Navigation – Plan du site

L’idée d’Europe

Pierre Serna

Texte intégral

1L’idée d’Europe, ancienne, « grecque », « romaine », « chrétienne », « carolingienne », « humaniste », « réformée », « bourbonienne », « des Lumières » se rejoue entre 1780 et 1820, lorsque le vent des Révolutions, poussant le courant des bateaux portés par le Gulf Stream, apporte le souffle des contestations, de la rébellion, des constitutions, et de la républicanisation des vieux royaumes. Une autre conception du rapport politique se pense et se réalise, faisant exploser les cadres anciens de la diplomatie des rois, remettant en cause les conceptions des frontières admises jusque-là, sous la forme de tractations secrètes. Une autre conception de la géopolitique nait, entraînant une nouvelle conception de l’organisation du continent européen, pensé en un tout cohérent, à construire dans une unité politique nouvelle, la République d’abord, l’Empire ensuite… en une séquence chronologique des plus resserrées entre 1790 et 1815.

2Désormais il n’est plus possible de mener plus de réflexion approfondie sur la Révolution française, sans décentrement de la question, loin de Paris et bien au-delà des frontières du pays. Plus de cinquante cinq ans après la parution du livre de Jacques Godechot sur La Grande Nation, il reste encore bien à faire pour que cet acquis soit définitif et permette d’intégrer la Révolution de France dans une dynamique qui dépasse le pays pour l’intégrer dans un grand mouvement européen, préparé de longue date et posant les germes pour le XIXe siècle à venir !

3Accueillis et invités au château de Vizille, musée de la Révolution française en novembre 2009, quelques chercheurs réunis par l’Institut d’Histoire de la Révolution française se sont prêtés au jeu de remettre à plat l’idée d’Europe, et d’ouvrir les frontières jusqu’aux lointains Etats-Unis, miroir déformé du continent ancien et régénéré à la fois.

4Ce numéro 4 de la revue électronique La Révolution française réunit ces réflexions originales, ouvrant des pistes nouvelles de réflexion.

5Partis de la matrice anglaise et de l’anglomanie fortement ancrées comme phares de la liberté à conquérir depuis 1688, et sa glorieuse Révolution, le lecteur chemine et se retrouve de fil en aiguille de révoltes et de révolutions européennes, vers la Méditerranée, dans les années 1820 1830 du XIXe siècle, en Grèce, en un voyage significatif de l’Europe du Nord vers le Sud, comme un retour vers le cœur de La politique, la cité ancienne et libre, en une boucle suggestive, comme futur de l’Europe des nations et des libertés démocratiques.

6Le voyage commence dans les brumes anglaises et se termine au soleil de la Grèce… où lorsque le tourisme politique de l’Europe de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle annonce d’autres horizons politiques encore à venir. Et de libertés encore à conquérir : en ce XXIe siècle, cette fois le Sud montre le chemin… le Nord de la Méditerranée saura-t-il le prendre ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Serna, « L’idée d’Europe », La Révolution française [En ligne], Editoriaux, mis en ligne le 12 décembre 2011, Consulté le 28 juillet 2017. URL : http://lrf.revues.org/295

Haut de page

Droits d'auteur

© La Révolution française

Haut de page