Navigation – Plan du site

Entre affichage de la fraternité et visions inégalitaires : peuples frères, sauvages et dégénérés dans le discours des voyageurs et polygraphes français sur l’Istrie et la Dalmatie, 1789-1815

Gilles Bertrand

Résumé

Si le Hongrois Jenó Szúcs a pu relire dans le sillage de son maître István Bibó l’histoire de l’Europe à la lumière d’une tripartition entre l’Occident, l’Europe de l’Est dominée par la Russie et, entre les deux, l’Europe du Centre-Est (Pologne, Bohème, Hongrie), certains espaces peinent à entrer dans ce schéma en raison de leur statut incertain ou contesté. C’est sur la perception de l’un d’eux, l’Istrie et la Dalmatie, qu’on s’arrête ici, à l’extrême fin du siècle des Lumières et à l’aube du XIXe siècle. Bien que les Français s’y soient rarement rendus et en aient peu parlé autant au cours de l’époque moderne qu’à celle des monarchies censitaires et jusqu’au Second Empire, ces régions ont suscité un intérêt politique et géostratégique fugace entre 1797 et 1809, qui a eu des retombées sur les discours tenus à leur propos. De Lavallée à Serieys, les polygraphes accompagnent l’entreprise d’artistes et de voyageurs comme Cassas ou Dimo Stephanopoli en caressant le besoin croissant de juger et hiérarchiser les peuples au nom d’une idée de progrès et de supériorité des uns par rapport aux autres. Tandis qu’à la fin du XVIIIe siècle l’Italie se prête tout particulièrement à la reconnaissance des traces de « dégénération », l’Istrie et la Dalmatie suscitent chez Lavallée une écriture qui oscille entre l’intention « civilisatrice » et l’observation ethnologique des populations qui y habitent. Mettant en contexte en 1802 dans un Voyage pittoresque et historique… soutenu par les autorités françaises les gravures tirées des dessins exécutés vingt ans plus tôt par Louis-François Cassas lors de son voyage en Istrie et Dalmatie, l’auteur du Voyage dans les départements de la France développe sur cet espace une véritable « micro-géographie » morale. Nostalgique de la pureté originelle des peuples et attentif aux résultats négatifs issus de la rencontre et du métissage, son propos s’écarte de la vision complaisante et fraternelle du Vénitien Fortis, qu’il radicalise en ôtant par exemple aux Haiduks toute humanité. Ainsi, dans les futures provinces Illyriennes (1809-1813) à peine soustraites à la domination vénitienne, se construit à l’instar de ce qu’a observé D. Nicolaïdis pour la Grèce une relation singulière entre le présent et le passé, non moins qu’une opposition entre les zones placées au cœur de la civilisation moderne et d’autres devenues périphériques parce qu’elles ne détiendraient que des ruines ou les « débris » de civilisations anciennes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  J. Szúcs, Les trois Europes, Paris, L’Harmattan, 1985.
  • 2  D. Nicolaïdis, D’une Grèce à l’autre. Représentation des Grecs modernes par la France révolutionna (...)
  • 3  Sur l’opposition entre une Europe de l’Ouest qui à partir des années 1750 élabore le concept de «  (...)

1Dans un bref mais stimulant essai paru en 1985, où il se place dans le sillage de son maître István Bibó, l’historien hongrois Jenó Szúcs a relu l’histoire de l’Europe en développant la thèse d’une tripartition entre l’Occident, l’Europe de l’Est dominée par la Russie et, entre les deux, l’Europe du « Centre-Est » (Pologne, Bohème, Hongrie)1. Couvrant une large période de l’an 800 au XIXe siècle, Jenó Szúcs plaide en faveur de l’originalité du Centre-Est. Cette partie centrale du continent présente à son avis une dynamique propre au niveau des rapports entre l’État et la société, plus proche selon les époques de l’Est ou de l’Ouest, mais intégrant des éléments de chacun de ces deux espaces sans jamais s’identifier totalement ni à l’évolution vers l’absolutisme national de l’Ouest, ni au modèle de l’autocratie impériale caractéristique de l’Est. Si, d’emblée, nous évoquons cette théorie qui privilégie l’histoire des formations étatiques dans l’Europe de l’époque moderne, c’est pour suggérer qu’elle laisse à son tour dans l’ombre la péninsule des Balkans, où des territoires placés dans le voisinage de l’Italie et aux confins, voire au sein de l’empire ottoman possèdent au XVIIIe siècle un statut politique et social de zone dominée, étranger à l’idée d’y défendre des constitutions. Il convient de s’arrêter sur la perception de ces espaces injustement « mis aux marges ». Tout comme dans certaines parties de l’Italie, des Alpes au sud de la péninsule, il se construit ainsi sous le Directoire et le Consulat une relation singulière entre le présent et le passé dans les provinces de l’Istrie et de la Dalmatie, à peine soustraites à la domination vénitienne. Cette relation rappelle celle que Dimitri Nicolaïdis a observée pour la Grèce en s’appuyant sur des sources françaises d’époque révolutionnaire, correspondance consulaire, mémoires et documents diplomatiques, récits de voyage2. La représentation de l’autre paraît bien signaler et renforcer ici, au sein même de l’Europe, l’opposition entre des zones situées au cœur de la « civilisation », célébrée comme le moteur de l’histoire des peuples, et d’autres que les Européens cultivés à l’époque des Lumières ont jugé périphériques parce qu’elles participaient d’un autre modèle de société ou qu’elles ne détenaient que des ruines ou « débris » d’anciennes civilisations3.

  • 4  Les 69 gravures ornant le Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie « rédigé (...)

2Partant de ces prémisses, nous nous proposons de dégager la manière dont s’élabore, sous la plume de polygraphes, d’administrateurs et de voyageurs français, une savante « micro-géographie » des peuples au sein d’espaces marginalisés dans l’Europe. Pour nous guider dans cette enquête, nous avons choisi le commentaire sur l’Istrie et la Dalmatie publié en 1802 par l’un d’entre eux, Joseph Lavallée (1747-1816), dont la première partie était parue dans une livraison de 1799 après avoir été projetée dès l’automne 1797. Accompagnant les gravures tirées des dessins exécutés vingt ans plus tôt par Louis-François Cassas (1756-1827) lors de son voyage de 1782 sur la rive orientale de l’Adriatique4, ce texte constitue un témoignage éloquent du lien qui s’est tissé entre un projet politique d’occupation de territoires en vue d’affaiblir la puissance autrichienne et un programme culturel et idéologique issu des Lumières.

Contexte historique de l’intérêt porté à l’Istrie et à la Dalmatie

Des Français faiblement présents

3Situées sur le littoral adriatique mais dans l’espace balkanique, l’Istrie et la Dalmatie relèvent d’une partie du continent que les Européens connaissent mal à la fin du XVIIIe siècle. Occasion de mieux en cerner les frontières en relation avec le concept de civilisation, et par là de retrouver l’idée que l’on se faisait de l’Europe, l’étude du regard porté sur elles doit assurément tenir compte des singularités nationales des observateurs. Assumant en partie l’héritage des Vénitiens du siècle des Lumières, sous la domination desquels ces provinces furent placées du début du XVe siècle au printemps 1797, les Français contemporains de la Révolution et du Consulat ne chaussent pas exactement les mêmes lunettes qu’eux.

  • 5  Il est vrai que peu de Français figurent parmi les pèlerins, surtout italiens mais également d’Eur (...)
  • 6  G. Le Bouvier, Le Livre de la description des pays, publié par E.-T. Hamy, Paris, E. Leroux, 1908 (...)
  • 7  G. Fermanel, Robert Fauvel, Baudouin de Launay et de Stochove, Le Voyage d’Italie et du Levant, de (...)
  • 8  J. Spon, G. Wheler, Voyage d'Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, fait aux années 1675 et 1 (...)

4La route de l’Istrie et de la Dalmatie a été empruntée au Moyen Âge par des pèlerins de toute l’Europe se rendant en Terre sainte5 avant de retenir l’attention des antiquaires et des artistes « archéologues ». Gilles Le Bouvier, diplomate envoyé en mission vers l’Europe centrale et le Levant par le dauphin devenu ensuite Charles VII, avait également parcouru ces contrées au début du XVe siècle, combinant à la tradition héritée des anciens sa propre expérience voyageuse dans Le Livre de la description des pays6. L’Istrie et la Dalmatie occupent néanmoins une faible place dans l’économie générale des récits de voyage français des XVIIe et XVIIIe siècles. Si Gilles Fermanel, dans le compte rendu de son voyage de 1630-1632, décrit quatre voies pour se rendre « de la Chrestienté à Constantinople », à savoir celles « par mer, par l’Esclavonie, par la Hongrie, & par la Grece »7, aucune n’implique de longer la côte orientale de l’Adriatique au nord de Raguse. Le « chemin d’Esclavonie » consiste lui-même, après une traversée maritime d’Ancône à Raguse, à continuer sur terre vers les montagnes du sud de la Dalmatie, l’Herzégovine, la Bosnie, la Serbie et la Bulgarie. Il faut en fait attendre le Voyage de Jacob Spon et George Wheler, en 1674-1676, pour que l’intérêt à l’égard des manuscrits ou inscriptions amène ces deux antiquaires à sillonner avec un certain détail, après l’Italie et avant de s’arrêter plus longuement en Grèce, les côtes de l’Istrie et de la Dalmatie8. Mais ces derniers sont un cas isolé. La plupart des voyageurs partis de Venise pour la Grèce et le Levant se contentent, à l’instar de Mirabal en 1698, d’une mention laconique :

  • 9  N. Mirabal, Voyage d’Italie et de Grèce, Paris, Au Palais, 1698, p. 42.

[…] je m’embarquai avec nos Troupes sur la Mer Adriatique pour aller au Levant, & dès que nous fûmes hors de ces Lagunes, nous découvrîmes l’Istrie sur nôtre gauche, & nous la côtoïâmes jusqu’en Dalmatie.
Aux confins de la Dalmatie vers l’Orient nous vîmes l’Etat de la République de Raguse, & nous mouillâmes l’ancre dans le port de la Ville Capitale du même nom9.

  • 10  Il s’agit, on l’aura compris, de Pula et de Split. Nous adoptons les noms italiens qui étaient alo (...)
  • 11  Clérisseau est en Italie de 1749 à 1767 : complice pendant 20 ans, à partir de 1755, des architect (...)
  • 12  R. Adam, Ruins of the Palace of the Emperor Diocletian at Spalatro in Dalmatia, London, Printed fo (...)

5Il est vrai que trois de quarts de siècle plus tard, deux « dessinateurs en voyage » français, pionniers de l’archéologie, décident à vingt-cinq ans de distance de se rendre à Pola et à Spalatro10 : Charles-Louis Clérisseau (1721-1820) en 175711, puis Louis-François Cassas (1756-1827) en 1782. C’est alors à un Anglais, Robert Adam (1728-1792), compagnon de voyage de Clérisseau, qu’il revient de publier en 1764 la première restitution richement illustrée de ces expéditions en proposant du palais de Dioclétien à Spalatro 61 planches numérotées, œuvre largement inspirée de Clérisseau et qu’accompagne un texte de moins d’une vingtaine de pages. On note toutefois que le récit de la traversée se limite à cette phrase laconique : « we set fail from Venice on the 11th of July, 1757, and on the 22d of that month arrived at Spalatro »12.

  • 13  Celle-ci a été inventoriée par L. Wolff, Venice and the Slavs. The discovery of Dalmatia in the Ag (...)
  • 14 Ibid., p. 361.
  • 15  G. Bajamonti, Storia della peste che regnò in Dalmazia negli anni 1783-1784, Venise, Vincenzio For (...)

6Ces traces écrites ne peuvent bien sûr être comparées à l’importante production vénitienne tout au long du XVIIIe siècle13. Marquée par la domination pluriséculaire de la République de Venise, celle-ci culmine avec un discours de Foscarini devant le Grand Conseil en 1747, célébrant la loyauté des Dalmates dans l’Empire vénitien, et surtout avec le succès de deux œuvres littéraires : la pièce La Dalmatina de Goldoni présentée au Théâtre de San Luca en 1758 et le Voyage en Dalmatie d’Alberto Fortis (1741-1803), publié en 1774 et traduit en diverses langues, dont le français en 1778. Dans ce domaine quasiment « réservé » de la Sérénissime, la volonté de découverte, d’exploration et de connaissance des mœurs des habitants, en particulier des Morlaques, est affirmée de manière si forte que Larry Wolff a pu montrer l’effet de retour de l’œuvre de Fortis sur les représentations de ces contrées dans toute l’Europe de son temps : « Fortis discovered in Dalmatia an enlightened perspective on his own civilization, contemplating ‘spirits uncorrupted by society we call civilized’ »14. Fortis avait bénéficié pour ses trois missions officielles en Dalmatie, de 1770 à 1773, de l’appui du Sénat, en particulier d’Andrea Tron et d’Andrea Memmo. Le fait qu’il soit lui-même devenu marginal dans son propre État à la fin des années 1770, échouant à obtenir la chaire d’histoire naturelle de l’Université de Padoue qui avait été occupée par Vallisneri, ne change rien à l’acuité de son regard sur la réalité sociale et économique de la Dalmatie, ni à la passion qu’il continua de témoigner à son égard. En outre, d’autres textes de Vénitiens suivirent à Venise même celui de Fortis, dont une relation du médecin Giulio Bajamonti après l’épidémie de peste de 1783-1784 et le roman de Giustiniana Wynne, Les Morlaques, publié en 178815.

  • 16  Dont ne s’occupe pas L. Wolff car ce n’est pas son objet. Ainsi est-il normal qu’il ne cite pas le (...)
  • 17  J.-N. Bellin, Description géographique du golfe de Venise et de la Morée avec des remarques pour l (...)
  • 18  Les Italiens eux-mêmes sont restés attachés à cette approche des rives et ports de la mer Adriatiq (...)
  • 19  P. Thouvenel, Traité sur le climat de l’Italie considéré sous ses rapports physiques, météorologiq (...)
  • 20  M.-D. de Binos, Voyage par l’Italie, en Égypte, au Mont-Liban et en Palestine ou Terre Sainte, Par (...)
  • 21  C.-M. d’Irumberry, comte de Salaberry, Voyage à Constantinople, en Italie et aux Iles de l’Archipe (...)
  • 22  D. Stephanopoli de Comnène, Voyage de Dimo et Nicolo Stephanopoli en Grèce : pendant les années V (...)
  • 23  « Appendice al viaggio XXXVII » (Da Venezia a Trieste per Palmanova), dans l’Itinerario italiano o (...)
  • 24  M. et Mme Mercier Thoinnet, « Voyage sur l’Adriatique », chap. XI dans les Souvenirs de voyage, pa (...)
  • 25  Th. Allason, Picturesque views of the antiquities of Pola in Istria, avec des gravures par W. B. C (...)
  • 26  X. Marmier, Lettres sur l'Adriatique et le Monténégro, Paris, Arthus Bertrand, 1854, 2 vol., ici v (...)
  • 27  Il en va ainsi de L’Italie, la Sicile, les îles éoliennes, l’île d’Elbe, la Sardaigne, Malte, l’îl (...)
  • 28  Ainsi ceux de M. de Casotti (Le coste e isole della Istria e della Dalmazia, Zara, tipografia Batt (...)
  • 29  Les récits de voyage français se multiplient dans la seconde moitié du XIXe siècle. Outre Marmier, (...)

7Contrairement à ce que l’on constate chez les Vénitiens, l’Istrie et la Dalmatie ont donc peu attiré l’attention des Français au XVIIIe siècle16. La seule véritable description que nous possédions est celle des côtes par le cartographe hydrographe Jacques-Nicolas Bellin (1703-1772)17, qui comporte les cartes des mouillages, îles et mers du Quarnero et du littoral dalmate (Zara, Sebenico, Corfou). Bellin y indique avec minutie pour la côte de l’Istrie, tout comme pour les autres côtes de l’Adriatique, les caractéristiques physiques, la faune, la flore, les distances et l’existence éventuelle de mouillages pour les marins18. Quant au Traité sur le climat de l’Italie du docteur Pierre Thouvenel (1745-1815), ancien inspecteur des hôpitaux militaires et des eaux minérales de France19, il présente en 1797 l’Istrie et la Dalmatie comme l’un des principaux foyers de « mauvais airs » en Italie. Chez d’autres voyageurs, la Dalmatie est rapidement mentionnée sur la route du Levant. Ainsi l’abbé Marie-Dominique de Binos (1730 ?-1804), après avoir navigué de Marseille à Céphalonie à l’automne 1776 et de là à Ancône, puis visité l’Italie au printemps 1777 jusqu’à Venise, redescend-il de Trieste à Zante en longeant la côte dalmate au début de l’été 1777 avant de se diriger vers l’Égypte20. Ni le comte de Salaberry en 1790-1791, ni Antoine-Vincent Arnault lorsqu’il est envoyé en mission de Venise à Corfou en juin 1797, ni Pierre-Henri de Valenciennes dans les destinations aventureuses qu’il suggère en 1800 aux jeunes artistes ne lui accordent la moindre place21. De son côté, Dimo Stephanopoli (1729-1802), parti en mission pour la Grèce en avril 1797 en passant par Livourne puis Venise, ne fait qu’effleurer les côtes de l’Istrie et de la Dalmatie au prix de haltes alors risquées pour des républicains à Rovigno, Sebenico et Lesina22. Le relatif silence des Français se prolongera au moins jusqu’au milieu du siècle suivant, comme en témoigne la rareté des récits et itinéraires consacrés à ces terres balkaniques : en dehors de l’ajout au-delà de Trieste d’un parcours de la côte dalmate, qui est introduit à partir de 1808 dans quelques itinéraires d’Italie publiés à Milan, capitale du royaume d’Italie23, nous n’avons relevé que la croisière sur l’Adriatique d’un couple de Français, insérée dans des souvenirs d’Italie en 183824. Des guides et tableaux en langue allemande paraissent dès les années 1800, puis, par-delà les vues de l’architecte anglais Thomas Allason en 181925, les descriptions de la mer Adriatique, de ses îles, de l’Istrie et de la Dalmatie se multiplient en allemand, en italien et en anglais dans les années 1840, dont fait état l’inventaire de Xavier Marmier en 185426. Mais les livraisons périodiques illustrées sur l’Italie éditées dans les années 1830 en France ne comportent aucun supplément vers la côte orientale de l’Adriatique27. Il faudra en fait attendre le Second Empire et les débuts de la IIIe République pour que s’imposent, à la suite de guides italiens encore succincts28, des récits de voyage français, dont l’un se réfère à un voyage des années 1840 et qui culminent avec le volume de Charles Yriarte en 187829.

Un intérêt politique

  • 30 Magasin encyclopédique, IIIe année, an V-1797, t. 15, p. 566. Le périodique de Millin rend fidèleme (...)

8La publication à grands frais en 1802 du voyage de Cassas par le graveur François Denis Née (1732-1817) est, dans ces conditions, originale. Elle est d’autant plus singulière que Cassas s’attarde sur des localités que Spon se contentait souvent de survoler. Lavallée se distingue en outre par son évocation des peuples montagnards à côté des habitants des côtes de l’Istrie et de la Dalmatie. Marqué par un goût pour le pittoresque qui associe aux monuments antiques les paysages naturels, montagnes, cascades, îles, rivages et ports, l’ouvrage doit beaucoup à la familiarité des Français avec le monde vénitien. Mais c’est surtout la situation politique qui semble être responsable du surgissement de ce projet éditorial à l’automne 1797, avec une première livraison qui « a été favorablement accueillie des deux Conseils et du Directoire-exécutif, qui a souscrit pour cet ouvrage intéressant »30. Enjeu pour les Vénitiens qui débattirent à la parution du Voyage en Dalmatie de Fortis sur la légitimité de leur action civilisatrice, l’Istrie et la Dalmatie ne le sont pas moins pour les Autrichiens et les Français, dans le cadre d’une compétition pour la suprématie dans cette partie de l’Europe. Montesquieu indiquait déjà en 1728 que les ports de l’Istrie étaient le débouché naturel pour l’empire, Buccari constituant, plus que Trieste ou Fiume, le port dont l’empereur rêvait. Or, la France songe également à l’intérêt de ces territoires même si au traité de Campo Formio, en octobre 1797, elle a laissé l’Autriche prendre possession de l’Istrie et de la Dalmatie.

  • 31  Archives du Ministère des Affaires Étrangères [MAE], Correspondance politique [C. P.] Venise, 249, (...)
  • 32  MAE, C. p. Venise, 250, fol. 205, 274, 302, correspondance de Hénin et Lebrun au sujet de cette mi (...)
  • 33  MAE, M. D. [Mémoires et Documents], Venise, 37, fol. 208, « Mémoire sur nos relations avec Venise (...)

9Dès 1791, le chargé d’affaires français en poste à Venise, Hénin, et le ministre plénipotentiaire Durfort citaient les plans de la République Sérénissime pour perfectionner en Dalmatie l’administration, défricher les terres incultes, rétablir les chemins bourbeux et améliorer l’instruction des habitants qui dans les forêts « vivent comme des sauvages ». Ils ne cachaient pas que ce retour en faveur résultait de ce que des visées autrichiennes commençaient à se manifester31. En 1793, Hénin était chargé d’évaluer à son passage par la Dalmatie et l’Albanie, sur la route de Constantinople, les ressources en blé32, puis en janvier 1796 la France projetait une invasion du « golfe » de l’Adriatique et un bombardement de Trieste en vue de contrer l’influence que l’Autriche exerçait par le biais de Venise, dont les navires portaient vivres et munitions à l’armée de l’empereur33. Si les préliminaires de Leoben prévoyaient en avril 1797 que l’Autriche allait occuper l’Istrie et la Dalmatie, ce qui était chose faite en juillet, un plan était cependant mis au point à Paris au cours de l’été 1797 pour s’emparer des ports de la Dalmatie et de la Grèce vénitienne, ainsi que des îles de Corfou, Zante et Céphalonie. Ne manquant pas de dresser un portrait séduisant de ces îles « fort agréables, très saines et très fertiles », Roussine Morainville écrivait :

  • 34  MAE, M. D. Venise, 37, fol. 236, « Mémoire sur la nécessité et les moyens d’avoir dans les mers du (...)

Il importe donc, sous tous les rapports possibles, à la prospérité de la République française et à la sûreté de ses nouveaux alliés en Italie, qu’elle se rende maîtresse de tout ce que les Vénitiens possèdent dans la Méditerranée34.

  • 35  MAE, M. D. Venise, 37, fol. 242, « Des relations des départements de la mer Ionienne avec la Turqu (...)
  • 36  MAE, M. D. Venise, 37, fol. 251, Mémoire sans auteur et sans titre, datable de l’été 1797.
  • 37  Sur la politique de la France dans l’Adriatique à partir de 1797, voir P. Pisani, La Dalmatie de 1 (...)

10Une fois les sept îles ioniennes annexées par la France au traité de Campo Formio, plusieurs mémoires dont celui de Casimir Rostan le 5 mars 1798 « sur les îles ci-devant vénitiennes » précisèrent les modalités de la domination française, l’importance d’y amener les populations à un sentiment pro-français et l’urgence de faire front à l’influence autrichienne35. En examinant les effets de l’annexion de l’Istrie et de la Dalmatie à la maison d’Autriche, un autre mémoire avait montré à l’été 1797 comment cette dernière risquait de devenir une puissance maritime. Tirant la sonnette d’alarme sur ce danger, il justifiait l’extension d’une présence française dans les Balkans36. Par-delà les avantages commerciaux attendus, la France avait des intérêts stratégiques dans cette partie d’Europe où il lui était vital de s’assurer des approvisionnements, tels ceux des bois d’Albanie transitant par Corfou avant de gagner Toulon, et de contrer les puissances autrichienne, russe, turque et anglaise37.

  • 38  Sur l’histoire de la Dalmatie pendant la domination autrichienne d’octobre 1797 au traité de Presb (...)
  • 39  Magasin encyclopédique, VIe année, An IX-1801, t. 36, p. 420. Cette phrase figure dans un appel au (...)
  • 40  Magasin encyclopédique, VIIe année, An IX-1801, t. 40, p. 558.
  • 41  Il est intéressant de signaler qu’outre Du Tillot et Clérisseau, seuls trois Français figuraient p (...)

11Même si nous n’avons pour l’instant pas pu retrouver à l’époque du Consulat un projet d’occupation de l’Illyrie qui aurait préludé à la prise de possession de 180538, la liste des souscripteurs et les étapes de la publication du Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, s’étendant de 1797 à 1802, révèlent l’importante et soudaine sensibilisation de l’opinion publique à l’existence de ces provinces. Elles soulignent aussi l’intérêt que les autorités politiques trouvèrent à soutenir une entreprise dont le texte s’inspirait de celui de Fortis « en faisant connoître des contrées ignorées, et si dignes de fixer les regards des savans et des artistes »39. Si l’exemplaire de la Bibliothèque nationale à Paris en est dépourvu, ceux de la Bibliothèque municipale de Lyon et de la Braidense de Milan comportent la liste des souscripteurs qui ont voulu soutenir l’impression des vues somptueuses de Cassas. On en déduit que cet objet coûteux, puisque le tarif en fut fixé en 1801 à 210 francs en papier ordinaire et 350 francs en papier vélin, passant à 250 et 450 francs à partir de février 180240, bénéficia d’un sort plus favorable que d’autres entreprises similaires. Sans revenir sur ce que coûta à l’abbé de Saint-Non le Voyage pittoresque ou description des royaumes de Naples et de Sicile (1781-1786, 4 vol. ), songeons par exemple que le Voyage pittoresque et historique du Nord de l’Italie de Bruun Neegaard, avec des gravures d’après Naudet, annoncé par un prospectus de 1811 chez Firmin Didot, ne parut qu’en 1820 et avec un seul des deux volumes. Le succès du voyage de Cassas et Lavallée rappelle plutôt celui des Ruins of the palace of the Emperor Diocletian at Spalatro in Dalmatia, de Robert Adam. Celui-ci avait enregistré en 1764 l’adhésion de 499 souscripteurs britanniques, à commencer par le couple royal, et de 26 étrangers, dont le duc de Parme et son ministre Du Tillot41, le doge et quelques nobles de Venise comme Andrea et Angelo Querini, Polo Renier, Vicenza di Riva, l’ambassadeur Tiepolo, quelques lettrés comme Farsetti, Algarotti et Zanetti, deux ou trois peintres.

12Il demeure que la description d’Adam ne parlait que des ruines et de la supériorité de l’architecture antique sur l’architecture moderne, tandis que c’est à un voyage historique et pittoresque, présentant différents peuples et paysages de l’Istrie et de la Dalmatie, que souscrivent les 309 noms mentionnés en 1802 en amont du texte de Lavallée. On y trouve les trois consuls, les autorités constituées, les principaux ministres, Talleyrand, Chaptal, Berthier et Fouché, six généraux et divers militaires et diplomates, plusieurs dizaines d’agents des administrations centrales et départementales, une trentaine d’hommes politiques français, anciens ministres et élus, tous les anciens directeurs. Quatre princes, le duc d’York et trois Allemands, ainsi que des ambassadeurs et conseillers étrangers, surtout du monde germanique, assurent une ouverture européenne que relaient de nombreux libraires, marchands d’estampes et imprimeurs qui, à côté des Français, sont fréquemment allemands puis hollandais, belges et suisses bien davantage qu’anglais, russes ou italiens. À cet ensemble s’adjoignent des artistes, architectes, graveurs et gens de lettres, de Chanlaire à Denon, de Fortia de Piles à Alexandre de Laborde, Lefranc de Pompignan, Levaillant et Millin. La bourgeoisie des talents n’est pas en reste avec une série d’hommes de loi, ingénieurs, négociants, fabricants de papier, banquiers, horlogers, professeurs, amateurs que l’on suppose rentiers et médecins.

  • 42 M. Broers, The Napoleonic Empire in Italy, 1796-1814. Cultural Imperialism in a European Context ?, (...)

13En nous penchant sur l’image que Joseph Lavallée donne de l’Istrie et de la Dalmatie en 1802, nous sommes renvoyés d’une part aux échos qu’eut le travail de Fortis, ancré dans la culture « impériale » vénitienne décrite par Larry Wolff, d’autre part aux visées napoléoniennes qui débouchèrent sur l’impérialisme culturel et la volonté d’acculturation auxquels Michael Broers a opposé l’hypothèse d’une Italie qui n’aurait cessé de se dérober aux Français42. Après une mainmise assez souple sur l’ancien domaine vénitien de 1806 à 1809, c’est-à-dire sur la Dalmatie, une partie de l’Istrie et les îles, augmentées de la république de Raguse en 1808, Napoléon créa en effet en 1809 les Provinces Illyriennes. Son but était essentiellement stratégique contre les Autrichiens, les Anglais et les Russes. Mais la politique de réformes plus rigoureuse qu’il imposa dans ces provinces morcelées et isolées, souvent montagneuses et très hétérogènes quant à leur degré de richesse et de culture, se heurta à des résistances telles que nul ne fut surpris par l’effondrement de cette domination en 1813.

De l’usage des jugements sur les peuples

Les motivations de l’écriture de Lavallée sur la diversité des peuples

  • 43  J. Lavallée, Voyage pittoresque et historique…cit., p. 60.

14Si Lavallée assure le relais de l’esprit de supériorité des Vénitiens qui s’affirmait à travers l’idée civilisatrice, il ne se contente pas d’utiliser Fortis en le copiant. Les observations de ce dernier, résultat de missions commanditées par le sénat vénitien, concernaient autant les phénomènes naturels et les mœurs des habitants que l’état de l’économie, suggérant des remèdes à apporter par exemple à la situation de la pêche. En faisant précéder la reconstitution de l’itinéraire de Cassas d’une première partie consacrée à l’histoire de l’Istrie et de la Dalmatie, Lavallée entend montrer que dans ces terres « deux extrêmes se sont rencontrés et sont restés en présence, c’est-à-dire les derniers Pygmées qui portèrent le nom romain et le simulacre des premiers géants qui annoncèrent les barbares du nord »43. D’un côté donc on a les Dalmates du littoral, chez lesquels on retrouve « les petitesses des cours d’Orient et de Rome », de l’autre les Morlaques, « tels aujourd’hui que furent les Slaves ». Ce faisant, le rédacteur de l’Almanach des Muses apporte un regard différent de son prédécesseur sur les peuples de l’Adriatique, qui permet de reformuler la question du colonialisme et de l’impérialisme au sein d’une Europe où la pensée civilisatrice tend à se confondre avec les valeurs de la France révolutionnaire.

  • 44  J. Lavallée (et pour les cartes et dessins L. Brion père et fils), Voyage dans les départements de (...)
  • 45  J. Acerbi, Voyage au Cap-Nord, par la Suède, la Finlande et la Laponie, Paris, Levrault, Shoell et (...)

15Lavallée n’a pas été le seul polygraphe à jouer au cours des dernières années du Directoire un rôle important dans la diffusion de connaissances sur les pays situés aux frontières de l’Europe « civilisée », préludant à l’expansion de cette dernière. Parmi ces médiateurs culturels, auteurs de traductions, d’adaptations, voire plagiaires ayant su tirer profit du tout venant des manuscrits qui leur tombaient sous la main, on peut citer Antoine Serieys (1755-1819). Chef d’un dépôt où l’on transportait des livres et manuscrits provenant des communautés religieuses ou des propriétés confisquées, puis bibliothécaire et professeur à l’Institut des Boursiers devenu le Prytanée, futur lycée Louis-le-Grand, il aurait, outre les Lettres familières du président de Brosses (1799), le Voyage en Italie de Barthélemy (1802) et des lettres du Père Paciaudi (1802), également publié en 1799 le Voyage de Dimo et Nicolo Stephanopoli en Grèce que nous avons déjà évoqué. Dans le contexte de la seconde campagne d’Italie de 1799-1800 où s’inscrivent les débuts du consulat, cet autre polygraphe qu’est Joseph Lavallée, longtemps secrétaire de la société philotechnique et lui aussi auteur d’une production multiforme, se tourne vers les marges européennes par curiosité et goût de l’exotisme. Épousant les causes et curiosités de son époque, depuis l’accès de la France à la liberté en 1792-1794 jusqu’à l’idée du nécessaire accroissement des connaissances en matière d’astronomie, de physique, d’histoire naturelle ou d’histoire des peuples, il n’était pas moins soucieux de satisfaire à des commandes rentables et de profiter de sa maîtrise de nombreuses langues étrangères. Ainsi était-il en train d’achever avec le concours de Louis Brion père et fils la description des 85 départements de la France, commencée en 179244, quand il se chargea de faire connaître aux Français l’Istrie et la Dalmatie. Il allait bientôt aussi traduire le Voyage au Cap-Nord de Giuseppe Acerbi (1773-1834), effectué en 1798-1799, paru en 1802 en anglais45 et parfait contrepoint du voyage en Dalmatie. Soucieux de la cartographie de lieux jusqu’alors peu connus ou fraîchement constitués en nouvelles unités administratives, préoccupé de tracer des itinéraires mais aussi des frontières, ainsi qu’en témoignent les cartes des départements français ou de la Dalmatie (fig. 1), Lavallée manifeste dans ses travaux un souci de distinction entre les peuples et les langues que sa vision de l’histoire explicite.

Fig. 1. Carte de l’Istrie et de la Dalmatie pour servir à l’intelligence des Voyages du Cen Cassas

Fig. 1. Carte de l’Istrie et de la Dalmatie pour servir à l’intelligence des Voyages du Cen Cassas

Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, 1802

  • 46  Ibid., avant-propos de J. Lavallée, p. XIII-XIV.

16Il est intéressant de voir comment en 1804, dans son avant-propos au Voyage au Cap-Nord, Lavallée justifie cette vision après avoir déclaré s’être effacé derrière le Mantouan Acerbi et tout en revendiquant une forme de transparence du traducteur adaptateur. Se fondant sur l’hypothèse d’une alternance entre des siècles de décadence, de mensonges et d’erreurs et des siècles où le besoin des connaissances et de la vérité se réveille et s’appuie sur la tendance de quelques nations à se tourner vers la lumière, il présente un tableau en quatre époques de l’esprit des voyages. Après l’Antiquité, le Moyen Âge et l’époque des grandes découvertes arrivent la fin du XVIIe et le XVIIIe siècle, où l’accroissement des connaissances demande non plus « d’aller chercher, parmi les lois et les mœurs des peuples lointains, des exemples et des modèles, mais de les observer simplement, pour mieux nous glorifier, par ce parallèle, de notre avancement propre »46. On voit ici se déployer l’idée d’une conscience européenne sûre d’elle-même, intégrant les projets de spoliation du commerce parce qu’ils « ne déshonorent plus les idées de prospérités sociales » et guidée par le « noble enthousiasme » des voyageurs européens « pour les progrès des sciences » (p. XIV). Une identité collective est bel et bien affirmée, obéissant à la logique d’un progrès cumulatif ; chaque voyageur ajoute pour une même contrée des observations qui rendent le dernier voyage supérieur à ceux qui l’ont précédé, « l’histoire même des temps et des empires » s’éclaircissant « sur les débris des monumens » (p. XV). L’expérience d’Acerbi représente ainsi aux yeux de Lavallée, tout comme celle de Cassas en Dalmatie, la sortie hors de l’Europe policée, vers des « peuplades plus rapprochées de la nature » (p. XVIII). Outre « l’exacte position des lieux », où les cartes jouent un rôle fondamental, il s’agit « de déterminer les origines diverses des peuples qui les habitent » et « d’acquérir des notions précises sur leurs mœurs, leurs usages, leurs lois, leur religion ; de connaître leur caractère, leurs traits physiques et moraux […] » (p. XX-XXI). Or, ce programme correspond à celui que Lavallée a attribué à Cassas pour le voyage en Istrie en Dalmatie. Acerbi lui-même, dans sa préface en français parue en 1804, indique qu’il

  • 47  Ibid., préface, p. XXX.

n’est aucun peuple, quelque avancé qu’il soit dans la civilisation, qui ne puisse mettre à profit les arts et les sciences des autres nations, même des plus barbares. L’entendement humain se perfectionne par la communication, même avec l’ignorance, comme le commerce et les richesses tirent avantage de leur alliance avec la pauvreté47.

17On ne saurait mieux laisser supposer l’existence d’une hiérarchie entre les peuples.

L’Italie, observatoire privilégié de peuples « dégénérés »

18Le regard porté par Lavallée sur les populations de l’Istrie et de la Dalmatie s’inscrit à l’intérieur d’une approche que les polygraphes, voyageurs et savants français ont classiquement développée sur de nombreux peuples européens, perçus comme éloignés du cœur de la civilisation et qualifiés avec condescendance de « dégénérés », « barbares » ou « sauvages ». Situés en marge de la péninsule lorsqu’ils étaient soumis à la domination vénitienne, les Dalmates et leurs voisins appartiennent ainsi à la même sphère de catégorisation que toute une série d’autres groupes humains que les bouleversements de la géographie européenne ont amené à reconnaître et à identifier à la faveur de voyages ou d’explorations. Cette assignation à des périphéries géographiques ou mentales vaut autant au nord, en Laponie ou en Écosse, qu’à l’Est ou au sud de l’Europe, du côté de l’Espagne, de la Grèce, des royaumes de Naples et de Sicile, sans oublier qu’au sein même d’un pays tel que la France, il n’est pas rare de jeter l’opprobre sur de multiples comportements régionaux. Cette qualification négative doit cependant être confrontée à l’émergence d’un autre paradigme en acte dans les discours de voyageurs français sur les peuples « amis » ou « frères » sous la Révolution et dans la première moitié du XIXe siècle : Italiens, Dalmates, Grecs, Levantins...

  • 48  Dont rendent compte, parmi beaucoup d’autres, les travaux de M. Cuaz sur les Italiens au XVIIIe si (...)

19Au sein d’une littérature historique abondante sur les ethno-types48, les auteurs de la fin du XVIIIe siècle accordent au passé antique une place de choix en jugeant les populations des territoires situés aux marges autant qu’au cœur de l’Italie à l’aune de la mémoire de la domination romaine et en insistant sur le faible degré de civilisation des lointains héritiers que sont les successeurs ou descendants des Romains. Quand Lavallée en appelle à l’effort des savants archéologues pour réveiller le passé de la grandeur antique dans des espaces aujourd’hui occupés par des populations qu’il estime dégénérées, il ressasse un lieu commun éprouvé. Celui-ci est déjà à l’œuvre chez l’abbé Poiret, visitant en 1785 des ruines en Barbarie, sur la rive sud de la Méditerranée :

  • 49  Abbé J.-L.-M. Poiret, Voyage en Barbarie, ou lettres écrites de l'ancienne Numidie pendant les ann (...)

Elles offrent à l’imagination une ville superbe et puissante là où croissent aujourd’hui des broussailles et des ronces ; elles annoncent qu’un peuple éclairé et poli faisait briller les sciences et les arts dans les lieux habités aujourd’hui par des hommes féroces et barbares49.

  • 50  M. Levesque, Tableau politique, religieux et moral de Rome et des états ecclésiastiques, Paris, De (...)
  • 51  L.-P. Baltard, Lettres, ou voyage pittoresque dans les Alpes, en passant par la route de Lyon et l (...)
  • 52  C.-N. Ledoux, L’Architecture considérée sous le rapport de l’art, des mœurs et de la législation, (...)

20L’idée de la supériorité des anciens sur les Romains modernes constitue la toile de fond de nombreux textes sur l’Italie à l’époque révolutionnaire, du Tableau de Maurice Levesque publié en 1791 à la correspondance de Monge à son épouse en 1796-1797, ponctuée de plaintes contre l’ignorance du peuple de Rome abruti par la papauté, ou aux Mémoires de Bourgoing en 179850. La description par Albanis Beaumont de diverses parties des Alpes dans les années 1792-1806 vise à s’approprier les lieux en les percevant comme marqués à la fois par le travail de la nature architecte et par la civilisation romaine que les ruines nous rendent aujourd’hui visible. De son côté, Baltard suggère en 1806 un troublant parallélisme entre les Alpes qu’il décrit et Rome dont il nous montre des images où les monuments antiques sont assimilés aux fragments d’un paysage naturel ruiniforme51. Enfin, citant parmi les modèles de l’architecte en 1804 Thémistocle, Amphion, Sémiramis et Agathocle, qui « de potier d’étain voulut être roi », et « le fut », Ledoux révèle sans peine que la vision du génie des anciens était une cause fort entendue à l’époque de la parution du voyage de Cassas et Lavallée52.

  • 53  Ph. Antoine, « Le Grec et le sauvage, Figures de l’origine dans les romans américains de Chateaubr (...)

21Pouvant justifier les prouesses des génies modernes en disant la fierté de l’architecte, la référence à l’Antiquité est utilisée de manière ambivalente de Rousseau à Chateaubriand, de l’abbé Barthélemy à Choiseul-Gouffier et de Volney à Mme de Staël. Si ces auteurs ont voulu raviver dans l’Europe de la fin du XVIIIe siècle les mœurs antiques, ils ont aussi souligné l’avilissement des descendants des Anciens. En comparant le Sauvage au Grec dans le Voyage en Amérique, Chateaubriand pense non au Grec de Sparte ou d’Athènes, mais à celui qui souffre sous le joug ottoman et qui, dans l’Itinéraire de Paris à Jérusalem (1811), a oublié ses glorieux ancêtres53. Choiseul-Gouffier renchérit dans le Voyage pittoresque de la Grèce (1782-1820), affichant sa déception sur les Grecs modernes :

  • 54  Cité par F. et R. Étienne, « Le comte de Choiseul-Gouffier, un philhellène du XVIIIe siècle », dan (...)

aussi cherchais-je, au milieu de la dégradation que j’avais sous les yeux, à démêler quelques traits héréditaires du caractère des Grecs, comme j’eusse cherché l’empreinte d’une médaille antique sous la rouille qui la couvre et qui la décore […] En un mot je leur aurais pardonné d’être féroces ; mais je ne pouvais leur pardonner d’être vils54.

  • 55  Outre D. Nicolaïdis, op. cit., voir M. Vovelle, « Retour aux sources des libertés antiques : rêves (...)

22Les sources diplomatiques et consulaires de l’époque révolutionnaire analysées par D. Nicolaïdis offrent pour leur part un tableau nuancé des Grecs modernes, oscillant entre la vision de leur déchéance et la reconnaissance de certaines qualités : elles nous les disent industrieux, hospitaliers et affables. Elles notent d’importantes différences entre les peuples du Péloponnèse et leur regard s’inscrit dans le jeu des conflits et de l’équilibre entre puissances, traduisant souvent le souci de ménager l’empire ottoman ou de s’opposer aux Russes. On voit aussi s’y affirmer une volonté de reconnaître chez les Grecs, tout comme dans d’autres pays, en Suisse ou chez les Lombards patriotes que Monge oppose obstinément aux Romains, des îlots de liberté à travers des individus qui sont autant de points d’appui pour la politique française55.

  • 56  G. Le Bouvier, op. cit., p. 85, 89, 67 et 96.
  • 57  G. Botero, Le Relationi universali, Venise, G. Angelieri, 1600, Parte prima, libro I, p. 98. C’est (...)
  • 58  S. Descat, Le Voyage d’Italie de Pierre-Louis Moreau : Journal intime d’un architecte des Lumières (...)

23Qu’elle se réfère ou non à l’Antiquité, la dénonciation de la sauvagerie, de la grossièreté, de l’ignorance et de l’abrutissement des habitants constitue dans les dernières décennies du XVIIIe siècle un motif récurrent des descriptions des Italiens par les voyageurs étrangers. Ce n’est pas une nouveauté puisqu’au début du XVe siècle Le Bouvier relevait dans le « royaulme » des Romains de « mauvaises gens et cruelz, et mauvais crestiens », à Naples de « grosses gens et rudes, et maulvais catholiques » et en Sardaigne des « hommes sauvaiges » qui « se vestent de peaux de bestes ». Comment alors s’étonner qu’en Istrie et Dalmatie, par-delà les côtes où se trouvaient de « grans catholiques et grans pèlerins », les montagnes fussent à ses yeux peuplées de gens qui « vivent pourement de bestes sauvaigez, de poissons de rivières, de figues et de miel dont ilz ont assez, et [qui] vont par tropiaulx, de bois en bois, pour desrober gens qui vont d’un pais en aultre »56 ? Botero à la fin du XVIe siècle observait sur les côtes même, à Sebenico et Spalatro, des cités « pauvres et mal habitées à cause des razzias des Turcs »57. Une multitude de récits de voyage insistent de plus en plus tout au long du XVIIIe siècle sur le versant obscur des populations italiennes. Un architecte séjournant à Rome entre 1754 et 1757 évoque Ostie « habitée par une troupe de gens grossiers, fermée de mauvaises murailles »58. Et en 1776 Sade est impitoyable sur les Napolitains :

  • 59  F. D. A. de Sade, Voyage d’Italie, Paris, Fayard, 1995, t. 1, p. 177. Sur les évolutions et l’ambi (...)

Cet article n’est pas avantageux pour la nation et c’est avec douleur, j’en conviens, qu’on voit le plus beau pays de l’univers habité par l’espèce la plus abrutie. [...] En remontant à l’origine du mélange des différents peuples qui ont remplacé les Grecs dans cette belle contrée, et qui n’y ont apporté que cette cruauté qui les conduisit à détruire les plus beaux monuments, on en trouverait peut-être une cause plus juste. Le peu de progrès que les arts et les sciences y ont fait depuis […] ont continué d’entretenir l’ignorance et par conséquent l’abrutissement ; et la mollesse, vice ordinaire des peuples qui habitent un beau climat, est venue s’y joindre. La dépravation, qui en est une suite, a achevé de corrompre, et je crois qu’il faudrait aujourd’hui une révolution bien entière pour ramener ce peuple à cette aménité qui règne dans la plus grande partie de reste de l’Europe59.

  • 60  M. Sherlock, Lettres d’un voyageur anglois, Londres, 1779, p. 138.
  • 61  A. Creuzé de Lesser, Voyage en Italie et en Sicile en 1801 et 1802, Paris, Didot, 1806, p. 96. Un (...)
  • 62  G. Gelléri, « Cette chose ordinaire et inutile ». Le voyage d’Angleterre de 1660 à 1789 : défi phi (...)
  • 63  J. Lavallée, Voyage dans les départemens de la France…, cit., « Mont-Blanc », 1793, p. 39 et 5.
  • 64  J. Solé, « Des voyageurs officiels dans la France profonde au temps de la Terreur », dans Par mont (...)
  • 65  J. Lavallée, Voyage pittoresque et historique…, cit., p. 3-4.

24Tandis que pour l’Anglais Martin Sherlock l’Espagne en 1779 était un pays « dont nous ne savons pas plus que des Parties les plus sauvages de l’Afrique »60, et que selon Creuzé de Lesser en 1806 « l’Europe finit à Naples et même elle y finit assez mal : la Sicile, la Calabre, tout le reste est de l’Afrique »61, les habitants des montagnes suisses ou savoyardes sont, on le sait, souvent perçus, et pas seulement par les Suisses, de manière positive. Ainsi se livre à l’époque de la publication du voyage de Cassas une véritable bataille entre la valorisation d’une simplicité primitive et la dévalorisation de mœurs dégradées parmi les populations situées aux confins de l’Europe urbaine et policée. Un autre facteur, celui de la dimension patriotique, s’insinue du même coup dans le discours. À l’instar de ce qui se passe chez les Anglais ou les Écossais, le pays de plus en plus privilégié par les Français est leur propre pays, que labourent des enquêteurs comme Cambry ou Coquebert de Montbret. La France a moins que jamais besoin que d’autres peuples lui servent de miroir pour se faire une image d’elle-même ; elle se regarde « sans qu’une quelconque distorsion par un autre pays soit nécessaire »62. La sauvagerie devient, dans ces conditions, celle que la féodalité a léguée, ainsi que le remarque Lavallée décrivant en Istrie le château de Luegg (fig. 2) et les tours antiques et démantelées du vieux château de Novoscoglio, y voyant « par-tout la féodalité sauvage au sein de la sauvage nature ». Déjà, à propos de la Savoie, Lavallée avait parlé d’un peuple à instruire avant que d’initier aux arts, car c’est « un convalescent qu’il faut traiter avec ménagement, pour le rendre à sa santé première » : s’il y trouvait « des frères », leur histoire descendait « les siècles par des échelons différens de la nôtre », les pères cessant d’y « être communs » avec les autres départements français63. Il fallait donc y adapter le traitement administré dans le reste du pays par les commissaires de 1793 envoyés à travers la France64. Se plaçant dans une perspective résolument pédagogique, Lavallée dénonce dans la foulée au début du voyage d’Istrie et de Dalmatie « cet égoïsme national » des Anglais « qui compte l’Angleterre pour tout et le reste du monde pour rien », car pour eux « le desir de s’approprier perce avant le désir de s’instruire »65.

Fig. 2. Vue du château de Luegg, ou Predjama Cassas

Fig. 2. Vue du château de Luegg, ou Predjama Cassas

Pl. 2 du Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, 1802

Peuples frères, peuples différents : intention civilisatrice ou simple observation des peuples ?

Une micro-géographie morale des peuples dans une Europe en mouvement

  • 66  Les mots « race » et « sang » reviennent fréquemment sous la plume de Lavallée. Ils servent souven (...)

25Comment Lavallée se situe-t-il par rapport à cet héritage complexe, lorsque, pour commenter Cassas, il décrit les populations de l’Istrie et de la Dalmatie ? Les attentes qu’il attribue au voyageur, tourné en premier lieu vers les restes de monuments antiques (fig. 3), visent-elles la différence ou au contraire une uniformisation morale, administrative et linguistique face à laquelle les particularismes seraient autant d’obstacles ? L’intérêt pour les dialectes et usages locaux l’emporte-t-il sur l’impatience vis-à-vis d’un insuffisant degré de civilisation des peuples évoqués ? En mettant en scène un patrimoine archéologique et en lui attribuant une valeur politique et idéologique, Lavallée se sert de la faveur naissante que suscitent les monuments et sites antiques pour rendre l’Illyrie appétible aux yeux de l’amateur cultivé français. À cette fin, il construit un tableau marqué par un mélange d’attrait et de répulsion : restes d’une grande civilisation perdue, côtes prospères, peuples honorables et paysages grandioses, d’une part ; peuples barbares, voire sauvages, destructions accomplies par le temps, dégénérescence, rudesse et pauvreté, de l’autre. L’histoire de cet espace prend dès lors la forme d’une mise en scène de la généalogie des peuples, organisée autour d’un couple opposant une série de groupes humains originels à leur plus ou moins grande transformation ou détérioration, résultat d’un croisement des races66. Le premier stade de la description, qui présuppose l’existence pour chacun d’un état primitif, antérieur à la rencontre avec d’autres, divise les peuples de l’Istrie et de la Dalmatie en deux catégories.

Fig. 3. Vue de l’arc de triomphe de Pola, appelé Porta-Aurea, prise en dehors de la Ville de Pola Cassas

Fig. 3. Vue de l’arc de triomphe de Pola, appelé Porta-Aurea, prise en dehors de la Ville de Pola Cassas

Pl. 20 du Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, 1802.

26Au niveau de ceux qui commencent bien, les Romains s’illustrent par la gloire des armes et la simplicité des mœurs républicaines, les Dalmates par leur fierté, leur courage, leur esprit de liberté, la constance dans les revers et la persévérance dans les résolutions, l’audace et la générosité, l’inquiétude de gloire et l’excellence guerrière, la noblesse des sentiments, le sang indompté. Un trait de leur caractère, l’âpreté des mœurs sauvages, les rapproche toutefois de toute une série d’autres peuples qui eux avaient franchement mal commencé. Les peuples de l’Illyrie partagent ainsi la « barbarie commune à tous les peuples dans ces siècles reculés » (p. 5) : ils sont éloignés de l’Égypte et de la Grèce, ignorent les lois comme la science du commerce, pratiquent le brigandage. Ils sont à leur tour pressés entre les Romains et des « hordes de sauvages » ne respirant que les brigandage. Parmi ces dernières figurent les Goths ou les Scythes « sans lois, sans principes », ayant l’arrogance des conquérants et la lâcheté des vaincus, les Carpiens et Sarmates, peuples transplantés et de ce fait à « l’âme affaissée sous l’humiliation », puis les Huns et les Goths, les Sarrasins et les Normands, les Croates et les Esclavons, les Grecs du Bosphore, enfin les Musulmans auteurs de continuelles incursions. C’est pour échapper à la pression des Turcs et garder leurs mœurs, leur religion et leurs lois, donc quelque chose de leur état originel déterminé par une nature sauvage et rude, qu’une série de Dalmatiens déplacés ont généré des groupes de transfuges sur lesquels Lavallée, à la suite de Fortis, s’arrête plus longuement. Les Uscoques sont définis comme un « accident moral » (p. 39) dû au manque de lois saines et vigoureuses, à l’absence d’un gouvernement stable et de l’application régulière d’une justice distributive en Dalmatie. Des Morlaques, « autre espèce d’hommes sauvages répandus dans ces contrées » (p. 45), l’origine se perd dans l’obscurité des siècles, mais ils forment un modèle de peuple fraternel, s’embrassant tendrement dans les fêtes, au marché et à l’église, au point qu’il suffit à un étranger « de jouir de la recommandation la plus legere pour être accueilli comme un frere par un Morlaque » (p. 49). Avec les Haiduks, nous entrons dans le registre de l’animalité, car ces exilés volontaires considérés comme faméliques « n’osant approcher des lieux habités qu’à l’instar des bêtes féroces, c’est-à-dire dans l’obscurité des nuits » (p. 48) sont semblables à des bêtes qui attendent de pouvoir se saisir de leurs proies pour les porter dans leurs cavernes.

  • 67 L’eroe dalmate ossia Aurangzebbe Re di Siam dramma tragico, commenté par L. Wolff, Venice and the S (...)

27Mais voici qu’à un second stade est offert au lecteur un véritable lamento sur les résultats négatifs issus de la rencontre et du métissage. Ceux-ci sont annoncés d’emblée par la détérioration des vertus attribuées aux anciens Romains : c’est parce qu’à ces dernières ont succédé l’avarice du sénat, l’inquiétude du peuple, l’avidité des généraux, la vanité et l’ambition puérile, la volupté et promptitude à la vengeance des empereurs, que ces Romains « dégénérés » ont donné l’exemple de la corruption, qui, combinée à la pression d’autres peuples, a fini par transformer les fiers Dalmates. Il est vrai qu’en l’absence de tout contact le déterminisme du sol et de la nature a une force destructrice. Dans le paysage aride de la vallée de Slosella, près de la cascade de la Kerka, la race dégradée des habitants les rend inhabiles à comprendre et à imiter, incarnant l’état le plus fruste de la vie en société, n’ayant pas même « la candeur, la simplicité touchante, ni la fierté des sauvages » (p. 108). C’est cependant aussi une dégradation que provoque le mélange des races. Si les Dalmates de la fin du XVIIIe siècle sont dans un état d’inertie, devenus paresseux et lâches, c’est par l’effet du croisement des races et de la « déplorable condition des peuples pendant une anarchie qui se perpétua durant tant de siecles » (p. 38). L’effet du croisement des peuples a complété celui de la guerre et de l’oppression pour faire disparaître les anciens Dalmates, qui avant que n’arrivent les Turcs ont reçu le coup de grâce des Vénitiens. Rompant avec le discours sur le patriotisme et la loyauté des Dalmates, encore mis en scène à Venise en 1793 dans une pièce de Giovanni Greppi, L’eroe dalmate67, Lavallée attribue « l’espece d’abjection dans laquelle ces peuples semblent se traîner aujourd’hui » (p. 19) à une longue chaîne d’oppression, de persécutions et d’esclavage. En dévidant cette dernière, il n’oublie ni les « informes chapelles du christianisme » opposées aux « arcs triomphaux de la victoire » (p. 2), ni « l’alliage de la fourbe vénitienne » et « l’inoculation, si j’ose parler ainsi, du sang astucieux de l’Italie » (p. 27). Il s’en dégage le rêve du maintien d’un « caractère national » dalmate qui aurait pu résulter d’une forme d’économie dans le croisement des races, s’il s’était limité au sang romain et à celui des premiers Illyriens : « du mélange des deux sangs il ne pouvoit naître à la longue qu’un peuple généreux et meilleur peut-être que ses deux aïeux » (p. 26). De même, la pureté de mœurs des Morlaques a été altérée par leurs « relations un peu trop fréquentes avec les Italiens » (p. 50).

Qu’est-ce qui différencie Lavallée de Fortis ?

  • 68  L. Cancio, entrée « Fortis », Dizionario biografico degli italiani, Rome, Istituto della Enciclope (...)

28On peut sur cette question de la vision des peuples de l’Istrie et de la Dalmatie comparer le voyage éclairé de Fortis, enquête scientifique et ethnologique typique des Lumières, et celui de Lavallée qui, en reconstituant le voyage fait par un autre, Cassas, se pose clairement comme une entreprise militante et républicaine où d’ailleurs il n’hésite pas à reprocher à Dioclétien son indifférence à sa patrie (p. 20-22). Qu’en est-il des emprunts et « transferts culturels » effectués par Lavallée sur un texte depuis longtemps connu en France et dans toute l’Europe et dont on ne sait pas s’il fut travaillé, comme avec Acerbi, sous le contrôle de Fortis, qui justement se trouvait à Paris de septembre 1798 à septembre 180168 ? Le problème mérite d’être soulevé à une époque où les traductions et adaptations jouent, comme on le voit dans le cas de Cesarotti ou de traducteurs de l’allemand gravitant autour du groupe de Coppet, un rôle fondamental pour la transmission des savoirs. Les conditions d’écriture des deux textes diffèrent radicalement. Source d’un vif débat entre intellectuels vénitiens et dalmates sur la réalité sociale et économique de la Dalmatie, l’ouvrage de Fortis résultait au moins de trois missions dont la première, à l’été 1770, riche en observations naturalistes menées dans quelques îles de la côte dalmate, avait abouti à des réflexions désenchantées sur l’état de l’économie, tandis que la troisième, à l’été 1773, étudiait à la demande du sénat l’état de la pêche et les possibles remèdes à apporter. C’est surtout au cours du voyage intermédiaire, dans la seconde moitié de 1771, qu’après s’être rendu de Pola à Naples Fortis avait visité l’intérieur de la Dalmatie. Il y recueillit entre autres les chants populaires et poésies morlaques qu’allaient ensuite traduire Herder et Goethe sur la lancée de leur enthousiasme pour les cultures populaires et nationales.

  • 69  A. Fortis, Voyage en Dalmatie, Berne, Société Typographique, 1778 (éd. orig. en ital. 1774), t. 1, (...)
  • 70  On peut penser aux écrits statistiques sur le Piémont par Laboulinière (publiés en 1802), J.-B.-J. (...)
  • 71  A. Fortis, op. cit., t. 1, p. 87-88. Cette dimension fraternelle des Morlaques est commentée avec (...)

29S’en prenant aux images négatives accumulées sur leur compte, Fortis avait cherché dans son Voyage en Dalmatie à réhabiliter les Morlaques qui lui avaient fait bon accueil, les distinguant des habitants des villes maritimes et soulignant la diversité qui régnait au sein même des « peuplades » morlaques69. Selon une démarche annonçant celle des statistiques départementales appliquées par de nombreux agents du Consulat et de l’Empire aux régions italiennes70, il avait intégré à l’enquête de nature économique divers éléments sur les coutumes, les mariages, les superstitions, l’habillement, la nourriture, le mobilier domestique, la musique ou les funérailles chez les Morlaques. Il avait insisté sur leurs « ames simples, non corrompues par les sociétés que nous appellons cultivées », et montré comment leur mode de fonctionnement fraternel avait servi de modèle pour les Italiens : « Les associations, existantes parmi le peuple en Italie, sous le nom de frères Jurés (Fratelli Giurati) paroissent être une imitation des amitiés des Morlaques, & des autres nations de la même origine »71. Le polygraphe Lavallée, compilateur plus qu’expérimentateur, lui emboîte le pas en faisant l’inventaire de l’ensemble des populations vivant en Istrie et en Dalmatie. Il distingue les Morlaques des plaines, « affables, hospitaliers, doux, humains, et dociles à la discipline législative », des Morlaques des montagnes « ardents, féroces, fiers, téméraires et actifs » ((p. 46). Mais s’il reprend largement Fortis, par exemple sur le sens de l’amitié ou la propension à la vengeance des Morlaques, il radicalise les contrastes. Ainsi abandonne-t-il à l’égard des Haiduks la bienveillance de son prédécesseur, homme de terrain qui, tout en les voyant mener une vie semblable à celle des loups, les estimait honnêtes et incapables de trahison :

  • 72  Ibid., t. 1, p. 79-80.

On ne doit pas s’éffaroucher, par la réfléxion (sic) que ce sont des Bandits : quand on examine les causes de leur triste situation, on découvre, à l’ordinaire, des cas plus propres à inspirer de la pitié que de la défiance. […] On ne devroit attendre que des actions violentes & atroces, de la part de ces hommes devenus sauvages, & irrités par le sentiment continuel de leur misere : mais on est surpris de ne les voir entreprendre jamais quelque chose contre ceux, qu’ils regardent comme les auteurs de leurs calamités, de respecter les lieux habités, & d’être les fideles compagnons des voyageurs. […] La faim chasse quelquefois ces Haiduks de leurs repaire (sic) […] Dans des cas semblables, le tort est du côté de celui qui résiste. Le courage de ces gens est en proportion de leurs besoins & de leur vie dure72.

30Lavallée, à l’inverse, depuis son cabinet les criminalise et les exclut de la société des hommes. Il en fait des « exilés volontaires de la société en raison des crimes qu’ils y ont commis », emportant avec eux « l’idée du châtiment » (p. 47), ne s’approchant, on l’a vu, que la nuit des lieux habités, attendant parfois des mois entiers avant d’« assouvir l’ardeur qui les dévore » et de se jeter sur les troupeaux avec le courage « aveugle » d’une « nature au désespoir qui lutte avec violence contre la mort qui la poursuit » (p. 48). Nulle concession dans ce portrait sans humanité, qui accroît la distance entre les extrêmes pour mieux mettre en valeur le phénomène de la dégradation des races.

Vers le récit de la civilisation triomphante

  • 73  M. Mauviel, « Révolution et contre-Révolution : la confrontation aux langues et cultures d’Europe (...)

31Le temps est maintenant venu de s’interroger sur les soubassements idéologiques de l’entreprise de Née, Lavallée et Cassas, placée entre les efforts des Idéologues Garat et Ginguené pour comprendre l’altérité notamment grâce à la connaissance des dialectes, et ceux de la Société des observateurs de l’homme73. Dans l’idée qui émane de Lavallée de civiliser l’Istrie et la Dalmatie par une meilleure connaissance du passé, à laquelle vont aider les fouilles archéologiques, par exemple à Asseria, le projet vénitien incarné par Fortis est relayé par le projet civilisateur français :

Il est indubitable qu’au moyen de fouilles, peu dispendieuses peut-être, on trouveroit, ainsi qu’on l’a précédemment remarqué, beaucoup d’objets importants, non seulement pour l’étude des artistes, mais encore sans doute pour la connoissance de l’histoire de ce même pays, enveloppée de ténebres (sic) jusqu’à ce jour. […] Tout démontre donc l’importance dont il seroit de ne pas négliger les lumieres que l’on pourroit recueillir ici de quelques recherches dirigées par des hommes instruits. Adoptons l’espoir que nous donne Fortis dans ses remarques sur le comté de Zara de son retour dans cette ville d’Asseria, et du succès de ses soins pour vaincre la répugnance manifestée par les Morlaques d’aider aux recherches que l’on pourroit faire (p. 93-94).

  • 74 MAE, M. D. Venise, 37, fol. 246, 5 mars 1798, déjà cité.
  • 75  MAE, M. D. Venise, 37, fol. 265, Notice sur la Dalmatie, l’Istrie et l’Albanie vénitienne, 1805.

32Un discours analogue vaut pour l’exploitation des richesses naturelles du côté de Sebenico, lorsqu’il est dit que des peuples plus intelligents que les descendants des Uscoques habitant sur la côte profiteraient mieux de la pêche, de l’agriculture ou des carrières de marbre. La vision négative que Lavallée donne de ces gens « peu industrieux » ou « tellement paresseux qu’ils ne tirent aucun parti de ces richesses que leur prodigue la nature » (p. 101) correspond bien à celle qui se dégage de la plume de diplomates comme Casimir Rostan en 1798 sur les sujets grecs des îles ioniennes : « nulle part peut-être, il n’existe de preuve aussi frappante du grand principe de l’influence du gouvernement sur les mœurs et les caractères des peuples »74. Et en 1805 le ton n’est guère différent sur les habitants de l’Istrie et de la Dalmatie, qu’un rapport anonyme juge « naturellement paresseux et peu industrieux », « ennemis de toute innovation quelles qu’elles soient » et susceptibles d’être amenés aux établissements que le gouvernement voudra faire si les agents français savent se ménager leurs prêtres, lesquels exercent « un très grand ascendant » sur eux75.

33En situant comme on l’a vu les habitants de la vallée de Slosella, non loin du grandiose paysage naturel de la cascade de la Kerka, aux limites de l’espèce humaine, et partant de l’Europe, Lavallée sent monter la tristesse et ne se prive pas de plaindre « ces petites hordes qui végetent au milieu de ces magnifiques débris » (p. 109), peuplades « abruties » qui ont succédé aux Romains qui avaient étonné le monde par leurs victoires, leurs arts et leur puissance. Dans l’île de Morter, le contraste entre une nature accueillante et aimable et des habitants grossiers renvoie au thème du paradis habité par des diables. Le souhait d’entreprendre des fouilles en vue de dégager des restes antiques dans les îles entre Zara et Spalatro, comme Zuri, fait de ces dernières un espace à explorer afin qu’elles entrent dans la sphère du monde connu et civilisé, garant de la renaissance des arts et des vertus. Il reste qu’à Spalatro (Split), où le négoce est important, règnent en maître « l’urbanité, la politesse et le luxe » (p. 121). Les habitants y sont affables pour les étrangers et les curieux et ils aiment à relever la magnificence de leurs monuments dont ils font valoir les moindres détails. C’est dans ce port une nouvelle grammaire du citoyen de l’univers qui se dégage, de l’homme civilisé, du patriote européen vertueux et généreux. Marquée par le modèle vénitien, la communion entre les esprits qui y est vantée se fonde sur le partage des connaissances de l’héritage patrimonial et historique, sur la valorisation de l’érudition non moins que sur l’empreinte de la police vénitienne, jugée « la plus parfaite de l’Europe » (p. 122).

  • 76  H. Langlois, Itinéraire complet de l’Empire français, deuxième édition considérablement augmentée, (...)
  • 77  Pour prolonger la réflexion, voir S. Woolf, Napoléon et la conquête de l’Europe, Paris, Flammarion (...)

34À travers les références historiques du voyage de l’Istrie et de la Dalmatie, Lavallée offre une vision des peuples européens et de leur histoire où le passé romain et les négociations et rivalités entre puissances laissent sur le bas-côté des peuples marginaux et dégradés. Ces groupes humains sont certes présentés de manière nuancée et contrastée, mais généralement ce sont des victimes, qui ont subi les contraintes du sol ou l’effet funeste du mélange de races. Très différent sera l’esprit d’un itinéraire sec comme celui de Langlois publié en 1806 et réédité en 1811, dont le contrepoint nous intéresse dans la mesure où il célèbre l’œuvre de civilisation de l’Empire qui avec le talent de ses ingénieurs a permis l’ouverture de nouvelles routes, comme celles du Mont-Cenis et du Simplon. Chez Langlois, le silence est total sur l’Istrie et la Dalmatie. Au-delà d’Adelsberg, de Laybach (Ljulbjana), capitale des Provinces illyriennes, de Trieste et de Capo d’Istrie, il faut se contenter d’une mention d’une demie-ligne sur les raffineries de sucre de Fiume, la ville forte de Segna et le port de Zara. L’absence de routes « montées » justifie sans doute cette impasse, mais elle est significative d’une forme de résistance à la voie tracée par le voyage de Lavallée et elle entre d’ailleurs en contraste avec le sort réservé dans le même guide au sud de l’Italie, que légitime en dépit d’auberges « rares et mal servies » le souvenir de la grande Grèce76. Le no man’s land du guide officiel de l’Empire fait en même temps écho au sort que Lavallée réservait en 1802 à ces peuples des frontières de l’Europe, dont il avait voulu retracer l’histoire « jusqu’à ce jour ignorée » (p. 169). Les Uscoques y étaient les victimes de la manière dont ils avaient été traités par les Vénitiens, le pape et l’empereur. Les Turcs y figuraient par définition l’autre, avec leurs mœurs étrangères, leurs préjugés inconnus et leur religion naturellement ennemie. Quant aux Morlaques, ils incarnaient dans leur innocente liberté et leur pratique de la fraternité un peuple d’avant la civilisation. Si l’on ajoute à ce tableau les stéréotypes opposant aux montagnards intrépides et aux habitants travailleurs de Trieste ou de la Carniole le « penchant à la paresse » des habitants de l’Istrie vénitienne classiquement attribué aux Italiens, on en conclut que l’Europe, tout en n’étant pas nommée, est ici présentée comme une mosaïque de peuples en tension les uns avec les autres, et que le combat se joue largement à la fin du XVIIIe siècle autour du motif de la civilisation77.

  • 78  G. Gelléri, op. cit., 2009, p. 301.
  • 79  Mercier Thoinnet, op. cit., p. 223-224, 233, 240, 231.
  • 80  Cité par M. Viallon, Catalogue du Fonds italien Auguste Boullier de la Bibliothèque municipale de (...)
  • 81  P. Pisani, op. cit., p. VII.

35Les auteurs de voyages en Istrie et Dalmatie au XIXe siècle prolongeront ce récit de la civilisation triomphante et parfois nostalgique, s’accommodant de la guerre mais impliquant des lois sages pour diriger les mouvements d’un peuple, ainsi que la mise en œuvre des arts, des savoirs et de la sociabilité pour tempérer l’esprit sauvage au contact de la nature et des débris d’un ordre originel perdu. N’oublions pas que le mot « sauvage » était très employé à l’époque du Consulat, et non seulement pour désigner les « bons » ou moins bons sauvages d’Amérique ou d’Océanie, voire un état de non intégration dans la sociabilité européenne comme avec l’enfant sauvage de l’Aveyron dont s’occupa la Société des Observateurs de l’Homme après sa capture le 9 janvier 1800. Les Sauvages de l’Europe de Lesuire, roman-pamphlet de 1760 qui visait les Anglais, fut réédité en 1804, à un moment où « un message qui s’oppose violemment à l’Angleterre peut rencontrer des échos positifs »78. Tout se passe alors comme si ce besoin du sauvage au cœur de l’espace proche justifiait la proclamation du triomphe de la civilisation chez les voyageurs qui se rendirent en Dalmatie comme dans le sud de l’Italie tout au long des décennies qui suivirent. Mercier Thoinnet n’avait pas de doute en 1838. Dans les Pouilles où l’on est « peu scrupuleux pour les mœurs, abus que la chaleur excuse, ainsi qu’une complète ignorance, voisine de l’abrutissement », il demandait qu’on laisse « le flambeau de la presse et de la civilisation éclairer ces populations ». Il ne pouvait qu’en aller de même sur les côtes de la Dalmatie où les habitants « sont dépourvus du bien-être de la civilisation » et ont « l’air farouche et sauvage ». Enfin les « pays civilisés » de l’Europe s’opposaient aux « terres dominées par les Turcs où les femmes sont réduites en esclavage plus ou moins doux »79. Dans la foulée on s’intéresse de près aux mœurs, aux coutumes et à l’habillement des habitants que Cassas déjà remarquait (fig. 4), ce qui justifie les très nombreuses illustrations d’Yriarte en 1878 sur les costumes locaux de l’Istrie et de la Dalmatie. Mais on ne peut oublier l’image de « crétins barbares et ignorants » que Gustave Jourdan donnait des Sardes en 1861 lorsqu’il se demandait si l’île valait la peine que le roi de Piémont-Sardaigne la donnât à la France80. Encore en 1893, pour revenir à la Dalmatie, la vision d’un grand connaisseur comme l’abbé Pisani restait, par rapport aux « curiosités cataloguées d’avance » de l’Italie, celle d’une langue peu connue et d’une hospitalité « cordiale mais primitive »81.

Fig. 4. Détail de la vue précédente de l’arc de triomphe de Pola, appelé Porta-Aurea

Fig. 4. Détail de la vue précédente de l’arc de triomphe de Pola, appelé Porta-Aurea

« Dans cette Vue sont reunis les Costumes des habitans de Listrie et de la Dalmatie ».

Conclusion

  • 82  Sur la dimension patriotique du discours de Lavallée en matière d’archéologie, voir G. Bertrand, « (...)

36À travers l’étude du commentaire de Lavallée au voyage en images que permettent d’effectuer les planches de Cassas, nous constatons qu’un lien s’établit entre une certaine vision des peuples jugés marginaux dans l’Europe balkanique et méditerranéenne et des considérations de stratégie géo-politique. La configuration culturelle héritée des Lumières sur l’idée de civilisation est destinée à s’adapter à un contexte politique dominateur et sûr des valeurs morales et d’autorité qu’il prend en charge. En cette année 1802 où paraît le Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, c’est bien la nécessité géo-stratégique qui stimule l’intérêt pour des peuples à civiliser, pour la compréhension de leurs croisements et intersections et pour les effets de la dynamique de leur histoire sur l’organisation des paysages, les pratiques agricoles, les ports, le commerce, les forteresses, en même temps que le goût pour l’art et les magnifiques images gravées d’après les dessins de Cassas. La vogue croissante de l’archéologie est elle-même mise au service d’un projet moral, républicain et patriotique, supposant le partage de racines européennes communes et l’union des nations européennes autour d’un devoir de conservation du patrimoine82.

37Ce faisant le rôle des polygraphes apparaît loin d’être neutre. De Serieys à Lavallée, malgré leur opportunisme, la pratique du plagiat et le caractère conventionnel et très soumis aux circonstances des textes publiés, ces auteurs savent cueillir des occasions, diffuser, du président de Brosses à Cassas, des œuvres de grande valeur et par là véhiculer des modèles et messages qui contribuent à forger le goût. Dans sa manière même de copier et d’adapter le texte alors célèbre de Fortis, référence encore en 1878 pour Yriarte, Lavallée opère des choix et des réductions qui tendent à accentuer l’écart entre l’observateur venu de l’ouest de l’Europe et les peuples observés. Les jugeant tour à tour sauvages ou dégénérés, il n’accorde aux Morlaques qu’une faible possibilité d’entrer dans un rapport égalitaire avec les Français malgré leur propension à la fraternité, réservant ce privilège à certains habitants des côtes, tels ceux de Split, hommes civilisés, nouveaux citoyens de l’Europe cosmopolite, patriotes dignes de devenir des frères. Le leitmotiv de la mauvaise fréquentation des Italiens par les Morlaques, source de l’altération de leur caractère, ne figurait évidemment pas dans le Voyage en Dalmatie de Fortis.

38Aussi perçoit-on comment, dans ce jeu du transfert culturel, le legs vénitien lui-même se trouve transformé, réapproprié au service d’une politique consulaire qui, par-delà la paix d’Amiens, n’attend que le moment favorable pour partir à la conquête des terres istriennes et dalmates détenues depuis 1797 par l’Autriche. Lavallée, également traducteur du Voyage au Cap Nord du Mantouan Acerbi, ne se limite pas à réaliser une activité savante de vulgarisation qui ne viserait qu’à diffuser des connaissances sur l’histoire et les coutumes des populations les plus exotiques du continent européen. Il participe d’une volonté de réorganisation de la carte européenne, fondée sur la sélection de points d’appui possibles pour une politique expansionniste et sur l’individualisation d’une série de zones d’ombre, terres sauvages irrémédiablement engluées dans l’ignorance et tout juste bonnes à être dominées. Après 1809 l’Istrie et la Dalmatie sont pourtant devenues pour la France, ainsi que l’a montré l’abbé Pisani, un poids dont elle ne se soucie plus en priorité et que les guides même cherchent dans leur majorité – le cas de ceux publiés à Milan par Vallardi demeure une exception – à éliminer, en se limitant à l’actuelle Slovénie. Malgré à la fois la charge culturelle, la curiosité historique et le goût exotique qu’elle manifeste, la flambée de faveur française pour l’Istrie et la Dalmatie au seuil du XIXe siècle reste donc marquée par les contingences historiques, ainsi que le confirment, en dépit de Spon, le faible intérêt antérieur et la durable négligence jusqu’au Second Empire des voyageurs venus de France.

Haut de page

Notes

1  J. Szúcs, Les trois Europes, Paris, L’Harmattan, 1985.

2  D. Nicolaïdis, D’une Grèce à l’autre. Représentation des Grecs modernes par la France révolutionnaire, Paris, Les Belles Lettres, 1992.

3  Sur l’opposition entre une Europe de l’Ouest qui à partir des années 1750 élabore le concept de « civilisation », et une Europe de l’Est à demi barbare et à demi civilisée qui aurait été « inventée » par la première, voir L. Wolff, Inventing Eastern Europe. The Map of Civilization on the Mind of the Enlightenment, Stanford (Californie), Stanford University Press, 1994.

4  Les 69 gravures ornant le Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie « rédigé d’après l’itinéraire de Louis-François Cassas par Joseph Lavallée » (Paris, Née, An X-1802) avaient paru en 14 livraisons entre l’automne 1797 et le courant de l’année 1801. La partie historique du texte de Lavallée, sur laquelle nous allons nous arrêter, avait fait l’objet en 1799 de la huitième livraison, puis elle fut complétée par la description des trois mois de l’itinéraire de Cassas dans une quatorzième et dernière livraison en 1801. Ces deux parties de textes ont été réunies dans le volume de 1802, où elles occupent respectivement les p. 3-61 et 63-157.

5  Il est vrai que peu de Français figurent parmi les pèlerins, surtout italiens mais également d’Europe centrale, que passent en revue les contributions rassemblées par Sante Graciotti (La Dalmazia nelle relazioni di viaggiatori e pellegrini tra Quattro e Seicento, Rome, Bardi, 2009). Cet ouvrage s’intéresse cependant à Jean Zuallart, du Hainaut, qui voyagea en Terre sainte en 1586, et, parmi les non pèlerins, à l’ingénieur Antoine de Ville, qui se rendit à Pola au début des années 1630.

6  G. Le Bouvier, Le Livre de la description des pays, publié par E.-T. Hamy, Paris, E. Leroux, 1908 (à partir d’un manuscrit de 58 ff., Bib. Nat., Anc. Fonds français n°5873). L’Istrie et la Dalmatie y sont décrites p. 60 et 96-98.

7  G. Fermanel, Robert Fauvel, Baudouin de Launay et de Stochove, Le Voyage d’Italie et du Levant, de Messieurs Fermanel, conseiller au Parlement de Normandie, Fauvel, maître des comptes en la dite Province, sieur d’Oudeauville, Baudouin de Launay et de Stochove, sieur de Sainte Catherine, Rouen, Antoine Maurry, 1670, p. 26-34.

8  J. Spon, G. Wheler, Voyage d'Italie, de Dalmatie, de Grèce et du Levant, fait aux années 1675 et 1676, Lyon, Antoine Cellier fils, 1678, 3 vol. Le commentaire sur l’Istrie et surtout la Dalmatie occupe les p. 80 à 115 du tome 1.

9  N. Mirabal, Voyage d’Italie et de Grèce, Paris, Au Palais, 1698, p. 42.

10  Il s’agit, on l’aura compris, de Pula et de Split. Nous adoptons les noms italiens qui étaient alors repris par les auteurs en langue française (ainsi Buccari pour Boucharitz ou Bakar, Lesina pour Hvar, Sebenico pour Sibenik, Zara pour Zadar).

11  Clérisseau est en Italie de 1749 à 1767 : complice pendant 20 ans, à partir de 1755, des architectes écossais Robert et James Adam, cet architecte et archéologue se pose en véritable « dessinateur en voyage » de Naples à l’Italie centrale, de la Vénétie à Spalato (Dalmatie) et de Pola (Istrie) à Paestum.

12  R. Adam, Ruins of the Palace of the Emperor Diocletian at Spalatro in Dalmatia, London, Printed for the author, 1764, p. 2.

13  Celle-ci a été inventoriée par L. Wolff, Venice and the Slavs. The discovery of Dalmatia in the Age of Enlightenment, Stanford (California), Stanford University Press, 2001.

14 Ibid., p. 361.

15  G. Bajamonti, Storia della peste che regnò in Dalmazia negli anni 1783-1784, Venise, Vincenzio Formaleoni, 1786 ; G. Wynne Rosenberg-Orsini, Les Morlaques, Venise, 1788.

16  Dont ne s’occupe pas L. Wolff car ce n’est pas son objet. Ainsi est-il normal qu’il ne cite pas le Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie de Cassas et Lavallée, qui constitue le cœur de cette contribution, pas plus que les textes de voyageurs ou polygraphes français du XIXe siècle.

17  J.-N. Bellin, Description géographique du golfe de Venise et de la Morée avec des remarques pour la navigation, et des cartes et plans des villes, ports et mouillages, Paris, Didot, 1771.

18  Les Italiens eux-mêmes sont restés attachés à cette approche des rives et ports de la mer Adriatique, dont témoigne le Panorama della costa e delle Isole di Dalmazia nei viaggi dei Piroscafi del Lloyd Austriaco de Giuseppe Rieger (Trieste, Linassi, 1853 ; réédité à Udine en 1991).

19  P. Thouvenel, Traité sur le climat de l’Italie considéré sous ses rapports physiques, météorologiques et médicinaux, Vérone, impr. Giuliari, 1797, 4 vol. 

20  M.-D. de Binos, Voyage par l’Italie, en Égypte, au Mont-Liban et en Palestine ou Terre Sainte, Paris, chez l’auteur et chez Boudet, 1787, 2 vol. Après être monté de Céphalonie à Ancône en décembre 1776 et janvier 1777, Binos redescend en juin et juillet 1777 depuis Trieste en côtoyant les îles de l’actuelle Croatie puis en étant déporté par les vents vers la Pouille avant de rejoindre les côtes de l’Albanie à Durazzo, puis Corfou et Zante (t. 1, p. 24-78 et 209-215).

21  C.-M. d’Irumberry, comte de Salaberry, Voyage à Constantinople, en Italie et aux Iles de l’Archipel, par l’Allemagne et la Hongrie, Paris, Crapelet, an VII-1799 ; A.-V. Arnault, Souvenirs d’un sexagénaire, Paris, Dufey, 1833, t. 3, p. 97-102 ; P.-H. de Valenciennes, Réflexions et Conseils à un Élève sur la Peinture et particulièrement sur le genre du Paysage, placé à la suite des Élémens de perspective pratique à l’usage des artistes, Paris, L’Auteur-Desenne-Duprat, An VIII-1800, p. 375-642.

22  D. Stephanopoli de Comnène, Voyage de Dimo et Nicolo Stephanopoli en Grèce : pendant les années V et VI (1797 et 1798)... d'après deux missions, dont l'une du Gouvernement français et l'autre du général en chef Buonaparte / rédigé par un des professeurs du Prytanée..., Paris, impr. de Guilleminet, an VIII-1799, t. 1, p. 1-40. L’auteur de ce récit est, selon Barbier, le polygraphe Antoine Serieys.

23  « Appendice al viaggio XXXVII » (Da Venezia a Trieste per Palmanova), dans l’Itinerario italiano ossia descrizione dei viaggi per le strade più frequentate alle principali città d’Italia, Milan, fratelli Vallardi, 1808, p. 160-169 ; « Appendice al Viaggio XL » (Da Venezia a Trieste per Palmanova), dans l’Itinerario italiano…, Milan, fratelli Vallardi, 1812, p. 174-183 ; « Viaggio XLIII » (Da Trieste a Cattaro), dans l’Itinerario italiano…, Milan, fratelli Vallardi, 1832, p. 212-224. Il est à noter que si cet appendice est devenu un voyage – le « XXVIe Voyage » – dans la traduction parue en français à Florence en 1809 (État général des Postes et Relais de l'Italie... Huitième édition, corrigée et augmentée des voyages de l'Istrie, de la Dalmatie et du Simplon, Florence, Nicolas Pagni, 1809), il ne figure pas dans l’édition en italien publiée à Rome par Bernardino Olivieri en 1809.

24  M. et Mme Mercier Thoinnet, « Voyage sur l’Adriatique », chap. XI dans les Souvenirs de voyage, par M. et Mme Mercier-Thoinnet, dans le midi de la France… dans la Ligurie, à Gênes, Rome, Naples… sur l’Adriatique, dans l’Albanie… la Dalmatie, l’Illyrie, à Trieste, Venise, en Suisse, Paris, Schwartz et Gagnot, chez Lequien, 1838, p. 228-249.

25  Th. Allason, Picturesque views of the antiquities of Pola in Istria, avec des gravures par W. B. Cooke, George Cooke, Henry Moses et Cosmo Armstrong, [suivi de] Remarks on the ancient and modern history of Istria and Dalmatia elucidatory of the origin, manners, and customs of their present inhabitants, London, John Murray, 1819.

26  X. Marmier, Lettres sur l'Adriatique et le Monténégro, Paris, Arthus Bertrand, 1854, 2 vol., ici vol. 1, p. I-IV. Sur les 31 titres de la bibliographie parus entre 1802 et 1853, cités en exergue parmi 37 titres, 14 sont en allemand, 5 en italien, 4 en anglais, 4 en français et 2 en serbe, mais en dehors du Voyage de Cassas et Lavallée, ceux en français ne portent que sur la Serbie, le Monténégro et de manière générale sur la Turquie d’Europe.

27  Il en va ainsi de L’Italie, la Sicile, les îles éoliennes, l’île d’Elbe, la Sardaigne, Malte, l’île de Calypso, etc (Paris, Audot fils, 1834-1837, 6 parties en 2 vol. ) et de L’Italie pittoresque. Tableau historique et descriptif de l’Italie, du Piémont, de la Sardaigne, de la Sicile, de Malte et de la Corse (Paris, Amable Costes, 1836-1837, 6 séries en 3 vol. ).

28  Ainsi ceux de M. de Casotti (Le coste e isole della Istria e della Dalmazia, Zara, tipografia Battara, 1840), L. Zucoli (Nuovissima guida dei viaggiatori in Italia, coll’aggiunta dei viaggi nella Dalmazia, nell’Istria e nella Grecia, Milan, L. Zucoli, 1840) et G. Smancini (Scorsa piacevole in Grecia, Egitto, Turchia, sul Danubio e da Vienna alla Lombardia : descritta e corredata di note per servire anche di guida ai viaggiatori, Milan, Manini, 1844). Le premier guide italien spécifiquement consacré à l’Istrie et la Dalmatie est cependant celui, beaucoup plus tardif, de G. Marcotti (L’Adriatico orientale da Venezia a Corfù. Guida illustrata, Florence, Bemporad, 1899).

29  Les récits de voyage français se multiplient dans la seconde moitié du XIXe siècle. Outre Marmier, on peut citer : A.-M. Chenavard, Vues d'Italie, de Sicile et d'Istrie, Lyon, impr. de L. Perrin, 1861 ; É. Rey, Voyage pittoresque en Grèce et dans le Levant, fait en 1843-1844, par E. Rey, peintre, A. Chenavard, architecte, et Dalgabio, architecte. Journal de voyage, dessins et planches lithographiées par E. Rey, Lyon, L. Perrin, 1867 (partis de Grèce en bateau, les trois hommes arrivent sur les côtes de la Dalmatie avant de gagner Ancône et de là Rome, Viterbe et Livourne) ; F. de Perrochel, Une semaine en Istrie, Le Mans, E. Monnoyer, 1874 ; C. Yriarte, Les bords de l’Adriatique et le Monténégro… Venise, l’Istrie, le Quarnero, la Dalmatie, le Monténégro et la rive italienne, Paris, Hachette, 1878 ; S. de Nolhac, La Dalmatie, les îles Ioniennes, Athènes et le mont Athos, Paris , E. Plon, 1882.

30 Magasin encyclopédique, IIIe année, an V-1797, t. 15, p. 566. Le périodique de Millin rend fidèlement compte des 14 livraisons jusqu’en 1801 et en appelle plusieurs fois à la générosité des souscripteurs.

31  Archives du Ministère des Affaires Étrangères [MAE], Correspondance politique [C. P.] Venise, 249, fol. 133, Hénin à Montmorin, 1er juin 1791, et fol. 235, Durfort à Delessart, 10 décembre 1791. Mes plus vifs remerciements à Virginie Martin pour m’avoir fourni les informations en provenance du MAE.

32  MAE, C. p. Venise, 250, fol. 205, 274, 302, correspondance de Hénin et Lebrun au sujet de cette mission, 6 mai-28 juin 1793.

33  MAE, M. D. [Mémoires et Documents], Venise, 37, fol. 208, « Mémoire sur nos relations avec Venise et sur le projet d’une expédition dans le golfe Adriatique », s. d. [peut-être du 13 janvier 1796 ; l’auteur selon Virginie Martin pourrait être Jean Tilly, ancien chargé d’affaires à Gênes de mars 1793 à septembre 1794].

34  MAE, M. D. Venise, 37, fol. 236, « Mémoire sur la nécessité et les moyens d’avoir dans les mers du Levant les ports les plus convenables à l’extension et à la sûreté de notre commerce dans ces mers », Paris, 21 juillet 1797, Roussine Morainville à Bonnier.

35  MAE, M. D. Venise, 37, fol. 242, « Des relations des départements de la mer Ionienne avec la Turquie », 11 janvier 1798 ; MAE, M. D. Venise, 37, fol. 246, « Mémoire sur les îles ci-devant vénitiennes », de Casimir Rostan, au ministre des Affaires Étrangères, Gênes, 5 mars 1798.

36  MAE, M. D. Venise, 37, fol. 251, Mémoire sans auteur et sans titre, datable de l’été 1797.

37  Sur la politique de la France dans l’Adriatique à partir de 1797, voir P. Pisani, La Dalmatie de 1797 à 1815, épisode des conquêtes napoléoniennes, Paris, Alphonse Picard et Fils, 1893 ; E. Rodocanachi, Bonaparte et les îles ioniennes, un épisode des conquêtes de la République et du premier Empire (1797-1816), Paris, F. Alcan, 1899 ; C. Zaghi, Bonaparte e il Direttorio dopo Campoformio. Il problema italiano nella diplomazia europea 1797-1798, Naples, Edizioni scientifiche italiane, 1956.

38  Sur l’histoire de la Dalmatie pendant la domination autrichienne d’octobre 1797 au traité de Presbourg (26 décembre 1805), puis sur l’entrée des Français au début de 1806, voir P. Pisani, op. cit.

39  Magasin encyclopédique, VIe année, An IX-1801, t. 36, p. 420. Cette phrase figure dans un appel aux souscripteurs qui sauront suivre la voie « des consuls, des principales autorités constituées, des ministres français, d’un grand nombre d’ambassadeurs et de ministres étrangers, ainsi que d’une foule d’amateurs, tant nationaux qu’étrangers ».

40  Magasin encyclopédique, VIIe année, An IX-1801, t. 40, p. 558.

41  Il est intéressant de signaler qu’outre Du Tillot et Clérisseau, seuls trois Français figuraient parmi les souscripteurs de R. Adam : le fermier général Le Normant d’Étiolles, le graveur des médailles du Roi Duvivier et M. Monginot de Versailles.

42 M. Broers, The Napoleonic Empire in Italy, 1796-1814. Cultural Imperialism in a European Context ?, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2004, notamment p. 278-285.

43  J. Lavallée, Voyage pittoresque et historique…cit., p. 60.

44  J. Lavallée (et pour les cartes et dessins L. Brion père et fils), Voyage dans les départements de la France. Enrichi de Tableaux Géographiques et d’Estampes, Paris, Brion, 1792-1802, 85 cahiers reliés à l’époque en fascicules, selon des logiques variées (notamment par regroupements régionaux ou par ordre alphabétique).

45  J. Acerbi, Voyage au Cap-Nord, par la Suède, la Finlande et la Laponie, Paris, Levrault, Shoell et Cie, An XII-1804. La traduction d’après l’original anglais par J. Lavallée est annoncée comme ayant été « revue sous les yeux de l’auteur ». On notera la rapidité de la traduction en français alors que, bien qu’Acerbi soit né près de Mantoue, l’édition italienne ne date que de 1832.

46  Ibid., avant-propos de J. Lavallée, p. XIII-XIV.

47  Ibid., préface, p. XXX.

48  Dont rendent compte, parmi beaucoup d’autres, les travaux de M. Cuaz sur les Italiens au XVIIIe siècle (« L’identité italienne au XVIIIe siècle. La perception des étrangers et l’autoreprésentation des intellectuels d’Italie », dans G. Bertrand, dir., Identité et cultures dans les mondes alpin et italien, XVIIIe-XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 13-36), de F. Walter sur la relation entre les caractères nationaux et le paysage (« Caractères et stéréotypes : du moral au spatial » (dans Les figures paysagères de la nation. Territoire et paysage en Europe (XVIe-XXe siècle), Paris, EHESS, 2006, p. 23-78) et de M. Belissa sur l’image des Russes (La Russie mise en Lumières. Représentations et débats autour de la Russie dans la France du XVIIIe siècle, Paris, Kimé, 2010).

49  Abbé J.-L.-M. Poiret, Voyage en Barbarie, ou lettres écrites de l'ancienne Numidie pendant les années 1785 et 1786, Paris, J.-B.-F. Née de La Rochelle, 1789, p. 126.

50  M. Levesque, Tableau politique, religieux et moral de Rome et des états ecclésiastiques, Paris, Desenne, 1791 ; G. Monge, Correspondance depuis l'Italie, 9 juin 1796-26 mai 1798, préparée par René Taton et en voie de parution (une partie a été publiée en italien, Dall’Italia, 1796-1798, Palerme, Sellerio, 1993) ; J.-F. de Bourgoing, Mémoires historiques et philosophiques sur Pie VI et son pontificat, jusqu’à sa retraite en Toscane, Paris, F. Buisson, An VII-1798.

51  L.-P. Baltard, Lettres, ou voyage pittoresque dans les Alpes, en passant par la route de Lyon et le Mont-Cenis, suivi d'un recueil de vues des monuments antiques de Rome... en 48 planches, Paris, l’auteur, 1806.

52  C.-N. Ledoux, L’Architecture considérée sous le rapport de l’art, des mœurs et de la législation, Paris, chez l’Auteur, 1804, t. 1, p. 38 et 42.

53  Ph. Antoine, « Le Grec et le sauvage, Figures de l’origine dans les romans américains de Chateaubriand », dans Au creux du temps. Parole prophétique, Parole romanesque, C. Arcuri éd., Études romanesques, n° 8, Paris-Caen, Lettres modernes Minard, 2003, p. 45-55 (article commenté dans son mémoire de synthèse pour l’Hdr, Université de Paris-Sorbonne, 2009, p. 56-57).

54  Cité par F. et R. Étienne, « Le comte de Choiseul-Gouffier, un philhellène du XVIIIe siècle », dans le catalogue d’exposition Le voyage en Grèce du comte de Choiseul-Gouffier, Avignon, Musée Calvet & Éditions A. Barthélemy, 2007, p. 135-137, ici p. 137.

55  Outre D. Nicolaïdis, op. cit., voir M. Vovelle, « Retour aux sources des libertés antiques : rêves et réalités dans la politique de la Révolution face à la Grèce », dans Les Républiques-sœurs sous le regard de la Grande Nation, 1795-1803, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 331-343.

56  G. Le Bouvier, op. cit., p. 85, 89, 67 et 96.

57  G. Botero, Le Relationi universali, Venise, G. Angelieri, 1600, Parte prima, libro I, p. 98. C’est moi qui traduis.

58  S. Descat, Le Voyage d’Italie de Pierre-Louis Moreau : Journal intime d’un architecte des Lumières (1754-1757), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2004, p. 54.

59  F. D. A. de Sade, Voyage d’Italie, Paris, Fayard, 1995, t. 1, p. 177. Sur les évolutions et l’ambivalence de l’image des lazzaroni, voir E. Chevalier, « Le lazzarone napolitain vu par les voyageurs étrangers du XVIIIe siècle : est-il bon, est-il méchant ? », Bulletin de l'Association amicale des anciennes élèves de l'ENS de Fontenay-aux-Roses, n° 90, nov. 1970, p. 18-29.

60  M. Sherlock, Lettres d’un voyageur anglois, Londres, 1779, p. 138.

61  A. Creuzé de Lesser, Voyage en Italie et en Sicile en 1801 et 1802, Paris, Didot, 1806, p. 96. Un peu plus tard, en 1811, Custine traumatisé lors de son voyage en Calabre se promet « de ne plus [s]’exposer à voyager dans des pays à demi sauvages, sans précautions, sans lettres de recommandation, sans provisions, sans plusieurs guides » (Mémoires et voyages ou lettres écrites à diverses époques pendant des courses en Suisse, en Calabre, en Angleterre et en Écosse, Paris, A. Vezard, 1830, t. 2, p. 65).

62  G. Gelléri, « Cette chose ordinaire et inutile ». Le voyage d’Angleterre de 1660 à 1789 : défi philosophique, enjeu politique, pratique sociale, thèse de doctorat soutenue sous la direction d’A. Burguière et G. Granasztoi, EHESS, Paris, 2009, p. 452.

63  J. Lavallée, Voyage dans les départemens de la France…, cit., « Mont-Blanc », 1793, p. 39 et 5.

64  J. Solé, « Des voyageurs officiels dans la France profonde au temps de la Terreur », dans Par monts et par vaux. Migrations et voyages, Montbrison, Ville de Montbrison, 2001, p. 373-387 (rééd. dans J. Solé, De Luther à Taine. Essais d’histoire culturelle, Grenoble, PUG, 2011, p. 203-222).

65  J. Lavallée, Voyage pittoresque et historique…, cit., p. 3-4.

66  Les mots « race » et « sang » reviennent fréquemment sous la plume de Lavallée. Ils servent souvent à désigner un « mélange » ou « croisement », ainsi que la succession des générations dont le mécontentement va croissant « de race en race » (p. 39).

67 L’eroe dalmate ossia Aurangzebbe Re di Siam dramma tragico, commenté par L. Wolff, Venice and the Slavs, cit., p. 73-75.

68  L. Cancio, entrée « Fortis », Dizionario biografico degli italiani, Rome, Istituto della Enciclopedia Italiana, 1997, vol. 49, p. 205-210, en part. p. 209.

69  A. Fortis, Voyage en Dalmatie, Berne, Société Typographique, 1778 (éd. orig. en ital. 1774), t. 1, lettre II à Mylord Comte de Buze, sur les mœurs des Morlaques, p. 65-149, en particulier p. 65-66 et 75-77.

70  On peut penser aux écrits statistiques sur le Piémont par Laboulinière (publiés en 1802), J.-B.-J. Breton (1803), Maranda (1803) ou encore Chanlaire et Herbin de Halle (1803), à ceux sur les départements lombards par Melchiorre Gioia une fois que lui eût été confié le Bureau de statistique (1808), sur le comté de Nice par le médecin Fodéré (1821), sur la Ligurie par le préfet du Montenotte Chabrol de Volvic (1824) ou sur Rome par cet autre préfet qu’avait été le comte de Tournon (1831).

71  A. Fortis, op. cit., t. 1, p. 87-88. Cette dimension fraternelle des Morlaques est commentée avec le même enthousiasme trois quarts de siècle plus tard par X. Marmier, qui a lu Fortis (op. cit., t. 1, p. 313-317).

72  Ibid., t. 1, p. 79-80.

73  M. Mauviel, « Révolution et contre-Révolution : la confrontation aux langues et cultures d’Europe et du Monde », dans La Révolution française et l’éducation du citoyen. Perspectives historiques et Problèmes d’actualité, numéro d’Impacts, revue de l’Université catholique de l’Ouest, Angers, 15 juin 1990, n° 1 et 2, p. 35-69 ; id., « Garat, Ginguené et l’Italie », dans M. Matucci, dir., Gli Idéologues e la Rivoluzione, Pise, Pacini Ed., 1991, p. 35-69 ; J.-L. Chappey, La Société des Observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, Société des études robespierristes, 2002.

74 MAE, M. D. Venise, 37, fol. 246, 5 mars 1798, déjà cité.

75  MAE, M. D. Venise, 37, fol. 265, Notice sur la Dalmatie, l’Istrie et l’Albanie vénitienne, 1805.

76  H. Langlois, Itinéraire complet de l’Empire français, deuxième édition considérablement augmentée, comprenant la Hollande, une partie de l’Allemagne, l’Italie et les provinces illyriennes, Paris, H. Langlois, 1811, 3 t.

77  Pour prolonger la réflexion, voir S. Woolf, Napoléon et la conquête de l’Europe, Paris, Flammarion, 1991 et son article « French civilization and Ethnicity in the Napoleonic Empire », Past and present, n° 124, 1989, p. 96-120.

78  G. Gelléri, op. cit., 2009, p. 301.

79  Mercier Thoinnet, op. cit., p. 223-224, 233, 240, 231.

80  Cité par M. Viallon, Catalogue du Fonds italien Auguste Boullier de la Bibliothèque municipale de Roanne, XIXe siècle, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1998, p. 27.

81  P. Pisani, op. cit., p. VII.

82  Sur la dimension patriotique du discours de Lavallée en matière d’archéologie, voir G. Bertrand, « L’Istrie et la Dalmatie, terre de frontière pour l’invention de l’archéologie à l’époque du consulat ? », à paraître dans M. Royo, dir., Du voyage savant aux territoires de l’archéologie, Paris, De Boccard, coll. « De l’archéologie à l’histoire ».

Haut de page

Fig. 1. Carte de l’Istrie et de la Dalmatie pour servir à l’intelligence des Voyages du Cen Cassas
Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, 1802
URL http://lrf.revues.org/docannexe/image/274/img-1.jpg
image/jpeg, 1,2M
Fig. 2. Vue du château de Luegg, ou Predjama Cassas
Pl. 2 du Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, 1802
URL http://lrf.revues.org/docannexe/image/274/img-2.jpg
image/jpeg, 1,9M
Fig. 3. Vue de l’arc de triomphe de Pola, appelé Porta-Aurea, prise en dehors de la Ville de Pola Cassas
Pl. 20 du Voyage pittoresque et historique de l’Istrie et de la Dalmatie, 1802.
URL http://lrf.revues.org/docannexe/image/274/img-3.jpg
image/jpeg, 1,2M
Fig. 4. Détail de la vue précédente de l’arc de triomphe de Pola, appelé Porta-Aurea
« Dans cette Vue sont reunis les Costumes des habitans de Listrie et de la Dalmatie ».
URL http://lrf.revues.org/docannexe/image/274/img-4.jpg
image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Bertrand, « Entre affichage de la fraternité et visions inégalitaires : peuples frères, sauvages et dégénérés dans le discours des voyageurs et polygraphes français sur l’Istrie et la Dalmatie, 1789-1815 », La Révolution française [En ligne], Dire et faire l’Europe à la fin du XVIIIe siècle, mis en ligne le 18 juin 2011, Consulté le 26 juin 2017. URL : http://lrf.revues.org/274

Haut de page

Auteur

Gilles Bertrand

Université de Grenoble

Haut de page

Droits d'auteur

© La Révolution française

Haut de page