Navigation – Plan du site

De l’actualité de Lefebvre

Pierre Serna

Texte intégral

1Voici le numéro 2 de La Révolution française. Durer et produire régulièrement constituent un défi pour toute revue naissante. En effet, sa ligne éditoriale se construit sur la politique de publication des meilleures journées d’études organisées au sein de l’université de Paris I Panthéon Sorbonne, dans le cadre des activités scientifiques de l’Institut d’Histoire de la Révolution Française. Ainsi les pages qui suivent et suivront doivent constituer le pouls d’une dynamique de recherches qui doit dépasser le simple cadre parisien de localisation de l’Institut pour s’ouvrir largement aux chantiers hexagonaux, aux enquêtes internationales, aux interrogations sur l’ère et l’aire des révolutions. Elles doivent également interroger les origines proches, lointaines et l’historiographie contemporaine des fractures qui changèrent le monde atlantique il y a deux cents ans avant que les modèles d’émancipation par conquête de la citoyenneté ne s’exportent dans le monde entier, en Asie et en Afrique. C’est dans cette perspective qu’il a été décidé d’organiser le 11 septembre 2009 une journée d’études sur Le travail de Georges Lefebvre, Georges Lefebvre au travail.

2Cette initiative reposait sur une double nécessité : celle d’une commémoration (de plus !), celle d’une demande qui s’est avérée encore plus forte que ce que les organisateurs avaient pu imaginer. Il revenait en effet à l’IHRF d’honorer la mémoire de son fondateur décédé cinquante ans avant que ne se tienne cette journée, durant l’été 1959. D’une pierre deux coups, commémorer un deuil permettait de rappeler de façon plus constructive une naissance… Ainsi le cinquantième anniversaire de Lefebvre devenait surtout le moyen de célébrer avec un peu de retard les soixante-dix ans passés de l’Institut qu’il fonda en 1937. Depuis l’IHRF n’a jamais cessé d’exister dans la meilleure tradition intellectuelle avec une production scientifique de grande qualité, et au cœur des combats et controverses sur la Révolution française et les Révolutions de la fin du XVIIIe siècle. C’était déjà le cas en 1937, lors de sa fondation, finement étudiée par Antonino de Francesco dans l’article publié dans ce numéro. Georges Lefebvre, historien d’une érudition immense mais homme d’influence également, même s’il se refusait à l’avouer, se trouvait déjà au cœur de batailles, ayant la très lourde charge de préparer le cent-cinquantième anniversaire de 1789 dans l’ambiance particulièrement tendue d’un Front Populaire en proie aux  pires difficultés. Le jeune professeur de… soixante-trois ans devait relancer les études sur la révolution en Sorbonne et ouvrir de nouveaux chantiers de publications de sources, tâches que Sagnac, malgré bien d’autres qualités, n’avait su pleinement impulser. De plus, Georges Lefebvre, dans un style rigoureusement inverse à l’explosivité « mathiézienne » mais d’une efficacité calme et autrement plus redoutable et sévère à bien l’observer, désirait effacer les dernières traces d’un aulardisme encore présent dans le Centre d’Histoire de la Révolution de la Sorbonne. Le nouveau directeur de l’IHRF offrait également toutes ses forces dans la lutte que les intellectuels anti-fascistes livraient de façon désespérée en ce moment de tensions européennes et d’accumulation des nuages les plus noirs que la peste brune amoncelait sur les rares démocraties du vieux continent. Lefebvre en pâtira dans sa chair durant la Seconde Guerre mondiale, portant désormais le deuil de son frère Théodore, géographe reconnu, résistant arrêté et décapité par les nazis.

3L’immense historien de la paysannerie française, l’un des précurseurs les plus inventifs d’une histoire des mentalités avec sa Grande Peur, l’un des plus perspicaces historiens de l’après-Thermidor, ouvrant la voie à des études entièrement renouvelées du Directoire et de l’Empire, l’un des plus infatigables directeurs des Annales historiques de la Révolution française, avait ces dernières années quelque peu disparu des débats et des discussions autour de la décennie 1789-1799. Ceux qui l’avaient connu personnellement devenaient moins nombreux ; ceux qui l’avaient suivi le convoquaient moins pour étayer leurs démonstrations. Ses « trois mousquetaires », Rudé, Cobb, Soboul, subissant le même effet d’estompage de leur travail et de leur mémoire… Valait-il ainsi la peine d’organiser une journée de travail autour de Lefebvre, de dépoussiérer le mythe et de secouer les mânes du maître endormi ? La présence de quatre-vingt dix personnes qui se sont serrées dans la salle de réunion du Panthéon pour écouter les communications constitue un signal positif. La présence de tant de jeunes chercheurs démontrait la volonté d’inscrire un savoir encore débutant dans l’histoire d’une institution, et exprimait la curiosité intellectuelle d’une jeune génération d’historiens pour celui qui incarna une histoire sociale mais aussi politique, on l’a trop vite oublié, de la Révolution. La présence d’historiens moins jeunes démontrait encore une attente à intégrer pleinement les débats sur la Révolution dans une histoire scientifique de la Révolution. Dans une tradition ancienne et renouvelée, la qualité des interventions retrouvait la chaleur des débats.

4Tel pourra regretter l’absence d’untel, prétendu meilleur connaisseur de Lefebvre : c’est la loi du genre. Il fallait tenir compte et rappeler le poids de l’histoire sociale et paysanne de Lefebvre, revenir encore sur la dimension du complot dans la genèse interprétative de toute la Révolution, et l’intuition géniale sur la part de l’irrationnel dans la dynamique révolutionnaire. Il revenait à Jean-Pierre Jessenne et Timothy Tackett, deux historiens internationalement reconnus en histoire sociale et politique, d’intervenir sur ces points afin d’asseoir l’héritage de Georges Lefebvre. Homme de son temps, Lefebvre méritait d’être resitué dans les luttes et controverses intellectuelles et institutionnelles de son époque, en France et au-delà des frontières. Les articles d’Oliver Dumoulin, d’Antonino de Francesco et d’Ettore Cinella répondent à cette attente, en éclairant les rapports du fondateur de l’IHRF autant avec la revue des Annales qu’avec l’interprétation trotskiste que Guérin proposa de la Révolution et la façon dont son œuvre fut accueillie en URSS. Une postface de Claude Mazauric, témoignage bienveillant, illustre quel furent l’impact et le rayonnement de Georges Lefebvre sur la génération des historiens qui tenta par sa rigueur et ses travaux de ne point confondre totalitarisme et révolution…

5N’est-ce pas la fonction de l’IHRF, non sans lucidité, non sans esprit critique au fondement de la culture des Lumières, mais ayant toujours pour mission scientifique, dans une actualité inquiète en recherche d’origines et d’interprétation du chaos contemporain, de travailler, d’étudier, et de transmettre, non une  révolution réussie, non une république parfaite, mais, du moins, de donner à voir des sociétés américaine, française, mais aussi hollandaise, suisse, irlandaise, italienne en partie qui ont tenté, à la fin du XVIIIe siècle, de construire le statut des personnes reconnues dans leur dignité, leur liberté, le contraire d’une société du mépris, du médiatique, du superficiel…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Serna, « De l’actualité de Lefebvre », La Révolution française [En ligne], Editoriaux, mis en ligne le 10 janvier 2011, Consulté le 18 août 2017. URL : http://lrf.revues.org/169

Haut de page

Auteur

Pierre Serna

Professeur d’histoire moderne
Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne
Ea127/IHRF/Ums 622

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© La Révolution française

Haut de page