Navigation – Plan du site

Introduction - L’Europe une idée nouvelle à la fin du XVIIIe siècle ?

... ou quelques pistes de réflexion pour résister à une histoire mondialisante de la Révolution tout en pensant une histoire politique de la confédération des républiques en Europe et au delà…
Pierre Serna

Résumé

Le XVIIIe siècle voit la parution de nombreux traités politiques qui placent la reconstruction de l’Europe au cœur des sciences renouvelées de l’art de gouverner. De fait, penser l’organisation du continent se construit parallèlement à la conscience de l’édification de la paix entre les pays, le plus souvent des monarchies, en tenant compte du droit des gens.
La Révolution va porter cette utopie, par le haut avec la déclaration de paix au monde, par le bas avec le projet d’une municipalisation du continent. L’Europe des révolutions se dessine et remplace celle des couronnes.
La guerre pourtant éclate en cette fin de siècle reposant différemment la division de l’Europe entre Coalition et République, monarchies et républiques sœurs, et bientôt de façon originale entre nord et sud, jusqu’à ce que la méditerranée s’impose dans l’esprit de nombreux démocrates comme le lieu des révolutions républicaines du futur…en 1798…

Haut de page

Texte intégral

1L’idée d’Europe, ancienne, « grecque », « romaine », « chrétienne », « carolingienne », « humaniste », « réformée », « bourbonienne », « des Lumières » se rejoue entre 1780 et 1820, lorsque le vent des Révolutions, poussant le courant des bateaux portés par le Gulf Stream, apporte le souffle des contestations, de la rébellion, des constitutions, et de la républicanisation des vieux royaumes. Une autre conception du rapport politique se pense et se réalise, faisant exploser les cadres anciens de la diplomatie des rois, remettant en cause les conceptions des frontières admises jusque-là, sous la forme de tractations secrètes. Une autre conception de la géopolitique naît, entraînant une nouvelle conception de l’organisation du continent européen, pensé en un tout cohérent, à construire dans une unité politique nouvelle, la république d’abord, l’empire ensuite… en une séquence chronologique des plus resserrées entre 1790 et 1815.

  • 1 Abbé de Saint Pierre, Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, 1712
    Hervé Leuwers (ed.) Du (...)

2La naissance récente des institutions de la Communauté Européenne, au lendemain de la seconde guerre mondiale, ne constitue donc pas une première dans l’histoire du continent mais poursuit un projet ancien de fédérations de ces peuples, autour d’une religion, d’une forme politique, d’un marché économique, d’une culture, d’une identité, notions autant fédératrices qu’objets de divisions, et des plus complexes au moment de les définir. Dans cette perspective de construction continentale tendant vers un but pacifique, où l’horizon d’idéalité affiche clairement un idéal intégrateur des différentes sociétés réunies en « peuple » européen souverain, acceptant un pouvoir exécutif contrôlé et un pouvoir législatif garant des libertés, le XVIIIe siècle, friand d’utopies et de réformes politiques, a produit à son tour de nombreuses fictions et projets politiques de rassemblements des États européens. Dans cette perspective, la décennie révolutionnaire, clôturant le siècle de l’abbé de Saint-Pierre et de son projet de paix perpétuelle, offre un laboratoire privilégié d’expériences contradictoires de construction républicaine. Les tentatives diplomatiques mêlent de façon fascinante réel et utopie en marche, concrétisation d’une esquisse de république européenne, et échec de la guerre de libération des peuples, proto-réalisation d’une communauté républicaine européenne, et désenchantement par la construction d’une Grande Nation occupante et dévoreuses des biens de ses alliés dominés. De façon parallèle, se construit la formation d’une dynamique de républiques sœurs et la réalisation d’un glacis européen autoritaire sous la férule de Bonaparte1.

3Comment aborder ces contradictions ? Comment en décrire les potentialités émancipatrices et fondatrices, en dévoiler les germes dangereux ? Comment faire la part de ce qui revient aux projets anciens, à la conjoncture guerrière toujours pesante imposant sa realpolitik et la part réellement originale porté par le dessin républicain ?

4Plusieurs pistes peuvent être suivies. Un chemin, parmi d’autres, est ici proposé que les communications ultérieures illustrent sans l’épuiser. Il s’agit en introduction de rappeler brièvement le fondement culturel d’un cosmopolitisme des Lumières, avant d’évoquer le projet républicain de Brissot, comme moment clé de la construction possible d’une république fédérale européenne, enfin d’aborder, dans le laboratoire des Républiques sœurs, la suggestion d’une démocratie fédérale des républiques réunies au sud de l’Europe autour de la méditerranée, cœur antique des modèles à construire, base future de la constitution des libertés supra-nationales et gouvernées ensemble.

  • 2 Albert Sorel, L’Europe et la Révolution française, Paris, Plon, 1887 et Jean Jaurès, Histoire socia (...)

5Il faut, comme le plus souvent concernant l’histoire politique des révolutions politiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle, déchirer quelques écrans historiographiques tissés par le XIXe siècle, avant de rouvrir des dossiers lourds de préjugés reconstruits largement après les événements. Ainsi, dans le cadre d’une réflexion sur l’Europe, il peut convenir de débuter par une controverse qui n’eut pas lieu ou plutôt qui se déroula par œuvre interposée. Il est ainsi possible de comparer, pour mieux saisir les écarts de pensée, l’ampleur de la différence des conceptions qu’Albert Sorel dans son Europe et la Révolution française, et Jean Jaurès dans son Histoire socialiste de la Révolution française ont pu développer2.

6Dés les premières lignes de son œuvre, Albert Sorel, délimite un cadre fondamentalement polémique et polémologique :

  • 3 A. Sorel, L’Europe…, op. cit. p. 1.

« La guerre entre l’Europe et la Révolution française a duré près d’un quart de siècle. Elle commence à Valmy et ne se termine qu’à Waterloo. L’Europe coalisée a fini par triompher des armées françaises ; cependant on ne peut pas dire que La France soit sortie vaincue de la lutte. Elle l’avait entreprise pour défendre son indépendance nationale, l’intégrité de son territoire les réformes qu’elle avait accomplies dans ses lois et dans sa constitution politique ; La paix ne lui couta que la restitution des territoires qu’elle avait conquis ; elle rentra dans ses anciennes limites : le corps de la nation ne fut point entamé. Les résultats essentiels de la Révolution françaises subsistèrent : la France conserva le Code Civil et le gouvernement représentatif. »3

  • 4 Il faut ici rappeler l’ouvrage de Robert Palmer encore décisif pour comprendre comment l’effort de (...)

7Albert Sorel ne peut que constater la révolution profonde que subit le continent, la révolution, devenant « européenne » selon son expression. Entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècles, la France impose un principe qui bouleverse l’Europe : le principe des nations au fondement de la souveraineté des États, l’invention des États nations, construits sur la double revendication de leur souveraineté citoyenne d’abord et de leur indépendance ensuite, inscrites dans un territoire précis et par l’exercice concret de droits originaux et de libertés nouvelles. La raison d’être des monarchies anciennes s’en trouvait profondément bouleversé et ses monarques ne perçurent que trop tard la dangerosité pour elles du modèle que venait de se donner la France. A terme, un conflit devait éclater entre les deux principes à ce point opposé, entre la Révolution des peuples, et les monarchies des sujets. Dans le conflit né en 1792, plusieurs étapes peuvent être décrites, chaque fois ayant des résonances immédiates sur la nature de la république, en tant que régime, gouvernant l’effort de guerre. Du modèle girondin et de son échec, au formidable effort de guerre imposé par le comité de salut public, jusqu’à la politique de paix négociée en 1795, différents visages de la république se donnent à voir à l’Europe quelque peu effrayée par cette vigueur martiale dont le nouveau régime se dote, dont il fait une de ses vertus cardinales4.

  • 5 Voir Virginie Martin « Du modèle à la pratique ou des pratiques aux modèles : la diplomatie républi (...)
  • 6 Qu’il suffise de lire la façon dont Alphonse Aulard réécrit les liens entre les révolutions américa (...)

8Le sursaut de l’été 1792, la marche forcée de l’année 1793, l’organisation de la victoire en 1794 dans un pays en proie à la guerre civile, contre une Europe liguée pour détruire la république marque durablement les esprits. Ensuite l’idée de guerre continentale le cède à la raison d’État, les gouvernants de la France après Thermidor n’hésitant pas à partir de 1795, à utiliser les rouages diplomatiques anciens insérés dans un système de valeurs neuves comme pour mieux asservir l’Europe, d’abord avec l’expérience des républiques sœurs, ensuite durant la phase expansionniste de l’Empire5. La Révolution était une guerre déclarée à l’Europe terminée en 1815 peut être… mais que les brandons de 1848 allaient secouer de nouveau, jusqu’à ce que la guerre de 1914-1918 soit présentée comme la guerre de la civilisation européenne de la liberté portée par les pays des révolution de 1688 et 1789 ralliée par celle de 1776, contre les autocraties barbares de l’Europe germanisée6.

  • 7 .Jacques de Bainville, Histoire de deux peuples continuée jusqu’à Hitler, Paris, Fayard, 1933.
  • 8 Cf ; Un des protagonistes nazi explique à un comparse sa vision de l’histoire : « quand le sujet du (...)

9Au temps de la publication de Sorel, toute une tradition de la droite française crut pouvoir dénoncer dans la révolution le déséquilibre contemporain des guerres des nations entre elles, comme Bainville le développa dans son Historie des Deux peuples continuée jusqu’à Hitler, pointant la responsabilité de la Révolution au moment d’avoir réveillé la nation allemande et d’avoir concrètement détraqué l’histoire de l’Europe7. C’est là une vulgate largement diffusée encore aujourd’hui. Jusque dans le roman les bienveillantes, un long passage sur la guerre hitlérienne remonte explicitement à la guerre révolutionnaire comme début d’un processus d’ensauvagement de l’Europe, d’où tous les maux contemporains seraient sortis8.

10Toute différente est l’approche de Jaurès un peu moins de 15 ans après Albert Sorel. Le tome IV de son Histoire socialiste de la Révolution Française porte le titre de « La révolution et l’Europe ». Le philosophe historien socialiste tente de cadrer de suite l’élément structurant du legs de la décennie et au-delà, dans une positivité à long terme qui s’impose sans ambiguïté, mais que la gangue de la violence et de l’engourdissement des peuples européens n’a pas permis de révéler de suite.

  • 9 Jean Jaurès Histoire socialiste… op. cit. introduction tome IV, p. 12. Voir également, Éric Guillet (...)

« Trop souvent, dans les histoires de la Révolution, c’est la France presque seule qui occupe la scène. Les autres peuples sont dans une sorte de lointain. Les révolutionnaires de 1792 n’avaient du reste du monde qu’une idée superficielle et vague… on dirait… qu’il n’y eut à ce moment que deux forces actives ; la force de la France révolutionnaire et la force des tyrans coalisés ; les multitudes européennes n’apparaissent que comme une puissance incertaine et confuse disputée par des tendances contradictoires »9.

11Le lecteur perçoit de suite, les deux conceptions radicalement différentes de faire de l’histoire ainsi que leur présupposés non discutés et d’autant plus intéressants à préciser qu’ils induisent toute la suite de l’écriture historique. L’évidence d’Albert Sorel à prendre en compte le fait diplomatique et à engager l’histoire de France dans une histoire de l’Europe pourrait révéler une originalité méthodologique si l’historien ne s’intéressait pas qu’aux traités et à la politique générale des États, sans questionner l’apport majeur de l’âge des révolutions, l’intégration des populations dans la vie politique des nations, sous forme d’opinion publique, d’armées de citoyens, ou d’électeurs participant à la vie citoyenne. Ce qui est gagné du côté d’une ouverture européenne, est perdu du côté d’une perspective méthodologique.

  • 10 Table des matières / tome quatrième I- La condition politique et économique de l’Allemagne, II- La (...)
  • 11 Cf. Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française (1870-1914) Paris, Puf, 1959.

12Quant à Jaurès, il perçoit bien, trente ans avant le souhait de Marc Bloch et de Lucien Febvre que désormais une histoire ne peut s’écrire sans redonner la parole aux silencieux, aux muets, aux sans-mots de l’épopée révolutionnaire. Il comprend également la nécessité absolue de penser la guerre révolutionnaire en terme de guerre civile européenne n’opposant pas des pays géographiquement situées mais des principes géopolitiquement incarnés, entre liberté et despotisme. Ce sont là deux avancées méthodologiques décisives. Et cependant, la construction de la démonstration de Jean Jaurès ne va pas sans poser, à son tour, quelques problèmes. La table des matières indique de suite une vue biaisée de Jaurès, réduisant l’Europe à une version nord occidentale du continent où Angleterre et Allemagne se trouvent omniprésentes10. De suite s’impose une représentation de l’Europe assez tronquée où le complexe d’infériorité face au modèle socio-économique anglais et à la puissance de la pensée allemande s’affichent comme malgré lui dans cette projection d’une Europe qui n’existe plus au sud de la Loire11.

13Ce vide géographique du sud cache un projet politique à venir et européen de Jaurès qui ne tarde pas à apparaître. A son tour, il tente de penser la dynamique révolutionnaire de façon complètement différente d’Albert Sorel, en travaillant, bien qu’ayant affirmé éclairé une geste populaire, sur une histoire des idées et non plus des États, sur une histoire des théories politiques qui devaient permettre dans les deux pays éclairés par l’étude, les États allemands et la Grande Bretagne, de pointer les avancées structurelles comme autant de socles favorables à la réception des idées révolutionnaires.

14C’est dans une dynamique séculaire que Jaurès apprécie le dilemme des révolutionnaires devant la question européenne :

  • 12 J. Jaurès, Histoire socialiste… op. cit. p. 158

« Ce qui était grave, c’est que la France de la révolution au lieu de laisser à leur libre essor les peuples simplement délivrées de la crainte de leurs oppresseurs, fut obligée de se substituer à eux et de faire pour eux et sans eux au besoin contre leur Révolution. Terrible dilemme : ou laisser subsister autour de soi la servitude toujours menaçante, ou faire de la liberté imposée une nouvelle forme de la tyrannie. La France expiait par là la magnifique et redoutable avance révolutionnaire qu’elle avait sur le monde. C’est une gloire mais c’est un péril pour une nation de devancer les autres peuples. »12

15 Jean Jaurès porte un double regard contradictoire, socialiste il défend le message cosmopolite et philanthropique défendu par la révolution, patriote il met en avant une vision qui isole la France dans une avancée et lui confère la responsabilité de mener à bien la révolution européenne pour les peuples. Le devoir de la France était de porter ce flambeau de liberté aux autres populations du continent. Historien, il pointe la responsabilité des brissotins au moment d’engager une guerre dans des conditions défavorables et qui ne pouvaient de par ses conditions que dresser les populations contre les armées françaises.

  • 13 Cf. Philippe bourdin et Jean-Luc Chappey (dir), Révoltes et révolutions en Europe et aux Amériques, (...)

16C’est à partir de ces deux constats méthodologiquement opposés dressés à la fin du XIXe siècle, qu’il est possible de réinterroger la réalité du fait européen pour les acteurs politiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Comment la réalité européenne monarchique, princière et nobiliaire s’est-elle confrontée à la naissance et l’affirmation en France d’une nouvelle idée de fédération du continent ou de sa transformation politique, par l’invention de nouveaux acteurs comme passeurs de l’idée européenne, les soldats-citoyens, les missionnaires de la république, hommes en armes ou civils ? Encore faut-il installer cette introduction dans ce que pour paraphraser Jean Nicolas, il faudrait appeler « la rébellion européenne ». La révolution française invente et c’est là son originalité, l’universalisme de la politique dans les faits mais le continent était largement secoué de commotions violentes depuis les années 1770-1780 depuis l’Oural jusqu’à l’Irlande13.

17L’Europe apparaît, à ses observateurs, comme une réalité géographique dont on discute l’ampleur et surtout la limite orientale, mais aussi qui permet d’interroger la cohérence d’un ensemble par rapport à ses confins occidentaux aussi, si nous pensons aux îles britanniques antiennes de bien des traités. L’Europe apparaît également comme un espace politique dynastique où l’exception républicaine existe mais réduite à de petites unités spatiales, lorsque la révolution va réaliser l’impensable rousseauiste si l’on peut dire, un gigantesque pays républicain qui va transformer radicalement les rapports de force traditionnels.

18Comment aborder cette réalité d’Ancien Régime dans son passage révolutionnaire ? Quatre moments relient les différents articles qui suivent. Le XVIIIe siècle impose la perception d’un espace élitaire européen. La Révolution ensuite, en faisant porter son intérêt sur la définition politique des populations indépendamment de leur origine sociale ou géographique, va changer la perception du continent, et inventer une nouvelle forme de guerre européenne, avant que les républicains démocrates du Directoire, troisième temps, ne se concentrent sur l’idée d’une confédération des peuples européens projet resté à l’état d’ébauche. Enfin pour terminer l’arc chronologique de la période des Révolution et amorcer une nouvelle saison tourmentée, une ouverture sur le XIXe siècle est proposée, ouverte sur de nombreux tableaux de l’Europe, genre littéraire prisé des années 1815-1830 lorsqu’il est clair que l’Ancien régime ne reviendra plus, lorsqu’il est non moins évident que la république est perçue comme un danger pour la paix européenne.

  • 14 En fait, il semble que seule la guerre ait détruit la guerre, une violence chassant l’autre, la nég (...)

19Ainsi dés l’abord l’Europe constitue en soi un projet ancien autant qu’une réalité présente, et un horizon d’idéalité, avec en point commun pour toutes ces évocations, la tentative d’élaboration d’un cadre politique précis et surtout harmonieux pour cet espace. La question lancinante, pour tous les penseurs répartis sur tout le nuancier de l’échiquier politique, consiste à trouver un moyen durable de construire une pacification du continent traversé dans les faits, de façon continuelle, par la guerre, d’abord entre 1792 et 1815, ensuite entre 1914 et 194514.

Qu’en est-il de l’Europe d’avant la Révolution ?

  • 15 René Pomeau, L’Europe des Lumières, cosmopolitisme et unité européenne au Dix-huitième siècle, Pari (...)
  • 16 Pierre Yve Lacour, La République naturaliste. Les collections françaises d'histoire naturelle sous (...)
  • 17 J Black, The Grand Tour in the Eighteeth Century, Stroud, 1992 p. 7-13 et Gilles Bertrand Le grand (...)

20Le livre de René Pomeau, L’Europe des Lumières, cosmopolitisme et unité européenne au Dix huitième siècle, se révèle des plus éclairants dans ses attendus méthodologiques. Tout du long de l’étude déjà datée car parue en 1966, un fantasme gaullien triomphant se développe, celui d’une Europe fédérée par la France dans sa grandeur et sa culture. Quelle Europe ? En réalité une infime minorité de personnes participant de la République, le plus souvent mondaine, des lettres, et se réveillant au lendemain de la révolution avec la nostalgie de ce qui a été et de ce qui ne sera plus. Cette France-Europe s’incarne en des étrangers comme le prince de Ligne par exemple15… L’ouvrage pointe les différents projets nés en France à partir des écrits de l’abbé de Saint-Pierre selon lequel si l’Asie et l’Afrique sont des continents sans unité, au contraire l’Europe renferme une société réelle, une histoire, une culture commune des valeurs et des langues communes tel le latin et le français. Comme à l’époque médiévale puis durant la Renaissance, le savoir partagé, « transporté », constitue ce vecteur de construction d’une unité européenne, cette illusion vraie d’un lien reliant un espace en une constellation de correspondances partagées. Tous les savoirs, par exemple celui des sciences naturelles voient une européanisation des controverses, en ce cas entre Linné, Buffon, Needham, Bonnet, Haller ou Spalanzani, et que la fin du siècle poursuit encore16. Les connaissances sont diffusées, discutées et par de nouveaux acteurs les voyageurs du Grand Tour qui inclut les visites des universités célèbres de Hollande (Leyde), d’Allemagne (Berlin et Leipzig, Tübingen), d’Italie, Milan, Bologne, Naples, de France ( Montpellier la Sorbonne)17.

  • 18 Pierre Yves Beaurepaire, L’Espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, R (...)

21La société des mondains accueille le monde des savoirs, créant une sociabilité particulière, et notamment les Académies recrutant les savants honnêtes gens, souvent reliés entre eux par le réseau des loges maçonniques qui redoublent la partie visible de cette carte des grandes villes de science européennes18. L’Europe commence ainsi sans structure institutionnelle, par le jeu de l’esprit, par un « état d’esprit » écrit René Pomeau.

  • 19 R. Pomeau, op. cit. p. 182, plus récemment, Le Mythe de l’Europe française. Diplomatie, culture et (...)

22Un doute soudain saisit la prose de l’auteur : l’Europe propose une évidence de l’intellect mais quelle est sa réalité concrète ? « Les récits des voyageurs sont révélateurs d’un fait ; on se déplaçait en Europe à l’intérieur de la « bonne compagnie ». Laquelle ? Sûrement celle que décrit l’abbé Prévost au travers de Cleveland son philosophe anglais « Il n’y a proprement de français en France (comprenez de citoyens dignes de devenirs européens) que le petit nombre de ceux qui sont à la tête des autres et qui sont distingués de ce qu’on appelle le peuple »19.

  • 20 Sûrement faudrait-il ici dans cette introduction, tenter de réfléchir aussi aux échelles différente (...)

23En s’en tenant à la bonne compagnie dit le baron Chesterfield, on deviendra plus qu’européen, l’on sera « citoyen du monde », en clair habitant de nulle part ou plutôt citoyen privilégié de l’espace social doré des classes favorisées, sincèrement convaincues, mais au fond peuvent elles avoir tort, d’incarner une conscience de l’Europe ou du moins de lui donner sa réalité la plus valorisante20.

  • 21 Sûrement faut-il nuancer cette assertion et selon les régions, les plus modestes peuvent voyager et (...)

24Mais l’immense majorité des peuples des Etats européens ? Ils ne comptent pas, ou plutôt ils n’apparaissent pas, comme incapables de sentir cette vérité supra-monarchique, leur monde limité à la paroisse21… L’Europe est une aristocratie de la pensée, et une distinction conférée par le voyage. Un privilège.

  • 22 R. Pomeau, op. cit. p. 184 et David Bell, The Cult of the Nation in France: Inventing Nationalism, (...)
  • 23 Cf. Daniel Sabbagh « William Penn et l’Abbé de Saint-Pierre : Le chaînon manquant », Revue de synth (...)

25Le cosmopolitisme des Lumières dans ces conditions, loin de préparer une révolution aurait construit un sentiment d’appartenance accompagné d’un conservatisme social que les décennies révolutionnaires de la fin du siècle allaient bousculer. Comme un aveu, le Prince de Ligne devient l’allégorie de cet européanisme décalé, non que le prince d’empire par ses origines belge, française, autrichienne, russe, polonaise, hongroise et flamande, ne pouvait prétendre à un titre d’européen mais simplement parce qu’il ne représentait rien d’autre que lui-même dans un aristocratisme libertaire incapable de penser d’abord la nation, ensuite la souveraineté du plus grand nombre comme première prise de conscience d’une construction politique mettant à mal les frontières issues de plusieurs siècles de diplomaties dynastiques22. Parallèlement à ce jeu européen de la société huppée, se construit toute une pensée politique qui fait de l’Europe un espace à concevoir à construire selon les méthodes des sciences politiques. Une littérature politique se construit entre réflexion sur les modèles anciens et prospections pour l’Europe à venir. Quelques titres s’imposent commentés par les spécialistes de l’histoire des constitutions politiques l’Essay towards the present and future peace of Europe (1692-1694), celui de l’abbé de Saint-Pierre et son Projet de paix perpétuelle (1712), un projet de Pacification générale combinée par une suspension d’armes entre toutes les puissances politiques par Ange Goudar (1757)23.

  • 24 Céline Spector, Montesquieu : liberté, droit et histoire, Paris, Éditions Michalon, 2010 et de la m (...)
  • 25 Cf. Marc Belissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795) les cosmopolitiques du dro (...)
  • 26 Jean-Jacques Rousseau, Principes du droit de la guerre. Écrits sur la paix perpétuelle, Blaise Bach (...)

26Au mitan du siècle, Montesquieu grand observateur des formes de pouvoir européen et surtout du mode de fonctionnement de l’Angleterre, réfléchit aux nécessaires transformations des pouvoirs européens et à la façon d’introduire de la modération dans les gouvernements du continent, afin de les intégrer dans un processus de civilisation qui les mettrait à l’abri de la tendance au despotisme inhérente à toute couronne24. Rousseau apporte une contribution importante dans ce débat qui lie la pensée européenne et la construction de la paix. Après la guerre d’indépendance américaine, de nouveaux projets sont publiés, un Projet de haut pouvoir conservateur dirigé par les grandes puissances de l’Europe (1782) un Nouvel Essai par Palier de Saint Germain (1788), sans oublier Les Principes of international law de Bentham (1788), après que Kant ait à son tour construit une idée de construction européenne garantie par la recherche de la paix25. Rousseau avait auparavant repensé de façon radicalement nouvelle, l’inéluctabilité de la guerre et la nécessaire union d’une Europe, non pas construite sur l’irénique idée d’une pacification à atteindre mais d’une convention de droit capable de limiter et circonscrire les conflits qui ne manqueraient pas d’éclater, quelle que fut la forme de la politique intérieure des contrées européenne26. L’idée clairement énoncée n’est pas tant celle de rapprochement que celle de la recherche de la paix durable entre les pays, … mais deux faits allaient bouleverser cette donne : la Guerre de Sept ans et le partage de la Pologne.

  • 27 Voir Pierre Serna « Comment penser la guerre totale sans la réduire à une guerre totalement françai (...)
  • 28 Marc Belissa, « Les Lumières, le premier partage de la Pologne et le « système politique » de l’Eur (...)

27Le monde tout court et le monde européen particulièrement sortent bouleversés de cette première guerre mondiale que constitue la Guerre de Sept ans27. Le continent connaît de profondes transformations diplomatiques depuis les années 1770. La violence faite à la Pologne en 1772, lors de son premier partage perturbe durablement le système de construction des équilibres jusque là acceptés. Une opinion éclairée prend fait et cause pour la Pologne et son peuple, critiquant la radicalisation de la violence diplomatique des États dans leur refus de considérer les populations dans le jeu moderne des relations étrangères28.

  • 29 Hubert Bost « Lumières et refuge huguenot su les itinéraires intellectuels de Bayle et de La Baumel (...)
  • 30 Edoardo Tortarolo, La censura nel secolo dei Lumi, une visione internazionale, Torino, Utet, 2011.

28Dés lors, le continent est secoué de mouvements de contestations, de révoltes, de soulèvements, de séditions, d’oppositions qui créent une dynamique que la répression des minorités religieuses avait provoqué les siècles précédents et qui laisse place désormais aux migrations de minorités cette fois, politiques, aux effets lents mais sûrement néfastes pour les pouvoirs en place. Poursuivant leur geste, les protestants du XVIIIe continuent de démontrer leur capacité d’acteurs subversifs ou considérés comme tels, sachant passer d’un espace à l’autre en fonction d’une censure ou d’une police conciliantes29. Paradoxalement, on pourrait dire que ce sont les politiques d’interdit qui ont contribué à construire l’Europe comme une zone de refuge extensible et bien maîtrisé de toute une république des lettres, sachant jouer de se réseaux licite set illicites pour diffuser dans tel ou tel espace une information ici subversive, là banale.30

  • 31 Anna Maria Rao, Esuli, l’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Napoli, Guida editor (...)

29Une diaspora politique circule de pays en pays à partir des années 1780. Elle va instiller ça et là les principes nouveaux, les formes de contestations, la conscience supra-monarchique d’appartenir à une Europe en séditions, une Europe d’hommes libres, une Europe de rebelles, indociles aux pouvoirs qu’ils considèrent comme despotiques. L’exil politique « invente » une Europe cosmopolite, militante, fortement politisée, s’étant débarrassée mentalement des notions de frontières, pire danger pour les royaumes31. Dans chaque pays les indésirables sont expulsés, les Italiens, avec les Hollandais, les Suisses, les Irlandais, des Français aussi, que l’on songe à Mirabeau, finissent par créer une internationale européenne de la contestation des rois. Une sorte de patriotisme cosmopolite se constitue dont le Suisse François d’Ivernois a donné la devise « Ubi libertas, ibi patria » (Là où est la liberté, là est la patrie). A quoi lui répondait Thomas Payne dans une lettre à Franklin « Where liberty is not, there is my country » (Là où la liberté n’est pas, voilà mon pays). Ce qui revenait, malgré la différence superficielle à exprimer au fond le même désir de penser la citoyenneté dans la perspective de la projection politique imposée par l’impératif de liberté plutôt qu’en fonction de racines qui renvoyaient au monde de la tradition.

  • 32 Karine Rance, « L’émigration nobiliaire française en Allemagne : une « migration de maintien » (178 (...)

30Cette même logique de fuite politique va animer en sens inverses les routes du continent. Après 1789, les émigrés fuient hors du territoire du royaume de France, trouvant refuge auprès de l’aristocratie européenne, confirmant l’idée que l’Europe ne saurait se réduire à une idée nouvelle, mais est aussi un espace refuge pour la contre-révolution, un contre-poids à la France bouleversée, un repli naturel pour lutter contre le foyer français. L’Europe devient une réalité hybride qui se laisse décrire autant par sa dynamique contestatrice diffusée hors de France que sous les traits d’un espace contre–révolutionnaire tendu contre la France32.

31Après 1789, les révolutionnaires ayant affirmé la souveraineté du peuple, ils doivent inventer une nouvelle diplomatie et se positionner sur l’espace européen. C’est bien là le dilemme de la Révolution face à l’Europe. Comment demeurer fidèle au cosmopolitisme de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen d’août 1789, à la déclaration de paix au monde de mai 1790, tout en assumant l’inévitable expansion de la révolution, au risque de créer tensions et conflits avec les puissances voisines ?

Brissot la république vers l’Europe

  • 33 P.M. Penigault-Duhet, « Imlay, Brissot et le voyage d’Amérique » in Le voyage en Angleterre au XVII (...)
  • 34 Discours de Brissot à l'Assemblée du 20 octobre 1791 (inséré dans le n° 803 du 22/10) Le journal ne (...)

32Brissot acteur des deux mondes, anglophile, américanophile, amis des noirs, et citoyen européen s’il en est mérite que l’on rappelle sa posture au moment de rompre une vision irénique de la révolution et d’assumer le conflit guerrier avec le roi de Bohème et de Hongrie33. Son discours du 20 octobre 1791 prononcé à l’Assemblée législative est inséré dans le n° 803 du 22 octobre de son journal « Le patriote français ». Le Journaliste et orateur revient spécifiquement sur la situation de l’Europe. Il évoque les peuples amis, les droits des nations, la nécessité de ne point porter atteinte à leur indépendance, comme si la France devait s’imprégner d’une nouvelle responsabilité devant l’Europe. Le pays en révolution devient un spectacle politique pour l’Europe et face aux menaces répétées des princes, doit assumer une nouvelle direction pour le continent et ne pas redouter d’imaginer une guerre d’un type nouveau. « Oui, quand les allemands qui gémissent sous le joug des électeurs verront l’armée française déployer au milieu d’eux le drapeau tricolore, quand il la verront protéger, au lieu de dévaster, leurs propriétés, acheter leurs denrées au lieu de piller, n’attaquer que ceux qui veulent défendre les rebelles …quand ils verront les français ne s’occuper que de leur bonheur et de leur liberté … alors les allemands les couvriront de bénédiction … et se formera une fraternité douce… »34. Brissot imagine une guerre nouvelle, conscient aussi que la façon dont se comporteront les militaires est décisive du sort des armes, faisant reposer sur le civisme des soldats-citoyens le sort de la révolution. Espoir vain, de toutes les guerres à venir…

  • 35 Discours de Brissot aux Jacobins du 30 décembre 1791 (inséré dans le n° 885 du Patriote Français, l (...)

33Un autre discours prononcé le 30 décembre 1791 aux Jacobins est inséré dans le n° 885 du Patriote Français du 12 janvier 1792. Le discours-article ouvre des voies nouvelles pour comprendre cette Europe qu’imagine Brissot. Il prévoit, de façon concrète une municipalisation comme vecteur le plus efficace de l’expansion révolutionnaire, reflétant en cela les débats en cours au club des jacobins, mais leur donnant un relief tout particulier. Brissot transporte sur le continent ce qui a assuré la victoire de la Révolution, la décentralisation communale dés le début de l’année 1790, de l’ordre public, de l’ordre politique, de telle sorte que les plus lucides des contre-révolutionnaires ont pu y percevoir la principale initiative des députés de la Constituante pour révolutionner en profondeur le pays35. Ces communes européennes seraient animées d’un principe fédératif actif. Quelques lignes plus loin, comme une évidence qui termine le raisonnement, les États-unis d’Amérique sont comparés à la France. Les deux pays ont la responsabilité de révolutionner leur continent respectif devant agir comme deux leviers. Expansionnisme et fédéralisme sont déjà perceptibles dans le texte de Brissot, dans cette esquisse d’une Europe révolutionnée, entrevue comme un futur des États-unis, en une opportunité unique à saisir. La révolution de l’Europe, c’est là l’idée originale de Brissot ne doit pas s’accomplir par le haut par le renversement des États mais par l’extension de la démocratie locale, la municipalisation de l’espace européen, vision typique des députés de la Législative qui ont pu à loisir, entre 1789 et 1791 observer localement l’ampleur des changements que permettait les lois de la fin de 1789, bouleversant en profondeur la gouvernance du pays inventant la municipalisation participative. Las, l’échec des Brissotins-Girondins, la nécessité pour les Montagnards de fonder une république de guerre, sans pour autant abandonner la question de l’expansion républicaine mais devant faire face aux impératifs de l’assaut combiné des forces de la coalition, ne laissent que trop peu d’espace pour penser les conditions d’élaboration d’une Europe fédérée, confédérée, voire réunie au modèle républicain français.

34Il faut attendre, après le paroxysme du gouvernement révolutionnaire, le moment du Directoire pour voir se poursuivre de façon concrète l’aventure européenne de l’idée républicaine.

Le directoire ou l’invention d’une première Europe républicaine

  • 36 Robert Palmer, 1789 Les révolutions de la liberté et de l’égalité, Calmann-Lévy, 1968, demeure enco (...)
  • 37 Antonino de Francesco 1799, Una storia d’Italia, Guerini e associati, Milan 2004 et Annie Jourdan, (...)

35C’est la période du Directoire qui va porter, avec des variantes certes, et des bonheurs et des infortunes diverses, le projet esquissé par Brissot, par l’extension constitutionnelle du modèle républicain36. Encore faut-il rappeler que les républiques-sœurs agrégées à la République-mère, ne furent pas le résultat d’une volonté délibérée des Directeurs, plutôt soucieux de construire des relations diplomatiques traditionnelles, mais au contraire le fait des jeunes généraux républicains démiurges de constructions étatiques imposées à Paris. De même, les recherches récentes ont pu montrer que ces républiques-soeurs ne furent pas seulement sous la seule domination de la France, mais cherchèrent leur voie républicaine sans renoncer à trouver leur autonomie face à leur encombrante et obligée alliée française37. Deux textes parmi d’autres peuvent illustrer cette nouvelle position de la France par rapport à une Europe républicaine en voie de construction.

  • 38 Eschassériaux ainé, Des intérêts de la république française et de toutes les puissances de l’Europe (...)
  • 39 Marc Belissa, Repenser l’ordre européen. (1795-1802). De la société des rois aux droits des nations(...)
  • 40 Eschassériaux, op. cit. . p. 12-14.
  • 41 Eschassériaux. Op. cit. p. 15

36Eschassériaux ainé, député des Cinq cents, comprend bien la nouvelle position de la France par rapport à l’Europe. Elle a, selon lui, la responsabilité de construire un système équilibré à partir de la défense de ses frontières naturelles. Ainsi dans son ouvrage des Intérêts de la république française et de toutes les puissances de l’Europe, paru en pluviôse an IV, il défend l’idée du maintien d’un nouvel équilibre européen. La France doit construire la paix et l’associer durablement à son régime républicain, perçu comme fauteur de guerre. Il s’agit au contraire de démontrer au reste de l’Europe que ce gouvernement peut être associé à la durabilité de la paix, comme illustration d’un futur possible pour l’Europe. « C’est la le point central du nouvel équilibre que doit prendre la balance politique de l’Europe, l’axe sur lequel elle doit tourner, c’est sur le maintien de la puissance de la République française enfin, que reposent la tranquillité générale des peuples, et le système de pacification générale »38. La république n’est plus un gouvernement d’exception : elle est fondée sur une constitution solide et désormais elle est un fait avérée dans le plus grand pays et le plus peuplé de l’Europe. Désirer une autre situation pour la France reviendrait à prolonger indéfiniment le conflit meurtrier. L’idée progresse d’une transformation progressive de l’Europe par la paix, non plus selon un équilibre compliqué de négociations entre familles régnantes mais structurellement liées à un type de régime, ici la république, synonyme de diplomatie régénérée et plus transparente39. Cela revient concrètement à dénoncer les deux pays qui maintiennent le continent en état de guerre, l’Autriche et l’Angleterre pointées comme grandes désorganisatrices de l’équilibre européen possible. Une fois encore pour les républicains français l’exemple de la Pologne apparaît comme le départ d’une situation qui a plongé le continent dans « la situation la plus violente où elle (l’Europe) se soit trouvée depuis l’invasion des peuples du nord... car l’équilibre politique de l’Europe a été totalement rompu par l’invasion de la Pologne, la France doit s’en inspirer pour maintenir l’équilibre de l’Europe »40. Pour Eschassériaux la France détient la responsabilité de la paix, en aucun cas son modèle n’est celui d’une guerre poursuivie par volonté d’expansionnisme républicain. Tout l’appareil diplomatique français doit tendre vers cet objectif. Encore faut-il faire face à l’Angleterre sur les mers et à l’Autriche sur le continent qui n’ont sûrement pas intérêt à ce moment là de vouloir une paix. « Ils disent à présent que le gouvernement français est incompatible avec le gouvernement et la tranquillité des autres peuples, tandis que la nature de la constitution française est d’appeler à l’amitié et à l’alliance du peuple français toutes les autres nations »41.

  • 42 On doit à Andrew Jainchill une analyse féconde de l’œuvre de Théremin in Reimaginig Politics after (...)
  • 43 De la situation intérieure de la république, par Charles Théremin citoyen français, fils de protest (...)
  • 44 De fait, Angleterre et France poursuivent mais de façon radicalement différente un conflit ancien. (...)

37Cette analyse est complétée par un diplomate allemand devenu français, descendant de la diaspora protestante, Charles Théremin auteur de De la situation intérieure de la République42. Citoyen français, fils de protestant sorti de France pour cause de religion, l’auteur comprend que la politique des Réformes et des Révolutions a transformé les gouvernements de l’Europe. Une des solutions pour pacifier l’Europe est l’apparition d’une nouvelle classe de dirigeants, une république nouvelle, régénérée des hommes de lettres doit gouverner les différents pays liés par des intérêts communs. Emporté par un cosmopolitisme optimiste, Théremin va jusqu’à mettre en adéquation le projet de la constitution de l’an III avec celui d’une participation des français à l’amélioration du gouvernement de l’Europe. Son idée repose sur la confiance dans la constitution qui « va diriger l’éducation républicaine du peuple, et que parmi les jeunes citoyens va se former une classe distincte qui maniera les affaires publiques en se livrant à l’éloquence et à l’administration, qui ne sera jamais une caste puisqu’ils seront pris dans les familles de tous les citoyens rien ne sera plus rassurant pour l’Etat… ils ne sont pas une classe, mais l’élite de la nation »43. Une autre idée du texte consiste à renverser la représentation géopolitique de l’Europe telle que les campagnes d’Italie et l’Allemagne pourraient le laisser envisager. Le gouvernement français doit abandonner « cette diplomatie étroite petite dans ses moyens et digne de l’ancien régime » qui le confine sur le continent subissant le pouvoir de l’Angleterre. Il faut en finir et pour vaincre sur le continent européen, oser affronter l’Angleterre sur son terrain de prédilection, les océans. Ainsi Théremin imagine donc la descente et la victoire frontale contre la perfide Albion, une victoire navale devant être suivie d’une politique maritime jusque là jamais mise en place. « Il faut après cette victoire que la France devienne Puissance entièrement maritime ». Certes, l’auteur rêve les yeux ouverts s’il croit capable la France de renverser la thalassocratique Grande-Bretagne en 1797 (ou même à n’importe quel moment de l’histoire…), mais là n’est pas l’intérêt du texte mais dans la claire conscience que le destin du continent européen se joue ailleurs que sur son espace, dans son extension commerciale, voire mondiale, au-delà des mers. Moderne, Théremin comprend la nouvelle donne stratégique du continent devenu un des centres du commerce mondial et de fait, ne pouvant trouver la paix que dans la régulation même de ce commerce par l’équilibre des puissances commerçantes de par le monde. Laisser la puissance anglaise se développer sur un empire colonial mondial c’est tout simplement rendre impossible la république européenne. L’acuité du diplomate devient ici intéressante car elle consiste à lier le destin républicain et politique du continent au devenir commercial et économique de l’empire britannique. Il y a là une lucidité qui pose clairement l’impossibilité et les nouvelles formes de l’affrontement entre les deux puissances et lui donnant un nouveau sens44.

  • 45 Théremin, op. cit. p. 69-70 « Cela étant impossible il faut se demander pourquoi puisque la France (...)

38Comment un diplomate si fin peut-il espérer voir la France comblée son retard du point de vue de sa marine ? Rien n’est dit mais pour il soutient que la France se tournant vers la mer, les pays européens, seront rassurés et surtout le commerce se trouvera transformé : « ce sera l’époque d’un système de commerce et de pacification établi en Europe, que l’Angleterre redoute si fort…J’ose presque dire que l’époque où la France se tournera principalement vers la mer sera une révolution politique aussi importante en Europe que celle par laquelle elle a établi les principes nouveaux de la liberté45 ».

39Cette remarque de Théremin revêt une observation de caractère géopolitique nouveau que les guerres de la fin du XVIIIe siècle dessinent clairement. Le sort de l’Europe se joue sur l’Atlantique comme extension stratégique du continent. L’Europe est « ailleurs », avec la claire compréhension de la dimension coloniale de ce fait, comme extension programmée de l’Europe sur le monde, non sans poser d’autres problèmes pour les décennies futures.

  • 46 La liberté des mers ou le gouvernement anglais dévoilé, par Bertrand Barère, en 2 volumes, in 8, Ve (...)

40La solution envisagée d’inventer la paix républicaine de l’Europe par la constitution de gouvernements d’experts éclairés et la garantie des mers, constitue le cœur même de l’ouvrage de Barère La liberté des mers qui parait l’année suivante, signe encore redoublé de la vivacité du débat en ce second directoire sur la possible construction de modèles géopolitiques nouveaux et d’une gouvernance républicaine de l’Europe envisageable46.

41 Au delà de l’Anglophobie connue de Barère et de sa dénonciation permanente du modèle ilien comme incompatible avec les intérêts du continent, il y a une proposition d’imposer le droit du commerce libre comme élément de réunification des européens. Le droit des peuples devient le socle sur lequel il faut inventer une souveraineté européenne, comme un système politique nouveau.

42Barère imagine alors dans le plus pur style des utopies des Lumières mais éclairé de son expérience de conventionnel un tribunal des crimes du gouvernement anglais.

  • 47  Barère, La liberté des mers, op. cit. chap. XXV t. II p. 287-297.

« Ne serait-il pas un jour soumis aux décrets préparés dans une grande assemblée européenne réunie dans le centre, et dans laquelle chaque peuple état, puissance ou gouvernement enverrait ses députés ?
Pourquoi ne verrions-nous pas l’assemblée des représentants de l’Europe, comme nous voyons l’assemblée des députés de l’empire germanique et l’assemblée des représentants de la France ? Là serait juré solennellement par tous les gouvernements, par tous les peuples continentaux, haine à la tyrannie maritime, fidélité à la liberté du commerce et des mers ! »47

43Plus loin et abandonnant pour un temps sa rage anti-britannique, Barère songe plus positivement à une possibilité d’étendre le gouvernement constitutionnel à tout le continent :

  • 48 Barère, La liberté des mers Livre, VIII chap. XI t. III, 294-296 et L VIII chap. XXIX, t. III 381-3 (...)

“C’est un problème à résoudre en Europe après la dissolution du despotisme maritime des anglais de trouver la forme d’association générale qui défende et assure à chaque nation, par la force de toutes les droits maritimes de chacune, l’observation exacte du droit des gens et l’exécution sévère des traités… Il manque un acte de navigation générale fondée sur le droit naturel , sur le droit des gens, et sur le droit public en Europe.
…On y graverait la liberté des mers, l’affranchissement du commerce et de l’industrie, l’abolition universelle de la traite des noirs, de la vente et de la vente et de l’esclavage des hommes, la proscription de la course, la punition de la piraterie, et le droit public maritime serait enfin écrit uniforme, et consacré par les nations réunies. Il faudrait appuyer cette déclaration des droits des nations sur un pacte européen qui organiserait militairement sur terre et sur mer la défense et le maintien de ces droits »48.

44Les principes fondateurs de la révolution de 1789 sont à l’œuvre dans la perspective d’une confédération européenne des droits naturel traduits en droit positifs, par la rédaction de constitutions acceptées, dans l’affirmation des principes de justice sociale au niveau des Etats, pensée au travers du partage équitable du commerce liée à l’abolition, le tout dans un système d’auto-défense bien pensé, car consenti et divisé entre toutes les forces composant un pacte de protection mutuelle. Il ya là plus que l’esquisse, le plan d’une fédération européenne.

45Quelques mois plus tard, en l’an VII, le groupe des républicains-démocrates du Directoire, conscients des dangers qui menacent les républiques-sœurs et fermement opposés à toute politique de spoliation menée par le Directoire qui n’a pas même voulu reconnaître la République napolitaine, construisent un projet voué à la seule formulation d’intention. En effet le recul des troupes françaises sur tous les fronts en ce début d’été 1799 rend illusoire toute organisation confédérale de l’Europe sur la base de la reconnaissance de l’indépendance entière des républiques-soeurs.

  • 49 Journal des Hommes libres. n° 34, 15 vendémiaire An VII (6 octobre 1798).
  • 50 Ibid. n° 1, 5 brumaire An VII (26 octobre 1798), p. 4.

46« Accaparant » la guerre, l'exécutif en a fait sa chose. « La guerre que nous soutenions, avance le rédacteur, en vendémiaire de l'An VII, parut ne plus être la guerre généreuse du peuple et de la liberté, et sembla dégénérer, par le calcul d'une politique oppressive et dévorante, en brigandage usurpateur », ne servant « qu'à forger des peuples contre nous-mêmes et les peuples récemment affranchis »49. En brumaire, le constat est encore plus sévère : « La Grande Nation, puisque ainsi la nommait l'Europe sembla tout à coup disparaître sous le double rapport de l'exercice de ses droits politiques et de la jouissance de ses droits civils, pour faire place à une petite horde de voleurs, d'égorgeurs, d'intrigants et de traîtres... »50.

La régénération de l’Europe par la méditerranée ?

  • 51 Discours sur les rapports politiques et économiques de l’Italie libre avec la France et les autres (...)

47Cette possibilité entrevue d’une fédération européenne n’a pas été développée seulement en France, elle a aussi connu ses adeptes en Italie et plus particulièrement sous la plume De Galdi, patriote bien connu dans un travail traduit et publié en 179851. Galdi en appelle à une fédération des républiques sœurs construites Construite autour de la France de la Hollande et de l’Italie

  • 52 Cf. Marcel Dorigny et Rachida Tilli Sellaouti (dir.) Droit des gens et relations entre les peuples (...)

48Comme dans les textes français cités précédemment, il s’agit de trouver les bases d’un droit international qui puisse garantir l’indépendance des pays et l’égalité de leur rapport dans la recherche d’une paix inaltérable et de se rapprocher, ainsi, trait original mais somme toute logique, de la république des États-Unis. Cela posé, Galdi développe une idée nouvelle suggérant le déséquilibre de l’histoire européenne depuis que le continent se trouve sous le joug des peuples du nord. Il existait une civilisation politique du sud de l’Europe tournée vers l’idée républicaine, qu’il s’agit de régénérer et de refaire vivre. Italie et France ont cette responsabilité devant les autres nations52.

49Un aréopage se tenant en Corse, île autant française qu’italienne est imaginé avec pour mission d’établir un nouveau code de « diplomatie des nations libres .

  • 53 Voir également d’Anna Maria Rao, « la méditerranée une frontière ? le cas de Naples au XVIIIe siècl (...)

50Une nouvelle extension du concept de révolution atlantique apparaît avec ce projet méditerranéen, peu connu en France53.

51Ainsi, Français et italiens ont la responsabilité d’une nouvelle construction diplomatique :

  • 54  Galdi, op. cit. p. 16

« La franchise des ports d’Italie et de la France régénérée, de ceux de leurs colonies sera un des premiers articles du pacte fédératif. Ils ne paieront aucun droits, soit qu’ils y fassent entrer déposer ou vendre quelque marchandise que ce soit... on s’interdira toute loi prohibitive ou attentatoire à la liberté, non seulement dans la communication respective des deux nations dans leur commerce maritime, mais elles jouiront également de cette même liberté dans la circulation intérieure des productions de la nature et des arts »54.

  • 55  Galdi op. cit. p. 25

52Enfin Galdi propose la fondation de la « ligue de la liberté »55.

Si cette ligue doit avoir lieu la salut public, la prescrit la tranquillité de l’Europe l’exige, l’humanité la réclame…

La Hollande l’Espagne la France l’Italie et l’Empire ottoman devraient entre dans cette ligue proposée. On m’opposera peut être que l’Espagne et l’Empire ottoman ne sont pas constitués en république ; je réponds qu’ils se rendront meilleurs par le commerce des hommes libres,... qu’ils s’assimileront à nous par le commerce des lumières ».

53C’est là un saut théorique du point de vue décisif de l’histoire des idées. Il prouve la volonté des patriotes et donc de l’aile gauche du mouvement européen, de fonder dans le respect des républiques régénérées par les Etats nations une fédération européenne au départ mais ayant des liens évidents avec l’autre fédération de l’Amérique septentrionale, la jeune république américaine pour fonder un ensemble lié politiquement par les mêmes principes d’égalité, construit sur un commerce équitable et régulé par des accords internationaux, capables et c’est essentiel d’intégrer des monarchies que le doux commerce, fondé sur le droit des peuples transformeraient avec le temps. N’est-ce pas, à parti du noyau historique des républiques anciennes et méditerranéennes, élargies aux nations européennes républicaines, les fondements d’une république continentale qui est pensée décrite et développé délibérément contre la thalassocratie mondialisée et libérale anglaise ?

  • 56 Cf. Maïté Bouyssy Vincenzo Cuoco, des origines politiques du XIXe siècle, Publications de la Sorbon (...)
  • 57 Cf l’article d’Antoine Lilti ci-dessous.

54Cette idée d’une régénération de l’idée républicaine par le Sud de l’Europe est fort originale et tranche avec une culture dominante largement héritée du siècle des lumières56. Que n’a-t-on écrit tout au long du siècle sur l’excellence du modèle anglais du point de vue social, économique et politique, que n’a t-on publié sur le modèle militaire imaginé en Prusse, que n’a–t-on écrit sur le vent de réformes qui secouait la redoutable mais transformée Grande Russie ? Et à l’inverse que n’a-t-on glosé sur la décadence du sud, avec l’Espagne en prise avec l’inquisition, l’Italie sous la férule d’États pontificaux décadents, ou de ville-États qui n’étaient plus que l’ombre d’elle-même comme Venise ? C’était un fait acquis que la régénération viendrait du Nord du Nord-Ouest et secouerait un sud despotique, englué dans l’obscurité du fanatisme catholique, aux frontières du mahométisme. Voici que la proposition diplomatique de Galdi renverse cette donne de façon salutaire, transformant l’axe-pivot de la « barbarie ». Et si l’espace de violence obscure se trouvait dans le nord, et si la révolution avait servi à se défaire de cette représentation stigmatisante du Sud et de ses travers ? Le modèle anglais apparaît tout à coup moins fascinant avec ses révoltes de 1797, la brutalité de la répression en Irlande et la misère déjà perceptible des grandes villes, la Prusse militarisée et féodale, la Russie despotique, sont moins fascinantes et désormais plus porteuses d’idées capables de structurer le futur. Une fenêtre politique et conceptuelle s’ouvre pour le futur de l’Europe, la fédération des peuples méditerranéens, avec la Hollande ! Le concept de civilisation bascule du Nord vers le Sud. Le cœur de l’Europe retrouve son origine dans le bassin méditerranéen, comme épargné par la naissance chaotique et violente du monde libéral au Nord. Républiques et royaumes confondus, chrétiens et musulmans ensemble, autour de l’espoir d’une régénération républicaine de la grande bleue : utopie idée d’avenir ?…, mais que le résultat final de l’expédition d’Égypte d’abord, la faiblesse navale française après Trafalgar, les conditions diplomatiques de sortie du congrès de Vienne et la défaite momentanée des idées républicaines ne vont pas permettre de réaliser, malgré les légions de volontaires venus revivre en Grèce au début du XIXe siècle, la régénérescence de la République57.

55Le fondement d’une fédération européenne est posé mais c’est une expression de la république impériale que va imposer Bonaparte, bloquant toute possibilité de confédération, pensée au travers de la république des États-unis d’Europe.

56Que sont devenues ces idées républicaines, les guerres impériales emportant toute velléité de construction d’une fédération commune mais inventant au contraire à la place des républiques sœurs, les royaumes des frères ? Qu’est devenue l’idée républicaine 15 ans plus tard, au temps de la restauration ?

  • 58 Cf. Pierre Serna, « Rigomer Bazin et la Restauration : penser la République dans la monarchie », in (...)

57Un démocrate du nom de Rigomer Bazin illustre le déchirement que l’idée de l’Europe est entrain de provoquer au moment de commenter l’ouvrage de Saint Simon et Thierry, de la réorganisation de la société européenne, ou de la nécessité et des moyens de rassembler les peuples d’Europe en un seul corps politique en conservant son indépendance nationale en octobre 1814. L’idée d’un parlement gouvernement capable d’imposer ses vues et dont la fonction serait de diffuser le plus possible le commerce européen, l’idée étant que la paix serait l’objet le but et la fin de la prospérité « peuple le globe de la race européenne, supérieure à toute les autres races d’hommes voila l’entreprise par laquelle le parlement européen devra continuellement exercer l’activité de l’Europe…. » l’Europe se construit concrètement sur un gouvernement anglo-français de l’exploitation du monde, détournement s’il en est de l’idée d’une confédération à prétention démocratique et républicaine. Voilà ce qui explique que dans sa réponse, celui qui fut un démocrate de 1799, constamment opposant à Napoléon s’oppose à cette vision mercantiliste de l’Europe conféré à un parlement omnipotent contre la volonté nationale et particulière dans une série de textes publiés en janvier 1815 sous le titre Coup d’œil et réflexions libres sur les écrits et les affaires du temps, recueil publié par M. Rigomer Bazin. Il s’agit d’ « imaginer de transformer l’Europe en un seul corps dont un grand parlement serait la tête c’est conseiller aux nations de se démettre enfin du droit gênant, dit-on, d’exercer leur intelligence et leur volonté »58.

58Avec une acuité rare, le républicain démocrate pointe la contradiction d’une construction européenne tiraillée entre l’impératif d’édification d’un espace commercial à vocation mondiale, et le refus politique d’accepter cette pacification du continent par l’exploitation des autres continents ou tout simplement des classes ouvrières entrain de se constituer. La question de la contradiction libérale de la construction européenne était ainsi posée faisant basculer la question de l’Europe de plein pied dans notre contemporanéité, délaissant les anciens projets de paix perpétuelle, pour envisager les guerres civiles, les guerres de classe, la colonisation à vaste échelle, induites par cette construction européenne, sur la base d’un mercantilisme dangereux pour l’équilibre des sociétés.

59L’idée d’Europe était bien « nouvelle » mais dans son impérialisme classique, lourde et porteuse d’inquiétudes anciennes et futures à la fois, n’excluant cependant pas un horizon d’attente, un espoir démocratique, encore à atteindre, mais dont la finalité était désormais brouillée entre conquête des libertés et logique libérale.

Haut de page

Notes

1 Abbé de Saint Pierre, Projet pour rendre la paix perpétuelle en Europe, 1712
Hervé Leuwers (ed.) Du Directoire au Consulat. L’intégration des citoyens de la Grande Nation, Lille, CRHEN –O, 2000, et Pierre Serna (dir.) Républiques sœurs. Le Directoire et la révolution atlantique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

2 Albert Sorel, L’Europe et la Révolution française, Paris, Plon, 1887 et Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution Française, Paris, 1900-1904, réédité par les Éditions Messidor, Paris, édition revue et annotée par Albert Soboul, préface par Ernest Labrousse, Paris, 1985.  

3 A. Sorel, L’Europe…, op. cit. p. 1.

4 Il faut ici rappeler l’ouvrage de Robert Palmer encore décisif pour comprendre comment l’effort de guerre fut tout entier construit par la convention comme salut ultime de la république aux abois. Cf. Robert Palmer Le Gouvernement de la Terreur. L’année du comité de salut public, Préface de F. Furet pour l’édition française, Paris, Armand Colin, 1989, Première édition en 1941 sous le titre Twelve who ruled, (Princeton) paru à un moment où un autre projet européen, celui de l’hitlérisme a balayé toute l’héritage de la Révolution, se construit en opposition radicale avec celui-ci laissant désespéré mais vindicatif l’historien américain francophile mais à juste titre critique devant l’effondrement coupable des élites françaises si différentes du temps de la résistance à l’ennemi en 1793-1794.

5 Voir Virginie Martin « Du modèle à la pratique ou des pratiques aux modèles : la diplomatie républicaine du Directoire » in P. Serna, Républiques Sœurs…, op. cit. p. 87-102.

6 Qu’il suffise de lire la façon dont Alphonse Aulard réécrit les liens entre les révolutions américaines et françaises dans un élan de civilisation contre la barbarie du « nord ». Cf Études et leçons sur la Révolution française, (huitième série), Felix Alcan, Paris, 1921, et plus particulièrement « La Révolution américaine et la Révolution française ».

7 .Jacques de Bainville, Histoire de deux peuples continuée jusqu’à Hitler, Paris, Fayard, 1933.

8 Cf ; Un des protagonistes nazi explique à un comparse sa vision de l’histoire : « quand le sujet du roi manant ou bourgeois devient un citoyen, c'est-à-dire quand l’État se démocratise, là, la guerre tout à coup, devient totale et terrible, elle devient sérieuse. C’est pour ça que Napoléon a écrasé toute l’Europe : pas parce que ses armées étaient plus nombreuses ou parce qu‘il était plus fin stratège que ses adversaires mais parce que les vieilles monarchies lui faire encore la guerre à l’ancienne, de manière limitée… » in Jonathan Littell, Les bienveillantes, Gallimard, Paris, 2006, p. 136.

9 Jean Jaurès Histoire socialiste… op. cit. introduction tome IV, p. 12. Voir également, Éric Guillet « les courbes et les droites. Patience en Allemagne et impatience en France à l’époque révolutionnaire. L’interprétation de Jean Jaurès, in Annales Historiques de la Révolution Française, n° 360, avril juin 2010, P. 173-196

10 Table des matières / tome quatrième I- La condition politique et économique de l’Allemagne, II- La pensée allemande, III- L’expansion révolutionnaire française, IV- les allemands de la rive gauche du Rhin, V- Fichte et la révolution française, VII- L’idée révolutionnaire en Suisse, VIII- L’Angleterre politique et économique, IX- La pensée révolutionnaire anglaise, X- Vers la Rupture entre l’Angleterre et la France, XI- La pensée sociale anglaise. Op. cit. p. 510-514.

11 Cf. Claude Digeon, La Crise allemande de la pensée française (1870-1914) Paris, Puf, 1959.

12 J. Jaurès, Histoire socialiste… op. cit. p. 158

13 Cf. Philippe bourdin et Jean-Luc Chappey (dir), Révoltes et révolutions en Europe et aux Amériques, 1773-1802, Paris, Cned/ Sedes, 2004.

14 En fait, il semble que seule la guerre ait détruit la guerre, une violence chassant l’autre, la négation ultime des fondements de la civilisation européenne durant la seconde guerre mondiale a semblé constitué la limite au-delà de laquelle, l’Europe anéantie n’a pu que se reconstruire, non sous la forme d’une volonté enfin commune mais sous la forme du constat de sa faiblesse extrême et de l’obligation de se réunir comme ultime possibilité d’existence. Constat de faillite totale de l’idée européenne comme fondement de la construction européenne ? Nul n’a semblé pouvoir imaginer au XVIIIe siècle, la construction d’une Europe par défaut, par anéantissement de ses idéaux.

15 René Pomeau, L’Europe des Lumières, cosmopolitisme et unité européenne au Dix-huitième siècle, Paris, Stock, 1966.

16 Pierre Yve Lacour, La République naturaliste. Les collections françaises d'histoire naturelle sous la Révolution. 1789-1804. Thèse de doctorat de l’Institut européen de Florence soutenue en novembre 2010. Et Échanges d’influences scientifiques et techniques entre pays européens de 1780 à 1830, actes du 114e congrès national de sociétés savantes, Paris, Éditions du CTHS, 1990.

17 J Black, The Grand Tour in the Eighteeth Century, Stroud, 1992 p. 7-13 et Gilles Bertrand Le grand tour revisité pour une archéologie du tourisme : le voyage des français en Italie, milieu du XVIIIe siècle,-début du XIXe siècle, collection de l’école Française de Rome, 398, 2008, chapitre 10 « L’affirmation des hommes de science p. 399-429.

18 Pierre Yves Beaurepaire, L’Espace des francs-maçons. Une sociabilité européenne au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003.

19 R. Pomeau, op. cit. p. 182, plus récemment, Le Mythe de l’Europe française. Diplomatie, culture et sociabilités au temps des Lumières, Paris, Autrement, collection « Mémoires », 2007,

20 Sûrement faudrait-il ici dans cette introduction, tenter de réfléchir aussi aux échelles différentes d’appréciation de ce qu’est l’Europe dans les systèmes de représentations de ceux qui en parlent, entre leur propre expérience de la géographie du voyage par exemple, ouvert sur de vastes étendues et le microcosme des salons où l’on construit une Europe de mots et de paroles, entre soi. Cf Antoine Lilti, Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005

21 Sûrement faut-il nuancer cette assertion et selon les régions, les plus modestes peuvent voyager et diffuser à leur tour des idées. N’est ce pas l’hypothèse du livre de Marcus Rediker, et Peter Linebaugh L’hydre aux mille têtes, l’histoire cachée de l’atlantique révolutionnaire, Paris éditions Amsterdam, 2008 (2001 Permière ed.), qui montre combien les villes portuaires ont connu des brassages de populations et des mouvements de contestations provoquées par ces hommes sans cesse en voyage, sans cesse en révolte contre les pouvoirs établis.

22 R. Pomeau, op. cit. p. 184 et David Bell, The Cult of the Nation in France: Inventing Nationalism, 1680-1800.Cambridge, MA, Harvard University Press, 2001

23 Cf. Daniel Sabbagh « William Penn et l’Abbé de Saint-Pierre : Le chaînon manquant », Revue de synthèse, Volume 118, janvier-mars 1997, p. 83-105, et Simone Goyard-Fabre, La Construction de la paix ou le Travail de Sisyphe, Paris, Vrin, 1994.

24 Céline Spector, Montesquieu : liberté, droit et histoire, Paris, Éditions Michalon, 2010 et de la même auteure Montesquieu. Pouvoirs, richesses et sociétés, Paris : Éditions Hermann, coll. "Hermann Philosophie", 2011.

25 Cf. Marc Belissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795) les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kimé, 1998

26 Jean-Jacques Rousseau, Principes du droit de la guerre. Écrits sur la paix perpétuelle, Blaise Bachofen et Céline Spector (dir.), Paris Vrin, 2008.

27 Voir Pierre Serna « Comment penser la guerre totale sans la réduire à une guerre totalement française ?... »http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article320, consulté le 10 mai 2011.

28 Marc Belissa, « Les Lumières, le premier partage de la Pologne et le « système politique » de l’Europe », in Annales Historiques de la Révolution Française, n° 356, 2009.

29 Hubert Bost « Lumières et refuge huguenot su les itinéraires intellectuels de Bayle et de La Baumelle », in Dix-huitième siècle « Christianisme et Lumières », n° 34, 2002, p. 190-200, p. 57-92

30 Edoardo Tortarolo, La censura nel secolo dei Lumi, une visione internazionale, Torino, Utet, 2011.

31 Anna Maria Rao, Esuli, l’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Napoli, Guida editore, 1993

32 Karine Rance, « L’émigration nobiliaire française en Allemagne : une « migration de maintien » (1789-1815), Genèses, 1998, volume 30, n° 30, p. 5-29.

33 P.M. Penigault-Duhet, « Imlay, Brissot et le voyage d’Amérique » in Le voyage en Angleterre au XVIIIe siècle, Paris, 1984.

34 Discours de Brissot à l'Assemblée du 20 octobre 1791 (inséré dans le n° 803 du 22/10) Le journal ne donne qu'un extrait du discours qui peut être retrouvé dans les Archives parlementaires Tome XXXIV, pp. 298-324.

35 Discours de Brissot aux Jacobins du 30 décembre 1791 (inséré dans le n° 885 du Patriote Français, le 12 janvier 1792), Extrait du second discours de J.P. Brissot, député, sur la nécessité de faire la guerre aux princes allemands, prononcé à la société des amis de la constitution le 30 décembre 1791. Voir aussi Marie-Vic Ozouf-Marignier, La formation des départements, la représentation du territoire français à la fin du 18eme siècle, Paris, EHESS, 1992

36 Robert Palmer, 1789 Les révolutions de la liberté et de l’égalité, Calmann-Lévy, 1968, demeure encore un ouvrage remarquable dans sa capacité à comprendre la Révolution dans sa dimension internationale.

37 Antonino de Francesco 1799, Una storia d’Italia, Guerini e associati, Milan 2004 et Annie Jourdan, La révolution batave, entre la France et l’Amérique (1795-1806) Rennes, Pur, 2008.

38 Eschassériaux ainé, Des intérêts de la république française et de toutes les puissances de l’Europe, Paris, de l’imprimerie nationale, pluviôse an IV.

39 Marc Belissa, Repenser l’ordre européen. (1795-1802). De la société des rois aux droits des nations, Paris Kimé, 2006.

40 Eschassériaux, op. cit. . p. 12-14.

41 Eschassériaux. Op. cit. p. 15

42 On doit à Andrew Jainchill une analyse féconde de l’œuvre de Théremin in Reimaginig Politics after The Terror, The Republican Origins of French Liberalism, Cornell University Press, Ithaca and London, 2008, p. 141-196, “A Republican Empire? Debate and Expansion”, 1794-1799.

43 De la situation intérieure de la république, par Charles Théremin citoyen français, fils de protestant sorti de France pour cause de religion, à Paris Chez Maradan et Desenne Pluviôse an V, p. 59.

44 De fait, Angleterre et France poursuivent mais de façon radicalement différente un conflit ancien. Cf. Paul Cheney Revolutionary Commerce. Globalization and the French Monarchy, Harvard Press, Cambridge, 2010.

45 Théremin, op. cit. p. 69-70 « Cela étant impossible il faut se demander pourquoi puisque la France ayant l’avantage sur le continent et l’Angleterre sur la mer c’est l’Angleterre qui a le dessus, c’est donc selon conclut Théremin que la mer est supérieure pour la domination de l’Europe. »

46 La liberté des mers ou le gouvernement anglais dévoilé, par Bertrand Barère, en 2 volumes, in 8, Ventôse an VI de la république.

47  Barère, La liberté des mers, op. cit. chap. XXV t. II p. 287-297.

48 Barère, La liberté des mers Livre, VIII chap. XI t. III, 294-296 et L VIII chap. XXIX, t. III 381-385

49 Journal des Hommes libres. n° 34, 15 vendémiaire An VII (6 octobre 1798).

50 Ibid. n° 1, 5 brumaire An VII (26 octobre 1798), p. 4.

51 Discours sur les rapports politiques et économiques de l’Italie libre avec la France et les autres états de l’Europe, traduit de l’Italien par Couret de Villeneuve, de la société libre des sciences lettres et arts de Paris, et de celle d’institution de la même commune. (sur l’exemplaire, imprimé à Milan l’an premier de la liberté de l’Italie correspondant à l’an 5 de la République française, A Paris Chez Baudouin imprimeur du corps législatif, 15 pluviôse an VI.

52 Cf. Marcel Dorigny et Rachida Tilli Sellaouti (dir.) Droit des gens et relations entre les peuples dans l’espace méditerranéen autour de la Révolution française, Paris, SER, 2007.

53 Voir également d’Anna Maria Rao, « la méditerranée une frontière ? le cas de Naples au XVIIIe siècle » in Revue internationale d’études du Dix-huitième siècle (RIEDS).

54  Galdi, op. cit. p. 16

55  Galdi op. cit. p. 25

56 Cf. Maïté Bouyssy Vincenzo Cuoco, des origines politiques du XIXe siècle, Publications de la Sorbonne, 2008, et l’ingtroduction d’Antonino de Francesco à Vincenzo Cuoco, Platone in Italia, Laterza 2006.

57 Cf l’article d’Antoine Lilti ci-dessous.

58 Cf. Pierre Serna, « Rigomer Bazin et la Restauration : penser la République dans la monarchie », in Annales Historiques de la Révolution française, n° 325, 2001, p. 53-76.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Serna, « Introduction - L’Europe une idée nouvelle à la fin du XVIIIe siècle ? », La Révolution française [En ligne], Dire et faire l’Europe à la fin du XVIIIe siècle, mis en ligne le 14 juin 2011, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://lrf.revues.org/252

Haut de page

Droits d’auteur

© La Révolution française

Haut de page