an VIII, f. 192 v.

8 Gilles Havard, « ’Protection’ and ’Unequal Alliance’ : the French Conception of Sovereignty over Indians in New France », dans Robert Englebert, Guillaume Teasdale (dir.), French and Indians in the Heart of North America 1630-1815, East Lansing, Michigan State University Press, 2013, p. 113-137.

9 Charles Henry Alexandrowicz, An Introduction to the History of the Law of Nations in the East Indies, Oxford, Clarendon Press, 1967.

10 AN, COL/C/179, fol. 111-112, Cossigny à Calonne, 11 mars 1787.

11 AMAE, M. D., Asie, 7, 335-336, « Mémoire sur la nécessité d’entretenir un ambassadeur à Delhy », s. d. [1781].

12 Jean-Luc Kieffer, Anquetil Duperron, l’Inde en France au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1983 ; Blake Smith, « Diplomacy and its Forms of Knowledge : Anquetil-Duperron, the Balance of Power, and the French Global Imaginary in India », dans Marie Fourcade, Inès Zupanov (dir.), L’Inde des Lumières : entre l’orientalisme et les sciences sociales (XVI-XIXe s.)/Indian Enlightenment, between Orientalism and Social Sciences (16th-19th c), Paris, Éditions de l’EHESS, Collection Purushartha, v. 31, p. 209-227.

13 Hans Morgenthau, Politics Among Nations : The Struggle for Peace and Power, New York, Alfred A. Knopf, 1973 [1948], p. 213 ; Jeremy Black, Great Powers and the Quest for Global Hegemony : the Global Order Since 1500, London, Routledge, 2008.

14 Michael Sheehan, The Balance of Power : Theory and History, New York, Routledge, 1996, p. 31.

15 Orville Murphy, Charles Gravier, Comte de Vergennes : French Diplomacy in the Age of Revolution, 1719-1787, Albany, State University of New York Press, 1982, p. 215.

16 Voir Marsh, op. cit., p. 16 et p. 125.

17 AN, COL/C/2/165, fol. 17-137, 43 v., 1783.

18 AN, COL/F/3/46, fol. 54-66: 55, 1784.

19 AN, AE/B/III/459, fol. 8, 1797.

20 AMAE M et D, 5, « Plan proposé à Monseigneur le Maréchal de Castries », fol. 325-329, 1786.

21 AN, COL/2/240, f ol.19.

22 Frederick G. Whelan, « Oriental Despotism : Anquetil-Duperron’s Response to Montesquieu », History of Political Thought, vol. XXII, n. 4, Winter 2001, p. 619-647, 631, 640. Pour l’idée de despotisme : Melvin Richter, « The Concept of Despotism and l’abus des mots », Contributions in the History of Concepts, 3, 1 (2007), p. 5-22 ; Franco Venturi, « Oriental Despotism », Journal of the History of Ideas vol. 24, No. 1 (Jan.-Mar., 1963), p. 133-142 ; Joan-Pau Rubies, « Oriental despotism and European Orientalism: Botero to Montesquieu », Journal of early modern history: contacts, comparisons, contrasts, 9 (1-2), 2005, p. 109-180.

23 Claude-Adrien Helvetius, De l’homme, de ses facultés et de son éducation (La Haye, 1773), p. 282.

24 AN, COL C2/172, f 183-186, Montigny to Souillac, 10 august 1786.

25 AMAE MEM et DOC Angleterre, « Mémoire sur une expédition projetée dans l’Inde », p74-87, 81v

26 AN, COL/C/2/165, 17-137 v, « Mémoire sur l’Inde » [1783], 82 v.

27 Anonyme, De l’Inde ou Réflexions sur les moyens que doit employer la France relativement à ses possessions en Asie, Paris, 1790.

28 AN COL/C/2/165, f 138- 149v, Bussy, « Mémoire sur l’Etat Actuel de l’Empire Moghol, des Princes Indous et des Marattes », 3 mars 1784, f 138.

29 AMAE, M. D., Asie, 17, fol. 412-414, Bussy à Vergennes, 13 octobre 1783.

30 AN COL/C/2/165, f. 153-158, « Observations sur Inde » [Janvier 1783], 156v.

31 Marc Belissa, Repenser l’ordre européen (1795-1802). De la société des rois aux droits des nations, Paris, Kimé, 2006, p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blake Smith, « Les États-Unis de l’Inde : la différence indienne vue par la diplomatie française à la fin du dix-huitième siècle », La Révolution française [En ligne], 8 | 2015, mis en ligne le 24 juin 215, Consulté le 29 mars 2017. URL : http://lrf.revues.org/1254

Haut de page

Auteur

Blake Smith

Northwestern University

Haut de page

Droits d'auteur

© La Révolution française

Haut de page