Navigation – Plan du site

« Et la civilisation deviendra générale » : L’Europe de Volney ou l’orientalisme à l’épreuve de la Révolution.

Antoine Lilti

Résumé

Les Ruines de Volney ont été un des grands succès éditoriaux de la Révolution française, mais les ambivalences de ce texte important été peu étudiées. L'enjeu principal du livre est la question de la diffusion pacifique de la Révolution à l'échelle des sociétés non-européennes. Le surgissement révolutionnaire oblige à repenser le schéma historique de la "civilisation" mis en place par les Lumières, qui reposait sur l'idée d'un long processus immanent. Comment concilier l'universalisme révolutionnaire et la spécificité de l'histoire européenne, le modèle de la civilisation et la diversité des cultures ? L'article montre par quels procédés narratifs et fictionnels Volney essaie de résoudre ces difficultés théoriques et politiques. Il situe aussi les Ruines dans l'itinéraire intellectuel de Volney et, plus largement, comme un moment spécifique de rencontre entre l'orientalisme français et la promesse révolutionnaire.

Haut de page

Texte intégral

La communication des Lumières d’une portion s’étendra de proche en proche, et gagnera le tout. Par la loi de l’imitation, l’exemple d’un premier peuple sera suivi par les autres : ils adopteront son esprit, ses lois. Les despotes mêmes, voyant qu’ils ne peuvent plus maintenir leur pouvoir sans la justice et la bienfaisance, adouciront leur régime par besoin, par rivalité, et la civilisation deviendra générale.
C-F. Volney, Les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires, Paris, Desenne-Volland, 1791, p. 245.

  • 1  Constantin-François Volney, Les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires, Paris, Desen (...)

1Certaines œuvres sont victimes de leur succès. Souvent citées, rarement lues, elles sont réduites à un titre qui alimente les malentendus et les contresens. Tel est le cas des Ruines, ou Méditation sur les révolutions des empires, publiées en 1791 par un député à l’Assemblée constituante, Constantin-François Chassebeuf, plus connu sous le nom de plume qu’il s’était choisi avant la Révolution : Volney. Le livre connut dès sa parution un réel succès, mais exerça surtout une grande influence sur la génération romantique de 1830, fascinée par l’ouverture du livre, une invocation grandiloquente aux ruines et à leur sagesse, et par les premiers chapitres où le narrateur, immobile au milieu des vestiges de Palmyre, semble s’abîmer dans une méditation mélancolique sur l’histoire : l’Europe, s’interroge-t-il, pourrait-elle à son tour connaître la même destinée que les grands empires de l’Asie1 ?

  • 2  Jean Gaulmier, L’idéologue Volney, 1757-1820. Contributions à l’histoire de l’orientalisme en Fran (...)
  • 3  Alexander Cook, « Reading revolution: towards a history of the Volney vogue in England » dans C. C (...)
  • 4  Henri Deneys, « Volney, Auteuil et la composition des Ruines (1791) », Studies on Voltaire and the (...)

2Cette réception a profondément marqué la réputation des Ruines et les historiens de la littérature s’y sont souvent laissés prendre. Même Jean Gaulmier, auteur de la monographie de référence sur Volney, parle d’un « Génie du scepticisme », pour le plaisir du parallèle facile, mais trompeur, avec Chateaubriand. Et Jean Ehrard a cru voir en Volney l’homme de la « Révolution mélancolique2 ». Mais alors, comment comprendre que Volney ait rédigé un tel livre en plein enthousiasme révolutionnaire, au moment où l’Assemblée constituante, dont il est membre, achevait ses travaux ? Comment expliquer que le livre, immédiatement traduit en anglais, soit devenu un des ouvrages de chevet du mouvement radical3 ? Comment, surtout, faire coïncider cette mélancolie supposée avec le rationalisme militant qui fut, tout au long de sa carrière intellectuelle, la marque de fabrique de Volney, héritier revendiqué de Voltaire, Helvétius et d’Holbach ? En réalité, Les Ruines ne sont nullement habitées par une conception mélancolique de l’histoire, encore moins par une fascination esthétique pour les vestiges du passé ; elles sont, tout au contraire, animées par une adhésion profonde à l’œuvre de la Révolution française et à l’ère nouvelle de progrès qui semblait alors s’ouvrir et suscitait l’enthousiasme du petit groupe de savants que Volney fréquentait chez Mme Helvétius pendant la rédaction du livre4. Comme nous allons le voir, le prélude élégiaque visait surtout à mettre en évidence le renversement qui lui fait suite, lorsque le narrateur reçoit, grâce à l’intervention du  « génie » sorti d’un tombeau, la révélation de l’avenir radieux qu’annonce au monde la Révolution française. Le reste du livre donne libre cours à une description exaltée de l’effort législateur de la Révolution, présenté à la fois comme le triomphe de la loi naturelle et comme l’aboutissement des Lumières, à l’annonce, sur le mode de la prophétie, de sa diffusion à l’ensemble des peuples du monde.

  • 5  L’histoire de la réception des Ruines reste à faire. On peut noter, toutefois, que la sixième édit (...)

3Pour autant, la réception « romantique » des Ruines5 souligne la complexité du dispositif narratif choisi par Volney. Ce livre de philosophie morale et politique, nourrie par la philosophie rationaliste des Lumières, prétend avoir été entamé avant la Révolution et repose sur la fiction d’une énonciation en 1784, pendant le voyage de Volney en Syrie, dont le récit, publié en 1786, lui avait acquis une certaine notoriété. Mais pourquoi Volney choisit-il pour décrire la Révolution, la double fiction d’un conte orientalisant et d’une prophétie rétrospective ? Alors qu’il avait sciemment évité, dans son Voyage en Égypte et en Syrie, les facilités du récit de voyage au profit d’une véritable ambition descriptive, pourquoi inscrit-il ce livre, dont les enjeux sont clairement philosophiques et politiques, dans un procédé narratif si curieux. C’est une énigme qui n’a guère embarrassé les commentateurs. Mon hypothèse ici est que cette construction paradoxale et passablement alambiquée signale la double difficulté qu’affronte Volney lorsqu’il s’agit de montrer que la Révolution accomplit la promesse de progrès politique et moral dont les Lumières étaient porteuses : d’une part, la tension entre la spécificité de l’Europe et l’universalité du projet émancipateur des Lumières ; de l’autre, le nouveau rapport au temps qu’induit l’événement révolutionnaire dans sa soudaineté proprement imprévisible. Or les deux éléments ont évidemment partie liée, puisque c’est justement en tant que processus historique de longue durée que le progrès des mœurs — leur civilisation — pouvait être pensé à la fois comme un phénomène spécifiquement européen et comme un horizon universel, c’est-à-dire comme un modèle.

  • 6  Volney n’a jamais caché son admiration pour l’œuvre d’Helvétius et celle du baron d’Holbach. Sous (...)

4Il devrait être clair, à ce stade, que mon but n’est pas de redécouvrir, encore moins de réhabiliter, Volney et ses Ruines. Il me semble en revanche que son livre fournit un observatoire précieux, quoique généralement négligé, pour étudier la rencontre de l’héritage des Lumières et du moment révolutionnaire autour des équivoques de l’européocentrisme. L’œuvre de Volney, dans ses contradictions, permet de mieux comprendre la façon dont les héritiers revendiqués des Lumières6 confrontent le grand récit de la civilisation européenne, forgé tout au long de la seconde moitié du siècle, à ces  deux phénomènes majeurs que sont, d’une part, la conscience de plus en plus aiguë qu’ils ont de l’élargissement de l’histoire à une échelle globale, intégrant l’Amérique et l’Asie, et, d’autre part, l’événement révolutionnaire et l’espérance qu’il suscite. Il importe donc de relire les Ruines dans le contexte précis de sa publication, mais aussi dans le mouvement général de l’œuvre de Volney qui, entamée avant la Révolution avec le Voyage en Égypte et Syrie, s’achève sous la Restauration avec des projets de simplification des langues asiatiques et dessine ainsi un parcours exemplaire au sein de l’orientalisme français.

L’Europe et les Empires

  • 7  John Pocock, Barbarism and religion, vol. 2: Narratives of civil government, Cambridge University (...)
  • 8  Paul Hazard, La crise de la conscience européenne, Firmin-Didot, 1934, chapitre 1 : « de la stabil (...)
  • 9  Bertrand Binoche (dir.), Les équivoques de la civilisation, Seyssel, Champ Vallon, 2005. La biblio (...)

5Il existe au dix-huitième siècle, deux grandes façons de penser l’Europe : comme le résultat d’un processus historique interne, fait de rivalités politiques et de progrès économiques, ou comme une entité géographique et culturelle confrontée à d’autres espaces. Dans le premier cas, l’Europe s’oppose aussi bien à la Chrétienté qu’au modèle impérial, contre lequel elle s’est construite. C’est le grand récit de l’histoire européenne qui domine l’histoire philosophique des Lumières, de Voltaire à Robertson, et qui  décrit l’émergence, depuis la Renaissance, d’un système concurrentiel d’états, les progrès du commerce et le raffinement des cours7. Dans le second cas, l’Europe se confronte aux sauvages, aux barbares, mais aussi aux grandes sociétés orientales. Ici, c’est l’héritage des grands voyages transocéaniques, des premiers empires coloniaux et de la découverte de l’altérité, débouchant sur la crise de la conscience européenne8. Bien entendu, ces deux dimensions interfèrent largement, à la fois que parce qu’en répudiant la notion d’empire dans la définition même de l’Europe, les écrivains des Lumières la retrouvent dans la réflexion sur l’expansion européenne, mais surtout parce que c’est la même opposition entre civilisés et barbares qui organise le rapport des Européens éclairé à leur passé et aux peuples des sociétés extra-européennes. C’est toute l’ambiguïté bien connue de la notion de civilisation que de faire coexister, dans un même mot, différentes modalités de ce rapport. Une modalité historique, celle de l’engendrement qui conduit de la barbarie médiévale à l’Europe éclairée ; une modalité typologique qui suppose l’existence de différents peuples civilisés, de la Chine ancienne à l’Europe moderne ; une modalité politique, enfin, qui s’interroge sur la possibilité de faire accéder un peuple à l’état civilisé par un ensemble de réformes volontaristes. Ce sont ces différentes conceptions que le néologisme civilisation va rassembler, au point d’en recouvrir les équivoques pour en faire un « maître mot » de la période révolutionnaire et surtout du XIXe siècle9.  

  • 10  Edward Saïd, L’Orientalisme, L’Orient créé par l’Occident, trad. fr., Seuil, 1980 ; Henry Laurens, (...)

6Volney n’a jamais écrit sur l’histoire européenne. S’il n’ignore rien du récit historique qui forme le cœur de la notion de civilisation, il aborde sciemment la question européenne à distance, à travers son intérêt pour les autres cultures, le monde arabe sous domination turque, plus tard l’Amérique, puis l’Asie, dont il étudie les langues. À la différence de Voltaire, il ne se contente pas de construire une image fantasmée des cultures extra-européennes pour critiquer une partie des prétentions européennes, il investit une véritable posture ethnographique, semblant vouloir incarner la figure du philosophe-voyageur que Rousseau appelait de ses vœux. Pourtant, la contribution de Volney à l’orientalisme ne fait pas l’unanimité parmi les historiens. Son œuvre apparaît à Edward Saïd comme emblématique des débuts de l’orientalisme européen, dans son œuvre de réification des cultures de l’autre, alors que Henry Laurens voit au contraire en Volney un homme des Lumières ouvert à la spécificité des cultures non européennes10. Cette alternative est évidemment une mauvaise façon de poser la question car ce qui importe n’est pas de juger l’œuvre de Volney au prisme de nos critères contemporains, mais de comprendre comment elle révèle les contradictions qui pèsent sur la façon de penser les rapports entre l’Europe et le reste du monde à la fin du dix-huitième siècle et comment la Révolution, comme événement et comme expérience, reconfigure la tension entre histoire universelle et européocentrisme dans la pensée des Lumières. Pour cette raison, il importe, avant de se pencher sur le texte des Ruines et sur son affirmation selon laquelle la « civilisation deviendra générale », de s’interroger sur la façon dont Volney, dans ses écrits antérieurs, articule les différents schèmes de la civilisation.

  • 11  Constantin-François Volney, Voyage en Egypte et en Syrie [1786], J. Gaulmier (éd.), La Haye, Mouto (...)
  • 12  « C’est en ces contrées que sont nées la plupart des opinions qui nous gouvernent ; c’est de là qu (...)
  • 13  Le baron de Tott, qui avait été envoyé en mission secrète quelques années auparavant en Égypte ven (...)
  • 14  Sur les principes de cette description et l’épistémologie matérialiste de Volney, voir Bernard Lep (...)
  • 15  À cet égard, Volney incarne la figure du voyageur-philosophe que Rousseau appelait de ses vœux dan (...)
  • 16  « Cessons de prêter à cette antiquité guerroyeuse et superstitieuse une science de gouvernement qu (...)
  • 17  C-F. Volney, Voyage…, op. cit., p. 114-115.
  • 18  Ibid., p. 407.
  • 19  C’est ainsi qu’on peut comprendre le balancement relevé par Bernard Lepetit entre la description a (...)
  • 20  C-F. Volney, Considérations sur la guerre actuelle des Turks, Londres, 1788.

7En 1783, âge tout juste de 25 ans, Volney entreprend un voyage de deux ans dans l’empire Ottoman, dont il tirera, à son retour, un Voyage en Égypte et en Syrie, qui eût immédiatement un grand succès, en France et en Europe, et sera réutilisé avidement par Bonaparte et les savants qui l’accompagnent, lors de l’expédition d’Égypte. Il vaut pourtant la peine de revenir au projet qui était, à l’origine, celui de Volney. Après avoir d’abord songé à découvrir « L’Amérique naissante et les sauvages »11, il se décide finalement pour l’Égypte et la Syrie, parce qu’elles lui permettaient d’étudier à la fois leur passé et leur présent ou, comme il dit, de les décrire « sous le double rapport de ce qu’elles furent jadis et de ce qu’elles sont aujourd’hui ». Il s’agissait à l’origine, d’une part, d’y trouver l’origine des idées religieuses, morales et politiques de l’Europe12, et d’autre part, d’étudier l’état politique de l’empire Ottoman, dans une période de crise politique et militaire —  les Turcs venaient d’être battus en Crimée par les Russes, et que les autorités diplomatiques françaises pensaient très sérieusement à une expédition en Égypte13. Or, finalement, le premier aspect (l’interrogation sur l’héritage antique) est totalement délaissé au profit du second (la description géographique, ethnographique, socio-politique et militaire14) : alors même que l’intérêt sur les vestiges de l’Antiquité orientale est vif en Angleterre et en France, Volney fait passer au premier plan des considérations de philosophie politique sur le despotisme de l’empire Ottoman et des préoccupations diplomatiques sur la possibilité d’une expédition française en Égypte15. Ce déplacement est très révélateur. On a parfois voulu y voir la trace d’une mission diplomatique secrète dont aurait été chargé Volney et qui aurait informé son regard. Aucune preuve n’en a été apportée. Mais, au-delà de cette hypothèse somme toute anecdotique, il est plus intéressant de remarquer que cette réorientation du projet, à l’épreuve du terrain, n’est pas sans lien avec la conception de l’Europe qui est celle de Volney, et plus largement des philosophes dont il se réclame. Avec l’Antiquité, juive ou romaine, la continuité historique a été rompue. Volney redira à plusieurs reprises, notamment dans ses leçons d’histoire de l’an III, son peu d’estime pour l’Empire romain, qui ne peut en aucun cas servir de modèle ou même de point de réflexion à ce que peut et doit être « l’Europe moderne »16. S’il s’oppose ainsi aux Jacobins, il se situe parfaitement dans la continuité des leçons de Voltaire. En revanche, l’empire Ottoman, à la fois puissance déclinante et figure de l’alliance entre despotisme politique et fanatisme religieux, apparaît à Volney comme un objet privilégié de la réflexion politique contemporaine pour penser justement la spécificité de l’Europe. Comme la plupart des voyageurs européens, afin de rendre compte des spécificités politiques et culturelles des régions qu’il visite, Volney utilise à plusieurs reprises l’outil à la fois intellectuel et rhétorique de la comparaison entre l’état socio-politique de l’Orient et celui de l’Europe. Il s’agit pour Volney d’éclairer ce topos de la pensée politique des Lumières qu’est l’opposition entre la liberté de l’Europe, ou du moins sa modération, et le despotisme asiatique, question que Volney hérite évidemment de Montesquieu. Volney entend en effet réfuter la thèse de celui-ci — qu’il réduit à tort, comme beaucoup de ses contemporains, à un déterminisme climatique — au profit d’une thèse socio-politique, qui insiste en particulier sur trois points : les conséquences des invasions (à la différence des invasions des peuples du Nord en Europe, qui ont à terme produit la liberté, les invasions turques ont créé une société duale et produit le despotisme) ; l’absence  d’un « ordre mitoyen »17, entre le peuple et les dirigeants, c’est-à-dire d’une classe moyenne susceptible de se constituer en société civile, comme celle qui  explique, en Europe, l’absence de despotisme ; enfin, le rôle des femmes, consignées dans l’espace domestique alors qu’elles sont intégrées en Europe aux relations de sociabilité18. À la différence de Montesquieu, qui construit le despotisme oriental comme un outil littéraire de distanciation critique (dans les Lettres persanes) ou comme un modèle répulsif (dans l’Esprit des lois), Volney entend bien proposer une description, fondée sur une observation. Mais, en dépit de cette rupture, ce qui subsiste, c’est bien une saisie entièrement structurée par une opération de comparaison, qui vise à penser par écart la spécificité de l’Europe moderne. L’Europe néanmoins n’est pas seulement présente dans le texte de Volney comme un point de comparaison, mais aussi comme un acteur, ou plutôt un ensemble d’acteurs politiques susceptible d’intervenir dans ces marges de l’empire Ottoman. Celui-ci n’est pas simplement une figure de l’altérité, comme pouvaient l’être, chez d’autres auteurs du XVIIIe siècle, les sauvages de l’Amérique ou même les Chinois, c’est aussi un acteur, et de plus en plus un objet, de la politique des États européens19. C’est une question que Volney évoque à plusieurs reprises, en prenant clairement position contre une expédition européenne,, mais qui va surtout nourrir un texte publié l’année suivante, autour de la guerre de Crimée entre la Turquie et la Russie20. En mettant aux prises la Russie et la Turquie, deux grands Empires aux marges de l’Europe, entretenant l’un et l’autre des relations ambiguës avec le modèle de développement de l’Europe occidentale, cet affrontement permet à Volney de déployer d’autres aspects de la spécificité européenne.

  • 21  L’aspect le plus superficiel du texte est un discours très hostile aux Turcs, dans lequel affleure (...)
  • 22  Considérations sur la guerre actuelle des Turks, op. cit., p. 34.

8Cette nouvelle guerre de Crimée suscite en effet un large débat des élites européennes mais surtout françaises : faut-il intervenir en faveur de la Turquie, allié traditionnel de la monarchie française. Dans ses  Considérations sur la guerre actuelle des Turcs, Volney y adopte une position si favorable à la Russie qu’elle lui vaudra une médaille de la part de Catherine II21, mais qu’il faut lire surtout comme une réflexion historique et politique sur ces deux empires à la périphérie de l’Europe et sur la façon dont leurs destins se croisent. Alors que l’empire Ottoman est perçu depuis trois siècles à la fois comme un acteur important de la politique de l’équilibre européen et comme une menace extérieure, il a tellement régressé, « depuis un siècle » nous dit Volney, qu’il n’inquiète plus personne, et qu’il n’est plus un allié très utile, en raison de sa décadence politique, culturelle et militaire. À l’inverse, la Russie a connu pendant la même période une phase d’expansion spectaculaire. « Il n’y a pas un siècle révolu que le nom des Russes était presqu’ignoré parmi nous », écrit Volney : « L’on savait par les récits vagues de quelques voyageurs qu’au-delà de la Pologne dans les forêt es et les glaces du Nord existait un vaste Empire dont le siège était à Moscou. Mais ce que l’on apprenait de son climat odieux et de son régime despotique, de ses peuples barbares, ne donnait pas des hautes idées de sa puissance et l’Europe, fière de la politesse de ses cours, et de la civilisation de ses peuples, dédaignait de compter les Tsars au rang de ses Rois, et rejetait les Moscovites parmi les autres barbares de l’Asie »22. Autrement dit, les Russes n’étaient nullement destinés à devenir des Européens. Leur destin était d’être un empire asiatique, comme celui des Moghols en Inde et celui des Ottomans. L’Europe ici ne se définit ni par des frontières géographiques (même si le climat est évoqué), ni par la religion, mais par un état politique et culturel (des cours polies, une relative liberté, l’état des arts), résultat d’une longue évolution historique que résume ici le terme central de « civilisation », opposé à la barbarie orientale. Le sous-texte implicite, ici, est le grand récit de l’Europe moderne dont la matrice est l’Essai sur les mœurs de Voltaire.

  • 23  Ibid., p. 27 et suivantes.
  • 24  Gianluiggi Goggi, « Diderot et le concept de civilisation », Dix-huitième siècle, 29, 1997, p. 353 (...)
  • 25  L’articulation de ces deux thèmes est particulièrement visible chez l’abbé Raynal. Voir Kenta Ohji(...)

9Mais un changement brutal, écrit Volney, est intervenu en Russie avec Pierre le Grand, qui fut le point de départ d’une évolution inattendue et a fait de la Russie un état européen et civilisé (ou du moins en voie de civilisation) et modifié le « système de l’Europe ». L’analyse précise que fait Volney des forces respectives des Russes et des Turcs et de la nouvelle donne internationale nous intéresse moins ici que sa réflexion sur l’histoire des empires, qui croisent deux lignes d’analyse. D’une part, la vision traditionnelle, cyclique et explicitement anthropomorphique de la destinée des Empires, appelés d’abord à croître puis, arrivés à un point où « la satiété remplace les désirs », à entrer en décadence avant de disparaître. L’histoire des Ottomans est analysée en ce sens jusqu’à l’avilissement contemporain, ce qui permet à Volney d’en prédire la destruction imminente23. La deuxième ligne d’interprétation mobilisée par Volney correspond à l’action volontariste du souverain, ici de Pierre Le Grand puis de Catherine II. On retrouve ici la conception voltairienne de la civilisation, qui dépend moins d’une évolution socio-politique à long terme que de l’action éclairée des souverains en faveur des arts et des lettres, conception déjà présente dans le Siècle de Louis XIV, mais élaborée, justement, dans le débat sur la Russie qui a été très vif dans les années 1750-1760, opposant les partisans de la politique culturelle des tsars à ceux qui mettaient en doute son efficacité, en l’absence d’une transformation socio-économique plus vaste24. Cette tension entre procès endogène de longue durée et projet politique volontariste est en effet au cœur des contradictions inhérentes à la théorisation de la civilisation comme schème du changement historique au XVIIIe siècle. Ce qu’elle met en jeu, c’est la possibilité d’importer les traits caractéristiques de l’Europe moderne, soit lorsque des souverains européanisés mènent des politiques en ce sens, soit dans le cadre de politiques coloniales visant à civiliser les sauvages25.

10Volney entrelace ainsi trois schèmes historiques de la pensée des Lumières : la théorie des révolutions des empires, qui repose sur une théorie cyclique de l’histoire, l’idée d’un long processus immanent, à la fois politique, social et économique, de civilisation de l’Europe depuis les temps modernes, enfin la possibilité d’une politique volontariste de civilisation par importation autoritaire de formes européennes. Ces trois modèles du changement historique sont théoriquement contradictoires mais ils réussissent à coexister, chez Volney comme chez d’autres, parce qu’ils s’appliquent à des objets différents : respectivement, l’Antiquité et les Empires non européens ; l’Europe moderne ; les espaces coloniaux et les marges orientales de l’Europe. Or, la Révolution va modifier cette architecture complexe en produisant un modèle unique d’historicité et poser la question de la généralisation de la civilisation.

Une nouvelle historicité

11Les Ruines se présente en apparence comme une sorte de suite au voyage en Syrie et en égypte, sans solution de continuité. On peut même dire que Volney n’a pas ménagé ses efforts en ce sens : non seulement, il prétend en avoir entamé la rédaction lors de son voyage en Syrie, créant ainsi une identification entre le narrateur, dans les ruines de Palmyre, et l’auteur du Voyage, mais le sous-titre même, Méditation sur les révolutions des empires, semble inscrire le livre dans la continuité de cette conception cyclique de l’histoire qui s’affirmait dans les écrits sur l’empire Ottoman. Pourtant, le livre se situe dans un rapport au temps totalement différent, marqué par l’événement et l’espérance révolutionnaire. En conséquence, le rapport de l’Europe aux autres civilisations en est profondément modifié.

  • 26  C-F. Volney, Les Ruines, op. cit., p. 178-179.

12Le livre s’ouvre, je l’ai rappelé, sur l’invocation aux ruines et le monologue d’un narrateur saisi par la fragilité des sociétés humaines, par l’idée que l’Europe pourrait à son tour connaître la même destinée que l’Asie, ce qui le plonge « immobile, dans une mélancolie profonde »26. Mais toute la structure du livre est justement conçue pour récuser cette vision cyclique de l’histoire des empires et cette poétique des ruines, ces lieux communs philosophiques et esthétiques du siècle, et inscrire le devenir de l’Europe dans un autre régime d’historicité. Ou, pour le dire autrement, il vise à montrer que l’Europe, par l’effet conjugué des Lumières et de la Révolution, échappe à cette succession de grandeur et de décadence. En effet, l’abandon mélancolique du narrateur est interrompu par l’apparition d’un « fantôme » qui entreprend de lui enseigner les leçons du passé (« je te révélerai la sagesse des tombeaux et la science des siècles »), dont il ressort que les aléas de l’histoire ne dépendent ni de la Providence ni de Dieu, mais des hommes et des institutions qu’ils se donnent. Ce qui permet à Volney de déployer en quelques chapitres une conception naturaliste de  la « condition de l’homme dans l’Univers », entièrement régie par des « lois naturelles » que sont l’amour de soi, l’aversion de la douleur, et le désir du bien être. Dans ces considérations, Volney développe les linéaments d’une science sociale de la genèse des institutions humaines, qu’il reprendra et développera dans ses leçons d’histoire à l’École normale en l’an III, et qui s’appuie sur un condensé de la philosophie du siècle, où dominent la critique de la religion comme mystification politique, une philosophie sensualiste et une théorie de la loi naturelle. Ce qui m’intéresse ici, c’est le tournant du livre qui se situe au chapitre XIII, justement intitulé « l’espèce humaine s’améliorera-t-elle ? ». Alors que le narrateur se désespère de l’espèce humaine, notamment de l’évolution des sociétés européennes, toujours prêtes à se faire la guerre en se réclamant de Dieu, le fantôme, désormais désigné comme « le Génie », décide de lui faire voir l’avenir. Cet avenir, évidemment, c’est la Révolution française, décrite comme le point de départ du « siècle nouveau », titre du chapitre XV, et aube d’une ère nouvelle d’égalité et de fraternité universelle.

  • 27  François Hartog, Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003, q (...)
  • 28  C-F. Volney, Les Ruines, op. cit., p. 250-251.
  • 29  Ibid., p. 241.
  • 30  Ibid., p. 253.

13Le changement de régime d’historicité, selon l’expression de François Hartog, ne pourrait être plus clairement symbolisé que par ce passage lexical du fantôme, surgi des tombeaux et donc du passé, au Génie prophétisant un avenir glorieux27. La leçon d’histoire spectrale, jugée décourageante, est ainsi remplacée par la prédiction enthousiasmante : « Et peut-être le passé n’est-il que trop propre à flétrir le courage ? Eh, bien, anticipons le temps à venir ; dévoilons à la vertu le siècle étonnant près de naître, afin qu’à la vue du but qu’elle désire, ranimée d’une nouvelle ardeur, elle redouble l’effort qui doit l’y mener »28.  L’histoire n’est plus d’aucune utilité en tant que magistra vitae, puisqu’elle n’est que le récit des folies humaines ; en revanche, l’avenir que dévoile la raison guide l’action humaine. Toute la suite du livre, qui est de loin la partie la plus importante, est un hymne à la Révolution, qui ne naît pas de rien puisqu’elle a été préparée et permise par trois siècles de progrès des « lumières »29, mais qui ouvre véritablement une ère nouvelle, un « siècle nouveau » selon le titre du chapitre par lequel débute la prophétie du Génie30. Volney y raconte, sous une forme particulièrement lyrique les débuts de la Révolution, que le Génie lui fait voir, et annonce l’extension dans le monde entier des principes révolutionnaires.

  • 31  Reinhart Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 307-329.
  • 32  C-F. Volney, La loi naturelle ou catéchisme du citoyen, Paris, 1793.

14Ainsi l’événement révolutionnaire, que le récit situe fictivement dans un futur immédiat alors qu’il s’est déjà produit au moment où Volney écrit et publie son texte, est au cœur même du livre et de sa dynamique. Pour reprendre les notions forgées par Reinhardt Koselleck, le champ d’expérience qui est celui des contemporains de Volney vient de se modifier brutalement, transformant complètement leur horizon d’attente, et ouvrant sur une nouvelle conception de l’histoire marquée par l’espérance d’un progrès indéfini31. N’oublions pas que Volney a été un acteur enthousiaste des débuts de la Révolution, rédigeant des pamphlets en 1788-89, député actif à l’Assemblée nationale, puis auteur en 1793, deux ans après les Ruines, d’un Catéchisme du citoyen, où Volney développe sa théorie de la loi naturelle32. Loin d’être un texte « mélancolique », le texte de Volney est au contraire un hymne au progrès politique, directement ancré sur l’expérience active de la Révolution. La mélancolie des ruines laisse place au roman philosophique de la Révolution.

15La figure du Génie intrigue néanmoins, dès lors qu’on refuse d’y voir une préfiguration de l’orientalisme littéraire de la génération romantique. Pourquoi ce texte, fondamentalement nourri par une conception rationaliste de l’histoire et des sociétés humaines utilise-t-il, pour faire l’histoire immédiate de la Révolution, une fiction de prophétie ? Mon hypothèse est qu’il s’agit pour Volney de donner une figure, justement, à la rupture dans l’historicité que produit la Révolution. L’intervention du « génie » lui permet à la fois de la mettre en évidence, sous la forme du renversement de la mélancolie à l’espoir, tout en la gommant, puisque la Révolution, dès lors, apparaît moins comme une action humaine contingente que comme la continuation nécessaire d’une loi du développement européen, dans la lignée de l’histoire de l’Europe moderne. En effet, le génie ne prophétise pas, au sens propre, mais il montre, il fait voir au narrateur le spectacle de la Révolution, donnant à celui-ci un caractère d’évidence et effaçant ainsi le travail proprement historiographique et théorique qui est celui de Volney. Enfin, cette opération a aussi pour conséquence de rendre plus vraisemblable le processus de diffusion de la Révolution au monde entier décrit dans la suite des Ruines : dans le temps fictif du récit, les débuts de la Révolution — dont le lecteur de 1791 sait qu’ils sont avérés — et ses développements se situent en effet sur le même plan, celui d’un avenir immédiat présenté comme certain. Néanmoins, il n’est pas non plus anodin que Volney ait choisi comme cadre pour formaliser ce changement  d’historicité la fiction d’un point de vue à distance depuis l’Orient, et qu’il est donné à sa prophétie la figure exotique et orientalisante d’un Génie. En effet, l’horizon du texte à mes yeux, son véritable nœud théorique, est la façon dont ce nouveau rapport à l’histoire reconfigure les relations entre l’Europe et le reste du monde.

Universalisme de la raison ou triomphe européen ?

  • 33  En réalité, l’ensemble du texte de Volney est parcouru de tensions et de contradictions, qui en fo (...)
  • 34  Même si sa réaction face aux esclaves noirs lors de son voyage américain en 1795 est plus nuancée (...)
  • 35  Voyage en Egypte, op. cit. La question de l’égalité des races est complexe. L’assemblée générale d (...)

16La théodicée du progrès humain dont Volney se fait le porte-parole s’inscrit en effet dans une tension, très caractéristique de la pensée historique des Lumières, entre l’universalisme du progrès, d’une part, l’affirmation d’une exceptionnalité européenne, de l’autre33. À première vue, on ne saurait prendre Volney en défaut d’européocentrisme et son universalisme est cohérent. Loin d’être un philosophe en chambre, commentant l’histoire mondiale depuis Paris, Édimbourg ou Ferney, il est parti à la rencontre des sociétés extra-européennes, a appris l’arabe et vécu avec les Bédouins. Son antiesclavagisme est explicite, notamment dans les Ruines34, et s’appuie sur un attachement indéfectible à l’égalité des races humaines. D’ailleurs, Volney est le premier à proposer une hypothèse audacieuse, promise à une longue postérité, selon laquelle les habitants de l’Égypte ancienne étaient noirs, thèse que l’on retrouve aujourd’hui au cœur des théories afrocentristes : « quel sujet de méditation de penser que  cette race d’hommes noirs, aujourd’hui notre esclave et l’objet de nos mépris, est celle-là même à laquelle nous devons nos arts, nos sciences, et jusqu’à l’usage de la parole ; d’imaginer enfin que c’est au milieu des peuples qui se disent les plus amis de la liberté et de l’humanité, que l’on a sanctionné le plus barbare des esclavages »35.

  • 36  C-F. Volney, Considérations sur la guerre…, op. cit., p. 125.
  • 37  C-F. Volney, Ruines, op. cit., p. 244. Le texte se poursuit ainsi : « La liberté naîtra-t-elle du (...)
  • 38  C-F. Volney, Considérations sur la guerre…, op. cit., p. 317.
  • 39  Il écrit en 1814 à Bérard : « Il y a de ma part combat à outrance contre les compilateurs depuis d (...)

17Encore cette critique de l’esclavage est-elle largement partagée par les hommes de lettres de sa génération. Plus radicale est sa critique constante de la colonisation européenne. Dans les Considérations sur la guerre actuelle des Turcs36, puis dans les Ruines, il prend position très fermement contre toute opération de colonisation. Sa position évolue d’une mise en garde contre les difficultés d’une expédition française en l’Egypte à une dénonciation plus générale de la colonisation européenne : « Ces peuples, qui se disent civilisés, ne sont-ils pas ceux qui, depuis trois siècles, remplissent la terre de leurs injustices ? N’est-ce pas eux qui, sous des prétextes, de commerce, ont dévasté l’Inde, dépeuplé un nouveau Continent, et soumettent encore aujourd’hui l’Afrique au plus barbare des esclavages »37 . D’ailleurs, avant même la Révolution française, un premier événement avait marqué l’entrée dans une nouvelle ère des relations entre l’Europe et le monde : la Révolution américaine : « Le sort n’a pas dévoué l’Inde et l’Amérique à être éternellement les esclaves de l’Europe. L’affranchissement des Colonies anglaises a ouvert pour le Nouveau Monde une nouvelle carrière et plutôt ou plus tard les chaînes qui le tiennent asservi échapperont aux mains de ses Maîtres »38. Ce point de vue correspond à un élargissement de l’histoire : après l’histoire universelle chrétienne, qui était celle de Bossuet et dont Volney fait sa principale cible39, puis l’histoire européenne de Voltaire, Robertson ou Gibbon, Volney entend promouvoir une véritable histoire universelle, depuis son travail sur la chronologie d’Hérodote jusqu’à ses réflexions sur les mutations les plus récentes.

  • 40  C-F. Volney, Ruines, op. cit., p. 241.

18Néanmoins, ce souci universaliste est miné de l’intérieur par le thème de l’exceptionnalité européenne qui, jamais affirmée explicitement, est néanmoins présente sous deux formes. Premièrement, Volney défend l’idée d’un progrès continu des Lumières et de la civilisation en Europe depuis trois siècles, en des termes très proches de ceux que Condorcet choisira deux ans plus tard dans la 9e époque de son Esquisse d’un Tableau des progrès de l’esprit humain. C’est la critique de Rousseau qui donne à Volney l’occasion d’affirmer sa foi dans les progrès conjoints des sciences, de la culture et de la morale : « Depuis trois siècles surtout, les lumières se sont accrues, propagées ; la civilisation, favorisée de circonstances heureuses, a fait des progrès sensibles »40. En particulier, ces progrès sont soutenus par deux phénomènes qui lui apparaissent strictement européens : la constitution d’états fondés sur une langue commune et  le rôle de l’imprimerie qui permet une accumulation des savoirs comme de la réflexivité des sociétés, et donc la constitution de véritables opinions publiques.

  • 41  En réalité, Volney sait bien que des presses existent en Chine, par exemple, mais ce qui lui impor (...)

19« Dans l’état moderne, et surtout dans celui de l’Europe, de grandes nations ayant contracté l’alliance d’un même langage, il s’est établi de vastes communautés d’opinion », « ensuite un art sacré, un don divin du génie, l’imprimerie »  a établi les bases de l’instruction une « atmosphère croissante de Lumières », un mouvement désormais irréversibles. Or, Volney y insiste à plusieurs reprises : c’est l’imprimerie qui trace une ligne de partage entre l’Europe et l’Orient, parce qu’elle est le vecteur de la diffusion du savoir et de la constitution d’une opinion publique41.

  • 42  L’hésitation se traduit par exemple par les termes utilisés par Volney : L’évocation de la Révolut (...)
  • 43  C-F. Volney, Ruines, op. cit., p. 245.
  • 44  Ibid, p. 246.

20La spécificité européenne tient, deuxièmement, à la Révolution française justement qui a ouvert une nouvelle ère, comme on l’a vu, et montre ainsi l’exemple au monde. À vrai dire, il y a parfois une hésitation chez Volney pour savoir si ce rôle de modèle revient à la France, à l’Europe ou même à l’Occident, intégrant ainsi les États-Unis dont l’Indépendance ne serait pas le signe d’un déclin de la domination européenne mais au contraire du progrès de l’Occident42.  Quoi qu’il en soit, la Révolution ou les Révolutions créditent les Européens d’un rôle moteur dans la diffusion des Lumières et l’élargissement de la civilisation, deux termes presque synonymes chez Volney : « La communication des Lumières d’une portion s’étendra de proche en proche, et gagnera le tout. Par la loi de l’imitation, l’exemple d’un premier peuple sera suivi par les autres : ils adopteront son esprit, ses lois. Les despotes mêmes, voyant qu’ils ne peuvent plus maintenir leur pouvoir sans la justice et la bienfaisance, adouciront leur régime par besoin, par rivalité, et la civilisation deviendra générale »43. Le rôle spécifique de l’Europe, dont le modèle doit se diffuser par imitation, est parfois exprimé en termes plus explicites et plus inquiétants : « Qu’il se montre un chef vertueux ! Qu’un peuple puissant et juste paraisse ! Et la terre l’élève au pouvoir suprême : la terre attend un peuple législateur ; elle le désire, elle l’appelle, et mon cœur l’entend »44.

  • 45  « Nous avons vu se former sur le globe plusieurs foyers de lumière. Celles qu’ils répandent, encor (...)
  • 46  C-F. Volney, Ruines, op. cit., p. 378.

21La suprématie européenne ainsi affirmée, dont la France (qualifiée quelques lignes plus loin de « grande nation ») est porteuse, est ainsi une suprématie historique. L’Europe doit devenir le législateur du monde parce qu’elle a ouvert un nouvel horizon d’émancipation. Mais, cette émancipation ne peut se faire par la contrainte. D’où le rêve d’une diffusion par adhésion spontanée que l’on retrouvera à nouveau chez Condorcet, avec les mêmes ambiguïtés45. Accréditer cette puissance d’entraînement du modèle français, puis européen, c’est la fonction d’une étrange fiction, qui occupe une large part du texte des Ruines : une assemblée générale de tous les peuples réunit des représentants de toutes les religions, de toutes les croyances, et s’achève par la dénonciation unanime, par les peuples eux-mêmes, de leurs croyances traditionnelles et de leurs clergés, pour se rallier avec enthousiasme aux « législateurs », c’est-à-dire, soyons clairs, aux constituants français. « Alors un cri immense s’éleva de toutes les parties de l’Assemblée ; et l’universalité des peuples, par un mouvement unanime, témoignant son adhésion aux paroles des législateurs : reprenez, leur dirent-ils, votre saint et sublime ouvrage, et portez-le à sa perfection ! (….) Mais que ce ne soit plus pour une seule nation, pour une seule famille ; que ce soit pour nous tous sans exception ! Soyez les législateurs de tout le genre humain, ainsi que vous serez les interprètes de la même Nature. (…) Enseignez-nous, après tant de religions d’illusions et d’erreurs, la religion de l’évidence et de la vérité »46.

  • 47  Voir son discours à l’Assemblée du 18 mai 1790 où il propose que la France refuse à toute guerre o (...)

22Évidemment, le caractère assez artificiel, sur le plan narratif, de cette assemblée générale des peuples, ne parvient pas à masquer la difficulté théorique qu’affronte Volney : comment cette diffusion universelle des progrès de la civilisation européenne et des principes de la Révolution française pourra-t-elle s’opérer dans un cadre pacifique ? C’est d’ailleurs, comme on le sait, la question à laquelle sont confrontés les révolutionnaires français face aux menaces des autres puissances européennes, et il est significatif que Volney ait été un des principaux orateurs du débat de mai 1790 qui aboutit à la fameuse déclaration de paix au monde47, mais que ce débat soit aussi un des derniers auquel il a participé activement.

  • 48  Voir C-F. Volney, Tableau du climat et du sol des Etats-Unis d’Amérique, Paris, Courcier-Dentu, 18 (...)
  • 49  Sur ce point, Maurice Olender, Les langues du paradis. Aryens et sémites un couple providentiel, G (...)

23De cette illusion d’un enthousiasme universel soulevé par l’événement révolutionnaire, Volney va revenir assez rapidement : d’abord, devant le cours de la Révolution, qui le met en porte-à-faux avec le radicalisme jacobin de l’an II ; puis, en déchantant devant le spectacle de la nouvelle société américaine qui ne lui apparaît plus, lors de son voyage en 1795 comme une promesse de renouveau, mais plutôt comme la continuation de la « vieille Europe » (mais ceci est une autre histoire)48 ; enfin, par son éloignement de Bonaparte sous l’Empire. Dès l’an III, son scepticisme désabusé éclate dans les leçons d’histoire qu’il donne à l’École normale supérieure. Pourtant, cette ambivalence des relations entre l’Europe et le reste du monde reste, jusqu’à la fin de la carrière intellectuelle de Volney, un point essentiel de sa réflexion, mais elle s’est dépolitisée, du moins en apparence. Elle emprunte désormais ce qui sera, au XIXe siècle un important vecteur de l’orientalisme européen, la philologie comparée49.  

La mission civilisatrice de l’Occident

  • 50  Sophia Rosenfeld, A Revolution in language. The problems of signs in late eighteenth-century Franc (...)
  • 51  C-F. Volney, Leçons d’histoire, op. cit., p. 592-595.
  • 52  Voir notamment son Discours sur l’étude philosophique des langues, lu à l’Académie française, dans (...)
  • 53  C-F. Volney, Simplification des langues orientales, ou Méthode nouvelle et facile d’apprendre les (...)
  • 54  Voir Kapil Raj, « Régler les différends, gérer les différences : dynamiques urbaines et savantes à (...)

24Comme la plupart des Idéologues, Volney s’est passionné pour les questions liées au langage50. Ayant appris l’arabe en Syrie, il s’intéresse de près à la diversité des langues et à leur histoire, mais cherche aussi, fidèle à la leçon de Condillac, à comparer les différentes langues à la recherche de structure générales. Dans ses leçons d’histoire de l’an III, il consacre ainsi un long passage à une esquisse d’une typologie des familles linguistiques et identifie l’histoire des peuples à l’histoire de leurs langues51. Cette intérêt théorique pour l’histoire et la classification des langues, qu’il poursuivra jusqu’à sa mort52, se double d’une réflexion pratique sur les conditions de l’enseignement des langues orientales (arabe, persan, turc, hébreux). Il est ainsi amené à proposer des méthodes de simplification à la fois orthographique et grammaticale des langues, ainsi que des projets de réforme de leur enseignement53. Dès 1795, il propose une méthode de « simplification des langues orientales », qui lui vaut d’être affilié à la Société asiatique du Bengale, société savante britannique fondée en janvier 1784 à Calcutta par William Jones, célèbre pour ses travaux sur les langues orientales, sous le patronage de la Compagnie des Indes orientales54. Puis Volney est mis à contribution en 1803 pour la préparation de la Description de l’Egypte, ce monument de l’expédition de Bonaparte, et participe à la création de l’Académie celtique en 1804. En 1819, enfin, il publie un système de transcription universelle des langues orientales avec l’alphabet latin, sous le titre significatif : L’alphabet européen appliqué aux langues asiatiques.

  • 55  Sur ce point, voir Michel Espagne, « Les Ruines. Contribution à une étude des mythologies de l’écr (...)

25La méthode de Volney, qui reprend et développe les propositions avancées dans sa Simplification des langues orientales de 1795 — il affirme d’ailleurs travailler sur la question depuis « vingt-cinq ans » — répond explicitement à des enjeux pédagogiques. Plus profondément, sur le plan linguistique, elle correspond à la tension, qui habite profondément la pensée linguistique des Idéologues, entre un intérêt pour la diversité des langues et des écritures, qui les rapproche de la philologie allemande naissante, et un idéal d’unification des langues, conformément à l’idée d’un fonctionnement universel de l’entendement humain et donc d’une possible grammaire générale55. Mais on peut aussi s’interroger sur les enjeux proprement politiques de ce projet, où il s’agit toujours, comme dans les Ruines, de promouvoir l’unification culturelle du monde autour de la « civilisation », mais où la suprématie européenne est devenue plus explicite.

  • 56 C-F. Volney, L’alphabet européen appliqué aux langues asiatiques. Ouvrage élémentaire utile à tout (...)
  • 57  Ibid., p. V.
  • 58  Ibid., p. XIV-XV.
  • 59  « Tant que les Chinois écriront avec leurs caractères actuels, il n’y a aucun progrès à espérer po (...)

26La préface de l’ouvrage, qui s’adresse aux membres de la Société asiatique, mérite un peu d’attention car Volney y décrit les enjeux d’un alphabet universel, « ce grand véhicule de lumières et de civilisation »56, en des termes où l’on retrouve la tension entre l’idéal cosmopolite des Lumières et le modèle de l’exception européenne. D’une part, Volney se flatte de présenter son système à une société anglaise, rappelant que « entre les vrais amis de la civilisation, il n’existe de barrière ni de nation ni de secte »57. D’autre part, il justifie le choix de s’appuyer sur l’alphabet latin pour construire son alphabet universel en des termes qui prennent acte de la domination européenne : « parce qu’il a le précieux avantage d’être déjà répandu dans toute l’Europe, dans l’Amérique, et dans toutes vos possessions et colonies, que par conséquent, il règne sur plus de la moitié du globe, je le prends pour base et souche d’un alphabet que je rends universel, en tirant de son propre fonds le surplus des signes dont on a besoin pour figurer des sons étrangers (…) De cette opération naît un nouvel alphabet Romain que j’appelle Européen, lequel résout immédiatement le turc, le persan, le syriaque, l’hébreu, l’éthiopien »58. Ce nouvel alphabet à la fois « universel » et « européen » est ensuite étendu aux langues asiatiques comme le Chinois, dont il avait déjà, dans les Ruines, dénoncé les défauts, évoquant le problème de la civilisation chinoise « avortée », « entravée par le vice radical d’une langue mal construite »59.

  • 60  Ibid., p. XV.

27Le système universel de transcription des langues proposé par Volney correspond donc avant tout à l’universalisation de l’alphabet romain. Mais ce sont surtout les usages que l’auteur en propose qui révèlent que l’idéal d’une communication générale entre les peuples, sur le modèle de l’Assemblée générale des peuples décrite dans Les Ruines, a cédé la place à un projet de diffusion de la culture européenne à partir d’un diagnostic totalement asymétrique. Il faut en effet, affirme Volney, que les meilleurs livres asiatiques soient transcrits en alphabet européen, mais surtout, « ce qui est bien plus important », « il faut que nos meilleurs livres d’Europe, traduits par d’habiles interprètes, soient également transcrits et imprimés en cette forme. Un antique préjugé vante vainement la littérature orientale : le bon goût et la raison attestent qu’aucun fond d’instruction solide ni de science positive n’existe en ses productions : l’histoire n’y rédige que des fables, la poésie que des hyperboles ; la philosophe n’y professe que des sophismes, la médecine que des recettes, la métaphysique que des absurdités, les hautes mathématiques y ont à peine des noms : l’esprit d’un Européen ne peut que se rétrécir et se gâter à cette école ; c’est aux Orientaux de venir à celle de l’Occident moderne »60.

  • 61  Ibid., p. CVII.
  • 62  Ibid., p. XVIII.

28Cette diffusion de la culture européenne hors d’Europe se fera donc par un moyen pacifique, la fascination exercée sur les Asiatiques par l’alphabet universel des Européens conduisant à une sorte de ralliement culturel. Elle aura un double effet de domination et de libération : elle permettra aux « hommes d’Europe » d’acquérir  « une supériorité décidée sur les indigènes en tout genre d’affaires », et de produire pour l’Asie, « une grande et heureuse révolution morale, seule capable de la régénérer »61. Le vocabulaire de la régénération montre que le lexique révolutionnaire de la transformation politique et morale des sociétés n’a pas entièrement disparu avec l’espoir d’une révolution mondiale, mais Volney ne croit plus, comme en 1791, dans l’effet d’entraînement de la simple proclamation de la loi naturelle. Une œuvre de civilisation préalable est nécessaire et repose sur la diffusion du savoir européen, investi d’une signification universelle, et soutenu par le pouvoir colonial. Pour cela l’unification linguistique, qui s’appuie sur l’axiome d’une supériorité intellectuelle de l’écriture alphabétique, doit réduire la diversité des écritures au profit de l’alphabet latin, dont l’universalité est à la fois proclamée en droit et promue en fait. La question politique n’a pas pour autant disparu ; elle s’est déplacée. Elle ne relève plus de l’assentiment des peuples, même sur le mode de la fiction, à abandonner leurs spécificités pour suivre le modèle révolutionnaire européen, elle se situe désormais dans la capacité des Européens à imposer universellement leurs lumières. Ainsi s’éclaire la dédicace à la Société asiatique et son plaidoyer en apparence cosmopolite. En ce début de XIXe siècle, la présence anglaise en Inde apparaît en effet comme l’avenir de l’expansion européenne. Écoutons la conclusion de Volney : « Mais par qui s’exécuteront tant de travaux préparatoires, à la fois scientifiques et dispendieux ? J’ose le garantir, par vous, Messieurs ! Oui, par vous dont l’association libre, éclairée, généreuse, placée en avant-garde sur les bords du Gange, y a élevé les premiers signaux de la civilisation »62.

  • 63  Que l’on compare cet éloge de la colonisation anglaise en Inde avec ce qu’en disait Volney en 1788 (...)

29Nous voici loin des ruines de Palmyre et même du Voyage en Syrie ou des Considérations sur la guerre des Turks, avec leurs proclamations anticolonialistes, lorsque Volney écrivait « l’Inde commence à s’agiter & pourra se purger bientôt d’une tyrannie étrangère »63. Pourtant, la continuité est plus grande qu’on ne pourrait le penser à première vue. Elle est à l’œuvre à travers cette tension permanente qui habite le discours des Lumières entre, d’une part, un idéal universaliste fondé sur la critique du colonialisme européen, l’ouverture aux cultures extra-européennes, et le développement d’une science de l’homme, et, d’autre part, la conscience d’une exceptionnalité européenne, qui n’est plus théologique et qui n’est pas encore raciale, mais qui est le résultat d’une histoire spécifique : celle de la civilisation et des Lumières. Si bien que, paradoxalement, c’est justement l’universalisme rationaliste des Lumières qui alimente le discours potentiellement colonialiste de la mission civilisatrice de l’Europe. Mais la croyance dans les vertus spontanément libératrices du modèle révolutionnaire ou du savoir européen conduit à une aporie, par refus d’envisager ouvertement la coercition. La génération suivante, contemporaine de la conquête de l’Algérie, n’aura pas ces pudeurs.

Haut de page

Notes

1  Constantin-François Volney, Les Ruines ou Méditation sur les révolutions des empires, Paris, Desenne-Volland, 1791. Cette première édition, d’août 1791 est reprise dans les Œuvres, Anne et Henry Deneys (éd.), Paris, Fayard, 3 t., 1989-1998, vol. 1, 1990, p. 166-440, que je citerai par la suite.

2  Jean Gaulmier, L’idéologue Volney, 1757-1820. Contributions à l’histoire de l’orientalisme en France, Beyrouth, Imprimerie catholique, 1951, p. X ; Jean Ehrard, « Volney ou la Révolution mélancolique », dans Révolutions, résurrections et événements. Mélanges offerts à Paul Viallaneix, Paris, 1991, p. 7-16. Voir aussi Jean Ehrard, « L’histoire revisitée par la Révolution. Condorcet et Volney », MEFRIM, 1996, 108, p. 445-456. Plus récemment John Brewer, Enlightenment Past. Reconstructing Eighteenth-century French Thought, Cambridge University Press, 2008, p. 195-199, inscrit aussi Volney dans la continuité d’une esthétique des ruines propre au XVIIIe siècle finissant.

3  Alexander Cook, « Reading revolution: towards a history of the Volney vogue in England » dans C. Charle, J. Vincent and J. Winter (eds), Anglo-French Attitudes: Comparisons and transfers between English and French intellectuals since the eighteenth century, Manchester University, 2007, p. 125–46.

4  Henri Deneys, « Volney, Auteuil et la composition des Ruines (1791) », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, 374 (1999), p. 103-124.

5  L’histoire de la réception des Ruines reste à faire. On peut noter, toutefois, que la sixième édition des Ruines, en 1820, l’année même de la mort de Volney, dans une édition commode, eut un important effet (Les ruines, ou méditations sur les révolutions des empires, corrigée par l’auteur, Paris, Baudouin, 1820). La Revue encyclopédique s’en fit l’écho (tome VI, 1820, p. 174-175), recommandant la lecture « aux personnes qui aiment à consacrer des promenades solitaires à de grandes et utiles méditations ». La disparition, dans la plupart des éditions du XIXe siècle, du préambule et de l’exergue qui figuraient dans l’édition originale, contribue à une lecture plus esthétique et moins politique.

6  Volney n’a jamais caché son admiration pour l’œuvre d’Helvétius et celle du baron d’Holbach. Sous le Directoire, il est considéré comme appartenant au groupe dit des idéologues. Voir Jean Gaulmier, L’idéologue Volney, 1757-1820, op. cit. ; Jean Roussel (dir.), Volney et les idéologues. L’héritage des Lumières, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 1988 ; Anne et Henry Deneys (dir.), « Volney », Corpus, Revue de Philosophie, n° spécial 11-12, Presses Universitaires de Nanterre/ CNRS, 1989.

7  John Pocock, Barbarism and religion, vol. 2: Narratives of civil government, Cambridge University Press, 1999; Karen O’Brien, NarrativesOf Enlightenment: Cosmopolitan History From Voltaire To Gibbon, Cambridge, 1997.

8  Paul Hazard, La crise de la conscience européenne, Firmin-Didot, 1934, chapitre 1 : « de la stabilité au mouvement ».

9  Bertrand Binoche (dir.), Les équivoques de la civilisation, Seyssel, Champ Vallon, 2005. La bibliographie sur la notion de civilisation est considérable. Voir notamment Lucien Febvre, « Civilisation : évolution d’un mot et d’un groupe d’idées », Civilisation. Le mot et l’idée (Centre international de synthèse), Paris, La Renaissance du livre, 1930, p. 1-45 ; Joachim Moras, Ursprung und Engwicklung des Begriffs der Zivilisation in Frankreich (1756-1830), Hambourg, Hans Christians Druckerei und Verlag, 1930 ; Norbert Elias, La civilisation des mœurs, trad.fr., Paris, Calmann-Levy, 1973 [1939] ; Jean Starobinski, « Le mot civilisation », Le remède dans le mal, Paris, Gallimard, 1989, p. 11-59. J’ai développé la thèse selon laquelle c’est le primat de la définition historiographique de l’Europe qui permet, au XVIIIe siècle, de penser une historicité commune à l’Europe et aux civilisations, dans un article à paraître : « Historicité et civilisation : Écrire l’histoire de l’Europe au XVIIIe siècle ».

10  Edward Saïd, L’Orientalisme, L’Orient créé par l’Occident, trad. fr., Seuil, 1980 ; Henry Laurens, Les Origines intellectuelles de l’expédition d'Égypte. L’orientalisme islamisant en France (1698-1798), Istanbul/Paris, Association pour le développement des études turques, 1987 ; Id., Orientales I, CNRS Editions, 2004.

11  Constantin-François Volney, Voyage en Egypte et en Syrie [1786], J. Gaulmier (éd.), La Haye, Mouton, 1959, p. 21 : « L’Amérique et les sauvages me tentaient ».

12  « C’est en ces contrées que sont nées la plupart des opinions qui nous gouvernent ; c’est de là que sont sorties ces idées religieuses qui ont influé si puissamment sur notre morale publique et particulière, sur nos lois, sur tout notre état social », Ibid., p. 22.

13  Le baron de Tott, qui avait été envoyé en mission secrète quelques années auparavant en Égypte venait de publier un texte qui allait dans ce sens.

14  Sur les principes de cette description et l’épistémologie matérialiste de Volney, voir Bernard Lepetit « En présence du lieu même, Pratiques savantes et identification des espaces à la fin du 18e siècle », Carnet de croquis. Sur la connaissance historique, Paris, Albin Michel, 1999, p. 196-223.

15  À cet égard, Volney incarne la figure du voyageur-philosophe que Rousseau appelait de ses vœux dans une célèbre note du Discours sur les origines de l’inégalité. D’ailleurs, Garat écrivait dans le Mercure de France à la parution du Voyage en Égypte « Ce n’est plus un Voyageur qui décrit des lieux ; c’est un Philosophe qui répand de nouvelles lumières sur les plus importants objets de connaissances humaines », cité par Yasmine Marcil, La fureur des voyages, Les récits de voyage dans la presse périodique (1750-1789), Paris, H. Champion, 2006, p. 225.

16  « Cessons de prêter à cette antiquité guerroyeuse et superstitieuse une science de gouvernement qu’elle n’eut point, puisqu’il est vrai que c’est dans l’Europe moderne que sont nés les principes ingénieux et féconds du système représentatif, du partage et de l’équilibre des pouvoirs, et ces analyses savantes de l’état social (…) », Volney, Leçons d’histoire prononcées à l’École normale en l’an III [1800], dans Œuvres, op. cit., t. I, p. 607. Voir aussi l’édition critique des leçons d’histoire par Barthélémy Jobert dans L’École normale de l’an III. Leçons d’histoire, de géographie, d’économie politique, Daniel Nordman (éd.), Paris, Dunod, 1994, p. 52-134. Sur ce texte dans le contexte de la Révolution et du rapport à l’Antiquité, voir François Hartog, « La dernière Querelle : Révolution et illusion », Anciens, modernes, sauvages, [2005], Paris, Seuil, 2008, p. 55-95.

17  C-F. Volney, Voyage…, op. cit., p. 114-115.

18  Ibid., p. 407.

19  C’est ainsi qu’on peut comprendre le balancement relevé par Bernard Lepetit entre la description analytique des éléments pittoresques et la description organisée des indices. La première relève d’un souci théorique, la seconde d’une expertise.

20  C-F. Volney, Considérations sur la guerre actuelle des Turks, Londres, 1788.

21  L’aspect le plus superficiel du texte est un discours très hostile aux Turcs, dans lequel affleure un tentation culturaliste. On peut même y piocher quelques phrases pour nourrir un bêtisier du discours antiturc, ceux-ci étant caractérisés par l’entêtement, le fanatisme religieux, et le mépris pour l’Europe. Cet aspect est renforcé par l’opposition d’une part une Europe chrétienne, dont la Russie fait partie, et des Turcs musulmans. Mais ces éléments me paraissent circonstanciels, et on aurait tort de leur accorder une trop grande importance.

22  Considérations sur la guerre actuelle des Turks, op. cit., p. 34.

23  Ibid., p. 27 et suivantes.

24  Gianluiggi Goggi, « Diderot et le concept de civilisation », Dix-huitième siècle, 29, 1997, p. 353-173 ; Georges Dulac, « Quelques exemples de transfert européen du concept de civilisation », dans B. Binoche (dir), Les équivoques de la civilisation, op. cit.

25  L’articulation de ces deux thèmes est particulièrement visible chez l’abbé Raynal. Voir Kenta Ohji, « Civilisation et naissance de l’histoire mondiale dans l’Histoire des deux Indes de Raynal », Revue de synthèse, t. 129, n° 1, 2008, p. 57-83.

26  C-F. Volney, Les Ruines, op. cit., p. 178-179.

27  François Hartog, Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003, qui consacre quelques très belles pages à Volney, en contrepoint de son analyse de Chateaubriand comme figure emblématique du seuil entre deux régimes d’historicité, p. 101-104. La thèse d’une décisive rupture dans la temporalisation de l’histoire, dans la période 1750-1830, a été défendue par Reinhart Koselleck, notamment dans Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. fr., Paris, EHESS, 1990.

28  C-F. Volney, Les Ruines, op. cit., p. 250-251.

29  Ibid., p. 241.

30  Ibid., p. 253.

31  Reinhart Koselleck, Le futur passé, op. cit., p. 307-329.

32  C-F. Volney, La loi naturelle ou catéchisme du citoyen, Paris, 1793.

33  En réalité, l’ensemble du texte de Volney est parcouru de tensions et de contradictions, qui en font un objet assez disparate, parcouru de failles. Sur ce point, voir Georges Benrekassa, « Poétique et politique de la régénération… », Bulletin de la Bibliothèque de France, t. 34, n° 2-3, 1989, p. 149-157

34  Même si sa réaction face aux esclaves noirs lors de son voyage américain en 1795 est plus nuancée (voir Carminella Biondi, « Volney, l’esclavage des noirs et l’égalité des races », dans J. Gaulmier (dir.) Volney et les idéologues…, op. cit., p. 63-71)

35  Voyage en Egypte, op. cit. La question de l’égalité des races est complexe. L’assemblée générale des peuples, au chapitre XIX, met en scène la diversité des races humaines : « tout ce que la terre compte de peuples et de nations, tout ce que les climats produisent de races d’hommes divers », distingués à la fois par leurs vêtements, les « teintes de la peau », et les « traits du visage ». L’Européen, l’Asiatique, le Chinois, le Japonais, le Lapon, « Le Malais aux grandes oreilles », etc. Une certaine fascination se révèle pour la diversité physique des hommes, mais celle-ci se résout dans l’affirmation d’une fondamentale égalité humaine, d’une nature commune : « ne formons plus qu’une même société, qu’une grande famille ; et puisque le genre humain n’a qu’une même constitution, qu’il n’existe plus pour lui qu’une même loi, celle de la nature ». En s’appuyant sur ces passages, Marcus Rediker et Peter Linebaugh ont récemment voulu voir en Volney l’héritier d’une tradition atlantique révolutionnaire, prolétaire et transnationales, un « vagabond planétaire » (sic) « érigeant la foule bigarrée en idéal universel » (L’hydre aux mille têtes. L’histoire cachée de l’Atlantique révolutionnaire, trad. fr., Paris, Amsterdam, 2008 [2001], p. 504-508), mais cette interprétation excessivement romantique et assez fantaisiste passe complètement à côté des tensions qui sont, justement, au cœur de l’œuvre de Volney lorsqu’il s’agit du rapport entre l’Europe et le reste du monde.

36  C-F. Volney, Considérations sur la guerre…, op. cit., p. 125.

37  C-F. Volney, Ruines, op. cit., p. 244. Le texte se poursuit ainsi : « La liberté naîtra-t-elle du sein des tyrans ? Et la justice sera-t-elle rendue pas des mains spoliatrices ? » : les crimes de la colonisation remettent en cause le jugement porté sur les progrès de la civilisation européenne. Non pas deux phénomènes cohérents, mais au contraire contradictoire.

38  C-F. Volney, Considérations sur la guerre…, op. cit., p. 317.

39  Il écrit en 1814 à Bérard : « Il y a de ma part combat à outrance contre les compilateurs depuis deux cents ans. Si j’ai raison ils iront tous chez l’épicier, y compris le roman juif de Bossuet tant prôné » (cité par J. Gaulmier, Un grand témoin de la révolution et de l’Empire, op. cit., p. 123).

40  C-F. Volney, Ruines, op. cit., p. 241.

41  En réalité, Volney sait bien que des presses existent en Chine, par exemple, mais ce qui lui importe, ici, c’est l’association imprimerie-savoir-opinion publique comme moteur historique des Lumières et de la civilisation de l’Europe.

42  L’hésitation se traduit par exemple par les termes utilisés par Volney : L’évocation de la Révolution, qui annonce le « siècle nouveau », débute ainsi : « À peine eut-il achevé ces mots, qu’un bruit immense s’éleva du côté de l’Occident ; et y tournant mes regards, j’aperçu à l’extrémité de la Méditerranée, dans le domaine de l’une des nations de l’Europe, un mouvement prodigieux » (Ruines, p. 253).

43  C-F. Volney, Ruines, op. cit., p. 245.

44  Ibid, p. 246.

45  « Nous avons vu se former sur le globe plusieurs foyers de lumière. Celles qu’ils répandent, encore souillée de quelques vapeurs, reste impur des anciennes erreurs, va se purifier, s’étendre et chasser devant elle les ténèbres qui couvrent encore la plus grande partie de la surface. Bientôt la liberté, s’élançant avec elle des ailes assurés que la France et l’Amérique lui ont offerts, subjuguera tous les peuples dont les yeux enfin dessillés ne pourront plus les méconnaître » (Condorcet, fragment « Propagation des Lumières sur le globe », Tableau historique des progrès de l’esprit humain Projets, Esquisse, Fragments et Notes (1772-1794), publié sous la direction de Jean-Pierre Schandeler et Pierre Crépel par le groupe Condorcet, Paris, Ined, 2004.)

46  C-F. Volney, Ruines, op. cit., p. 378.

47  Voir son discours à l’Assemblée du 18 mai 1790 où il propose que la France refuse à toute guerre offensive « Jusqu’à ce moment, vous avez délibéré dans la France et pour l’univers. Vous allez, j’ose le dire, convoquer l’Assemblée des Nations ».

48  Voir C-F. Volney, Tableau du climat et du sol des Etats-Unis d’Amérique, Paris, Courcier-Dentu, 1803 ; Gilbert Chinard, Volney et l’Amérique, d’après des documents inédits et sa correspondance avec Jefferson, Johns Hopkins University Press, 1923 ; François Furet, « De l’homme sauvage à l’homme historique : l’expérience américaine dans la culture française », Annales ESC, 1978, 33-4, p. 729-739.

49  Sur ce point, Maurice Olender, Les langues du paradis. Aryens et sémites un couple providentiel, Gallimard/Seuil, 1989; Geoffrey Gart Haltman, « Roots, race and the return to Philology », Representations, Spring 2009, p. 34-62.

50  Sophia Rosenfeld, A Revolution in language. The problems of signs in late eighteenth-century France, Stanford University Press, 2001; Jean-Luc Chappey, La Société des observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, Société des études robespierristes, 2002.

51  C-F. Volney, Leçons d’histoire, op. cit., p. 592-595.

52  Voir notamment son Discours sur l’étude philosophique des langues, lu à l’Académie française, dans la séance privée du 1er mardi de décembre 1819, Paris, Baudouin, 1819.

53  C-F. Volney, Simplification des langues orientales, ou Méthode nouvelle et facile d’apprendre les langues arabe, persane et turque, avec des caractères européens, Paris, Imprimerie de la République, 1795 ; L’Hébreu simplifié par la méthode alphabétique de C.F. Volney ; avec des vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales, Paris, J.M. Eberhart, 1820.

54  Voir Kapil Raj, « Régler les différends, gérer les différences : dynamiques urbaines et savantes à Calcutta au XVIIIe siècle », RHMC, 2008-2, p. 70-100.

55  Sur ce point, voir Michel Espagne, « Les Ruines. Contribution à une étude des mythologies de l’écriture », dans Jean Bessière (dir.), Études romanesques 3, Mythologie de l’écriture et roman, Paris, Lettres modernes, 1995, p. 45-63, qui met en perspective cette tension entre singularité et norme, mais aussi entre histoire et structure, avec le motif même de la « ruine », pour en faire un paradigme durable des études linguistiques et littéraires françaises.

56 C-F. Volney, L’alphabet européen appliqué aux langues asiatiques. Ouvrage élémentaire utile à tout voyageur en Asie, Paris, Firmin-Didot, 1819, repris dans les Œuvres complètes, Paris, Parmentier/Froment, 1826, vol. 8, p. XII.

57  Ibid., p. V.

58  Ibid., p. XIV-XV.

59  « Tant que les Chinois écriront avec leurs caractères actuels, il n’y a aucun progrès à espérer pour leur civilisation. Le premier pas pour l’amener est de leur donner un alphabet comme les nôtres, ou de substituer à leur langue la langue tartare », Les Ruines, op. cit., p. 391.

60  Ibid., p. XV.

61  Ibid., p. CVII.

62  Ibid., p. XVIII.

63  Que l’on compare cet éloge de la colonisation anglaise en Inde avec ce qu’en disait Volney en 1788 : voir C-F. Volney, Considérations…, op. cit., p. 317.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Lilti, « « Et la civilisation deviendra générale » : L’Europe de Volney ou l’orientalisme à l’épreuve de la Révolution. », La Révolution française [En ligne], Dire et faire l’Europe à la fin du XVIIIe siècle, mis en ligne le 10 juin 2011, Consulté le 27 juillet 2017. URL : http://lrf.revues.org/290

Haut de page

Auteur

Antoine Lilti

Ecole Normale supérieure, Ulm/ IHMC

Haut de page

Droits d'auteur

© La Révolution française

Haut de page